Pierres Brûlées

Aorlhac

24/09/2021

Les Acteurs De L'ombre Productions

Quatrième album déjà pour les aurillacois d’AORLHAC, et second parrainé par Les Acteurs de l’Ombre. Trois ans après l’Esprit des vents, qui clôturait la trilogie venteuse initiée par À la Croisée des Vents et continuée par La Cité Des Vents, le quintet nous en revient donc avec un statut plus qu’enviable, et une discographie à rendre jaloux bien des têtes d’affiche du milieu. Toujours fascinés par leur terre natale et ses contes et légendes, les cinq musiciens nous proposent une nouvelle fois d’explorer avec force violence et mélodies les traditions de leurs contrées, proposant un contraste saisissant entre la poésie des mythes qu’ils abordent et la crudité de leur approche instrumentale.

Une fois encore, sans déroger à la tradition, ce sont N.K.S et Spellbound qui se sont partagé le travail, avec le premier prenant en charge la composition, et le second les textes. Le guitariste/accordéoniste et le chanteur sont entourés de K.H à la batterie, Alex à la basse et Wÿntër Ärvn à la guitare acoustique, et les cinq comparses nous offrent avec ce Pierres Brûlées un sauna d’histoire, de ceux qui vous font suer à l’évocation de faits anciens, de batailles glorieuses, et de légendes sanglantes ancrées dans la terre, et dont les émanations brûlent encore les pages des livres d’histoire locale.

Enregistré pour la partie instrumentale au studio de N.K.S à Carlat dans le Cantal, et pour les voix à Andelat, mixé et masterisé par Fred Gervais au Henosis studio, et flanqué d’un magnifique artwork signé par le prolifique Stan W Decker, Pierres Brûlées ne déroge pas au principe de qualité que le groupe s’est lui-même imposé, et nous délivre un message fort, et un attachement sincère à des racines qui sont honorées sur la pochette même de l’album. Ainsi, le groupe remercie le Cantal, l’Auvergne, la chaîne des Puys et se distancie de la masse grouillante des adorateurs BM et leurs blasphèmes permanents ou leurs obsessions pour les tranches d’histoires et les batailles contre la religion les plus éculées. Force du groupe, ses textes évidemment, qui évitent encore les poncifs folkloriques les plus lénifiants, pour se concentrer sur des épisodes régionaux assez fascinants dans les faits.

Flamme et ténèbre, issant des fonds océaniques, le volcan dont la cendre a formé le Cantal a décoché des blocs de soufre et de métal aux astres, s’épuisait en efforts titanesques.

Dès ce premier morceau qui évoque « La Colère du Volcan », nous sommes happés dans les couloirs du temps pour assister à la formation du Cantal. Le groupe, uni et prêt à en découdre ne perd pas de temps en conjectures, et évite l’exercice fastidieux de l’intro Folk. C’est donc un torrent de blasts qui nous accueille/cueille à froid, suggérant avec beaucoup d’acuité la violence d’une formation terrestre causé par une explosion de puissance. Toujours en combinaison des sous-genres du BM, AORLHAC embrasse la violence mais évite l’évidence, et se rapproche des racines Nordiques les plus traditionnelles, tout en les déformant de sa propre vision. Adeptes des morceaux longs à ambiance, les aurillacois n’ont pas changé leur livre de contes de main, et nous offrent encore des compositions aux proportions dantesques, et au lyrisme prononcé. J’ai souvent utilisé le modèle DISSECTION pour situer le groupe, et celui-ci est toujours valable, malgré des éléments personnels de plus en plus flagrants. Et si le quintet a déjà honoré une compilation dédiée à EMPEROR d’une de ses interventions, le hasard n’a rien à faire dans cette anecdote : leur musique en adopte les mêmes inflexions dramatiques, la même grandiloquence, et le même penchant pour les orchestrations complexes et ambitieuses. En témoigne le long et sinueux « Au Travers de nos Cris », qui pendant près de neuf minutes passe en revue l’ADN du groupe, cette voix exhortée unique, ces riffs concentriques traditionnels, ces breaks bien amenés, et ces mélodies amères qui allègent des parties rythmiques véloces et sans pitié.

Une fois de plus, N.K.S a pu compter sur sa lucidité pour structurer des morceaux profonds, qui exigent une écoute attentive pour dévoiler leur richesse intérieure. On apprécie ces lignes de basse qui virevoltent comme des flèches décochées à l’ennemi, ces fills constants à la batterie qui annoncent des accélérations fulgurantes, et ces guitares qui glacent les sangs comme un vent d’hiver impitoyable. Roi des mots, Spellbound les manie avec une rage intense, accentuant chaque syllabe pour honorer le passé. Le mélange est donc équilibré, dense, et le souffle épique ressenti comme l’écho d’un passé qui se refuse à mourir dans l’oubli.

Pour autant, AORLHAC démontre aussi que la sobriété lui sied à merveille. Le très DARKTHRONE « Vingt Sièges, Cent Assauts » et son riff d’assaut punky est suffisamment simple pour concerner tout le monde, mais ces accès de sobriété et d’efficacité sont rares.

Lorsque nos oraisons se taisent, que la raison amoindrie s’endort, que les flavescences s’abrègent, laissant toute vie en sommeil.

Jeu de batterie incroyable, chant hurlé à pleins poumons, osmose globale compacte, « Nos Ames aux Mornes Idées » lacère les chairs de son intimisme sincère, et propose un contrepoint à la rapidité ambiante de son pas lourd et de son ton oppressant. Toujours désireux de proposer autre chose qu’une simple litanie bestiale de quarante-cinq minutes, AORLHAC a travaillé ses chœurs, la moindre de ses notes, de ses arrangements, pour se lover au creux de la perfection artisanale qui lui est tant attaché. Alors, le voyage, certes chaotique, n’en oublie pas pour autant les pauses acoustiques salvatrices (« Averses sur Peyre-Arse »), mais tient à ce que la cadence reste rapide. « La Guerre des Esclops » reprend le gros du débat, tandis que le morceau éponyme qui clôture cette nouvelle aventure synthétise dans un temps relativement court les idées prônées tout au long de l’album.

Superbe d’ambition, mais suffisamment humble pour concerner tous les fans d’un BM sans compromission, Pierres Brûlées est de ces chemins traversant la campagne en respectant ses reliefs et ses courbes, et qu’on foule seul, en guise d’introspection d’un passé que l’on honore de ses pas. Une histoire à partager, des secrets à confier dans la crainte, et un souffle qui balaie les temps modernes comme des feuilles déjà mortes.   

 

             

                                               

Titres de l’album:

01. La Colère du Volcan                    

02. Au Travers de nos Cris                 

03. Vingt Sièges, Cent Assauts                      

04. Nos Hameaux Désespérés            

05. Nos Ames aux Mornes Idées                   

06. Averses sur Peyre-Arse                 

07. Les Vésanies d'Aymérigot Marchès                     

08. La Guerre des Esclops                  

09. Pierres Brûlées


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/09/2021 à 18:24
85 %    196

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05