« Formé à une époque où tous ceux les entourant semblaient essayer de se dépasser les uns les autres avec des signatures rythmiques étranges et une compétition de pédaliers tous plus gros les uns que les autres, HORNETS a émergé déjà prêt à tous les niveaux. Plus dur, plus brutal et dangereux que tous ces groupes aux alentours »

Voici donc une façon bien péremptoire et prétentieuse de se présenter. Mais après tout, il n’y a aucun mal à avoir une confiance aveugle en soi et ses moyens, spécialement lorsque ce que l’on affirme est assez proche d’une indéniable vérité.

Les HORNETS seraient donc les sauveurs honnêtes d’un underground qui part à la dérive d’une surenchère grotesque ? C’est en tout cas ce que ces pourfendeurs de son aseptisé semblent nous dire, encore faut-il que la musique suive derrière.

Ce que l’on ne peut guère leur enlever, c’est qu’ils ont effectivement choisi la simplicité de la crudité, ce que les trente-quatre minutes de leur premier album prouvent assez rapidement, et en restant constantes dans l’agression pure.

Les HORNETS viennent donc de Belfast, et ont déjà publié deux EP, Truth en avril 2013 et No Faith en mai 2014. Il leur aura donc fallu peaufiner leur grande entrée pendant plus de trois ans, ce qui en dit long sur leur abnégation et leur sens de la persévérance.

Après quelques changements de formation, puisque Rich Stuart a pris le micro des mains de James McAuley, les irlandais fans de frelons nous offrent donc leur propre état des lieux du Hardcore à tendance cruelle, subtilement empreint de BM de bon ton, et d’accélérations foudroyantes qui nous épargnent une catatonie de son. Sans se départir de leur philosophie de base, les défenseurs d’un certain art de vivre et de jouer underground progressent à pas de géant dans leur domaine avec un Witch Hunt qui part en effet sur les traces de manipulatrices malfaisantes de techniques modernes outrancières, un Malleus Maleficarum Core fermement tenu en mains.

Nul ne sait si ce premier album déclenchera une épure dans les eaux boueuses de l’extrême européen, mais ces barbares font en tout cas tout ce qu’ils peuvent pour nous convaincre du bien-fondé de leur croisade, à grands coups de riffs tronçonnés et de patterns rythmiques uberdosés.

Pour autant, leur musique en est-elle plus convaincante que celle de leurs voisins ? Pas certain, mais elle fait preuve d’une belle énergie noire et développe une atmosphère assez prenante dès ses premiers instants.

On pense parfois à un vilain/méchant mélange entre le DEAFHEAVEN le plus récent et le ENTOMBED de transition, celui de Hollowman qui hésitait encore entre Death gravissime et N’Roll fratricide, pour cette manière d’envisager les choses avec crudité, mais sans se départir d’un groove assez gluant dans les accroches de guitare et de basse abyssales. Witch Hunt explore son propre monde, fait de violence et de contemplation morbide, en multipliant les up tempi maudits et les écrasements rythmiques épuisants, pour se confronter au Hardcore le plus noirci ou au Crust le plus défraichi, histoire de présenter la lande irlandaise sous une nuit sombre et occulte.

Enregistré aux légendaires studios locaux Rocky O’Reilly’s Start Togethern, cette chasse aux sorcières ne pâlit jamais d’un manque de puissance, et développe des théories déjà exposées sur les précédents EP, tout en proposant des motifs neufs qui confirment que les truands du nord savent faire fructifier leur inspiration. En adoptant une posture délibérément Punk transcendant des influences Blackened Core évidentes, les HORNETS jouent le jeu de la brutalité avec efficience, sans pour autant éviter la redite ponctuelle, ce qui est une des caractéristiques de ces styles extrêmes qui refusent toute dilution.

Mais aussi itératif soient les morceaux de ce premier LP, leur allant global et leur son massif leur permettent de décoller vers les enfers de l’extrême nord-européen, tout en lâchant quelques allusions criantes au Crust/D-beat scandinave le plus dru et charnu.

Résultat ?

Un LP homogène, qui préfère proposer des compositions courtes et percutantes plutôt que des digressions interminables et ronflantes.                  

Ce qui frappe assez rapidement à l’écoute de ce premier jet, c’est ce son si lourd qui lui permet de surnager au-dessus de la masse. Que le groupe opte pour un tempo épileptique ou pour une emphase oppressante et suffocante, le geste reste incroyablement Heavy, et se permet en certaines occasions de damer le pion à des NAILS ou PRIMITIVE MAN, sans même chercher à les provoquer sur leur propre terrain.

Sans abuser non plus de dissonances et de stridences trop répétées, et souvent destinées à dissimuler la pauvreté du propos, Witch Hunt avance à bon rythme et s’embourbe dans un marigot poisseux, nous entraînant dans sa propre chute pour notre plus grand plaisir coupable.

En trente-quatre minutes pour quatorze morceaux, les irlandais ne jouent pas la montre et déposent leurs idées sans capitaliser sur l’accumulation, qui devient pourtant patente au fur et à mesure des pistes. Celles-ci restent lapidaires et brèves, à quelques exceptions près, dont un traumatique final « Horro Vacui » qui constitue la meilleure chute dont le groupe pouvait rêver, avec son atmosphère étrange et flippante, rapprochant le projet d’un Post Hardcore/Sludge opacifié d’un BM cauchemardesque.

A ce petit jeu de la longueur, « Harvest » tire aussi son épingle du jeu, et ose des motifs vraiment profonds et dérangeants, opposant la lourdeur à l’oppression, dans une optique à la CETUS/PRIMITIVE MAN plus personnelle.

Le reste du répertoire navigue à vue, et privilégie la rapidité glauque au statisme, sans pour autant laisser de côté ces réflexes écrasants (« Hikikomori »). Le tout va quand même assez vite dans un registre Crust bien sale (« The Long Pig », « One Of Us », « Cities »), mais sait aussi développer des riffs et des rythmiques accrocheurs (« Trixie » et son intro énorme d’une basse qui déborde).

Et finalement, ce premier LP plus versatile qu’on ne le pensait au prime abord s’impose sur la durée, à contrario de pas mal de groupes actuels qui ont du mal à maintenir la pression jusqu’au bout.

Les HORNETS ont donc très bien choisi leur nom, et leur musique bourdonne comme ce gros insecte qui vole près de nos oreilles, nous rendant mal à l’aise et risquant de nous piquer pris d’une crise de colère. Un frelon qui plane en piqué, qui se stabilise avec des mouvements erratiques, et qu’on aimerait bien écraser mais qui échappe à tous nos coups d’un mouvement d’aile étudié.


Titres de l'album:

  1. The Long Pig
  2. Jon Kabat Zinn Vs Eckhart Tolle
  3. Witch-Hunt
  4. Sink Swim
  5. One Of Us
  6. Hollow Bones
  7. Harvest
  8. Threads
  9. Trixie
  10. Hikikomori
  11. Cities
  12. Rivals
  13. Plainfield
  14. Horro Vacui

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/06/2017 à 14:17
78 %    262

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...