Tient-on des propos déplacés en affirmant que le Power Metal est un genre qui ne supporte pas la demi-mesure et qui s’accommode très mal d’une approximation de ton ? Je ne pense pas, et ce nouvel album des références brésiliennes d’HIBRIA vient conforter ma pensée. Depuis 1996, ce quintette (Iuri Sanson - chant, Abel Camargo & Renato Osorio - guitares, Ivan Beck - basse et Eduardo Baldo - batterie) s’est ingénié à abonder dans ce sens, proposant des albums toujours plus riches et élaborés, au point d’être devenu une pointure incontestable du style. Après tout, on ne se retrouve pas à jouer sur la scène de festivals aussi importants que le Rock In Rio ou le Loud Park en pratiquant une musique balbutiante aux moyens et à la portée limitée. D’ailleurs, Defying the Rules, leur album de 2004 leur permit alors de tourner comme des fous et de se voir distribués au Japon, en Corée du Sud, en Russie, et il fit partie des meilleures ventes des HMV japonais pendant plus de six semaines consécutives, déclenchant les louanges du magazine respecté Burrn. Avec un tel palmarès à leur actif, les lusophones sentirent alors qu’ils avaient clairement le vent en poupe, et se sentirent pousser des ailes qui les menèrent vers les sommets, atteints lors de la parution du magnifique Silent Revenge en 2013, et de sa suite tout à fait logique Hibria, deux ans plus tard. J’avais abordé leur cas en digressant sur le EP XX, il y a deux ans, qui n’avait servi que de tremplin à une gigantesque tournée, et j’en avais dit le plus grand bien, moi grand réfractaire au genre devant l’éternel. Mais comme je l’affirmais à l’époque, lorsque des instrumentistes mettent tout leur cœur à l’ouvrage, et qu’ils composent de véritables morceaux portés par des riffs pertinents et des mélodies accrocheuses, il n’y a aucune raison de faire la fine bouche et de s’enfermer dans une subjectivité qui n’est pas de mise. Ce qui est immanquablement le cas des HIBRIA, qui une fois encore avec ce Moving Ground raflent la mise et s’imposent comme une des valeurs les plus sûres du créneau, sans changer leur guitare d’épaule.

Osons les jugements à l’emporte-pièce, et affirmons que ce sixième album studio inédit (en soustrayant la version dixième anniversaire de Defying the Rules, éditée en 2014) est un véritable petit joyau de Metal mordant et intelligent, porté aux nues par la grâce et le talent de musiciens qui connaissent leur sujet par cœur. Il est impossible de résister à ces démonstrations de force toutes en séduction, qui transcendent des harmonies vraiment fondantes par un surplus de puissance gonflée à la testostérone, mais bien loin des clichés les plus éculés du genre. On sait les brésiliens très forts au petit jeu du Power Metal futé et biseauté, mais les originaires de Porto Alegre font vraiment partie du haut du sommet du panier, ce que ces dix nouveaux morceaux prouvent avec un panache impressionnant. Rien à jeter sur ce nouvel effort, qui brille de mille feux, et qui bénéficie d’une production soignée aux petits oignons, permettant au combo de faire le lien entre le DREAM THEATER le plus concis et l’ANGRA le plus flamboyant. Ce qui frappe en premier lieu chez eux, c’est ce désir de s’affranchir de toute étiquette trop fermement accolée, pour pouvoir unir dans un même élan Heavy Metal de tradition, Thrash de condition, et Speed symphonique de passion, pour une danse hypnotique sinuant entre les époques pour échapper à la sentence implacable du temps. On peine à vraiment situer chronologiquement les brésiliens, qui pourraient tout autant s’être échappés d’années 80 calibrées, que s’être évadés d’un début de vingt-et-unième siècle connoté. Et en faisant une fois de plus preuve d’une absence totale d’objectivité, je vous mets au défi de trouver la moindre faiblesse dans ces morceaux au lyrisme prononcé, mais à l’emphase maîtrisée, qui osent des couplets incendiaires menant sur le chemin de refrains d’enfer. Mais le paradis est pavé de bonnes intentions, et celles des brésiliens sont de vous faire headbanguer tout en vous laissant chantonner, sans tomber dans la mièvrerie de la facilité. Tâche ardue s’il en est, mais défi remporté avec brio, et la sentence tombe assez vite, Moving Ground s’approche de très près de la perfection, de la façon la plus honnête qui soit.

Il faut dire qu’avec l’entrée en matière la moins discrète qui soit, unissant dans une même euphorie les intro démonstratives de PERIPHERY ou DREAM THEATER (cette basse mes aïeux !) et la force de persuasion Heavy d’un JUDAS PRIEST de légende, les intentions sont clairement affichées, et proches des plus grands accomplissements de VANDEN PLAS et ANGRA à la force décuplée par une cure de Thrash soutenue. Le chant d’Iuri Sanson, toujours aussi puissant et nuancé s’accorde encore une fois à merveille de la furie dont fait preuve le reste du groupe en arrière-plan, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’écouter une version Godzilla des LOUDNESS, transcendés par un monde à sauver, mais prenant quand même le temps d’un break des options presque Jazz histoire de ne pas tout brûler. Ce morceau, aussi convaincant qu’héroïque est en fait un révélateur de la tendance 2018 d’un groupe qui injecte toutes ses forces dans la bataille, gagnée d’avance d’ailleurs, et dont la seconde étape se formalise via « A Life For Yourself » temporisant un peu les choses d’un médium directement emprunté aux ACCEPT, PRIMAL FEAR et autres…LOUDNESS justement, validant ainsi les nombreuses accointances qui relient les scènes brésilienne et japonaise. Riff catchy comme un tic Metalcore pour démonstration purement Metal, tâtant même de la radiophonie d’harmonies vocales caressantes, à mi-chemin ente Hard Rock séduisant et Heavy chatoyant. Un hit-single, pour le moins, mais surtout la confirmation que cet album est une épiphanie de savoir-faire.

Et le grand déballage de linge propre continue, de titre en titre, qui pourtant n’ont pas été construits de façon à céder à la facilité. En choisissant de travailler sur la durée, les brésiliens ont pris un risque énorme, celui de verser dans la redondance, écueil qu’ils évitent toujours avec un brio confondant. Ainsi, entre un « The Shapeshifter » clairement Néo-Thrash au chant toujours aussi envoutant, et à la double grosse caisse concassante (et des chœurs purement écrasants) et un « Scream And Shout » qui pourrait presque passer la porte Glam sans avoir recours au make-up, la démonstration tourne à l’écœurement, tant on cherche en vain le petit grain de sable susceptible d’enrayer cette machine si bien huilée. Alors, on accepte l’état de fait, et on savoure les déviations Thrash progressives, aussi ancrées dans les 90’s que dans le nouveau siècle, toujours à la frontière des genres sans oser vraiment les franchir, mais sans non plus tergiverser, et « Sailing Ship » d’insister sur la puissance, « Souls Ain’t For Sale » de pratiquer l’ambivalence d’une émotion portée à ébullition, ou « So Damn Unkind » de trépider d’un Metal sautillant, lardé de soli stridents. Le panel est large, et on se demande bien quelle mouche radioactive a pu piquer le quintette pour oser un tel éventail d’influences sans paraître disparate ou dispersé. Car l’intensité ne faiblit à aucun moment, même si « Safe Shore » semble marquer le pas de ses citations personnelles, qu’un refrain hautement performant vient sauver de la redite. Et lorsque les HIBRIA se lâchent complètement sur l’épique « Heaven », on se dit qu’on est en train de faire face à une incarnation du professionnalisme poussé à son paroxysme, tant les idées s’imbriquent avec logique, et le formalisme du ton ne cède jamais à la passion.

On ne ressort pas d’un album comme Moving Ground totalement indemne. Plus qu’un simple LP, c’est une tornade qui vous laisse complètement décoiffé, l’air hagard, et certain d’avoir assisté à une manifestation de colère de la nature, de celles qui dévastent les côtes et les laissent rasées. Mais surtout, ce nouvel effort des brésiliens risque de devenir à l’avenir une véritable pierre angulaire du genre, jouant la nostalgie tout autant que le réalisme d’une musique qui refuse les conventions pour imposer les siennes. Metal ?

Mais évidemment !


Titres de l'album:

  1. Moving Ground
  2. A Life For Yourself
  3. The Shapeshifter
  4. Scream And Shout
  5. Sailing Ship
  6. Souls Ain't For Sale
  7. So Damn Unkind
  8. Safe Shore
  9. Heaven
  10. Reset My Brain

Site officiel


par mortne2001 le 14/03/2018 à 14:03
90 %    292

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !