The Prophecy of Blight

Soul Grinder

05/07/2019

Autoproduction

J’aime SOUL GRINDER, et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, parce que j’ai toujours eu beaucoup d’affection pour les artistes évoluant dans le mauvais goût avec bon goût. Comprenez cette assertion comme vous le souhaitez, mais les John Waters, les Costes, et tant d’autres que je ne prendrai pas la peine de nommer ici m’ont toujours fasciné pour parvenir à transcender leurs plus bas instincts par un talent indéniable et une tendresse remarquable dans la provocation. Et puis, j’aime les SOUL GRINDER parce qu’ils me rappellent un paquet de groupes que j’ai adorés durant ma prime adolescence. Ces groupes au look improbable, à la musique grasse et bien méchante, à l’attitude bravache qui jouaient le jeu d’un Heavy Metal en rébellion de jeunesse, avec des revendications à la hauteur de leur apparence. La liberté, la violence jouée, et tout un décorum de barnum qui avait de quoi enflammer notre imagination. Venant de la célèbre Portland, Oregon, ces trois acolytes de l’enfer assument à trois une coalition assez récente, puisque leur association ne remonte qu’à 2016, et que ce The Prophecy of Blight est leur premier effort longue-durée. Ils nous ont déjà jeté en pâture un EP (Terraflesh en 2017), et une doublette de singles, mais ces trente-quatre minutes de Heavy Metal non édulcoré sont bien leur véritable point de départ professionnel, bien que ce premier LP soit entièrement autoproduit. Oui, les trois américains font partie de cet underground qui se débrouille tout seul dans l’ombre pour gagner sa part de lumière, et les produits proposés par la bande sont disponibles sur leur site, t-shirts, vinyles, badges, qu’ils vendent durant leurs concerts que je pressens assez denses et sauvages.

Sauvages comme le reflet offert par la frontwoman April Dimmick, bassiste-chanteuse dans la grande tradition, aux cheveux d’un jaune douteux, et au maquillage à mi-chemin d’un film Post-ap et d’un Black Metal nippon des années 90. April est de ces musiciennes à la foi indéfectible, à la passion indiscutable, qui mène la barque de son groupe d’une voix grave et de graves qui suivent leur voie. Derrière elle, deux autres membres, Alex Avery à la guitare et Kevin Ross à la batterie, plus en retrait, presque dans l’ombre, et d’un choix vestimentaire plus consensuel et sobre. Mais une fois la machine en branle, l’osmose du trio se fait ressentir dans le timbre des enceintes comme un tremblement de terre déchirant la croute terrestre, entre Heavy vraiment dur et cru, et inclinaisons Thrash pas totalement débridées. Mais tout est assumé, et si d’aventure cette pochette hideuse vous rebutait, dites-vous qu’elle cache une musique plus solide et intelligente qu’il n’y parait, même si animée par des desseins rétrogrades qui nous renvoient des décennies en arrière. Heavy Thrash, le terme est lâché, et renvoie à de grandes figures, comme ICED EARTH, le JUDAS PRIEST de Painkiller, éventuellement à METAL CHURCH et une poignée d’autres, qui durcissaient le ton sans sombrer dans la parade du paon énervé que sa queue ne suscite pas plus d’admiration. Mais musicalement, les SOUL GRINDER ramènent à la surface d’autres images musicales, celles de ZNÖWHITE, de KAT, de HELLION, en version plus ou moins renforcée, et évoquent même par moments l’écurie New Renaissance de dame Ann Boleyn, lorsque l’amateurisme était un gage de qualité, et non une approximation douteuse.

Avec seulement neuf titres pour moins de quarante minutes, The Prophecy of Blight joue l’économie, mais la pluralité. Car le trio aime aborder sa passion pour le Metal sous tous les angles, et flirte avec le Doom, le Sludge, le Thrash évidemment, échappant à une datation trop facile en se plaçant hors du temps. S’il est assez facile de reconnaître que les glorieuses eighties les ont marqués à vie, ils n’en ont pas pour autant décroché en 1991 lorsque le Grunge a déferlé, et ont suivi les pérégrinations extrêmes, teintant même leur musique d’une légère touche BM en arrière-plan, histoire de durcir le ton. Mais leur facilité déconcertante à produire de petits hymnes à la noirceur est admirable, et tangible dès « Hunting The Prophecy », qui entame les hostilités avec une emphase lourde et dramatique. Un peu cheap dans les arrangements, mais fier dans le rendu, le groupe se tient la tête haute et martèle une rythmique qui cavale à la MAIDEN/PRIEST, pour l’épaissir d’un riff redondant et mordant, le tout étant magnifiquement mis en valeur par le timbre sardonique et sadique d’une chanteuse qui donne tout ce qu’elle a, et interprète avec le lyrisme idoine ses personnages qu’on devine animés de mauvaises intentions. C’est probablement ce morceau qui évoque avec le plus d’acuité les tendances violentes de ZNÖWHITE, le grain d’April se rapprochant assez de celui de Nicole Lee. Mais si rythmiquement parlant, le Metal des SOUL GRINDER se montre raisonnable et évite les cavalcades sauvages, il n’en est pas moins aussi efficient en termes de puissance, comme le démontre l’hymne ultime « Kill Maim Burn », occulte comme du MERCYFUL FATE joué par un groupe de Bestial Thrash brésilien fan de THE GREAT KAT. Simple dans le fond, performant dans la forme, ce Heavy solide et traditionnel convainc grâce à une énergie et une foi indéfectibles, et surtout, à un sens de la composition moins grossier qu’il n’en a l’air.

Certes, pas de solo pointu à se mettre entre les oreilles, pas de prouesses techniques, mais un art de l’agencement faisant preuve non de finesse, mais au moins de propreté artistique. Le but du jeu n’était pas de servir un bouillon bouillant dont personne n’aurait pu distinguer les ingrédients, mais bien un pur album de Heavy Metal à tendance Thrash. Et comme je le soulignais plus en amont, toutes les tendances y passent, noircies bien sûr, et résonnent en apothéose sur le plutôt troublant « Apotheosis », d’une rage presque Death Sludge, et à l’épaisseur conséquente. Mixé et masterisé par Joel Grind, The Prophecy of Blight a donc le gros son nécessaire à l’exagération des gimmicks et figures imposées, mais ne nous prend pas pour des idiots en nous refilant des plans usés jusqu’à la corde. En assimilant ses influences et en les restituant à sa façon, SOUL GRINDER torche des morceaux tout à fait convaincants et performants, tels « Blighted Land », efficace comme du WASP reprenant du SUICIDAL TENDENCIES, ou « The Rift », qui replace le Doom traditionnel sous les feux du Sabbat. Et j’espère qu’au bout de ces trente-quatre minutes, vous craquerez vous aussi pour ce trio improbable, à la culture musicale indéniable, et au très bon goût dans le mauvais goût, qui a le talent nécessaire pour nous faire oublier cette pochette au graphisme impardonnable.   

   


Titres de l’album :

                         1. Gathering

                         2. Hunting the Prophecy

                         3. Kill Maim Burn

                         4. Lost and Damned

                         5. Blighted Land

                         6. Beasts of Chaos

                         7. Apotheosis

                         8. Thrall

                         9. The Rift

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/02/2020 à 17:59
78 %    439

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Cosmogony

mortne2001 09/06/2020

Concerts à 7 jours
Trepan Dead + Nervous Impulse + Unsu 05/07 : Mcp Apache, Fontaine L'evêque ()
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
wada

Il met son masque une fois sorti des transports en commun et il ne respecte pas la distanciation sociale. Il a tout compris cet abrutis !

04/07/2020, 21:06

wada

Je me souviens de cette chasse aux sorcières hypocrite et ridicule.

04/07/2020, 21:04

stench

C'est encore possible des photos pareilles en 2020 ? Le groupe, que je connais peu, fait de l'auto-dérision ou ils sont sérieux ?

04/07/2020, 19:16

Jus de cadavre

Un des rares groupe BM dont j'attends encore les nouvelles sorties avec impatience... Donc bien content aussi. Je ne sais pas qui les signera par contre, Season ayant dit en 2018 qu'ils ne travailleraient plus jamais avec le groupe... On verra !

04/07/2020, 17:08

Humungus

Ah bah très bien.
Je me demandais justement pas plus tard qu'hier ce qu'il pouvait bien advenir d'eux...

04/07/2020, 16:56

Buck Dancer

Pareil que RBD j'ai la version avec "Mentally murdered" en bonus.
Certainement le Napalm que j'écoute le plus. L'enchaînement "Suffer..." avec le bonus "hiding behind" est pour moi toujours aussi fatal 30 ans après.

04/07/2020, 14:33

JTDP

Au vu de la chronique pour le moins élogieuse du collègue, je me suis laissé tenter par l'achat, bien que rien nem'avait transcendé depuis "Once" de la part des finlandais. Je ne serais pas aussi mordant que KaneIsBack concernant le second cd, mais je dois confessé que ce n'est clairement pas l(...)

04/07/2020, 13:25

radidi

marrant de voir ce groupe avec un genre de statut culte aujourd'hui alors qu'à une époque osmose bradait les deux albums du groupe à 10 francs chacun! cela dit, ces deux albums étaient une tuerie, surtout trans cunt whip!!

04/07/2020, 11:26

Humungus

Je porte actuellement le t-shirt de cet album sur mes frêles épaules.
CQFD...

04/07/2020, 10:45

poybe

Le clip de Suffer the Children ... je l'ai sans doute encore chez mes parents sur une vieille VHS (si ça n'a pas été jeté). Je l'avais enregistré au milieu d'autres clips diffusés sur M6. A l'époque j'avais halluciné. Quand je l'écoute maintenant, je vois que mes oreilles se sont bien habit(...)

04/07/2020, 09:39

RBD

Hmmm... Tu sais parler aux hommes, toi... J'ai la version avec "Mentally Murdered" en bonus non signalé. L'occasion de signaler qu'avec cet EP entre autres, la transition n'a pas été tout à fait aussi brutale que ce qui semble si on s'en tenait trop strictement aux albums, simplement.
C'es(...)

04/07/2020, 01:21

Kairos

Haha ce nom sorti du fond des ages... comme osmose d'ailleurs

03/07/2020, 20:05

Humungus

Tu m'étonnes !
Toute ma jeunesse...

03/07/2020, 17:06

Chemikill

Whaou ! Bien malsain le hosanna bizarre ! Souvenirs souvenirs...

03/07/2020, 12:43

Kolka

Un bouquin qui fait parler les idiots incultes.

03/07/2020, 08:48

loka

Pas terrible. Ultra polissé et des parties mélodiques inutiles et embarrassantes....

03/07/2020, 08:45

Simony

Pour en revenir au bouquin, je pense que les photos doivent dégager une certaine atmosphère bien plaisante. Je me laisserai peut-être tenté... on verra

02/07/2020, 22:15

Saddam Mustaine

Si j'ai trouvé ça.

"Je te le dis franchement, j’ai voulu tuer cet enfoiré à la fin. Imagine que quelqu’un que tu penses être ton ami rentre chez lui et trouve un autre ami qui s’est suicidé, et décide de prendre des photos de son cadavre. Qui de sensé aurait pu faire une c(...)

02/07/2020, 20:00

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48