Catch A Fire

Twentydarkseven

19/11/2021

Metalapolis Records

Sans nouvelles des hollandais/allemands de TWENTYDARKSEVEN depuis 2017, l’inquiétude grandissait. Le groupe existait-il toujours ? Allait-il produire de la nouvelle musique ? Un tournant était-il amorcé pour changer de style ? Les questions et interrogations s’accumulaient sur le bureau des doutes, et c’est sobrement, tout simplement, que le groupe international a classé ce dossier, en glissant dans les négociations Catch A Fire, troisième longue-durée tant attendu par les fans. Et c’est toujours sur le label allemand qu’on retrouve le quatuor, Metalapolis Records ayant renouvelé sa confiance après Roar en 2017 et Momentum en 2017.

Formé par des ex-PUMP, TWENTYDARKSEVEN n’a toujours eu qu’une seule ambition artistique. Accommoder les restes du Hard n’Heavy des années 80 (références Ozzy OSBOURNE, BLACK LABEL SOCIETY, DIO, ACCEPT ou DOKKEN) avec une sauce beaucoup plus contemporaine, pour ne pas se coincer dans la case si étroite du vintage à peine relifté. En deux disques, et quelques ajustements de line-up, le groupe a développé ses théories, qui culminent aujourd’hui sur ce Catch a Fire, classique, digne, et logique dans la discographie du groupe.

Marcus Jürgens (chant), Marcel « Selly » Bernhardt (guitare), Christoph Renner (basse) et Markus Herzog (batterie) s’en reviennent donc avec onze nouveaux titres, toujours aussi symptomatiques de leur démarche de relooking. Et encore une fois, la variété de ton s’invite au banquet du formalisme, pour transformer une volonté old-school en vérité contemporaine. Entre Hard vraiment dur et Heavy presque Thrash par moments, le quatuor pousse les meubles, force les watts, mais sait aussi faire preuve de sensibilité au moment d’honorer les mélodies de leur talent, pour nous proposer un panaché rafraichissant.  

De là, tout y passe, de l’allusion au passé personnel avec ces clins d‘œil permanents à leur propre discographie, jusqu’aux citations mélodiques prises dans le texte et caractéristiques des hits les plus féroces du Billboard des années 80 (« Broken », non choisi comme single, ce qui est surprenant). De tout pour tout le monde, ce qui semble être leur crédo depuis leurs débuts, et si Catch a Fire ne surprendra personne, il rassurera tout le monde de sa stabilité, de sa puissance et de sa logique dans la continuité.     

Excellemment produit pour ne pas émousser la puissance, ce troisième album négocie le virage délicat d’une carrière encore jeune, mais basée sur une longue expérience. Et le quatuor tient à ce que les choses soient claires et imposées, entamant son retour via le tonitruant et explosif « Walking High Wire ». Solo énervé, beat martelé à bonne cadence, chant hargneux et rauque, harmonie en filigrane, ce morceau était sans doute la reprise de contact la plus franche que l’on pouvait espérer, et remet les TWENTYDARKSEVEN sur les rails de la mémoire de façon assez péremptoire, mais honnête.

Les racines allemandes sont toujours aussi présentes, via ces riffs purs et typiquement nationaux, et on sent les musiciens animés d‘un esprit de revanche et d’envie d’occuper le terrain en bandant les muscles. C’est ainsi que le down-tempo de « Hypocrites and Parasites », souligné par une basse aux rondes imposantes ne laisse planer aucun doute sur la forme du quatuor, toujours prompt à fermer son visage pour offrir le regard d’un ensemble décidé et ferme.

Si la carrure du Heavy est évidemment toujours aussi discernable et imposante dans l’ombre, si la guitare de Marcel « Selly » Bernhardt reste dans des graves virils, si parfois l’atmosphère rappelle l’ère amère du Seattle des nineties (« One Light Burning »), les variations plus légères, les chœurs radiophoniques, les mélodies assénées sur des refrains solides font de ce nouveau chapitre un tome important de l’histoire de TWENTYDARKSEVEN qui sans dévier de sa trajectoire, se permet parfois quelques raccourcis notables.

Ainsi, on prend acte du boogie démoniaque de « Wing and a Prayer », très influencé AEROSMITH mais aussi connoté Hair Metal de la fin des années 80, mais on note aussi l’énergie incroyable du burner « Dead in the Water », survolté, léger, mais épaissi aux entournures par un riff classique et cyclique. Et alors que les pieds trépignent sur le très ACCEPT « Blame It on the Moon » et son « fuck you » préfigurant un lick poisseux à faire pâlir un Zakk Wylde revenu de la chasse, la tête dodeline et les lèvres sifflent sur le tubesque « Hideaway », rapatriant du passé un DOKKEN amadoué par les Etats-Unis.

Sans chercher la perfection, en gardant ce caractère brut et ces prises de position sans ambages, TWENTYDARKSEVEN reste fidèle à lui-même, renouvèle le catalogue d’idées sans oser l’innovation, mais lâche un nouveau répertoire qui s’annonce cru et sauvage sur scène. Et entre quelques allusions thrashy (« Undertow ») et ce final marteau-pilon/rouleau-compresseur (« Night Finds You »), aucune baisse de régime ni d’inspiration.

Puissant, confiant, le TWENTYDARKSEVEN cuvée 2021 est impressionnant, et sort de la salle de sport Metal sans aucune goutte de sueur sur le front.

    

                                             

Titres de l’album:

01. Walking High Wire

02. Broken

03. Hypocrites and Parasites

04. One Light Burning

05. Wing and a Prayer

06. Dead in the Water

07. Blame It on the Moon

08. Hideaway

09. Undertow

10. Losing Myself

11. Night Finds You


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/07/2022 à 18:22
80 %    52

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01

gasdf

Jamais aimé ce style pseudo-brutal et ce groupe.

06/08/2022, 21:08

Muqueuse chiasseuse

Gatecreeper, c'est du pseudo death d'homosexuel variolé du singe.

05/08/2022, 21:07

Muqueuse chiasseuse

Deux doigts coupe-faim.

05/08/2022, 21:04