Si d’ordinaire vous trouviez que le BM actuel ne vous donne pas entière satisfaction en termes de sensations épidermiques originelles, que ses arrangements s’en trouvent trop dénaturés, et que les héros misanthropes d’aujourd’hui ne sont que des poseurs eut égard aux chevaliers du néant de jadis (et Lucifer sait si à une certaine période, tout restait à faire…), je ne saurais que trop vous conseiller d’aller faire un pèlerinage du côté de Laredo, paisible bourgade du Texas. Pourquoi faire ? La question est pertinente, et la réponse tout autant. Parce que c’est là-bas que vous y rencontrerez les puristes des esthètes de DIVISION BLACK NOISE, qui de leur corpsepaint fait maison à leurs accords bougons sauront vous rassurer quant aux convictions d’une certaine frange de passionnés qui n’ont pas renoncé à continuer le combat. Il est pourtant d’usage de considérer que le Black Metal a su garder son esprit primesautier, qui nous revient en pleine face sous la forme d’effluves sonores émanant de tapes mal enregistrées et destinées à pérenniser l’esprit maléfique de la première vague norvégienne, néanmoins, certains regrettent d’autant plus que les admirateurs des pionniers ne fassent pas un plus grand bond dans le temps, histoire de nous rappeler au bon souvenir des premiers propagateurs de sonorités glaciales, et d’ascétisme atonal. Il convient donc de saluer le travail accompli par ce band bestial, qui avec ce premier LP éponyme se paie le luxe de saluer à postériori l’importance de BATHORY, SARCOFAGO, HELLHAMMER et VULCANO, sans se départir de certains réflexes coutumiers de la Norvège des nineties…Alors, heureux ? On le serait à moins d’autant plus qu’il est difficile de faire plus roots et evil que cette première réalisation longue-durée…

Nonobstant le caractère facétieux de cette entame prosaïque, je m’incline devant l’art consommé de ces texans pour recréer l’ambiance de méfaits passés, qui nous avaient ralliés à la cause d’un BM vraiment putride, et ne présentant aucun effort d’évolution. Si la majorité des plus exigeants trouvera la tentative un brin roborative, les plus assoiffés de pureté maléfique se prosterneront devant cette démonstration de force brute, qui n’hésite pas à décliner ses influences en toute décomplexion. Sont donc cités, et tout sauf au hasard, les noms de BURZUM, AGALLOCH, AURA NOIR, TOXIC HOLOCAUST, NACHTMYSTIUM,TORMENTOR, NYKTALGIA, STERBEND, LIFELOVER, XASTHUR, LEVIATHAN, THY LIGHT, EXILED BY LIGHT, STERBEND, ANOREXIA NERVOUSA, WOODS OF YPRES, ARMAGEDDA, SATANIC WAR MASTER, ou ROTTING CHRIST, ce qui vous offre un panel de comparaisons assez vaste pour juger de l’intérêt que vous pourriez porter à ce Division Black Speed, qui se noie dans la noirceur de son propos pour nous inonder de guitares maussades, de lignes de chant scandinaves, et de rythmiques à l’avenant, flirtant parfois de très près avec l’underground le plus absolu, au point de pousser le vice jusqu’à sonner plus démo qu’une répète des DARKTHRONE (« Celestial Funeral », même Panzerfaust pourrait se targuer d’avoir été enregistré et produit par Tomas Skogsberg et mixé par Bob Rock). Mais le tout ne manque pas de charme, à défaut d’originalité, qui a bien sûr été laissée au placard pour cause d’éthique et de foi, ce qui ne constitue pas un obstacle majeur en termes d’appréciation brute. Brute, la musique de ce quatuor/trio/duo (le line-up est une énigme, et les informations entre sites étant contradictoires je me contenterai de reproduire celles données par le Bandcamp du groupe, à savoir A.Saxon - guitare/chant/basse et Surtr - batterie), abrasive aussi, manquant cruellement de finesse, mais se montrant cruellement affinée pour ne surtout pas sonner trop peaufiné, ce qu’une intervention aussi brouillonne que « Flesh of Elohim » prouve avec fierté. Et le reste aussi d’ailleurs.

Tout ceci, et le reste aussi, nous suggère une jolie union entre le BATHORY le plus war des deux premiers albums, la vague brésilienne des mid eighties, et le DARKTHRONE le plus élémentaire, dans un ballet d’outrance qui ne néglige aucun aspect négligé, et qui nous offre une des productions les plus abjectes qui soient, mais restant intelligible pour que le propos ne se dilue pas trop. Il est évident que les instruments ne sont pas toujours accordés, et que leurs notes flottent parfois dans la justesse du vent, mais cette imperfection (à cent lieues de celle volontaire des VONDUR notons-le), le fait que les lignes de chant restent fixées sur un raclage de gorge abominable, et que la rythmique fait ce qu’elle peut pour suivre la cadence, confèrent cet aspect sauvage et indomptable certainement très valable, et inhérent à l’optique choisie par le groupe, qui doit conchier de tout son corps les dérives existentialistes du Post-Black, qu’ils jugent à n’en point douter tellement blasphématoire qu’ils lui crachent à la face. Car chez les DIVISION BLACK NOISE on joue le BM tel qu’il a été conçu à l’origine, primaire, brutal, bruyant, approximatif, et surtout, cathartique et expiatoire, permettant de fait à des musiciens de niveau moyen d’exhorter toute la vilénie cachée en eux, et qui n’aurait jamais pu sortir de façon artistique sans une telle échappatoire. Le tout est enrobé dans une pochette aux atours simples et sobres, et si parfois le temps se trouve lui-même un peu long, on suit quand même l’aventure avec plaisir, même lorsque l’ambiance oscille entre jam mal captée et tentative d’enregistrer des idées pêle-mêle (« Condemned In Isolation », avec un boucan pareil et de telles sautes de fréquences et de volume, pas étonnant que les lascars se sentent un peu seuls…).

Mais c’est efficace pour le moins, et si les esprits les moins complaisants verront un méchant clin d’œil au final « Deliverance », les autres pourront se satisfaire de cette rage non édulcorée, qui nous rappelle mine de rien que le BM n’a jamais été créé pour être joli ou bien arrangé, mais justement pour être fouillis et salement dérangé. Alors, inspecteurs des travaux finis, passez votre chemin, et laissez ces américains faire le leur, puisqu’ils se débrouillent très bien tous seuls, et qu’ils assurent quand même méchamment dans leur domaine. Au pire, référez-vous à la dernière sortie Post Black à la mode, et prenez un valium. Ça nous fera des vacances.


Titres de l'album:

  1. Absolution
  2. Summoning
  3. Invoking Darkness
  4. Summer Solstice
  5. Celestial Funeral
  6. Flesh of Elohim
  7. Condemned in Isolation
  8. Winter Solstice
  9. Deliverance

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/02/2018 à 18:21
70 %    388

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !