Black Magic

Souls Of Tide

22/05/2020

Mighty Music

Je regardais hier soir pour la énième fois Good Morning England, juste pour le plaisir de revoir ces vieux roublards de Philip Seymour Hoffman, Bill Nighy, Nick Frost et Rhys Ifans faire leur show en totale roue libre. Mais aussi jouissives soient les performances de ces acteurs de légende, ne nous leurrons-pas. Lorsqu’on regarde un film pareil, ou un Almost Famous, un The Commitments, ou un Across The Universe, c’est avant tout pour la musique, cette musique profondément enracinée dans notre vécu et notre culture personnelle, cette musique du passé qui n’a jamais vraiment trouvé d’équivalent dans l’approche moderne, aussi bons furent les groupes des années 80 et décennies suivantes. Ainsi, j’adore PEARL JAM, je suis même un fan hardcore, parce que j’ai connu le groupe à peine adulte, mais avec l’expérience et le recul, je comprends que leurs chansons n’auront sans doute jamais l’impact de celles de LED ZEPPELIN ou DEEP PURPLE. On est toujours attaché à la musique de sa jeunesse, cette musique qui selon les générations fut découverte sur les plateformes ou sur les ondes radio…J’ai eu la chance dans mon enfance d’écouter la programmation de musicologues lettrés sur les grandes ondes, mais le plus gros de ma culture fut de disséquer les disques de mon grand frère pour essayer d’en percer le mystère : pourquoi eux, et pourquoi ces quinze années séparant 1962 de 1977 ? La réponse dépend évidemment de votre sensibilité, mais admettons-le, personne n’a rien produit de plus magique et intemporel depuis les sixties et les seventies. Et ce ne sont pas les norvégiens de SOULS OF TIDE qui me contrediront, eux qui visiblement ont été complètement et durablement traumatisés par les sons tournoyants et l’ambiance créative des magiques seventies, ce qu’ils avouent sans détour depuis leur création.

A priori, rien ne distingue vraiment les SOULS OF TIDE d’un autre groupe lambda versé dans la nostalgie. Cette recherche sonore reproduisant les tics à l’identique, cet amour d’une patine analogique qui permet aux instruments de respirer, ces arabesques vocales légèrement orientales, tout indique effectivement une fascination pour LED ZEPPELIN, DEEP PURPLE, CACTUS, SIR LORD BALTIMORE…Et à l’image d’une PRISTINE, d’un BLACK COUNTRY COMMUNION, et de centaines d’autres fondus back in time, ce second LP d’une jeune carrière assume le postulat le plus évident : si tous ces artistes et toutes ces chansons sont passées dans la culture populaire en tant qu’œuvres incontestables et symptomatiques de leur époque, ça n’est pas pour rien. Nostalgiques donc les SOULS OF TIDE mais pas bêtement et facilement. En synthétisant toute une décennie de musique, les norvégiens ont joué la carte de la pluralité, et Black Magic, sans utiliser la magie noire, possède une aura particulière, un parfum envoutant, et une attitude totalement Rock. Sextet (Vegar Larsen - chant, Anders Langberg - guitare, Ole Kristian Østby - guitare lead, Øyvind Strõnen Johannesen - basse, Tommy Kristiansen - batterie et Kjetil Banken - orgue Hammond), le groupe se fond dans le décor, mais fait preuve d’une intelligence rare en comprenant qu’une chanson n’est bonne que si elle parvient à capter l’air du temps sans oublier celui d’avant-hier. Pas question ici donc de se borner à reproduire des recettes qui ont déjà marché, mais bien de les appliquer à un contexte d’époque contemporaine. C’est ainsi que la production, vintage évidemment, ne refuse pas la brillance et la profondeur de 2020. Les guitares sont profondes, mais éclatantes, et nettes. La rythmique pulse, et ne cherche pas l’écho mat du Bonham pour faire la maligne. Le chant, un peu fragile et instable ne prétend pas côtoyer les cimes atteintes par Plant et Gillan, et si l’orgue Hammond est omniprésent, il a la délicatesse de ne pas empiéter sur les guitares. Le tout assemblé est évidemment convaincant et prenant, mais c’est surtout cette décision d’arrêter le chrono à trente-quatre minutes qui rend Black Magic aussi pertinent. Le LP claque, laisse les idées tourner dans la tête, mais n’empeste pas le patchouli et les odeurs musquées pendant des heures.

La démarche des norvégiens n’est pas foncièrement différentes de celle des KADAVAR, GRETA VON FLEET, LUCIFER, DATCHA MANDALA et autres chantres d’un passéisme passionné. Elle n’est pas non plus si éloignée de celle des BADLANDS et KINGDOM COME, qui à la fin des années 80 commençaient à lancer une vague de remise en rail des meilleurs plans de LED ZEP. Mais il y a quelque chose de plus naturel dans leur attitude, quelque chose de plus frais et moins marketing, sans aller jusqu’à parler de sincérité (celle des groupes précités étaient sans doute bien tangible), mais on sent en écoutant « Black Magic » que les six norvégiens ne cherchent pas forcément l’effet de mimétisme pour capitaliser sur un classicisme intemporel. On apprécie cette guitare énorme qui taille le bout de gras avec l’orgue, on aime cette manière de repiquer des plans à DEEP PURPLE pour les confronter à l’académisme Rock du ZEP, mais on aime surtout le fait d’écouter de très bonnes chansons, qui respirent, qui grandissent en vous comme des souvenirs d’aujourd’hui. Les mecs sont tous bons dans leur domaine, mais c’est leur osmose qui convainc, cette unité qu’on sent derrière toutes les attaques, ce que « Voodoo Ritual » démontre fermement, cette manière très nordique de traiter l’héritage anglais, en adaptant les fondamentaux aux impératifs presque Pop des pays du grand froid. Le son de l’album étant très souple, l’écoute n’en est que plus confortable, et lorsque le groupe se laisse aller à des influences plus eighties, la magie opère toujours, puisque la seule obsession n’est pas la copie carbone, mais bien l’hommage à une musique authentique (« Firegirl »). Pas de gimmicks ici, mais des riffs qui prennent, des refrains qui fonctionnent, pas de basse flatterie de l’ego, mais une communion collective qui ne met personne en avant. Un groove incroyablement contagieux qui syncope grave (« Morning Star »), des œillades prononcées aux sixties énamourées, un peu des DOORS, un peu de CACTUS, mais aussi des ambiances aux notes en volutes (« Interlude »), et en gros, le plus important : la musique, pour ce qu’elle est, et le plaisir qu’elle procure.

Beaucoup se diront que Black Magic n’est qu’un vulgaire produit de la manufacture nostalgique, un ersatz de plus qui s’échine en vain à retrouver la grandeur et la magnificence du ZEP (« The Offering »), mais il y a beaucoup plus que ça sur cette seconde offrande, et surtout, autre chose. Autre chose qu’une simple resucée, autre chose qu’une repompe, autre chose qu’une référence. Une énergie, un tempo, une envie, une honnêteté de propos, et surtout, des tonnes de Rock qui se déverse dans nos oreilles, du Rock sans compromis, mais gorgé de mélodies (« Evening Star »). Et savoir si oui ou non les SOULS OF TIDE seront toujours écouté dans trente ans n’a pas vraiment d’importance. L’important, est qu’ils le soient maintenant.                                             

                                                        

Titres de l’album :

                        01.Voodoo Ritual

                        02.Firegirl

                        03.Through the Fire

                        04.Morning Star

                        05.Black Magic

                        06.Interlude

                        07.The Offering

                        08.Evening Star

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/05/2020 à 17:27
82 %    170

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07