Alors que je regardais hier le dernier épisode de la seconde saison de The Exorcist, je me demandais, dans un accès de fièvre, quel pourrait être le comportement d’un musicien déjà barge à la base après un cas de possession constaté par le Vatican. Deviendrait-il encore plus taré, bavant non des jets de bile fielleux mais des lignes mélodiques un peu foireuses à la face du prêtre, et lui donnant de ses nouvelles de sa sœur, qui prépare des cookies aux blettes en enfer ? La question est purement anecdotique, mais je me triturais le cerveau pour tenter d’y apporter une réponse. Demandons-nous ce qui arriverait à un Mike Patton ou un John Zorn en cas d’intrusion démoniaque dans leur organisme originel mais pas vraiment pur. Ou interrogeons-nous sur le comportement d’un des membres de GWAR en cas d’incrustation de Pazuzu dans ses neurones déjà fort agités et aux connexions synaptiques aléatoires. Le résultat serait à n’en point douter assez effrayant, mais peut-être pas si éloigné de la réalité que ça. Et puisque le débat est lancé et les exemples énoncés, extrapolons sur le sort des POLKADOT CADAVER, attachés sur un lit, et aspergés d’eau bénite. Leur corps à n’en point douter serait soumis à des convulsions, ils se mettraient sans doute à parler en langues, et leurs yeux rouleraient de plaisir face à cette roublardise paillarde laissant les officiels de l’église chancelant et choqués de tant de démence. En gros, les membres du groupe n’auraient pas un comportement foncièrement différent de celui qu’ils adoptent lorsqu’ils enregistrent un album, et ce, depuis la séparation de DOG FASHION DISCO. Et en mettant de côté la parenthèse sympathique d’EL-CREEPO, acceptons le fait que Todd Smith répandent ses idées de manière égale selon ses projets qui finalement s’unissent dans un même élan de folie, tout en gardant prise avec une lucidité altérée, puisque le bonhomme n’est quand même pas tout à fait normal…  

On connaît ses travers, depuis très longtemps, mais au sein de POLKADOT depuis 2007, et le séminal barré Purgatory Dance Party, qui plaçait la barre très haute, barre d’ailleurs qui n’est jamais redescendue depuis, et que les musiciens franchissent à chaque fois via la technique dite du « fosbury statique », qui consiste à regarder le monde en sautant sur le dos, position très pratique pour laisser le cerveau s’inonder de sang et déformer la perception. Mais qui dit nouvel album, dit nouveau concept, et cette fois ci, le trio (Todd Smith: chant/guitare/claviers, Jasan Stepp: guitare/clavier/programmation/violoncelle et Brian White: basse) nous propose de naviguer dans les méandres d’un esprit envahi d’une entité démoniaque, désireuse de se faire une place au soleil du marasme humain, en troussant quelques hymnes à la débauche sonore en passant. Ces hymnes sont toujours aussi contagieux de leur folie et de leur bonne humeur, et ce Get Possessed des CADAVER ne se distingue pas vraiment de leur production passée, mis à part le fait que ces dits morceaux sont nouveaux. Mais la technique est toujours là même, refuser les convenances, et mixer dans un même vomi les influences de MINISTRY, FAITH NO MORE, MR BUNGLE, DOG FASHION DISCO bien sûr, et une myriade d’autres accès de bordélisme aigu, apte à séduire les plus flingués d’entre vous, qui ne crachent pas sur une musicalité débridée et quelque peu ordonnée. Et oui, car chez les américains, on aime foutre le bordel, mais on aime aussi le structurer. Et quelque part, provoquer des rencontres entre le SUICIDAL TENDENCIES de « Possessed To Skate », le MINISTRY de Rio Grande Blood, et le KMFDM de « Drug Against War » fait partie de leurs prérogatives, qu’ils développent sur un truc aussi épidermique et antinomique que « Get Possessed », sorte d’Electro-Thrash Indus qui crache sur tout ce qui bouge, et qui blasphème dans les bouges. Furieux, essentiel, véreux, pluriel, les POLKADOT CADAVER ne changeront donc jamais de vision, et prendront toujours autant de plaisir à mélanger les styles pour perfectionner le leur, qui est arrivé à maturation depuis fort longtemps. Mais nous ne sommes jamais à l’abri des surprises…

Les surprises ne viennent pas forcément des rythmiques qui récitent des versets de la bible à l’envers, que l’on connaît si bien pour leur vitesse de débit et leur côté blasphématoire prononcé (« Couldn't Move Far Enough Away »), ni des arrangements électroniques qui s’acoquinent avec le malin pour lancer des invectives salaces de bon matin (« Dead Beats », entré en matière Folko-Thrash-Electro, que même Patton en pleine redescente de Frosties n’aurait pas pu produire le colon bouché), encore moins des points d’accès Punk qui rappellent que tout être possédé à tendance à retomber en enfance et faire pipi au lit (« Stewards of a Syphilitic Emperor »), et pas non plus des lyrics toujours aussi barges écrits par Todd dans une crise d’incarnation polyglotte (« Cocaine's Gone, Party's Over »), mais plutôt des rares passages mélodiques compréhensibles qui rapprochent nos olibrius aux yeux qui roulent d’un groupe presque mainstream. Oh, ne cherchez pas un morceau qui place ce postulat en exergue, il n’existe pas. Ces passages sont fugaces et la comparaison un peu culottée, mais avec un LP de la trempe de Get Possessed qui justement vous en colle une bonne, on se raccroche à ce qu’on peut pour ne pas sombrer dans un univers parallèle fait de crucifix, de jurons pas vraiment mignons, et de chœurs d’église passés à l’envers histoire de faire chier les ligues de morale. Ici, la morale de l’histoire est qu’il faut se sentir libre de faire ce que l’on veut, et peu importe si cette absence de contrainte passe par un abandon de soi au profit de l’esprit diabolique d’un démon lubrique.

Le trio n’a pas changé, et il ne changera jamais, ce que démontre « Skin In The Game », d’abord crooné, puis chanté d’une voix affirmée, et prônant une sorte de Heavy Metal branque mais presque classique, à cheval entre les SNOT et INFECTIOUS GROOVES, le tout sous supervision médicale des NOTRE DAME. Claviers envoutants, chant suave et charmant, riffs presque soft et pourtant bien méchants, et surtout, des breaks que Mike Patton aurait pu placer sur un cauchemar de ses FNM. Beau bilan non ?

Et si les enfoirés vous conseillent le lavement à l’essence, avant de vous pencher en avant pour allumer le briquet (« Gasoline Enema, Bend and Light »), c’est pour mieux profiter d’un dernier pet flambé qui va tout cramer, y compris vos poils et votre rondelle. Cette dernière des POLKADOT CADAVER tourne rond et une fois encore, ne cache rien de son professionnalisme derrière un comportement faussement potache. Le trio est toujours aussi affuté techniquement, leurs compos sont toujours aussi démentes, et même si le jeu est maintenant connu, on y participe toujours avec autant de plaisir, un peu comme la pauvre Regan qui confondait crucifix et sextoy. Et puis, les mecs sont possédés depuis longtemps pas vrai ? Alors, plus grand-chose à faire dans leur cas, sinon assister au joyeux spectacle de leur déchéance, en espérant qu’ils fassent encore pire et mieux la prochaine fois.


Titres de l'album:

  1. Dead Beats
  2. Couldn't Move Far Enough Away
  3. Powder Pink Baby Coffin
  4. Robot Assisted Suicide
  5. Get Possessed
  6. Brain Eating Amoeba
  7. Stewards of a Syphilitic Emperor
  8. Cocaine's Gone, Party's Over
  9. Skin in the Game
  10. Gasoline Enema, Bend and Light

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/01/2018 à 17:19
80 %    298

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes