Haven of Lies

Wayward Dawn

10/04/2020

Mighty Music

A force de parler de groupes évoluant dans la même sphère d’influences, les métaphores commencent à manquer. La prose est comme une fontaine, à force d’y puiser, d’y boire, elle finit par avoir un débit bien plus faible qu’à l’origine, voire se tarir un beau jour. Et Dieu sait si j’ai de nombreuses fois abordé le cas évident du Death old-school, tout comme celui du Thrash old-school puisque visiblement de nos jours, c’est cool d’être old-school. Entre les groupes pompant sans vergogne les grandes références, ceux piquant à droite à gauche de quoi alimenter leur bestiaire, ceux décalquant complètement une œuvre sans honte, et les rares tentant d’échapper à d’évidentes filiations, les mots finissent par manquer, et la motivation aussi. Ce qui ne veut pas dire que les albums que j’accepte de chroniquer sont dénués de qualités, loin de là, mais parfois, ils me font penser à un énième film policier avec flic ripou et mafiosi tatoués. Agréables, laissant un bon mais bref souvenir, mais difficile à décrire sans verser dans la redondance ou la retape. C’est un peu ce que j’ai ressenti ce matin en écoutant le second album de WAYWARD DAWN, Haven of Lies. Un excellent album au demeurant, solide, joué avec les tripes, nostalgique mais enrobé dans une production contemporaine, sauf qu’au moment de coucher mes impressions sur clavier, le vide…Alors, jouons-la scolaire, et contentons-nous de décrire des faits. Haven of Lies est donc le second LP de ce quatuor de Skanderborg (Rasmus Johansen - guitare/chant, Kasper Szupienko Petersen - basse/chant, Jakob Kristensen - guitare et Lukas Nysted - batterie), après Soil Organic Matter paru il y a deux ans, alors que le groupe était encore un quintet. Depuis, leur ancien chanteur solo Niklas Lykke a quitté le navire, remplacé non par un nouveau vocaliste de l’extérieur, mais deux de l’intérieur, le guitariste Rasmus Johansen et le bassiste Szupienko Petersen se chargeant de concert des grognements sourds.

Archétype du solide combo Death versé dans la nostalgie, WAYWARD DAWN est irréprochable dans la forme, et terriblement pro dans le fond. S’il est plus ou moins étonnant de le retrouver au catalogue d’un label comme Mighty Music, plus nuancé d’ordinaire, il n’est guère surprenant de le voir soutenu par une grosse structure. En effet, sa musique, très carrée et efficace rappelle méchamment les premières années de professionnalisation du Death Metal, alors que DEATH, MORBID ANGEL, OBITUARY commençaient à acquérir un statut respectable. On pense aussi aux débuts de la vague de froid suédoise, avec GRAVE, ENTOMBED, mais aussi aux exactions plus morbides d’AUTOPSY, aux accélérations brutales de SUFFOCATION, en gros, à la quintessence des divas de la mort. L’approche est donc plus que classique, ce qui l’est beaucoup moins, c’est le traitement. Car sous l’épaisse couche de puissance se cache une fine épaisseur de nuance, que l’on remarque assez vite. Premier symptôme de cette optique, cette énorme basse qui claque aux avant-postes et qui surprend de son efficience. Le second, plus discret se cache dans la dualité de chant, qui loin d’un gimmick, renforce de sa variété l’éventail de riffs putrides qui impressionne aussi. Ensuite, ces petites trouvailles techniques et d’arrangements qui font respirer des morceaux sombres, brutaux et sans concessions. L’un dans l’autre, WAYWARD DAWN prône donc le formalisme tout en essayant de s’en extirper avec beaucoup d’intelligence et de flair. Et pour cause, puisque les instrumentistes danois sont bons, et pas dupes pour autant. Ils savent que leurs compositions ne révolutionneront pas le petit monde de la passion old-school, et préfèrent se démarquer par des morceaux profonds et futés, plutôt que par de grossières méthodes qui tiennent plus de l’enrobage la plupart du temps. De fait, l’écoute de Haven of Lies est très agréable, et révèle un potentiel certain.

Enregistré et produit par Jacob Bredahl au Dead Rat Studio, masterisé par le marathonien Brad Boatright à l’Audiosiege (OBITUARY, NAILS, FULL OF HELL, pour n’en citer qu’une poignée), Haven of Lies a aussi laissé un très bon souvenir à Jacob Bredahl qui a salué l’application et l’implication de ces jeunes musiciens, qui ont couché sur bande leur album en seulement trois jours et demi. Le répertoire devait donc être méchamment rodé, et le producteur a su le mettre en valeur par un son énorme, faisant ressortir la guitare pour mieux enterrer le chant légèrement dans le mix, sans rompre l’équilibre. Avec une rythmique inventive, des idées de licks diaboliques, les danois ont donc revisité le répertoire US/Européen avec beaucoup de bonheur, et certains morceaux risquent même de devenir des classiques de la vague Néo-old-School Death de notre siècle. Et c’est après une courte intro que le terrifiant « Upheaval of Earth » déverse sa bile sur nos tympans avec ses blasts impitoyables, avant de se caler sur la ligne la plus classique du parti Classic Death. Alternant les séquences d’ultra-brutalité et les passages lourds comme une enclume du destin, les WAYWARD DAWN démontrent leur connaissance du sujet et se montrent à l’aise, mais c’est en laissant l’album s’écouler que l’on prend mesure de leur vrai talent, avec de grosses pépites dissimulées à mi-parcours. J’ai ainsi été durablement marqué par le malicieux et accrocheur « Rotten Sphere », qui avec sa basse roulante et ses sifflantes à la MORBID ANGEL s’avère l’un des tubes de ce LP, ainsi que par « Abhorrent Ignorance », efficace comme une mort violente laissant quelques traces sanglantes au sol. En réfléchissant pour offrir à leur public des riffs plus catchy que la moyenne, les danois marquent des points, mettant en exergue ce talent inné par des constructions à tiroirs, pas forcément ambitieuses, mais montrant un panache dans l’admiration vouée aux GORGUTS et autres chantres de la complexité décomplexée.

En trente-cinq minutes, le groupe ne se permet pas l’itération marquée ni la répétition forcée. Bien sûr, quelques segments se ressemblent encore, notamment lorsque la mélodie s’incruste, mais la force de persuasion dont fait preuve le quatuor laisse admiratif, en version longue (l’alambiqué mais sévère « Ridicule », sorte de concession Thrash dans un univers purement Death), tout comme en version courte (« Apathy », brutal, mais cathartique dans sa simplicité). Le tout s’achevant sur la plus longue intervention, « Slaves of the Self » et ses ambiances prenantes le résultat est en tout point remarquable. En se laissant guider par la musique, on finit par trouver les bons mots, même si peu de choses permettent de distinguer les WAYWARD DAWN du reste des adorateurs du culte nostalgique. Un album solide, inventif juste ce qu’il faut, efficace, mais finaud. Je resterai donc sur cette formule idoine au moment de juger Haven of Lies, qui ne vend aucun mensonge.         

            

Titres de l’album :

                           01. Misery

                           02. Upheaval of Earth

                           03. Sophomania

                           04. Rotten Sphere

                           05. Bliss

                           06. Abhorrent Ignorance

                           07. Ridicule

                           08. Apathy

                           09. Slaves of the Self

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/04/2020 à 18:54
80 %    449

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00

Humungus

Bah putain...Devait y avoir une sacrée ambiance depuis un sacré bout de temps dans le groupe hein...Je ne savais pas du tout que Burton avait un projet annexe.Je m'écoute ça en ce moment là : Rien de Metal là-dedans.

29/09/2020, 08:53

Arioch91

Slamming Beatdown...La lutte contre le tabassage...  

29/09/2020, 08:08

Arioch91

@NecroKosmos : alors, tu l'as écouté finalement ? T'en as pensé kwa ?

29/09/2020, 08:04

Xoen

Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités...

29/09/2020, 08:03

Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12

LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50