La voix du peuple. En ce moment, elle cherche à s’élever pour formaliser son mécontentement, mais peine à faire peser son poids dans la balance. Alors, de fait, la voix du peuple est-elle celle de Dieu, ou celle d’une force supérieure, celle d’âmes qui se proposent de changer les choses et la face du monde, pour le révéler dans sa plus horrible laideur, ou bien en le présentant sous un jour plus clément ? La question se pose, et reste d’importance, tant la révolte qui gronde en Europe, aux Etats-Unis, en Corée, en Allemagne, en Grèce commence à prendre une ampleur qui en dit long sur le ras-le-bol général de populations qui en ont plus qu’assez de se serrer la ceinture en constatant que les dividendes accordés aux actionnaires ne font qu’augmenter. Mais au-delà de cette problématique qui en devient une plus complexe jour après jour, cette Vox Populi est plus prosaïquement le cri de révolte d’un groupe nous en venant de l’Arizona des FLOTSAM & JETSAM, mais proposant une musique beaucoup plus musclée et radicale. Fondé en 2016, ce quatuor se complait donc dans un Thrash de très haute volée, symptomatique de la Bay-Area mais agrémenté de ce petit plus le rendant définitivement plus hargneux, et ce premier LP à des allures de classique, validant de fait la bonne réputation d’un combo dont la première démo en 2017 avait fait éclore. Pourtant pas vraiment encore connu ni reconnu sur la scène internationale, ce groupe aux atours classiques semble beaucoup plus personnel qu’il n’y parait à la première écoute, et pourrait dans une certaine mesure incarner la quintessence d’un crossover que beaucoup se plaisent à entrevoir toujours aussi prévisible.

Les INTENT ont donc des intentions très claires, mais pas que, et loin de là. Axé autour des capacités et de la personnalité de ses quatre membres (Jeremy Lambert - guitare/chant, Jimmy Nelson - guitare, Alex Zucker - basse et Garrett Loper - batterie), le combo se plaît à développer de jolies ambiances radicales mais modulées, symptomatiques de la Second Wave of American Thrash Metal, celle des FORBIDDEN, des VIO-LENCE et autres GAMMACIDE, en mettant l’accent sur la vitesse sans tomber dans la précipitation, et sans oublier la mélodie en route. Réfutant tout principe d’harmonisation excessive le confinant parfois à la niaiserie, les arizoniens se rapprochent même parfois d’un Crossover fatal à la CRUMBSUCKERS, sans cracher sur un brin de Progressif, qui permet à leurs morceaux de se catapulter dans une dimension très riche et efficiente. Débutant d’ailleurs leur premier effort par une double référence musicale et télévisuelle, ils nous prennent à la gorge en lâchant un phénoménal « Number 12 (Looks Just Like You) », pointant du doigt le conformisme dénoncé par l’épisode éponyme de la Quatrième Dimension qui voyait une jeune fille refusant la transformation destinée à la faire ressembler au modèle qu’on souhaitait lui faire adopter. Est-ce à dire que ces quatre-là refusent d’être assimilés à un énième Thrash act avide de nostalgie et de sonorités vintage un peu trop souvent galvaudées ? C’est une possibilité que leur musique confirme d’une certaine manière, bien que toujours très proche des canons du genre. Il serait éventuellement possible d’y voir une autre analogie avec le groupe de flingués du même nom, plus portés sur le Hardcore chaotique, mais tout aussi désireux de s’extirper de la masse. Les deux options représentant des pistes viables, autant prendre Vox Populi pour ce qu’il est, à savoir l’un des LP de Thrash les plus efficaces et créatifs de ce premier semestre, enterrant la concurrence de ses qualités et de son désir de proposer autre chose qu’une simple succession d’attaques radicales.

Radical, ce premier effort l’est. Par sa densité évidemment, mais aussi par le niveau instrumental des musiciens impliqués. Jamais avares d’un riff méchamment redondant ou d’un break surprenant, les américains jouent le jeu de la violence gardée sous contrôle qui explose à intervalles réguliers dans des accès de rage. En mettant l’emphase sur la durée sans le sacrifier à l’efficacité, les INTENT affichent clairement leurs intentions, et nous surprennent parfois de leurs modulations, comme en témoigne le roublard « Network Failure » qui de son intro martiale et mécanique ne nous prépare pas vraiment à la déferlante de guitares qui s’ensuit. Rouleau compresseur autant que ciselage de finition, cet album est un condensé de ce que le Thrash moderne louchant vers le passé peut proposer de meilleur, et chaque morceau est une pièce supplémentaire ajoutée au puzzle global, qui se souvient que le Metal n’est jamais aussi pertinent que lorsqu’il est joué par des passionnés. Et si « Vox Populi », le morceau, se permet de dépasser les standards habituels de durée pour s’évanouir au-delà des sept minutes bien entamées, ça ne l’empêche pas de développer une approche progressive qui ne nuit jamais à l’instantanéité du propos. On pense à une version très hargneuse d’un HEATHEN trempé dans les eaux troubles d’ACID BATH, le tout supervisé par le maître-nageur EXUMER, sans pour autant que le quatuor ne singe les habitudes de l’un ou de l’autre. Mais entre un nombre conséquent de riffs tous plus accrocheurs les uns que les autres, des variations rythmiques jusqu’à l’overdose, et un chant qui se rapproche du Core sans en avoir l’air, le mélange est explosif et savoureux, à peu près autant qu’un classique su style paru il y a trente ans et remis au goût du jour.

Pas vraiment Techno-Thrash, mais pas si loin qu’il n’y parait, Vox Populi se veut aussi rageur qu’il n’est démonstratif, et cette ambivalence prend des proportions dantesques à l’occasion de « In My Blood » qui rebondit sans cesse de parties Mosh en fulgurantes accélérations qui font mouche, osant une bonne dizaine de thématiques avant d’adopter sa forme définitive. Ne lassant à aucun moment, ce LP module sans tergiverser, ondule tout en avançant droit devant, et nous réserve des moments que les grands D.B.C auraient appréciés à leur grande époque (« Empty Graves »). Recherchant constamment une façon originale de traiter le classicisme, les américains parviennent souvent à trouver le bon point d’impact pour nous faire perdre le nord (« Veinburster », sombre et vraiment néfaste), tout en s’accordant de fausses accalmies acoustiques pour mieux nous bousculer d’un final épidermique (« Tyrannicide », aussi NWOBHM dans ses tierces que Bay-Area dans sa vélocité qui agresse), et de fil en aiguille et de staccato en soli, incarne une relève tout à fait digne d’une vague old-school qui oublie souvent d’apporter son propre Jack Daniels au moulin. Un groupe qui décidément ne fait pas grand-chose comme tout le monde, et qui refuse le conformisme de la facilité. Une façon très probante de faire entendre sa voix, et une porte d’entrée possible sur un univers parallèle ou la qualité et la puissance peuvent facilement cohabiter.


Titres de l'album:

     1. Number 12 (Looks Just Like You)
     2. Vox Populi
     3. Insight
     4. In My Blood
     5. Network Failure
     6. Empty Graves
     7. Vein Burster
     8. Tyrannicide

Facebook officiel



par mortne2001 le 26/05/2018 à 14:49
88 %    245

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)


Sympa. A voir. Mais je m'attends tout de même au pire. Ca risque d'être dans la lignée de l'album 'Independant' et pour moi, ce disque était le début de la fin.


Ils traversent l'Atlantique pour donner des concerts, certains fans viennent de loin, de TRES loin.
Il n'y a donc pour moi aucun contentieux (technique ou autre) qui ne puisse se régler avec diplomatie, équilibre et intelligence avec les équipes des Fest, surtout lorsque des gens ont payé (...)


Ouais, enfin, je vais faire mon fanboy de Manowar, mais on ne connaît encore une fois ni les tenants ni les aboutissants du problème. La Manowar bashing est un peu facile, je trouve.
Ils annulent, c'est dommage pour ceux qui voulaient les voir. D'autant plus qu'ils avaient un concert déceva(...)


C'est plus Manowar c'est Manaurevoir.


Alors c'est ça, les autoproclamés Rois du Metal ?