Given to Despair

Ritual Dictates

03/04/2020

Artoffact Records

Bon, on sait déjà ce que raconte un vicomte à un autre vicomte, mais ce qu’on ignorait jusqu’à présent, c’est ce que pouvait raconter un ex-membre de 3 INCHES OF BLOOD à un membre de REVOCATION. Cela dit et sans trop m’avancer, je pense que personne ne s’était jamais posé la question, jusqu’à ce que les principaux concernés y apportent une réponse. Ce qu’on sait aussi, c’est que lorsque des musiciens issus d’univers, de pays et d’origines différents se rejoignent autour d’un projet, ledit projet ne déclenche pas systématiquement l’euphorie. En analysant froidement les données brutes du concept RITUAL DICTATES, on se rend compte que nous avons d’un côté un musicien issu de la scène Heavy/Power et de l’autre un cogneur évoluant dans un contexte Thrash/Death, deux univers pas forcément antagonistes, mais pas obligatoirement complémentaires non plus. Sauf qu’il faut remonter plus loin que les deux références précitées pour comprendre la démarche d’Ash Pearson (REVOCATION, batterie) et Justin Hagberg (3 INCHES OF BLOOD, tout le reste), puisque les deux larrons en foire ont décidé de se baser sur des combos encore plus anciens dont ils ont fait partie. C’est donc en se souvenant d’ALLFATHER et ANGEL GRINDER que les deux hommes ont élaboré le répertoire de ce premier LP, désirant selon leurs mots, « continuer d’arpenter le chemin du Heavy Metal tout en marchant d’un pas Classic Rock, Punk, Black Metal et Grind ». Une attitude qui en vaut une autre, et qui ouvre des perspectives éclectiques, mais qui ne garantit pas forcément la cohésion pour l’auditeur. En effet, on peut assimiler une optique sur le papier, et avoir beaucoup plus de mal à la comprendre une fois mise en pratique, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux musiciens n’ont pas hésité à balayer tout le spectre de leurs influences au moment de composer ces onze morceaux. Ce qui nous donne un résultat étrange, déroutant, pas forcément désagréable mais manquant singulièrement d’unité.

Beaucoup de webzines (en tout cas ceux ayant écouté l’album), nous en parlent comme un album de Grind avec des références externes. Je vous en rassure, il n’en est rien, même si en effet, le Grind fait partie des composantes. Non, il convient de voir en Given to Despair un album de Metal extrême, de façon plus généraliste, qui n’hésite pas à faire de l’œil au passé Heavy de Justin Hagberg de temps à autres. Flanqué d’une superbe pochette et défendu par le label allemand Artoffact Records, Given to Despair a été mixé par Jesse Gander (BISON, ANCIIENTS, JAPANDROIDS) et masterisé par Jason Corbett (ACTORS), et bénéficie donc d’un son très clair et précis, quel que soit le style revisité. Et dire que les styles sont légion est un euphémisme puisque les deux hommes se sont fait plaisir en mélangeant tout ce qui a fait leur culture jusqu’à présent, Heavy Metal classique, Hardcore, Death Metal, Grind, Black, Thrash, pour tenter de nous refourguer une mixture dense et intense, sans toutefois y parvenir complètement. Principal défaut de l’album, qui est aussi paradoxalement sa plus grande qualité : sa diversité qui tient parfois lieu de bipolarité musicale. Nous passons sans vergogne d’un titre au groove appuyé à une sorte de Proto-Grind joué par des punks ayant acheté une méthode Assimil « Le Death pour les noobs », et le tout ressemble parfois à une jam organisé entre les ANAL CUNT, MEATHOOK SEED, CREMATORY et quelques autres potes, jouant le Grind de façon unique et quelque peu désorganisée (« Dominance And Will »). Totalement ouverts et sans contrainte, les deux acolytes se permettent tout, n’hésitant pas à mélanger le Heavy Metal traditionnel au Black N’Roll, pour accoucher d’œuvres improbables, totalement inclassables, qui évoquent OPETH, KATATONIA et DARKTHRONE à la fois, tout en acceptant le legs de la scène True Metal des nineties (« Given To Despair »).

Le contraste frappe de plein fouet, et peut facilement dérouter. Personne ne s’oppose à un brin de fantaisie, mais en l’état, Given to Despair a de faux airs de brouillon génial, de caprice pas forcément fondamental, et s’écoute bizarrement avec plaisir, malgré ses grands écarts permanents. Ainsi, après un long titre progressif et évolutif, aux mélodies prononcées et harmonies développées, le duo n’hésite pas à nous massacrer d’un insert Grind d’une poignée de secondes (« Obsolete Instrinct »), avant de nous pulvériser d’une pure tranche de Thrash/Death mélodique barbare et impitoyable (« Last Phase Of Life »). Tout l’album semble d’ailleurs avoir été découpé en humeurs, parfois constructives et riches (« Aperiam In Porta »), qui prouvent que le duo ne manque pas d’ambition, parfois épidermiques et immédiates (« Poisonous Proclamation »), qui démontrent que les deux hommes n’ont pas hésité à charger la mule pour faire le plus de boucan possible. Mais le pire dans tout ça, c’est que chaque morceau pris indépendamment à quelque chose d’irrésistible, une attaque farouche, un lick accrocheur, une approche unique, ce qui a le don de conférer au travail global une patine étrange que peu d’albums actuels possèdent. En toute objectivité, et en prenant en compte tous les paramètres objectifs de jugement d’un LP, il est impossible de dire que Given to Despair est réussi en tant qu’entité. Le LP est trop décousu, navigue à vue entre les genres, saute du coq à l’âne sans prévenir, et ressemble plus à une récréation prise par des musiciens en rupture de ban de routine. Néanmoins, et en faisant preuve de mansuétude, on reconnaîtra à Justin et Ash le mérite d’avoir tenté quelque chose de différent, et parfois d’avoir enregistré des titres vraiment jouissifs (« Indivisible Mind », du pur Death/Grind avec des chœurs Pop-Punk, il fallait oser).

A vous de juger si la démarche reste pertinente, mais la singularité ne déclenche pas forcément l’intérêt. On attendra de la prochaine livraison, si elle a lieu, un peu plus de cohérence, et le développement d’un style propre moins chaotique et donc moins spontané, mais aussi plus structuré et cohérent. Un plaisir coupable qui laisse quand même dubitatif.                                

                                                        

Titres de l’album :

                      01. It's About Goddamn Time (The Hours Of Folly Part One)

                      02. Dominance And Will

                      03. Given To Despair

                      04. Obsolete Instrinct

                      05. Last Phase Of Life

                      06. Poisonous Proclamation

                      07. Aperiam In Porta

                      08. Extinction

                      09. Indivisible Mind

                      10. What Cannot Be Altered Must Be Endured 1

                      11. Terror Of Time (The Hours Of Folly Part Two)

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/12/2020 à 17:25
70 %    58

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

"Quand on a la bouche qui sent les pieds, c'est qu'on a les dents qui se déchaussent."

28/01/2021, 07:06

Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39