RIOT CITY from Calgary, Alberta, Canada, is one of those young bands that represent the new face of Canadian metal.

Alors, moi je veux bien, mais si un jeune groupe incarnant le nouveau visage du Metal canadien s’adonne lui aussi aux joies passéistes du Heavy old-school, voilà qui n’est guère encourageant pour la future génération de hard-rockers. Doit-on faire une croix sur toute forme d’évolution et d’innovation, pour accepter les offrandes nostalgiques de cette nouvelle engeance qui ne semble vénérer que le passé ? Alors, autant prendre les choses du bon côté et se dire que finalement, comme hier était plutôt agréable, aujourd’hui l’est encore grâce à ces musiciens qui ne prennent leur pied qu’en mimant les tics de leurs aînés, ce que les RIOT CITY font à merveille. Formé en 2011, ce quatuor (Cale Savy : guitare/chant, Roldan Reimer : guitare, Dustin Smith : basse et Chad Vallier : batterie) aura donc pris son mal en patience avant de fêter son grand soir, puisqu’en huit ans d’existence, seule une démo (Livin' Fast, 2014) et une participation à une compilation (Masters of Metal: Vol. 1 en 2016 en compagnie des CRYPT SERMON, HELLRAZOR et OLD WOLF, sur le très estimable label Divebomb Records) auront témoigné de leur existence. Mais qu’importe le délai, puisque le joli mois de mai le fut encore plus pour ces cousins canadiens, avec la parution sur le label grec No Remorse Records de leur premier LP, ce Burn The Night que vous ne manquerez pas d’apprécier. A quelques conditions bien sûr, dont celle primordiale de regretter les effluves viriles du Heavy Metal de la première moitié des années 80. Mais quel baby boomer ne les regrette pas ?

En substance, pas grand-chose ne vient différencier Burn The Night de la moyenne des sorties vintage de ces dix ou quinze dernière années. Même attitude agressive, même regard dans le rétro très appuyé, et même tendance à privilégier des riffs en forme de gimmick, qu’une voix très lyrique mais masculine met en avant de ses interventions passionnées. Et si leur nom n’est pas sans vous évoquer un ancien grand ténor de première division, rien d’étonnant à cela puisqu’en plus d’une occasion, les RIOT CITY ont piqué quelques plans au légendaire RIOT, celui de l’orée des eighties, et qui nous avait lâché un Fire Down Under de noble mémoire. RIOT CITY, Burn The Night, RIOT, Fire Down Under, le parallèle a de quoi être troublant, même si l’ancien combo de Mark Reale n’est pas l’unique influence indirectement revendiquée. Les plus pointus pourront aussi citer avec raison les plus obscurs GRAVESTONE, dont certains accents puissants sont repris ici, notamment au niveau des lignes de chant de Cale Savy qui ne perd jamais une occasion de titiller les aigus façon Castafiore de l’enfer. Des solides bases au moment de juger sans avoir entendu ce premier LP qui a fière allure, et qui se démarque de la production mondiale par sa diversité, allant même jusqu’à tâter du Speed mélodique à la SCANNER/ADX lors de crescendos explosifs qui font enfin exploser la marmite. A ce titre, je ne saurais que trop vous influencer en vous disant de vous jeter immédiatement sur l’épique et tendu « The Hunter », subtil mélange du premier CANDLEMASS et d’un MANILLA ROAD moins nasillard, et qui représente en quelque sorte l’acmé créative d’un groupe qui ne manque pas de talent et qui sait doser son panache.

Nous sommes donc loin de l’ambiance « bière tiède et jambon-beurre bon marché » que bon nombre de combos nous refourguent à longueur d’année, et plus proche d’un brasero aux flammes gigantesques bichonné dans une ancienne usine allemande désaffectée. Avec un côté germain très prononcé (on reconnaît en plus d’une occasion les débuts de la vague Speed d’outre-Rhin, avec des allusions franches à RUNNING WILD et LIVING DEATH à chaque coin de morceau), mais une fluidité nationale héritée des SWORD et consorts, les RIOT CITY ont redoutablement bien joué leur carte, restant tapis dans l’ombre jusqu’à atteindre la quasi perfection dans un créneau qui ne supporte que très peu les approximations et les copies trop conformes. En élargissant leur terrain de chasse, les canadiens frappent tous azimuts, nous font dériver sur les courants du Heavy progressif et épique avant de nous sabrer les mollets façon Speed âpre mais mélodique, conférant à leur premier long une aura très particulière, et un parfum de synthèse des années 80 global, mais terriblement personnel. Aussi à l’aise dans l’exercice lourd et puissant (« Warrior Of Time », à la syncope si caractéristique des années 84/85) que dans la démonstration de légèreté féroce (« 329 » , toujours très proche de GRAVESTONE, mais aussi des ACID, CROSSFIRE et autres BATTLE AXE), les quatre instrumentistes ont élaboré leur plan à base de guitares volubiles mais pas bavardes pour rien, de chœurs savamment agencés et dosés, de breaks millimétrés et de soli vraiment déchaînés, pour nous barder de chaînes, de clous, de cuir, sans entraver notre marche ni peser trop lourd sur nos frêles épaules.

Tout a donc été soigné pour offrir au public un produit de grande qualité, et si de temps à autres le spectre de JUDAS PRIEST (celui de la fin des seventies) vient vous chatouiller les oreilles, c’est pour mieux prêter allégeance au Metal le plus inoxydable en citant l’une des références les plus essentielles. Car loin de se borner à reproduire des sonorités d’époque, les canadiens ont peaufiné leur écriture, truffant leurs titres de plans irrésistibles et techniquement précis. Et avec une durée très raisonnable et un nombre de compositions restreint, ils évitent avec beaucoup d’intelligence la redondance, terminant leur sprint par une dernière cavalcade épique et colle au gramme (« Halloween At Midnight », qui suggère aussi quelques réminiscences des estimables HALLOWEEN de Detroit). Il est donc tout à fait possible de voir la chose sous un côté ludique, en essayant d’identifier les parrains spirituels de RIOT CITY (bien que je vous ai donné suffisamment d’indices pour ne pas avoir à trop chercher), mais il est surtout recommandé d’apprécier Burn The Night pour ce qu’il est, à savoir un redoutable effort de pur Heavy à tendance Speed très léché, bichonné dans les moindres détails, mais animé d’une pulsion sauvage qui lui permet de se hisser au niveau des meilleures productions de l’époque. La sienne est d’ailleurs excellente, le mixage ne lésant personne, sans oublier cette pochette les rapprochant de JUDAS encore une fois, ou du fameux graphisme d’Intense Defense de JOSHUA. Alors peu importe que la jeune génération canadienne prenne modèle sur l’ancienne, tant que des albums pareils nous permettront de remonter le temps sans trop le répéter.

            

Titres de l'album:

                           1. Warrior Of Time

                           2. Burn The Night 

                           3. In The Dark

                           4. Livin' Fast

                           5. The Hunter

                           6. Steel Rider

                           7. 329

                           8. Halloween At Midnight

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/07/2019 à 18:03
85 %    146

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...