Je sais que tout ça n’aura plus vraiment d’importance lorsque vous lirez cette chronique, mais je l’écris le jour de Noël. Alors que tout le monde s’affaire pour préparer les agapes, je suis devant mon écran, en train de réfléchir à ce que je vais pouvoir vous raconter sur ce groupe espagnol qui ne respecte pas vraiment l’esprit de la nativité. Mais moi, les festivités, je m’en cogne, d’une parce que je n’aime ni le foie gras ni le champagne, d’autre part parce que les cadeaux m’ennuient, et finalement, parce que je suis trop Grind pour faire un effort vestimentaire et m’éblouir des présents inutiles qu’on va me refiler sous des paquets chamarrés. Le plus important n’étant pas là, mais dans la découverte de nouveaux groupes méritant une exposition, ce qui est assurément le cas de nos ibères du jour, qui pratiquent un Death Grind inventif méritant réflexion. Nous en venant de Logrogne, ville du nord de l’Espagne, sur l’Ebre, les ERNIA sortent donc leur premier LP, qui visiblement a déjà connu une publication plus en amont en 2016, mais qui bénéficie ici d’un remastering permettant d’en apprécier les tenants et aboutissants dans un confort d’écoute maximal. Ce premier album a une longue histoire derrière lui, puisqu’il a été composé entre 2013 et 2015, qu’il a été enregistré fin 2015, et fut donc publié une année plus tard, avant de se voir relifté pour gagner en épaisseur, ce qui le transforme en véritable machine de guerre de violence qui peine à masquer son inventivité et son esprit chafouin. Car en effet, les ERNIA sont de cette catégorie de groupes à chercher un peu plus loin que le bout de leurs blasts pour offrir à leur public une musique vraiment méchante, mais construite, et ainsi rejoindre les rangs des combos les plus influents du genre. Et il n’est pas impossible qu’à l’écoute de cet éponyme, vous pensiez à des références comme TOTAL FUCKING DESTRUCTION, NASUM, BRUTAL TRUTH ou NAUSEA, sans vraiment vous en rendre compte.

D’autres sur la toile ont même comparé nos amis du jour à HIVESMASHER, DESTRAGE (plus pour l’envie de déconstruire que pour des points communs musicaux patents), mais à vrai dire, ce premier treize titres est une entité qui fonctionne en autarcie, tant son inspiration reste personnelle et venue d’ailleurs. Parce que le Death/Grind finalement, reste un foutoir pour bon nombre de musiciens n’ayant pas les moyens de se payer une thérapie pour soigner leur mal-être, et substituer leur besoin d’ultraviolence par une catharsis beaucoup plus digne. Ici, le style est traité comme tel, et non comme un exorcisme, et les efforts consentis par ces musiciens pour élaborer des morceaux malins ne reposent pas uniquement sur une alternance gravité/rapidité. Ce quintette (Omar Sánchez - chant, Daniel Espinosa & Daniel Valcázar - guitares, Adrián Ruiz - basse et Gabriel Valcázar - batterie) ne joue donc pas un jeu de dupes dont les règles sont faussées dès le départ, mais s’ingénie à traiter la violence instrumentale comme un art à part entière, et truffe ses morceaux d’arrangements légèrement Indus sur les bords, de coupures impromptues, de redémarrages ventrus, et de silence perturbants, pour accoucher d’une des œuvres les plus construites et finaudes de la création, se payant le luxe de sortir l’un des albums les plus fascinants du genre depuis très longtemps. C’est évidemment très puissant, mais aussi à la lisière des créneaux, un peu comme si le Hardcore maintenu sous sommeil artificiel depuis 1985 se réveillait en 2018 pour s’adapter à son époque, et admettre des influences extérieures. Les espagnols n’en citent d’ailleurs aucune, pour garder leur identité particulière, mais après tout, personne n’a besoin de références pour apprécier cette ode à la bestialité intelligente, qui insère des riffs catchy dans une atmosphère délétère, signe des temps et digne des efforts les plus borderline de la scène américaine en pèlerinage en Europe de l’Est.

Donc, pas la peine d’attendre une suite ininterrompue de tranches de vie plus ou moins cocasses, ici, les titres sont construits sur des idées valides, et surtout, élaborés à partir d’une somme conséquente d’idées que les plus pointus qualifieront d’avant-garde. Mais cette avant-garde-là, tirant plus sur l’expérimental d’ailleurs, ne cherche pas en l’abstraction un paravent à l’ignorance. Car les figures de style imposées (délires jazzy, esprit dadaïste à la Zappa/Beefheart, dissonances presque Mathcore, pirouettes rythmiques à rendre folle une cacahuète) font partie intégrante du processus de composition, et ne servent pas uniquement d’ornements destinés à pouvoir classer les ERNIA dans la catégorie des funambules blindfold. Les ibères n’avancent pas à l’aveugle, encore moins à vue, et savent pertinemment ce qu’ils font, n’utilisant les embardées qu’en dernier recours, usant d’abord d’une véritable intelligence de conception avant de se lancer dans la course. Le fait que la plupart des morceaux soient autorisés à dépasser les deux minutes ou à les approcher sera une indication précieuse au moment de juger l’objet, qui dès son entame place les débats sous un ciel différent. Un ciel plus sombre, plus inquiétant, mais révélateur d’un potentiel non négligeable, comme l’indique l’entame « Dionea Muscipula » et sa fausse intro sombre, mais délicatement harmonieuse, même si le chant caverneux d’Omar semble dire que tout ne va pas tourner si bien que ça. Et on le pige assez vite, lorsque déboule le furieux et épileptique « The Limits of Purity », digne d’un NASUM au sommet de sa forme. Basse qui claque, batterie qui joue les fusils mitrailleurs, guitares qui font feu sur tout ce qui bouge, mais des dissonances, des stridences, et un agencement en crescendo supportant très bien des breaks lourds comme des lendemains sans chauffe-eau.

Tout ceci est très ludique, mais surtout, incroyablement créatif dans la débauche. On serait à même de se demander si le tout n’est pas parodique d’ailleurs, mais des morceaux comme « Forest Pt. 1 (Blind Willow/Sleeping Woman) » s’obstinent avec une telle conviction à rendre le grotesque tangible qu’on finit par prendre la chose très au sérieux, surtout en constatant le potentiel technique de chaque instrumentiste. Ces cinq-là connaissent vraiment bien le genre, et se l’approprient, triturant les limites du Hardcore pour l’obliger à sonner lourd et poisseux (« Sabbath for the Zionist »), ce qui ne les empêche nullement de craquer à un moment ou un autre (« Forest Pt. 2 (The Seventh Man) », une intensité que les Grinders japonais pourraient leur envier), pour mieux se concentrer et revenir à des thématiques plus essentielles, toujours tiraillées entre l’Indus et le Grind, négligeant le Death en ne lui laissant que la partie congrue d’un chant toujours aussi véhément (« Heroes of Withdrawal », si après ça, on me dit encore que l’extrême n’est qu’un défouloir stupide je vomis ma dinde sur le chien). Bref, tout ceci est à peu près aussi sérieux qu’absurde, mais permet d’accepter un nouveau groupe à la tablée des ensembles les plus méchamment créatifs de la création. Et Noël ou pas, boules au sapin et serre-tête de renne sur la tête du chat, foie-gras et cotillons, tout ça c’est bidon. Je suis vraiment trop Grind pour apprécier tout ça.   

 

 

Titres de l’album :

                        1.Dionea Muscipula

                        2.The Limits of Purity

                        3.Forest Pt. 1 (Blind Willow/Sleeping Woman)

                        4.Sabbath for the Zionist

                        5.Free of Avidya

                        6.Lunatic Lovers

                        7.Forest Pt. 2 (The Seventh Man)

                        8.Random Discordant Actions

                        9.Heroes of Withdrawal

                       10.Time to Find the Broken Days (Stand By)

                       11.The Flowers on Our Backs

                       12.Burn the Tail of a Dead Rat

                       13.The Confirmation of the Absurd

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 01/02/2019 à 17:29
90 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Miammmmmmm

https://www.youtube.com/watch?v=NOfwWvd2rR8


Decade est énorme c'est vrai et surement le meilleur live.

Mais Still Reigning bordel moi ça m'a autant marqué.

Cette version de ANGEL OFFFFFF DEAAAAATH.

https://www.youtube.com/watch?v=Ol87N0nxfVs

Non c'est énorme, putain je donnerais une fort(...)


Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)