Si d’aventure, pour les fêtes de la nativité, vous cherchiez pour offrir à votre petit-neveu Jean-Gaston une petite chainette de cheville orné du logo le plus incompréhensible de la création, ne cherchez plus, tonton Mortne l’a trouvé pour vous. Et nonobstant votre mauvais esprit aux idées déjà figées, il ne s’agit pas de celui d’un obscur groupe de Raw BM underground, mais de celui d’un duo batave au lettrage grossier et touffu comme l’herbe sous mes pieds. Content ? J’espère, parce que si en sus du bijou, vous souhaitiez l’album l’accompagnant, l’euphorie sera totale après lecture de cette chronique. Oui, le Death peut encore se montrer aventureux, en tout cas plus que le dernier MORBID ANGEL en date, tout en lui empruntant une partie de son vocable histoire de garder prise avec un minimum de musicalité. Peu à raconter sur ces nouveaux flingués du bulbe rachidien, si ce n’est que les esthètes de Sentient Ruin ont jugé pertinent de leur offrir asile, et qu’ils ont eu grandement raison, une fois de plus. Alors, niveau infos, je vous dirai simplement que les musiciens de cette aventure globale sont deux, qu’ils jouent déjà dans des formations tout aussi décalées (DEAD NEANDERTHALS et CELESTIAL BODIES pour les connaisseurs), et que cet éponyme est leur introduction à leur monde bruyant et brouillon, faisant office simultanément de démo et de EP carte de visite. Et si vous souhaitez en savoir un peu plus sans avoir à tendre vos oreilles fragiles sur le produit en question, dites-vous que sa pochette est à l’image du son. Abstraite, explicite sans l’être, terriblement cryptique, et déviante autant que possible. Ceci étant dit, parlons musique, tant qu’il en reste.

Leur label, une fois encore, nous facilite le travail en jouant le jeu des comparaisons sans qu’on leur demande. Ainsi, les CRYPTAE se voient recommandés aux fans de PORTAL, ALTARAGE, MITOCHONDRION ou AUROCH, ce qui suffira largement aux addicts des combos en question pour savoir ce qui les attend. Quant aux autres, les néophytes, qu’ils comprennent ceci. Cryptae est aussi bordélique qu’il n’est agencé, aussi efficace qu’il n’est tordu, et aussi psychopathe qu’il n’est bienveillant. Pour en apprécier les méandres inextricablement agencés, il faut être rompu à l’exercice du Death le plus brutal, mais aussi à celui de l’Indus létal, et s’y connaître un minimum en expérimental. Une fois ces données établies, comment apporter quelques précisions sans passer pour un troufion ? Difficile, puisque rythmiquement, le duo parvient à se caler sur un beat énorme, laissant alors la part belle aux arrangements instrumentaux, aussi robotiques qu’analogiques, un peu comme si les SUFFOCATION s’en allaient joyeusement aux champs avec leur main dans celle des MORBID ANGEL, période Techno-bourrin si décriée. On pourrait aussi envisager une union contre nature entre THE BERZERKER et MORTICIAN, forts en joie de constater qu’ils font plus de chaos en duo que chacun sous son toit. Il suffit pour le piger d’écouter l’introductif et traumatique « Glubroneous », strié de dissonances, de percussions en partance et de hurlements de grizzly en rupture de vacances. C’est éminemment bruyant, un peu le foutoir de temps en temps, mais c’est intense, et ça fait mal à la panse, autant qu’aux trois neurones qui vous restent une fois le tout ingurgité. Indus-Techo-Death expérimental, sur le papier, ça sonne mal, mais finalement, ça s’écoute sans avoir la dalle puisque derrière le bordel ambiant, on sent le background de musiciens qui savent quand même lire une portée sans les mains.

Et dans un registre Death Free-jazz de l’apocalypse selon Saint-Noise, ça se tient. Certes, il faut faire un effort pour ne pas se passer de mercurochrome sur les tympans, spécialement lorsque « Ventrum » nous la joue « son de batterie de Lars Ulrich sur St Anger » contre « son de guitare à la REVENGE », en combat arbitré par la production « Indus des forêts norvégiennes en plein marasme écologique » par les studios White Noise. Tiens, d’ailleurs, les deux lascars n’auraient pas pu choisir nom/endroit plus approprié pour leur musique, qui évoque les bizarreries d’EINSTURZENDE NEUBAUTEN autant que les ignominies de CANNIBAL CORPSE en pleine digestion d’après-midi. On peut aussi penser à une version extorquée des tripes d’INCANTATION après une opération de greffe d’un rein de dISEMBOWELMENT, le tout pratiqué par un chirurgien pas vraiment pressé d’en finir, et se passant un bon vieux SWANS en 78 tours. L’image vous sied ? Tant mieux, parce que je n’en ai pas d’autre. Mais sachez quand même que la durée plus que raisonnable d’un quart d’heure frappé vous la secouera suffisamment pour que la dernière goute d’espoir ne reste pas dans votre slip mental, et que « Cryptae », en moins de cent-vingt secondes, fout plus la merde que la discographie intégrale de GNAW THEIR TONGUES. Ceci pointé du doigt, « Maze » n’est pas mal non plus dans son rôle de trublion de dégustation, qui vomit son Death par une énorme bouche Jazz-Grind grande ouverte. Les amateurs apprécieront, les autres rendront. Tout.

Alors, entre ce logo indéchiffrable même par un champion de l’écriture en poirier à l’aveugle, cette musique tout aussi indéfinissable qui semble chercher à tout prix à vous taper sur le système en restant créative, cette production gigantesque qui donne encore plus d’écho à des instruments torturés à la Saw, et une voix délicieusement dégueulasse, le bilan est vite établi.

C’est énorme, j’adore, et vous aussi. Et je ne parle pas des bonds que fait Jean-Gaston. Quel bon garçon…


Titres de l'album:

  1. Glubroneous
  2. Ventrum
  3. Cryptae
  4. Maze

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/12/2017 à 18:20
78 %    138

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Kingdom

Putrescent Remains Of The Dead Ground

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Avec plaisir! Et franchement si l'affiche de l'an prochain te botte n'hésite pas!


Prochain record : 500 bassistes qui jouent simultanément les parties de basse de "And Justice for All".


Bientôt ils vont faire 400 chanteurs en même temps qui chantent "Hammer Smashed Face"


Pour ma part j'en ai compté que 456 !


Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)


Un super petit fest qui gagnerait à être connu !
Super affiche, circulation fluide, jamais plus d'une minute d'attente aux jetons, à la bouffe, aux bars ou aux toilettes. J'avais jamais vu ça ! :-))))
Putain ça change des queues interminables au Hellfest ou au Download !


"Celui-ci s'intitulera I Loved You At Your Darkest et sortira le 5 octobre prochain via Nuclear Blast. Ce titre est tiré d'un verset de la Bible selon les dires de Nergal. "C'est même une citation du Christ lui-même" ajoute t-il." FAIL !

C'est ni de Jésus, ni même dans la Bible, du(...)