11 novembre 1918, armistice d’une première guerre mondiale, qui après quatre ans de massacres trouve enfin son terme dans une défaite cuisante de l’Allemagne.

9 novembre 2016 accession de Donald Trump à la Maison Blanche par vote populaire. D’aucuns parleraient de cycle qui semble se répéter, d’autres, d’un nouvel ordre mondial qui fait craindre le pire…Certains s’en foutent, mais il paraît que les mois de novembre sont souvent annonciateurs de grands changements. Alors que penser ? Penser unique, penser multiple, ou se poser d’autres questions, qui elles aussi resteront sans réponse…

Les Allemands de LOST WORLD ORDER semblent eux se dire que l’ordre mondial a disparu au profit de…quoi au juste ?

Si l’on en juge par leur dernier album, l’enfer sur terre serait chose réelle, et il nous faudrait y évoluer jour après jour pour trouver notre place dans la fournaise…

Alors marchons, mais écoutons les au passage, puisqu’ils prennent soin à intervalles réguliers de laisser traîner des postulats près de nos oreilles…

Concrètement, le quatuor LOST WORLD ORDER (McZ – basse, Draconiz – batterie, Henny – guitare, Mat – guitare et chant) existe depuis 1991, mais a battu pavillon SPECTRE DRAGON pendant seize ans avant de tenter la reconstruction sous couvert d’un nouveau blason. Sous cette forme, ils ont déjà sorti trois albums, sans prendre le temps de passer par la case démo, EP ou split. Tout ceci les honore, et Tyrants est donc le quatrième chapitre d’une histoire assez riche, qui puise dans son patrimoine national, sans toutefois occulter l’héritage venant d’outre Atlantique.

Et après This Apparatus Must Be Earthed en 2008, Marauders en 2009 et Parasites en 2012, le quatuor continue son lourd bonhomme de chemin qui passe par toutes sortes de voies de traverse, mais qui effectue la majeure partie de son parcours sur terrain Thrash et Heavy, dans la plus grande tradition Allemande.

Pendant les quatre années qui ont séparé leurs deux derniers efforts, les musiciens ont expérimenté d’autres possibilités, travaillé avec d’autres musiciens, mais sont revenus dans le giron de leur propre famille musicale pour nous proposer une nouvelle aventure, qui après quelques écoutes attentives, pourrait bien s’avérer la plus passionnante de leur légende.

Légende, le terme est sans doute un peu fort, mais le Thrash à relents Heavy de ces quatre-là est si brillement exécuté que l’on n’hésite pas forcément à les placer sur un piédestal de fortune sur lequel ils semblent plutôt à l’aise, musicalement parlant. Thématiquement, les mots se focalisent sur un monde post apocalyptique, comme dans les plus grandes heures de la paranoïa 80’s, et Tyrants est une étape de plus dans cette quête de la survie, qui depuis l’élection de Donal T semble connaître un sursaut d’intérêt. Sera t’il le fameux prophète d’apocalypse présenté par la bible ? J’espère que nous ne le saurons jamais, ce qui n’empêche pas les Allemands de coller à l’actualité, sans vraiment l’avoir fait exprès.

Le quatuor refuse de vivre dans le passé, mais y fait allusion en prétendant appartenir autant au souvenir de la Bay Area que de celui de la Ruhr, et de ce côté-là, on ne peut pas les prendre en défaut. Il est évident que leur Thrash mordant et agressif doit autant aux influences conjointes d’EXODUS et DESTRUCTION, tout en restant assez modéré dans l’approche et mélodique dans l’accroche.

Mais ce mélange de parties vraiment furieuses et de moments harmoniques délicats est la marque de fabrique des LOST WORLD ORDER, qui d’ailleurs n’hésitent pas à titiller la mémoire de la NWOBHM par touches fugaces (« A Hell Worth Living In », très intelligent mélange de plusieurs courants complémentaires et évolutifs, tout à tour Heavy, Thrash, Speed, et tout simplement Metal), tout en laissant des blasts ravager sauvagement le paysage de compositions déstabilisées de tant de véhémence (« Tyrant », qui justement juxtapose toutes les tactiques d’approche, en osant la double grosse caisse compressée à la SOILWORK, les refrains fédérateurs à la RUNNING WILD, les staccato si chers à Dave Mustaine et le Heavy progressif à la DEW-SENTED/ICED EARTH, avec en cerise sur le gâteau un chant à la Chuck Billy récent…).

En gros, de la variété, de la puissance, quelques excès dans la mièvrerie de certaines parties mélodiques, mais beaucoup d’assurance dans l’hétérogénéité, et un caractère bien trempé qui affirme et présente les arguments de ses assertions sans flancher.

L’album, comme d’habitude, se compose de morceaux plutôt longs, que le groupe laisse respirer selon l’inspiration, et propose même une intervention hautement épique sous la forme d’une suite élaborée de plus de huit minutes, « Wall Of Glass », qui témoigne de tout le savoir-faire versatile de la bande. Entame Heavy agressive imprégnée du METAL CHURCH le plus agressif, ambiance juxtaposant savamment l’art séculaire Américain et l’efficacité toute germanique d’hier et de demain, collision entre passé et présent pour une danse en Heavy Thrash majeur qui sait ménager de jolis instants de créativité harmonique.

Quelques sifflantes par ci par là pour dynamiser le tout, pas mal de soli très joliment ciselés à la Jeff Waters, des tierces, en gros, un survol du Metal international le plus inspiré, pour un morceau à l’avancée logique et cohérente qui ne se contente pas d’enfiler les breaks stériles.

Mais les LOST WORLD ORDER, plus finauds que la moyenne, prouvent une fois de plus sur Tyrants qu’ils ne sont pas les hommes d’un seul moyen. Ainsi, le terriblement accrocheur « Freakshow » propose sa propre version d’un melting-pot US/Europe, et d’un voyage aller/retour passé/présent, en singeant la basse ronflante des NUCLEAR ASSAULT, les syncopes de Gary Holt/EXODUS, mais aussi les ruades franches des IN FLAMES et de l’école nordique en général, pour un voyage mouvementé à travers trente ans de culture extrême, parfaitement résumée en moins de cinq minutes.   

Ils terminent même par une ultime synthèse de leur art, qui se permet d’accentuer les tics les plus marqués de leur caractère musical, en jouant plus vite, plus fort, mais aussi plus mélodique, et de fait, parviennent à intégrer le Heavy Metal le plus permissif à un cadre Thrash impitoyable à la TESTAMENT dernière époque. Et « End All Life », de son titre et son contenu, de représenter la chute la plus logique à un album décidément très complet…

Quatre ans d’absence, une expérience personnelle mise à profit extra muros, pour un retour tonitruant. Naviguant dans des courants mitoyens et parallèles, les LOST WORLD ORDER démontrent que si l’ordre mondial est devenu un sacré foutoir, leur musique elle, est toujours aussi riche et pertinente.

 Les tyrans inspirent Tyrants, qui s’en sort avec les honneurs dans sa défiance d’une approche figée que ces musiciens abhorrent certainement autant que les injonctions de maniaques prêts à détruire notre monde.


Titres de l'album:

  1. Vorwarts! (Intro)
  2. Combat Zone
  3. Freakshow
  4. Tyrant
  5. Mutual Hyprocrisy
  6. A Hell Worth Living In
  7. Wall Of Glass
  8. Warmonger
  9. End All Life

Site officiel


par mortne2001 le 16/11/2016 à 10:46
71 %    337

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.