Dawnpale

Freaksxx

29/03/2020

Autoproduction

Si les allemands sont les garants du patrimoine Metal, si les suédois sont les nouveaux rois de la transposition vintage dans un vocable Pop-Metal, les japonais sont depuis longtemps les dépositaires d’un secret étrange qui consiste en une transformation des canons américains et européens dans une relecture pour le moins iconoclaste. Pour les spécialistes de la cause J-Metal, le secret est connu depuis les années 80, du moins si vous vous êtes intéressé à autre chose que les imports LOUDNESS, VOW WOW et E.Z.O. Sauf que depuis les années 80, les choses ont encore évolué, et les groupes nationaux ne se sont pas arrêté là, et je ne parle pas uniquement des mignonnes renardes de BABYMETAL, mais aussi des BAND MAID, et de tous les groupes surfant sur la vague de Metal moderne des années 2000. Je pourrais en dresser une liste quasi exhaustive, le dossier m’étant bien connu, mais je préfère m’intéresser aujourd’hui à un cas très particulier, celui des rares FREAKSXX, fondés dans les années 2000 et qui ont su se faire d’une incroyable discrétion jusqu’à lors. Depuis leur premier LP Cannibal Carnibal, nous étions sans nouvelles des japonais, qui semblaient avoir disparu corps et âme dans la mer de l’oubli, mais 2020 est l’occasion de les retrouver, plus fringuant que jamais, et pas forcément plus accessibles. Le chroniqueur saura que trouver des informations sur les groupes du soleil levant est une tâche plus que compliquée, et je vous laisserai fouiner dans les arcanes du net pour en savoir plus sur cette formation assez unique que l’on a toujours du mal à classer dans un créneau bien précis. Certains sites parlent d’un Techno-Thrash spécial, d’autre d’un Thrash progressif iconoclaste, et la vérité se situerait en fait en convergence de ces deux options, les musiciens se montrant suffisamment pointus pour glisser quelques prouesses notables, et l’ensemble dégageant une humeur assez particulière.

Disons pour faire simple que les japonais se situent à l’épicentre d’une déflagration causée par FAITH NO MORE, DOOM (le japonais évidemment), SIGH et CYNTIA, et l’image est particulièrement adaptée à la tempête déclenchée par ce Dawnpale qui résume fort bien la démarche nippone d’originalité initiée il y a plus de trente ans. Si les premiers morceaux vous évoqueront plus volontiers un Power Metal d’extrême orient volontiers classique, en pénétrant plus en profondeur les arcanes de ce second effort, vous découvrirez des arrangements incongrus, une dualité vocale assez unique, et l’union des mélodies typiques du Japon et de la puissance nord-américaine. L’album respecte la tradition de variété en vogue dans ce pays aux traditions assez particulières, et alterne Metal franc du collier mais harmonique, et pièces plus originales et basées sur une envie de transcender les canons du genre. Au final, comme dans beaucoup de cas émergeant du pays, on fait face à cette difficulté de classement que les japonais apprécient tant, et si certains morceaux vous rappelleront une tendance en vogue chez les BABYMETAL ou BAND MAID, d’autres au contraire évoqueront les bizarreries si attachantes des DOOM, le côté fortement psychédélique en moins. Toutefois, faites attention. Les chansons ne sont pas forcément ce qu’elles semblent être au prime abord, et dévient souvent de leur trajectoire. C’est ainsi que le formel « Search For The Way » passe d’un Heavy abordable à un Blues bidouillé, avant d’imposer un break alambiqué menant sur la reprise du thème principal, adoptant ce jeu de salle des miroirs qui vous donne l’illusion d’une image nette avant de vous perdre dans une multitude de reflets contradictoires. De la même façon, l’étrange « Chase » se rapproche plus volontiers des cavalcades des aînés de DOOM, avec ce Thrash à la VOÏVOD qui accepte le legs progressif des seventies, et les idées les plus bizarres insérées dans un contexte Rock.

Le groupe peut s’appuyer sur un solide line-up aux individualités notables (Hanako "Milk-y" Sugiura – chant, Nobusuke Ochi – batterie, Azusa Watanabe & Minoru Makita – guitares et Yohei Tamura – theremine, harpe et autres instruments) pour proposer une musique aussi solide qu’originale. Et là est le point fort de cette formation qui ne perd jamais son sens de l’équilibre pour glisser du côté obscur de l’incongruité ou se laisser aller à une normalité trop rassurante. Les breaks, aussi originaux qu’inattendus permettent de conférer à la musique une patine très personnelle (comme cette cassure mi boite à musique/mi Death extrême sur « Chase » qui rappelle les moments les plus fous de CHTHONIC), mais ce qu’on retient surtout de cette réalisation, c’est sa puissance de feu phénoménale, ses riffs biscornus et imbriqués avec une aisance incroyable, et cette dualité vocale qui apporte une dynamique indéniable. A cheval entre les genres, les FREAKSXX se montrent à l’aise dans tous les registres, aussi fous que cohérents dans leur démarche. J’en veux pour exemple « Finzione Epieno » qui passe par toutes les humeurs possibles pour étayer son propos, et qui ose le Metalcore, le Thrash plus franc, le Heavy moderne, le Death métissé, le tout en à peine cinq minutes, ce qui en dit long sur la créativité du quintet. Sans jamais se départir de cet instinct mélodique symptomatique de leur pays, les FREAKSXX tissent une toile d’originalité pour mieux nous y engluer, et n’hésitent pas à avoir recours à des astuces plus populaires pour attirer à eux des victimes potentielles. Plaçant à des instants judicieux des numéros plus accessibles, plus simplement harmoniques avec un tempo plus régulier, Dawnpale se dévoile comme un immense patchwork refusant le confort d’un Crossover trop facile, et prend ainsi le risque de se mettre tout le monde à dos. Aussi théâtral qu’il n’est efficace et cru, ce second album bout d’une créativité extraordinaire, et propose quelques featurings nationaux, très proches de ce que FAITH NO MORE a pu faire de plus velouté (« Anche Uno »).

En résulte une fois encore un disque unique, aux atmosphères aussi variées qu’un carnaval de l’étrange. Il n’est pourtant pas difficile de se laisser prendre au jeu, même lorsque la violence surgit de nulle part en mode méchamment condensé (« At Last »), et en cinquante minutes de jeu, le groupe excuse quinze ans de silence en se montrant sous un jour très flatteur, et pour le moins excentré. Une œuvre qui ose les inserts jazzy, les attaques brutales et ouvertes, les segments mélodiques presque J-Pop, pour finalement se poser en labyrinthe musical qui ne laisse pas vraiment les neurones indemnes. Aussi créatif qu’il n’est cohérent et attachant, Dawnpale confirme que les japonais occuperont toujours une place à part sur la scène Metal internationale, et qu’ils n’ont toujours aucun rival sur leur propre terrain. Et c’est sans doute pour ça que je les aime tant depuis plus de trente ans.  

                                                              

Titres de l’album:

01. Intro

02. Funeral Flower

03. Mad Honey

04. Chase

05. Search For The Way

06. Finzione Epieno

07. Draw

08. Conductor

09. Anche Uno (feat. 鎌田 英嗣)

10. At Last

11. 茜 -A Grudge- (feat. 鎌田 英嗣)

12. 桎梏 -Shackles


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/02/2021 à 18:18
88 %    41

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49