Fall From Eternity

Solacide

24/09/2021

Saturnal Records

En puisant dans mes souvenirs, je me suis rappelé d’un SOLACIDE dont j’avais traité du premier album il y a quelques années. Sans vraiment savoir s’il s’agissait du même groupe, j’ai glissé le premier morceau entre mes tympans, et immédiatement, le son, l’attitude et la violence ont ramené à la surface de ma mémoire le phénoménal The Finish Line, qui m’avait conquis il y a de cela six années déjà. Je n’écrivais pas encore pour Metalnews, mais j’avais honoré les colonnes de mon webzine de l’époque d’une prose assez dithyrambique, considérant alors ce mélange de Death et de Black comme un produit de premier choix. Aujourd’hui, cinq ans plus tard, alerté par un mail promotionnel de leur nouveau label, je me suis penché sur le cas éminemment captivant de ce Fall From Eternity. Et grand bien m’a pris de faire le tri entre le grain et l’ivraie de ces mails pour y dénicher l’un des albums les plus fascinants de cette rentrée 2021.

SOLACIDE a quelque peu changé de visage depuis son précédent effort. On retrouve donc aux postes en 2021 Kimmo Korhonen (guitare/chœurs/synthés), Henri Sinokki (guitare), Sami Heinonen (basse), Matti Jauhola (batterie) et Iiro Juntunen (chant), et ce nouveau line-up dégage une impression d’osmose globale assez bluffante. Dès les premières mesures de « Fall from Eternity », title-track imposant et imposé en ouverture, on est happé dans un vortex de puissance et de majesté qui laisse le souffle coupé. Avec cette production démente aux graves qui font trembler les membranes, les finlandais claquent leur vision sur la table des négociations, et foncent droit devant. Car malgré une optique progressive annoncée en amont, le chaos organisé prend vite les rennes de l’affaire pour la mener tambour battant à bon port. Et il faudra attendre d’avoir pénétré plus à l’intérieur de l’album pour en découvrir les richesses cachées, et cette propension à distiller l’horreur pour la rendre plus palpable.

Car si les dix/douze premières minutes prennent à la gorge dans une étreinte mortelle, l’intermède instrumental et Folk « Oblivion » lâche un peu la prise avec force cordes et flutes pour nous entraîner dans un ailleurs ou la beauté dans la laideur choque les sens. Loin d’un simple désir de jouer fort et vite, SOLACIDE distille ses éléments avec beaucoup de pertinence, et prouve que l’agencement d’un album résulte d’un autre processus qu’une simple succession d’attaques plus ou moins pertinentes. C’est là le point fort de cette formation, point fort que j’avais déjà remarqué il y a quelques années, et l’avis positif que j’avais dégagé de cette rencontre est revenu vers moi comme un courant d’air chaud lorsque « Far Beyond Reality » a dispensé ses premières notes. Mélodies plus présentes, plans plus posés mais tout aussi renversants, section rythmique nuancée, et décélération générale nous tirant vers le bourbier d’un Heavy dont il est difficile de s’extirper.

Grave comme tout album de Black qui se respecte, mais créatif comme seuls peuvent l’être ceux qui dominent leur sujet, Fall From Eternity est l’archétype de second album qui tient les promesses du premier, et qui offre même bien plus. Pourtant concentré en moins de quarante minutes, il fonce, plus dévie, louvoie, explore, n’hésite pas à jouer le trouble pour le susciter, et finalement se démarque de la production BM actuelle de son mélange de traditionalisme et de personnalité affirmée.

Catchy en diable, « Far Beyond Reality » est le premier gros point de ce sophomore. Il synthétise toutes les qualités de finlandais, et explore même des pistes que l’on aimerait plus creusées à l’avenir. Entre grandiloquence à la EMPEROR et efficacité brute immédiate, SOLACIDE joue avec le contraste entre l’ombre et la lumière, nous inonde de chaleur avant de nous refroidir sur place, place des soli persuasifs et mélodiques avant d’embrayer sur une accélération fatale, et passe en revue tous les ingrédients de l’extrême avec une science du dosage assez impressionnante.

Si certains albums s’en sortent par une seconde partie plus inventive, c’est bien l’intégralité de Fall From Eternity qui est son acmé. Difficile de croire qu’un album puisse maintenir la pression de la sorte, et pourtant, l’écart entre « Forsaken by Gods » et « The Coldest Night » n’est pas si important. Certes, les néophytes de la question brutale auront du mal à comprendre cette euphorie, jugeant le tout assez convenu bien qu’efficace, mais les spécialistes sauront reconnaître la patte des esthètes qui glissent entre deux plans classiques une idée originale pour pimenter le tout et le rendre goûtu.

« Spirit Hibernation » rejoue le jeu du bref interlude mélodique, mais tout sauf gratuitement. Ces quelques secondes de répit sont là pour nous préparer au mouvement final, ce gros morceau qu’est « Away from Light », qui de son titre s’éloigne du soleil pour retrouver l’ombre. En dix minutes et quelques secondes, SOLACIDE déroule un épilogue épique en fiable, qui de son pas lourd propose une alternative à la course initiée dès les premières secondes. A l’aise en terrain lourd, les finlandais nous offrent un cadeau inestimable, et démontrent qu’ils sont plus qu’un simple groupe de BM lambda. Ancré dans son époque, ce final aux riffs gras et épais est un tour de force à l’ambiance poisseuse, qui ne dévie que très peu de sa trajectoire initiale. Construit comme un faux crescendo qui ne décolle jamais, truffé de chœurs démoniaques, de parties acoustiques superbes, il reste l’épitomé d’un album qui affirme une personnalité au-delà de tout doute.

Belle réussite ombrageuse que ce second album de SOLACIDE, qui a mis cinq ans à voir la lumière du jour, mais qui la tamise immédiatement de ses ambitions sombres. Une autre façon de concevoir le Black Metal, sans gimmick putassier, mais en refusant le pilotage automatique. 

 

 

                                                

Titres de l’album:

01. Fall from Eternity

02. Forsaken by Gods                       

03. Oblivion   

04. Far Beyond Reality

05. The Coldest Night

06. Spirit Hibernation           

07. Away from Light


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/10/2021 à 15:22
80 %    53

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35