L’histoire d’UNRULY CHILD ne date pas vraiment d’hier…Ce « supergroupe » constitué d’anciens membres de KING COBRA, de STONE FURY, des DOOBIE BROTHERS ou HURRICANE troue son origine à l’orée des années 90, lorsqu’en 1992 il sort son premier album éponyme en pleine vague Grunge.

Evidemment, le grand public ne porta pas beaucoup d’attention à cette sortie, puisque l’intérêt des masses s’était déjà concentré sur la scène de Seattle, mais les vrais amateurs d’un Hard Rock mélodique ont tout de suite su qu’ils avaient trouvé un nouveau modèle à suivre….

Depuis plus de vingt ans, une carrière en dents de scie, plusieurs disques de grande qualité, des efforts en solo de la part de certains musiciens, un chanteur qui quitte le business pour se consacrer à sa vie de famille, et puis une réunion en 2010 pour un superbe Worlds Collide sous l’immanquable bannière Frontiers.

Depuis ce comeback, un second LP post réunion, Down The Rabbit Hole, et encore trois ans de silence pour pouvoir apprécier ce Can’t Go Home, disponible depuis la fin février, toujours au sein de l’écurie Italienne.

Nous retrouvons donc aujourd’hui ces chantres d’un Hard Rock mélodique de grande classe, réassemblés pour la première fois avec le line-up de leur premier album (Marcie Free – chant, Bruce Gowdy – guitare, Guy Allison – claviers, Jat Schellen – batterie et Larry Antonio – basse), avec une petite douzaine de nouveaux morceaux, qui une fois de plus, prouvent qu’ils n’ont rien perdu de leur talent, ni de leur amour pour une musique finement ciselée, qui n’a pas vraiment changé depuis les années 80. D’ailleurs, les têtes pensantes du projet ne cachent pas leur enthousiasme quant à ce nouveau chapitre de leur aventure, puisque Guy Allison déclare lui-même que « Can’t Go Home est devenu mon disque d’UNRULY CHILD préféré, tant au niveau des compositions que de l’instrumentation. Et je vous assure que je dis la vérité ! »

Certes, on imagine mal un concepteur renier son bébé, mais à l’écoute de ce sixième album officiel (plus le The Basement de 2002, constitué de démos), on ne peut que partager l’opinion dithyrambique du claviériste tant ce Can’t Go Home transpire l’optimisme typiquement 80’s d’un Hard Rock tirant sur l’AOR, qui fut rappelons le leur spécialité dans leurs anciens combos respectifs.

Alors évidemment, seuls les véritables amoureux d’un genre qui semble tombé en désuétude depuis le début des nineties sauront se satisfaire de ces onze compositions coulées dans le même moule, et qui privilégient des mélodies subtiles et des refrains collégiaux, mais je ne crois pas me tromper en affirmant que les UNRULY CHILD n’ont jamais cherché autre support extérieur. Il faut appréhender ce disque pour ce qu’il est, une réunion de musiciens au talent indiscutable qui se retrouvent autour des mêmes thèmes musicaux, et la suite assez logique de leurs deux précédents efforts estampillés Frontiers, mais rien de plus, ni de moins. Du Hard-Rock donc, mais plutôt versé dans un AOR de grande qualité, et donc assez soft dans le fond et la forme. Pas de gros riff qui déchire les enceintes, pas d’envolée vocale opératique, mais plutôt un mi-chemin assez feutré qui privilégie l’émotion à la puissance, quoique certains morceaux n’en soient pas dénués, loin de là.

Il faut dire que la production très policée à tendance à niveler l’agressivité vers le bas, ce qui pourra rebuter les rockeurs les plus exigeants, avec cette guitare mixée au même niveau qu’un clavier quasiment omniprésent, et des vocaux qui stagnent dans des modulations assez soft, mais là est justement le charme d’un groupe comme UNRULY CHILD, qui sait très bien ce qu’il veut, et ce, depuis le début de sa carrière.

Niveau qualité, Can’t Go Home sait se hisser au niveau des meilleures réalisations du groupe, sans retrouver la fougue des débuts, mais en restant honnête.

Les musiciens ont vieilli, ils n’ont plus rien à prouver, mis à part qu’ils sont toujours capables de trousser de petits joyaux d’AOR dans la plus droite lignée du son West-Coast des 80’s, lorgnant du côté des TOTO, du JOURNEY de Raised On Radio, de Richard Marx, et bien évidemment, de leur propre parcours.

Alors, le passage en revue de toutes les facettes du genre est exhaustif, de la ballade lacrymale qui nous replonge dans les affres des amours cinématographiques d’il y a trente ans (« She Can’t Go Home», ne manque plus que le solo de saxo s’époumonant dans la nuit), en passant par l’hymne Hard-Rock mélodique sur tempo médium qui laisse les guitares mordre un peu plus fort sans occulter la tendresse d’un refrain qui caresse dans le sens du poil (« The Only One », estampillé DARE/TOTO/WINGER), sans oublier l’archétype du Pop-Rock chaloupé et délicieusement synthétique velouté (« Driving Into The Future » et son solo d’époque).

Pas de grosse surprise donc, mais une confirmation, et surtout, la validation au panthéon des grands du MOR Rock Américain d’UNRULY CHILD qui continue son bonhomme de chemin sans se créer d’autres problèmes que ceux qu’il n’a déjà dû affronter.

Il semblerait donc que le fait de se retrouver dans la configuration initiale de leur premier album ait donné un nouvel élan à ce quintette décidément très attachant. Les compositions sont simples, certes un peu aseptisées de temps à autres par une production un peu trop soft qui atténue l’attaque des guitares et adoucit la rugosité des soli, mais l’essentiel est là, et les superbes harmonies vous laisseront le cœur ému, et la sensibilité ténue.

En témoignent de petits bijoux comme le très finement dessiné « Ice Cold Winter » et sa basse synthétique qui nous replonge dans les affres radiophoniques de l’Amérique de 84/86, le relativement énervé « Sunlit Sky » qui permet une fois de plus à Marcie Free de donner toute l’étendue de son talent vocal multiple, profitant de chœurs discrètement disséminés, ou le soft et sensible « Get On Top » qui ose enfin un riff un peu plus appuyé sur les couplets pour aiguiser une lame de chœurs à la DEF LEP nous menant sur un refrain typiquement Californien.

En parlant de cette guitare qui tente tant bien que mal de se faire une place, elle en trouve une de choix sur le burner de clôture « Someday Somehow », qui nous abandonne sur une note énergique et bondissante. Magnifique démonstration de Hard Rock mélodique bien dans son époque, mais qui n’oublie pas son passé pour autant, c’est une façon très probante et intelligente de terminer un album sans failles qui préfère lâcher une dernière poussée de fièvre pour nous laisser sur une impression moins édulcorée. Bien joué…

 

UNRULY CHILD prouve donc que vingt-cinq ans après ses débuts, son énergie et son envie de jouer sont toujours intactes, et la foi est à ce point retrouvée que le quintette a décidé de nous préparer avec l’aide de son label une splendide Box rétrospective contenant pas mal de matériel.

C’est le porte-monnaie qui va encore hurler de douleur, mais que voulez-vous. Quand on aime, on ne compte pas, ni les deniers, ni les heures !


Titres de l'album:

  1. The Only One
  2. Four Eleven
  3. Driving into the Future
  4. Get on Top
  5. See If She Floats
  6. She Can-t Go Home
  7. Point of View
  8. Ice Cold Sunshine
  9. When Love Is Here
  10. Sunlit Sky
  11. Someday Somehow

Site officiel


par mortne2001 le 13/03/2017 à 14:17
78 %    372

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Gutalax + Spasm + Guineapig

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)