Boneshaker

Airbourne

25/10/2019

Spinefarm Records

A une époque, on attendait les nouveaux albums de MOTORHEAD, d’AC/DC et des RAMONES avec une ferveur quasi religieuse. Ce qui posait une sorte de dualité intéressante…On savait pertinemment ce qui nous attendait sur ces disques, mais on ne pouvait pas s’empêcher d’anticiper sur la nouvelle fournée de riffs d’acier, de refrains fédérateurs, dépendant de cette énergie incroyable que ces trois bandes de héros dispensaient à chacune de leurs sorties. Attendre impatiemment quelque chose qu’on connaissait déjà, voilà qui ne manque pas de contradiction, mais pourtant, le réflexe était logique. Après tout, même après avoir fait des dizaines de barbecues avec ses potes le week-end, on attend toujours le suivant puisqu’on sait tout le bonheur qu’il va procurer. Un bonheur simple, immédiat, qui permet d’oublier les petits tracas de la vie, comme une finale de coupe du monde, un soir de concert, ou tout simplement la dégustation d’un bon verre de bulles bien fraîches après une journée de boulot. Appelez ces plaisirs simples des exutoires fantastiques, des breaks dans la monotonie ambiante, des façons d’éviter d’aller se pendre en pensant à une existence dont les grandes et petites lignes sont déjà écrites depuis longtemps, et des pauses offertes par le destin qui s’en veut certainement d’être aussi cruel et linéaire. Et puisque parfois, les instants les plus populaires sont aussi les plus jouissifs (syndrome « oh la belle bleue », ou « mais il va marquer ce crétin avec ses deux pieds gauches ?? »), inutile de bouder notre plaisir sous de fallacieux prétextes élitistes lorsque les australiens d’AIRBOURNE sortent un album. Car oui, on sait qu’ils n’apportent rien de fondamental à la musique moderne, qu’ils recyclent les mêmes plans de façon systématique, que les riffs qu’ils dispensent sont calqués sur les refrains auxquels on pense, mais alors…Mais alors on s’en bat les noix comme de notre première dent de lait tombée sans que la petite souris n’ait poussé la générosité au-delà de cinq petits francs. AIRBOURNE, c’est un orgasme musical qui ne résulte pas d’une branlette intellectuelle, mais bien d’un paluchage en règle, avec ou sans chaussette, en faisant un tour discrétos sur YouPorn.

Cinquième album pour les frangins O’keeffe, et une philosophie qui ne changera jamais. D’ailleurs, Joel résume toute l’histoire avec ses mots sans détours. « Pas de ballades, pas de guitares acoustiques, pas de claviers. Il n’y a pas de tangentes bizarres ici, pas de foutaises. Juste une série de rock pur qui sent le caoutchouc brûlé et l’essence renversée. ». Le frontman qui aime tant grimper sur les tubulures de scène et faire éclater ses canettes sur le public enfonce même le clou avec un lapidaire « C’est un concert en studio. C’est toujours quelque chose que nous voulions faire : trouver un moyen de faire entrer l’âme et la puissance d’un concert d’AIRBOURNE dans un album. Cobb a capturé notre éclair et l’a mis dans une bouteille. ». De là, inutile de jouer la fine bouche, puisqu’à l’instar de Lemmy ou des cousins Young, la fratrie O’Keeffe n’a jamais eu d’autre prétention que de rocker, de roller, de boire des bières, de faire la fête, et d’avoir la générosité de partager leurs bonnes habitudes à un public qui en réclame toujours plus. De ce côté-là, inutile d’attendre de Boneshaker autre chose que Black Dog Barking, Runnin' Wild ou Breakin' Outta Hell n’aient déjà offert. AIRBOURNE, c’est un peu le mi-chemin temporel entre Noël et le mondial de foot, une célébration collective que l’on retrouve tous les trois ans, pile poil, puisque leurs tournées écument toujours les quatre coins du monde et durent des plombes. Il faut dire que la musique du groupe a toujours été taillée pour les festivals, les grandes scènes, les rassemblements énormes. On ne prend jamais plus son pied que lorsque le quatuor monte sur scène l’air hilare et le geste précis, et ce pied se transforme en épiphanie dès que Joel hurle « are you ready ??? » dans son micro avant de balancer la sauce. D’ailleurs, les australiens sont parfaitement conscients de ça, puisque ce cinquième album raccourcit encore plus les débats pour ne sauver qu’une demi-heure de Rock sauvage. Mais en dix morceaux et trente minutes, Boneshaker se montre plus efficace que quatre-vingt-dix-neuf pour cent de la concurrence, sans forcer, en se fixant sur une recette qui a fait ses preuves. Beaucoup d’AC/DC, pas mal de KIX, et la dose est bonne, prête à enflammer les oreilles et le cœur. Et si « Boneshaker » en intro joue la modération (sans doute l’une des intros les plus raisonnables du répertoire du quatuor), le reste fait monter d’un cran à la fois la pression, pour un album qui n’a rien d’inédit, qui n’est sans doute pas le meilleur du groupe, mais celui qui sonne le plus sincère et le moins immédiat.   

Professionnalisme ? A force, le groupe connaît la chanson par cœur, mais attribuons peut-être ce sursaut de mesure au travail de Dave Cobb, pointure de Nashville, dont le nom se retrouve sur l’OST du hit filmique A Star Is Born, et qui n’a pas cherché à rendre la musique des tarés plus bombastic qu’elle n’est déjà. D’où un son plus sec et plus nerveux qu’à l’habitude, qui se rapproche d’ailleurs des productions Young des années 70. Vintage sans l’être, AIRBOURNE continue de prêter allégeance à un Hard Rock sévèrement burné, toujours plombé de guitares incendiaires et de chœurs ne l’étant pas moins, sans prise de tête, mais avec une portée maximale. De fait, « Burnout The Nitro », sorte de « Whole Lotta Rosie » plus humble mais tout aussi libertine, fait figure de premier véritable hymne de l’album, qui n’en manque pourtant pas. Alternant avec toujours autant de flair les tempi martelés et les envolées cramées qui ont fait leur réputation, les AIRBOURNE célèbrent toujours autant la simplicité et l’hédonisme, ne se préoccupant pas forcément du monde qui les entoure, le leur leur convenant parfaitement. Cédant parfois au stupre d’un boogie suintant (« Sex to Go »), pour mieux multiplier les allusions classes et autres méthodes de drague salaces  (« Backseat Boogie »), le Rock chauffé à blanc nous marque encore les chairs, comme le signale très justement Matthew Harrison, guitariste depuis 2017. « Nous étions tous convaincus du « rock'n'roll pour la vie ». Nous voulions créer quelque chose digne d'un tatouage. Cette œuvre est classique et résistera à l'épreuve du temps. ». Et peu importe qu’il parle de la pochette créée par Matt Read de Combustion Ltd. et Sean Tidy de Design House Studio Ltd ou du disque en lui-même, puisque le constat vaut pour les deux. Boneshaker est en effet digne d’un marquage à vie sur la peau, de ceux qu’on ne regrette jamais. Indélébiles les australiens ? Oui, et tout sauf débiles, puisqu’ils ont consenti à la jouer un peu plus fine cette fois, avec des hymnes qui résonneront encore dans trente ans sur scène (« She Gives Me Hell » encore ce parfait raccourci entre AC/DC et KIX, la trademark officielle), et des quickies sans prétention, mais qui donnent un gros coup de chaud (« Switchblade Angel »).

Pas la peine de se réveiller la nuit en sueur pour anticiper leurs délires à venir, puisque leur méthode n’a pas changé depuis les débuts. Seul l’approche varie, le son module, mais les morceaux sont toujours construits selon les mêmes plans. Parfois, un peu plus de lenteur pour se rapprocher d’Angus et Malcolm (« Weapon Of War »), mais la plupart du temps, un riff porteur, la voix écorchée et inimitable de Joel, une rythmique baston, et le compte est bon. Et finalement, puisque le terme « Rock n’Roll » désignait l’acte sexuel aux origines, quoi de mieux qu’un bon coït rapide mais costaud en compagnie des plus gros braquemards Hard qui ont quand même la décence de fournir le lub avant pénétration ?            

              

Titres de l'album :

                            01. Boneshaker

                            02. Burnout The Nitro

                            03. This Is Our City

                            04. Sex To Go

                            05. Backseat Boogie

                            06. Blood In The Water

                            07. She Gives Me Hell

                            08. Switchblade Angel

                            09. Weapon Of War

                            10. Rock 'N' Roll For Life

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/11/2019 à 17:55
80 %    357

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

La même. Sauf que je préfère le 1er album au second. M'enfin, celui-ci est dans le panier. Bon groupe assez personnel en plus.

14/07/2020, 17:47

LeMoustre

Commande faite en LP et CD. Super label en plus. Hâte...

14/07/2020, 17:45

Gargan

Arkona, ça restera toujours pour ma pomme le groupe d'un premier album, "imperium". De la seconde vague bien foutue qui grésille, avec le petit truc, le charme, l'ambiance, enfin on se comprend...

14/07/2020, 14:02

Jus de cadavre

Mais oui c'est juste excellent ça ! Bien vu pour le coté Dissection, juste terrible !

14/07/2020, 13:59

Jus de cadavre

Boss HM-2 worship ! Excellent !

14/07/2020, 13:42

Saddam Mustaine

Je prefere Vader comme porte drapeau de la Pologne.

14/07/2020, 12:32

Hoover

Je n'aime vraiment pas ce qu'est devenu ce groupe. Perdition city était une évolution osée mais avec un résultat brillant, depuis ça oscille entre le chiant et le sans grand intérêt.

13/07/2020, 19:34

sart

Pas mal du tout.

13/07/2020, 19:28

sart

Meilleur et moins mélodique que le précédent, ce dernier Pocahontas n'en reste pas moins trop polissé, sans âme et s'oublie très vite.

13/07/2020, 19:27

sart

Du metal pompeux dit "'epique" bien raccoleur et de fort mauvais goût auquel sont juxtaposées quelques parties dites folk. A oublier au plus vite...

13/07/2020, 19:23

sart

Ca sonne comme du death suédois sans les fréquences basses.

13/07/2020, 19:21

Saddam Mustaine

Pas si mauvaise la suite, bien que très varié.

13/07/2020, 19:06

Humungus

Bien d'accord avec vous les gars.
... Même si j'ai tout de même une nette préférence pour leur premier album.
Quand au reste de leur discographie, elle m'en touche une sans faire bouger l'autre.

13/07/2020, 13:22

Gargan

Idem, dans mon top 10. Totalement dérouté à l'époque mais je ne m'en suis jamais lassé depuis, riffs et mélodies imparables. T'en écoute un morceau, puis deux puis l'ensemble sans t'en rendre compte. Enfin ce sont surtout les autres qui s'en rendent compte, because air guitar et air drums heh(...)

13/07/2020, 11:51

Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10