« Toutes les deux minutes, quelqu’un est agressé sexuellement aux Etats-Unis ».

C’est sur ce constat effrayant que débute cet EP des californiens de THE DIFFERENCE, originaires de Carson, qui proposent donc en ce mois de janvier morose Common Ground, cinq titres de Post-Hardcore moderne et puissant qui en vingt minutes fait le tour de la question en y apportant son lot de réponses…personnelles.

Quatre musiciens (Sean Todd, Nic Miller, Jordan Damasco et Shaun Eozzo), dont deux se connaissent depuis l’école primaire et la prime enfance, et qui partagent la même passion pour une musique musclée, mélodique et actuelle.

D’ordinaire, je ne m’intéresse pas vraiment à l’émergence d’une énième entité Post-Hardcore juvénile qui de toute façon proposera exactement les mêmes idées que ses aînés, mais les THE DIFFERENCE ont ce je ne sais quoi de différent qui m’a poussé à étudier leur cas d’un peu plus près.

Non que leur musique soit vraiment novatrice, puisque le quatuor cite des influences classiques pour se situer (LIFE ON REPEAT, PARAMORE, THE COLOR MORAL, SLEEPING WITH SIRENS, THE RED JUMPSUIT APPARATUS, MEMPHIS MAYFIRE, BEING AS AN OCEAN), mais leur puissance et leur efficience laisse vraiment admiratif, et on ressort de l’écoute de cet EP vraiment galvanisé, prêt à affronter un monde où la violence et l’égoïsme règnent sans partage…Et il est toujours de bon ton de voir une poignée de jeunes musiciens se rebeller contre l’inéluctabilité.

Hors thématiques importantes à souligner, il me faut reconnaître que la musique de ces excités est sacrément agréable à écouter. Se voulant pont invisible entre le Metalcore le plus pertinent et contemporain et le Post-Hardcore le plus mélodique, les THE DIFFERENCE signent donc cinq titres qui frappent très fort, et qui n’abusent pas trop d’artifices superficiels de production pour dissimuler une pauvreté d’inspiration.

Et comme en sus, chaque morceau possède son propre ADN, le bilan est plus qu’enthousiasmant. Une énergie qu’on peut apprécier même à l’âge avancé de quarante-cinq ans est toujours bon signe, et il est certain que les quatre Californiens connaissent leur affaire, et savent trousser des compositions aussi portées sur l’harmonie que sur la violence la plus aboutie.

Difficile de mettre en avant un morceau plutôt qu’un autre, puisque tous sont excellents dans leur créneau respectif, sans nuire à cette cohérence diabolique qui prouvent s’il en était besoin que les étudiants se connaissent depuis longtemps.

Alors évidemment, les plus puristes et conservateurs d’entre vous vont crier au jeunisme et de suite passer à la chronique suivante une fois leurs oreilles posées sur l’entame « Rescape », qui ne ménage ni les grosses guitares Metalcore, ni les arrangements vocaux Post-Hardcore. Vous êtes en droit de ne pas aimer, mais pas d’en nier l’efficacité et le radicalisme assumé, qu’on retrouve comme empreinte sur toutes les interventions de cet EP, qui ne calme le jeu qu’en de rares moments très bien amenés.

Certains parleront de LINKIN PARK, d’autres d’un MADINA LAKE survitaminé, quelques-uns d’un BRING ME THE HORIZON un peu synthétisé, mais le tout est si bien mené qu’on se laisse amadouer, et qu’on dodeline de la tête dès l’occasion présentée.

Et celle-ci l’est régulièrement, spécialement sur ce brulot intense qu’est « Birth Write », qui cavale d’une rythmique en up tempo, pendant que les guitares tourbillonnent sans repos.

Dualité vocale en douceur/écorchée, avec un brin de phrasé Rap imposé, et riffs qui catapultent le thème en plein dans la réalité, c’est une affaire rondement menée, qui exulte d’un brin de folie tout à fait rafraichissant.

Avec en support une production remarquable, un peu cinématique sur les bords qui permet à une basse énorme de faire son trou sans en avoir l’air, et qui mesure les guitares au millimètre pour que leur tranchant ne perde pas son glissant.

Quelques arrangements ludique et modernes, et nous tenons-là un hit indéniable du Post-Hardcore US moderne, qui applique les recettes à sa façon, sans se brider ou tomber dans l’excès. Une certaine exubérance dans l’exécution permet aux THE DIFFERENCE de se démarquer des plus timorés, et l’adhésion est déjà jouée d’avance.

Les jeunes enragés osent même se frotter à l’exercice périlleux de l’hymne générationnel avec une reprise du « Youth Of The Nation » des P.O.D, qui affirme leur pouvoir décisionnaire et exécutif et leur application, sur fond de rage instrumentale d’un refrain mis en exergue par des couplets hargneux et subtilement rappés.

Notons une fois de plus l’extraordinaire travail d’une section rythmique vraiment soudée, qui permet aux guitares et au chant de se lâcher complètement, pour une percussion encore plus grande, spécialement lorsque les chœurs à l’unisson lâchent quelques slogans béton.

Petit passage obligé par la case smooth n’core, avec un « Less Ends Learned », aux motifs hautement radiophoniques, qui feront certainement les beaux jours de la toile en musique, et la boucle est bouclée avec panache, donnant à ce Common Ground de sérieux airs de condensé de Post-Hardcore contemporain qui n’oublie aucun détail en chemin.

C’est certes hautement calibré, ça déplaira aux amateurs de Hard bien burné, mais avec un peu d’ouverture d’esprit, chacun devrait y trouver un peu son compte comme je l’ai fait.

Après tout, si un vieux thrasher comme moi a trouvé le moyen d’y dénicher suffisamment de qualités pour en parler, vous pourriez être capable d’en apprécier certaines idées…A moins que vous ne soyez irrémédiablement fermé à toute sonorité moderne trop prononcée.

Dommage, mais essayez. La jeunesse à des choses à dire et à jouer, et lorsqu’on lui tourne le dos, c’est à ce moment-là qu’on finit par vraiment devenir coupé de la réalité.

 Aussi cruelle soit-elle.


Titres de l'album:

  1. Rescape (feat. Andrew Reimer)
  2. Birth Write
  3. False Profit (feat. Victor Larin)
  4. Less Ends Learned
  5. Youth of the Nation (P.O.D. cover)

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/01/2017 à 18:20
75 %    316

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Tempête

Pyro[Cb]

Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent projet ! Brut et brutal sans parler de l'artwork qui illustre parfatement le coté tumultueux et profond de la musique, tel un orage qui vous surprendrait coincé entre deux barres rocheuses.


Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !