Du Thrash/Crossover/Punk mexicain, ça vous dit ? Ça tombe bien, puisqu’en ce dimanche matin pluvieux, c’est ce que je comptais vous proposer avec le premier album des NO DECET, joyeux comme un Mosh furieux, et souriant comme un slam à deux. Originaires de Mérida, région du Yucatan, ces deux musiciens qui n’ont besoin de personne d’autre revendiquent donc leur appartenance double au monde du Metal et du Punk, allégeance qu’ils ont déjà prouvée avec leur première démo Camino de Fuego, publiée en 2016. Mais aujourd’hui, c’est en semi-professionnels qu’ils reviennent, avec dans leur flight-case une bordée de morceaux sous influence, combinant l’art californien de la rythmique fatale et la science infuse ibère de la folie qui dégénère, avec pas moins de treize chapitres servis très chaud, pour une ambiance muy caliente. Ainsi, David (batterie/chœurs) et Omar (guitare/chant), nous proposent donc leurs théories sur un Crossover pas piqué des vers, aussi empreint de la folie des MUNICIPAL WASTE et de POWER TRIP (à quelques degrés moindres s’entend), que du traditionalisme radical des RATOS DE PORAO, D.R.I, SUICIDAL TENDENCIES, le tout bien agité du bocal et chanté dans un idiome natal. Mais l’espagnol et le Thrash ont toujours fait bon ménage, et en truffant leur premier LP de samples qui mettent dans le jus, les deux compères signent donc une ode à la bonne humeur, un sonnet à la gloire du Metal le plus guilleret, et surtout, un pamphlet d’un naturel déconcertant, qui fait vraiment du bien dans cette atmosphère de déprime actuelle. Doté d’un son à cheval entre la maquette et l’album de studio, Trash Man in the City est aussi lié à la scène Hardcore mexicaine et espagnole qu’il n’est rattaché à l’esprit Thrash de la baie de Venice, et ose les inserts lapidaires pour mieux faire passer ses idées fulgurantes. Du bonheur en baskets ? C’est le cas, et cette demi-heure en leur compagnie passe très vite, notamment grâce à cette pluralité de ton qui vous débarrasse du bourdon.

Demain, c’est lundi matin. Alors quoi de mieux que l’oublier en s’envoyant quelques morceaux bien troussés, qui proposent différents thèmes, de la blague de potache aux paroles investies et dénonçant les exactions du gouvernement ? Rien, je vous l’accorde, et entre Hardcore Punk au rythme échevelé (« Mi Bandera », les DISCHARGE en vacances au Mexique, pour s’enfiler quelques téquilas), et gros Metal à tendance Thrash qui plaque des riffs maousses sur une rythmique qui tousse (« Maldita Destruccion »), l’équilibre est bien trouvé, nous assurant une écoute au plaisir décuplé par le talent de deux musiciens qui sont tout sauf des bouffons. Certes, le déroulé est classique, les plans ne le sont pas moins, mais il y a une véritable exubérance qui émane de ces morceaux simples, recherchant l’effet maximal et immédiat, et qui se partagent entre la poignée de secondes et les minutes plus longues, pour plus ou moins accélérer le tempo (« Pedo de Robin », plutôt plus que moins). Dans les moments les plus épidermiques, le tandem fait preuve de cohésion et de complicité, et lorsqu’ils tentent le médian avec une hargne de méchants, ça fonctionne et ça rappelle une sorte de fusion entre le MOTORHEAD le plus saignant et le D.R.I le plus fluctuant (« 180km/h »). D’ailleurs, la mention de MOTORHEAD est tout sauf gratuite, puisque les NO DECET terminent  leur sprint par la citation « Lemmy », hymne à notre regretté greaser qui aurait sans doute apprécié d’être mis de si bonne humeur.

Mais cette facilité de fond n’empêche pas une recherche de ton, et un titre comme « Humano » le démontre de ses préoccupations humanistes et de son engagement social, reliant le Thrash le plus formel au Hardcore le moins bordel. La voix monocorde d’Omar, qui pourrait paraître redondante au prime abord s’accorde très bien de ces riffs puissants semblant chipés dans les coffres de la scène Hardcore lusophone des années 80, tout comme au legs anglais de la même époque, et on sent que les deux musiciens ont l’habitude de jouer ensemble, se calant sur la même ligne pour faire tomber les breaks pile au bon moment. Loin d’avoir le cul entre deux chaises, Omar et David ont choisi de ne pas choisir entre le Metal et le Punk, sans se prendre trop au sérieux, ni verser dans l’approximatif dangereux. Leur musique est libre mais carrée, précise, mais pas millimétrée, même si les passages les plus lourds sont bien empaquetés (« Paranoia », un peu du SAB, un peu de CARNIVORE, un peu du FROST, pour une litanie bien lourde), et cette façon de passer de la stabilité à la vélocité est parfaitement délicieuse, et des morceaux affolés comme « Masacre » de nous bousculer un peu plus, à la manière d’un WARFARE, d’un TANK ou d’un IRON REAGAN, l’amplitude en moins, mais la folie en plus. Un premier album qui vaut donc largement le coup d’être découvert, qui nous présente un groupe en place, aux idées sympathiques, et qui prend ses blagues très au sérieux sans devenir chiant. Pas de révolution dans les rangs, mais un sérieux coup de pied au cul d’un Crossover parfois trop imbu, qui a oublié ses prétentions adolescentes de défoulement et de plaisir simple.     

    

Titres de l’album :

                       1.Trash Man in The City

                       2.Maldita Destruccion

                       3.Pedo de Robin

                       4.Muerte A Los Falsos

                       5.180km/h

                       6.Mi Bandera

                       7.Paranoia

                       8.Devastación

                       9.Masacre

                      10.Guerreros del Mosh

                      11.Nueva Actitud

                      12.Humano

                      13.Lemmy


Facebook officiel

Bandcamp officiel


 


par mortne2001 le 26/07/2019 à 17:44
78 %    95

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.