Witch Hunt

Hornets

19/05/2017

Solid Choice Industries

« Formé à une époque où tous ceux les entourant semblaient essayer de se dépasser les uns les autres avec des signatures rythmiques étranges et une compétition de pédaliers tous plus gros les uns que les autres, HORNETS a émergé déjà prêt à tous les niveaux. Plus dur, plus brutal et dangereux que tous ces groupes aux alentours »

Voici donc une façon bien péremptoire et prétentieuse de se présenter. Mais après tout, il n’y a aucun mal à avoir une confiance aveugle en soi et ses moyens, spécialement lorsque ce que l’on affirme est assez proche d’une indéniable vérité.

Les HORNETS seraient donc les sauveurs honnêtes d’un underground qui part à la dérive d’une surenchère grotesque ? C’est en tout cas ce que ces pourfendeurs de son aseptisé semblent nous dire, encore faut-il que la musique suive derrière.

Ce que l’on ne peut guère leur enlever, c’est qu’ils ont effectivement choisi la simplicité de la crudité, ce que les trente-quatre minutes de leur premier album prouvent assez rapidement, et en restant constantes dans l’agression pure.

Les HORNETS viennent donc de Belfast, et ont déjà publié deux EP, Truth en avril 2013 et No Faith en mai 2014. Il leur aura donc fallu peaufiner leur grande entrée pendant plus de trois ans, ce qui en dit long sur leur abnégation et leur sens de la persévérance.

Après quelques changements de formation, puisque Rich Stuart a pris le micro des mains de James McAuley, les irlandais fans de frelons nous offrent donc leur propre état des lieux du Hardcore à tendance cruelle, subtilement empreint de BM de bon ton, et d’accélérations foudroyantes qui nous épargnent une catatonie de son. Sans se départir de leur philosophie de base, les défenseurs d’un certain art de vivre et de jouer underground progressent à pas de géant dans leur domaine avec un Witch Hunt qui part en effet sur les traces de manipulatrices malfaisantes de techniques modernes outrancières, un Malleus Maleficarum Core fermement tenu en mains.

Nul ne sait si ce premier album déclenchera une épure dans les eaux boueuses de l’extrême européen, mais ces barbares font en tout cas tout ce qu’ils peuvent pour nous convaincre du bien-fondé de leur croisade, à grands coups de riffs tronçonnés et de patterns rythmiques uberdosés.

Pour autant, leur musique en est-elle plus convaincante que celle de leurs voisins ? Pas certain, mais elle fait preuve d’une belle énergie noire et développe une atmosphère assez prenante dès ses premiers instants.

On pense parfois à un vilain/méchant mélange entre le DEAFHEAVEN le plus récent et le ENTOMBED de transition, celui de Hollowman qui hésitait encore entre Death gravissime et N’Roll fratricide, pour cette manière d’envisager les choses avec crudité, mais sans se départir d’un groove assez gluant dans les accroches de guitare et de basse abyssales. Witch Hunt explore son propre monde, fait de violence et de contemplation morbide, en multipliant les up tempi maudits et les écrasements rythmiques épuisants, pour se confronter au Hardcore le plus noirci ou au Crust le plus défraichi, histoire de présenter la lande irlandaise sous une nuit sombre et occulte.

Enregistré aux légendaires studios locaux Rocky O’Reilly’s Start Togethern, cette chasse aux sorcières ne pâlit jamais d’un manque de puissance, et développe des théories déjà exposées sur les précédents EP, tout en proposant des motifs neufs qui confirment que les truands du nord savent faire fructifier leur inspiration. En adoptant une posture délibérément Punk transcendant des influences Blackened Core évidentes, les HORNETS jouent le jeu de la brutalité avec efficience, sans pour autant éviter la redite ponctuelle, ce qui est une des caractéristiques de ces styles extrêmes qui refusent toute dilution.

Mais aussi itératif soient les morceaux de ce premier LP, leur allant global et leur son massif leur permettent de décoller vers les enfers de l’extrême nord-européen, tout en lâchant quelques allusions criantes au Crust/D-beat scandinave le plus dru et charnu.

Résultat ?

Un LP homogène, qui préfère proposer des compositions courtes et percutantes plutôt que des digressions interminables et ronflantes.                  

Ce qui frappe assez rapidement à l’écoute de ce premier jet, c’est ce son si lourd qui lui permet de surnager au-dessus de la masse. Que le groupe opte pour un tempo épileptique ou pour une emphase oppressante et suffocante, le geste reste incroyablement Heavy, et se permet en certaines occasions de damer le pion à des NAILS ou PRIMITIVE MAN, sans même chercher à les provoquer sur leur propre terrain.

Sans abuser non plus de dissonances et de stridences trop répétées, et souvent destinées à dissimuler la pauvreté du propos, Witch Hunt avance à bon rythme et s’embourbe dans un marigot poisseux, nous entraînant dans sa propre chute pour notre plus grand plaisir coupable.

En trente-quatre minutes pour quatorze morceaux, les irlandais ne jouent pas la montre et déposent leurs idées sans capitaliser sur l’accumulation, qui devient pourtant patente au fur et à mesure des pistes. Celles-ci restent lapidaires et brèves, à quelques exceptions près, dont un traumatique final « Horro Vacui » qui constitue la meilleure chute dont le groupe pouvait rêver, avec son atmosphère étrange et flippante, rapprochant le projet d’un Post Hardcore/Sludge opacifié d’un BM cauchemardesque.

A ce petit jeu de la longueur, « Harvest » tire aussi son épingle du jeu, et ose des motifs vraiment profonds et dérangeants, opposant la lourdeur à l’oppression, dans une optique à la CETUS/PRIMITIVE MAN plus personnelle.

Le reste du répertoire navigue à vue, et privilégie la rapidité glauque au statisme, sans pour autant laisser de côté ces réflexes écrasants (« Hikikomori »). Le tout va quand même assez vite dans un registre Crust bien sale (« The Long Pig », « One Of Us », « Cities »), mais sait aussi développer des riffs et des rythmiques accrocheurs (« Trixie » et son intro énorme d’une basse qui déborde).

Et finalement, ce premier LP plus versatile qu’on ne le pensait au prime abord s’impose sur la durée, à contrario de pas mal de groupes actuels qui ont du mal à maintenir la pression jusqu’au bout.

Les HORNETS ont donc très bien choisi leur nom, et leur musique bourdonne comme ce gros insecte qui vole près de nos oreilles, nous rendant mal à l’aise et risquant de nous piquer pris d’une crise de colère. Un frelon qui plane en piqué, qui se stabilise avec des mouvements erratiques, et qu’on aimerait bien écraser mais qui échappe à tous nos coups d’un mouvement d’aile étudié.


Titres de l'album:

  1. The Long Pig
  2. Jon Kabat Zinn Vs Eckhart Tolle
  3. Witch-Hunt
  4. Sink Swim
  5. One Of Us
  6. Hollow Bones
  7. Harvest
  8. Threads
  9. Trixie
  10. Hikikomori
  11. Cities
  12. Rivals
  13. Plainfield
  14. Horro Vacui

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/06/2017 à 14:17
78 %    727

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16