« Formé à une époque où tous ceux les entourant semblaient essayer de se dépasser les uns les autres avec des signatures rythmiques étranges et une compétition de pédaliers tous plus gros les uns que les autres, HORNETS a émergé déjà prêt à tous les niveaux. Plus dur, plus brutal et dangereux que tous ces groupes aux alentours »

Voici donc une façon bien péremptoire et prétentieuse de se présenter. Mais après tout, il n’y a aucun mal à avoir une confiance aveugle en soi et ses moyens, spécialement lorsque ce que l’on affirme est assez proche d’une indéniable vérité.

Les HORNETS seraient donc les sauveurs honnêtes d’un underground qui part à la dérive d’une surenchère grotesque ? C’est en tout cas ce que ces pourfendeurs de son aseptisé semblent nous dire, encore faut-il que la musique suive derrière.

Ce que l’on ne peut guère leur enlever, c’est qu’ils ont effectivement choisi la simplicité de la crudité, ce que les trente-quatre minutes de leur premier album prouvent assez rapidement, et en restant constantes dans l’agression pure.

Les HORNETS viennent donc de Belfast, et ont déjà publié deux EP, Truth en avril 2013 et No Faith en mai 2014. Il leur aura donc fallu peaufiner leur grande entrée pendant plus de trois ans, ce qui en dit long sur leur abnégation et leur sens de la persévérance.

Après quelques changements de formation, puisque Rich Stuart a pris le micro des mains de James McAuley, les irlandais fans de frelons nous offrent donc leur propre état des lieux du Hardcore à tendance cruelle, subtilement empreint de BM de bon ton, et d’accélérations foudroyantes qui nous épargnent une catatonie de son. Sans se départir de leur philosophie de base, les défenseurs d’un certain art de vivre et de jouer underground progressent à pas de géant dans leur domaine avec un Witch Hunt qui part en effet sur les traces de manipulatrices malfaisantes de techniques modernes outrancières, un Malleus Maleficarum Core fermement tenu en mains.

Nul ne sait si ce premier album déclenchera une épure dans les eaux boueuses de l’extrême européen, mais ces barbares font en tout cas tout ce qu’ils peuvent pour nous convaincre du bien-fondé de leur croisade, à grands coups de riffs tronçonnés et de patterns rythmiques uberdosés.

Pour autant, leur musique en est-elle plus convaincante que celle de leurs voisins ? Pas certain, mais elle fait preuve d’une belle énergie noire et développe une atmosphère assez prenante dès ses premiers instants.

On pense parfois à un vilain/méchant mélange entre le DEAFHEAVEN le plus récent et le ENTOMBED de transition, celui de Hollowman qui hésitait encore entre Death gravissime et N’Roll fratricide, pour cette manière d’envisager les choses avec crudité, mais sans se départir d’un groove assez gluant dans les accroches de guitare et de basse abyssales. Witch Hunt explore son propre monde, fait de violence et de contemplation morbide, en multipliant les up tempi maudits et les écrasements rythmiques épuisants, pour se confronter au Hardcore le plus noirci ou au Crust le plus défraichi, histoire de présenter la lande irlandaise sous une nuit sombre et occulte.

Enregistré aux légendaires studios locaux Rocky O’Reilly’s Start Togethern, cette chasse aux sorcières ne pâlit jamais d’un manque de puissance, et développe des théories déjà exposées sur les précédents EP, tout en proposant des motifs neufs qui confirment que les truands du nord savent faire fructifier leur inspiration. En adoptant une posture délibérément Punk transcendant des influences Blackened Core évidentes, les HORNETS jouent le jeu de la brutalité avec efficience, sans pour autant éviter la redite ponctuelle, ce qui est une des caractéristiques de ces styles extrêmes qui refusent toute dilution.

Mais aussi itératif soient les morceaux de ce premier LP, leur allant global et leur son massif leur permettent de décoller vers les enfers de l’extrême nord-européen, tout en lâchant quelques allusions criantes au Crust/D-beat scandinave le plus dru et charnu.

Résultat ?

Un LP homogène, qui préfère proposer des compositions courtes et percutantes plutôt que des digressions interminables et ronflantes.                  

Ce qui frappe assez rapidement à l’écoute de ce premier jet, c’est ce son si lourd qui lui permet de surnager au-dessus de la masse. Que le groupe opte pour un tempo épileptique ou pour une emphase oppressante et suffocante, le geste reste incroyablement Heavy, et se permet en certaines occasions de damer le pion à des NAILS ou PRIMITIVE MAN, sans même chercher à les provoquer sur leur propre terrain.

Sans abuser non plus de dissonances et de stridences trop répétées, et souvent destinées à dissimuler la pauvreté du propos, Witch Hunt avance à bon rythme et s’embourbe dans un marigot poisseux, nous entraînant dans sa propre chute pour notre plus grand plaisir coupable.

En trente-quatre minutes pour quatorze morceaux, les irlandais ne jouent pas la montre et déposent leurs idées sans capitaliser sur l’accumulation, qui devient pourtant patente au fur et à mesure des pistes. Celles-ci restent lapidaires et brèves, à quelques exceptions près, dont un traumatique final « Horro Vacui » qui constitue la meilleure chute dont le groupe pouvait rêver, avec son atmosphère étrange et flippante, rapprochant le projet d’un Post Hardcore/Sludge opacifié d’un BM cauchemardesque.

A ce petit jeu de la longueur, « Harvest » tire aussi son épingle du jeu, et ose des motifs vraiment profonds et dérangeants, opposant la lourdeur à l’oppression, dans une optique à la CETUS/PRIMITIVE MAN plus personnelle.

Le reste du répertoire navigue à vue, et privilégie la rapidité glauque au statisme, sans pour autant laisser de côté ces réflexes écrasants (« Hikikomori »). Le tout va quand même assez vite dans un registre Crust bien sale (« The Long Pig », « One Of Us », « Cities »), mais sait aussi développer des riffs et des rythmiques accrocheurs (« Trixie » et son intro énorme d’une basse qui déborde).

Et finalement, ce premier LP plus versatile qu’on ne le pensait au prime abord s’impose sur la durée, à contrario de pas mal de groupes actuels qui ont du mal à maintenir la pression jusqu’au bout.

Les HORNETS ont donc très bien choisi leur nom, et leur musique bourdonne comme ce gros insecte qui vole près de nos oreilles, nous rendant mal à l’aise et risquant de nous piquer pris d’une crise de colère. Un frelon qui plane en piqué, qui se stabilise avec des mouvements erratiques, et qu’on aimerait bien écraser mais qui échappe à tous nos coups d’un mouvement d’aile étudié.


Titres de l'album:

  1. The Long Pig
  2. Jon Kabat Zinn Vs Eckhart Tolle
  3. Witch-Hunt
  4. Sink Swim
  5. One Of Us
  6. Hollow Bones
  7. Harvest
  8. Threads
  9. Trixie
  10. Hikikomori
  11. Cities
  12. Rivals
  13. Plainfield
  14. Horro Vacui

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/06/2017 à 14:17
78 %    327

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes