Nos chers amis de Great Dane nous ont encore réservé une surprise en ce début d’année, en choisissant de distribuer le second album des flingués finlandais de REFUSAL. Mais comme tout le monde ne connait pas tout, il convient de préciser pourquoi cette annonce mérite de retrousser vos manches, la production actuelle ressemblant à des robinets de taille gargantuesque dont personne ne contrôle le débit. Les REFUSAL sont donc la nouvelle référence nordique en matière de brutalité extrême, eux qui ont commencé leur carrière il y a déjà quelques années. Et dire qu’ils ont pris leur temps et ont soigné chaque étape est un euphémisme. Fondée en 2008, cette entité pluriforme ne s’est pas jetée dans le grand pain sans tremper ses pieds dans la farine, et ce ne sont pas moins de sept démos et deux compilations qui ont été nécessaires avant d’oser lancer un premier longue durée. Entre 2008 et 2011, cinq maquettes ont donc été soignées, suivies d’un sampler Where’s Your Ammo en 2012, puis deux autres en 2012 et 2013, encore suivies d’une compilation, Short on Grasp, avant qu’enfin We Rot Within ne nous sauve du marasme de l’impatience de son titre sans détour. On y découvrait alors un combo sûr de son fait, maîtrisant à merveille les codes du Death old-school et moderne, et c’est auréolé de la fierté du travail bien fait que les musiciens d’Helsinki nous en reviennent avec neuf nouveaux morceaux dans la musette, qui poussent leur recette efficace jusque dans ses derniers retranchements, pour incarner une sorte de machine à broyer les tympans parfaitement implacable et sans aucun remord.

Quintet (Niikka Lius - chant, Tero Pirhonen & Kalle Kuosmanen - guitares, Timo Pirhonen - basse/chœurs, Aleksi Roitto - batterie), REFUSAL est l’archétype du Metal extrême dans toute sa splendeur, de ces artistes qui transcendent la normalité pour transformer ses clichés en qualités, et cet Epitome of Void est plutôt du genre épitomé de violence, tant ses accointances avec les tendances les plus bestiales sont patentes et hautement dangereuses. Pas étonnant dès lors de le retrouver au catalogue de Great Danes, le label s’étant fait une spécialité des excroissances les plus hideuses de l’underground, justifiant son immaculée réputation d’un flair sans failles. Et c’est ce flair qui les a poussés à débaucher les finlandais, qui aujourd’hui nous prouvent qu’ils ont déniché dans un vieux grimoire la recette du Death/Grind le plus parfait, le tout en une petite demi-heure qui suffit amplement à mettre les choses au point. On retrouve donc ce chant caverneux, ces riffs froids mais sanglants, cette rythmique polyvalente qui assure en mid pour mieux écraser en blasts, et même, cerise sur le gâteau moisi, une basse très audible qui de ses graves claquant et de sa brillance morbide vient enjoliver des compos qui n’attendaient que ça pour imploser. Loin du pétard mouillé, ce second album confirme, et s’affirme comme un outsider sérieux sur la scène, s’adressant tout autant aux fans d’un SUFFOCATION ludique et débarrassé de ses obsessions techniques, qu’aux accros à l’immédiateté d’un NASUM, qui en son temps fut loué comme le nouveau messie de la brutalité agencée. Une petite touche du NAPALM DEATH le plus Crust pour agrémenter le tout d’un glaçage sauvage, et on emballe l’ensemble dans un joli carton lugubre à la ENTOMBED pour obtenir le cadeau parfait à tous les déviants de la terre, qui à n’en point douter vont se rouler par terre de plaisir.

Partant de là, pas forcément utile de digresser pendant des heures en expliquant le pourquoi du comment, puisque toutes les données vous seront communiquées par le groupe lui-même dès « Suffocate », qui de son analogie nominale vaut bien des discours. Alors bien sûr, malgré cette entame sur les chapeaux de roue, l’ensemble n’est pas entièrement prévisible en se basant sur l’instinct, puisque les REFUSAL nous ont aménagé des espaces un plus souples et des ambiances moins renfermées. S’ils basent leurs théories sur celles du passé, en prônant une rapidité de tous les instants et une férocité de tous les moments, ils n’hésitent pas pour autant à distiller un groove assez contagieux, accumulant les plans sans tomber dans la trop grande versatilité, mais conférant à leurs morceaux un aspect hétéroclite toujours bienvenu dans ce genre de réalisations. Capables d’agrémenter deux minutes et quelques de Death solide d’un nombre conséquent de plans, les finlandais jouent la carte de la violence à outrance, qu’ils laissent exploser comme bon leur semble (« Hectic »), avant de laisser le feu couver pour préparer la prochaine ronflée. Pas question de s’éterniser, mais pas question non plus de frapper, rentrer, tout saccager, et partir sans laisser sa carte, et si les titres restent dans des balises raisonnables, ils prennent aussi le temps de développer leur argumentaire, parfois Heavy comme l’enfer (« Disregard »), mais le plus souvent suintant comme les carreaux d’une salle d’autopsie (« Disgust »). C’est évidemment la trame anglaise qui suggère l’inconscient, et l’ombre des NAPALM plane bas au-dessus des cadavres, même si le Death purement suédois sait aussi assumer son parrainage (« Slaves »).

Et entre des intermèdes à l’humeur joyeuse, mais aux gestes précis et à la machette aiguisée (« Exploit », Grind, Crust, Death, enfin, tout ce qui fait mal), et une fin d’album qui prend son temps pour présenter ses condoléances à la famille des massacrés, l’agencement des festivités proposées par Epitome of Void est du genre malin, et ne nous laisse pas sur notre faim. C’est ainsi que les trois dernières pistes de l’album occupent à elles-seules la moitié quasiment du métrage, et ce sans recycler des opinions déjà émises. Et on prend son pied à l’écoute de « Futile » qui se rapproche des crises de folie de BRUTAL TRUTH, comme on trépigne sur l’épilogue « Void », lourd de sens, truffé de dissonances, et servant son Death tartare, et accélérant comme un barbare. Sans faire souffler un vent d’inédit sur les braises de l’ultraviolence, les REFUSAL s’en sortent avec les honneurs en respectant un classicisme de surface qu’ils enrichissent d’un sens du rythme assez bestial. Le genre de disque qu’on écoute pour se mettre la tête à l’envers, mais se remettre le cerveau à l’endroit. Du Death qui n’est ni complètement vintage ni entièrement contemporain, mais qui se déguste comme du vieux pain. Un peu rassis s’entend.         


Titres de l'album :

                         1.Suffocate

                         2.Hectic

                         3.Disregard

                         4.Disgust

                         5.Slaves

                         6.Exploit

                         7.Bound

                         8.Futile

                         9.Void

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/02/2019 à 17:53
80 %    315

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Swan

Shake the World

Ævangelist

Nightmarecatcher

Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Deadline + Iron Kingdom + Jades

04/03 : Le Klub, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

L'info vous avez du la lire sur le scribe du rock il me semble qu'il y a une interview.
https://www.webzinelescribedurock.com/2020/02/ultime-eclat-glaciation-entretien.html

Après franchement suis vraiment pas fan du groupe ...


Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu (...)


Oh là là Blind... Faut pas prendre la mouche comme ça…
Ma réponse ne se voulait absolument pas acerbe : Cf. "Ton intervention (très gentille au demeurant...)".
Putain… Pour une fois que j'étais tout aimable… Cela m'apprendra tiens !


J'en attendais rien, et c'est vraiment très bon. Le chant est toujours aussi puissant.


Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !