Je ne vais certainement pas me la jouer expert sur ce coup-là, d’autant plus que l’honnêteté est la base même de cette chronique, que j’aurais pu intituler « reprendre le train en marche ». En effet, j’aborde aujourd’hui le cas d’un groupe que je n’ai pas écouté depuis presque trente ans, et dont j’ignore tout du parcours depuis cette époque. Car pour moi, le vrai RIOT remonte au début des années 80, et la sortie de ce chef d’œuvre impérissable que restera à jamais Fire Down Under, avec sa célébrissime pochette ignoble, et sa musique à la qualité inversement proportionnelle. Mais c’est précisément Thundersteel, l’album du comeback de 1988 qui m’avait complètement converti à la cause des américains, et c’est aussi The Privilege Of Power qui m’avait persuadé que je faisais peut-être fausse route et réaliser que tout ça n’était sans doute qu’un joli accident. Depuis, j’ai ignoré les reformations, les changements de line-up, et complètement occulté des LP comme Nightbreaker, Inishmore, Through The Storm, ou Unleash The Power, si bien que c’est l’esprit vierge de tout préjugé que j’ai abordé l’écoute d’Armor Of Light. J’ai d’abord cherché à comprendre l’ajout de ce V romain auprès du nom du groupe, qui aujourd’hui ne compte plus aucun membre originel, et dont les musiciens les plus fidèles n’ont rejoint le combo qu’en 1986, voire 1989. Les deux seuls instrumentistes pouvant donc se targuer d’un passé illustre au sein de la formation sont donc Don Van Stavern, parti en 1990 puis revenu en 2008, et Mike Flyntz, fidèle au poste depuis la fin des années 80. Aucune implication donc dans la partie la plus légendaire de la carrière de RIOT, et une formation dont les deux tiers des membres évoluent en terrain connu depuis le nouveau siècle. Dès lors, je compris assez vite qu’il était vain d’attendre du quintette des souvenirs qui étaient enterrés depuis longtemps, si ce n’est quelques allusions plus ou moins finaudes au chef-d’œuvre Thundersteel, qui se verra même gratifié dans la version deluxe de cet album d’une relecture, histoire de bien mettre l’emphase sur cette merveilleuse anecdote.

RIOT V donc, depuis la mort du regretté guitariste Mark Reale en 2012, et un nouveau vocaliste, Todd Michael Hall, en poste depuis 2013, qui tente depuis cinq ans de nous persuader qu’il est de la trempe du miraculeux Tony Moore, qui striait de ses interventions suraiguës les morceaux de ce fameux LP historique. LP qui trouve aujourd’hui, trente ans après sa mise sur le marché un écho certain, puisque de ses rythmiques à ses soli, de sa vélocité à ses mélodies, Armor Of Light fait tout pour nous replonger dans le bain incandescent de cette œuvre qui a redéfini les paramètres du Power Metal moderne, le faisant flirter avec le Thrash. Est-ce pour autant que ce devoir de mémoire aboutit à la genèse d’un travail de qualité équivalente ? La question est d’importance, et la réponse un peu plus compliquée qu’il n’y parait. Produit par Chris “The Wizard” Collier (METAL CHURCH, FLOTSAM & JETSAM, SLIPKNOT ou KORN), Armor Of Light est incontestablement l’un des disques de Power Metal des plus performants, qui nous offre une véritable démonstration de savoir-faire dans le style, et qui dispose d’un son à décorner Satan lui-même. Les musiciens se sont tous donnés à fond pour nous faire adhérer à leur cause, et s’il est évident qu’aucun reproche ne saurait être formulé à l’encontre de leur performance individuelle, l’osmose générale donne lieu à quelques récriminations très personnelles. En jugeant des morceaux présentés ici, et en faisant abstraction du passé glorieux du groupe, ce nouvel effort a de quoi faire craquer n’importe quel amateur de sonorités modernes et de puissance à la JUDAS PRIEST/SABATON/PRIMAL FEAR. On y trouve tous les ingrédients nécessaires à l’élaboration d’un album de Pur Heavy/Power Metal, et l’énergie qui s’en dégage est purement phénoménale. Mais en prenant en considération l’historique d’un ensemble qui n’a jamais rien fait comme tout le monde et qui a toujours proposé sa vision au détriment des vogues et modes en cours, le manque d’émotion patent qui condamne ce disque à une écoute polie et respectueuse ne pardonne pas, et relègue le ressenti au second plan, s’effaçant devant un sens de la démonstration qui, s’il force l’admiration, à tendance à faire se flétrir la passion.

En voulant atteindre la perfection, les RIOT V sont tombés dans le piège classique du stérile admirable. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter avec attention sa production, plombée, compressée, et surtout, cette batterie qui fonctionne comme un pattern pro-tool déformant le son de la grosse-caisse pour la faire s’apparenter au barouf d’un marteau-piqueur en pleine séance de perçage de macadam. Si le chant de Todd Michael Hall n’est pas sans rappeler le timbre de certains cadors du style, si les chœurs sont efficaces et toujours placés au timing idoine, si les duels de guitares n’ont rien perdu de l’acuité de l’époque, le tout s’embourbe dans les figures de style, au point de copier les arabesques et autres pirouettes des combos les plus usés à l’exercice du Power ciselé, celui-là même qui les rapproche plus d’un Wagner du Heavy Metal que d’un Verdi. Les morceaux passent, les uns après les autres, et développent les mêmes qualités, mais on cherche en vain le moindre gimmick capable de nous sortir de notre torpeur, fort marri de ne pouvoir formuler aucune critique assassine au regard de la qualité indéniable de l’ensemble. Mais les qualités individuelles et la perfection n’ont jamais été des gages de séduction, et c’est assez indifférent que l’on assiste à une succession de plans homériques, prompts à faire passer les RHAPSODY pour de gentils couseurs de genouillères, et les IRON SAVIOUR pour des artisans à cheval sur l’authenticité de leur art. Pompier, démesuré, agressif mais finalement assez inoffensif, Armor Of Light n’est rien de plus qu’une armure qu’un simple lance-pierre parviendrait à transpercer, et peine à cacher une inspiration de surface qui ne va jamais chercher l’argument qui pourrait nous persuader de son bien-fondé. Alors, certes, quelques morceaux semblent vouloir s’extraire de ce barnum global, comme « Angel's Thunder, Devil's Reign », au groove assez sympathique, ou le plus léger « San Antonio », qui est bien le seul clin d’œil au passé suffisamment crédible pour qu’on se replonge dans la nostalgie des premiers LP.

Pas vraiment étonnant dès lors de trouver dans la liste des groupes ayant un jour honoré leur mentor RIOT d’une reprise en forme d’hommage des noms comme HAMMERFALL, RHAPSODY, Axel Rudi PELL, NIGHT DEMON ou SAVAGE MASTER. Ils appartiennent tous à la même catégorie d’ensembles qui privilégient la forme sur le fond, et qui préfèrent la démonstration à l’effort de composition. Et en reprenant ce putain de train en marche, j’ai pu constater aujourd’hui que le RIOT de légende avait disparu, et qu’il a été remplacé par ce RIOT V, qui tient plus du groupe de reprises que d’une extension logique et capable. Tout ça est beau, clinquant, impressionnant, mais terriblement fatiguant et le pire, est que je me vois obligé de leur accorder une note tout à fait correcte pour ne pas laisser ma subjectivité l’emporter sur la qualité d’un disque que les fans du genre ont déjà adoubé. Terrible paradoxe, pour un coup de hache dans l’eau.


Titres de l'album:

     1 - Victory
     2 - End of the World
     3 - Messiah
     4 - Angel's Thunder, Devil's Reign
     5 - Burn the Daylight
     6 - Heart of a Lion
     7 - Armor of Light
     8 - Set the World Alight
     9 - San Antonio
    10 - Caught in the Witches Eye
    11 - Ready to Shine
    12 - Raining Fire
    13 - Unbelief

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/05/2018 à 14:32
70 %    106

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Kingdom

Putrescent Remains Of The Dead Ground

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Sadistic Intent + Pillorian + Toxic Holocaust

18/08 : Sur Hodémont, Méan ()

+ Venom Prison + Goatwhore

18/08 : Le Petit Bain, Paris (75)

Goatwhore + Dying Fetus

18/08 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)


Un super petit fest qui gagnerait à être connu !
Super affiche, circulation fluide, jamais plus d'une minute d'attente aux jetons, à la bouffe, aux bars ou aux toilettes. J'avais jamais vu ça ! :-))))
Putain ça change des queues interminables au Hellfest ou au Download !


"Celui-ci s'intitulera I Loved You At Your Darkest et sortira le 5 octobre prochain via Nuclear Blast. Ce titre est tiré d'un verset de la Bible selon les dires de Nergal. "C'est même une citation du Christ lui-même" ajoute t-il." FAIL !

C'est ni de Jésus, ni même dans la Bible, du(...)


J'ai entendu THE QUILL quand je distribuais les flyers à l'entrée et ça avait l'air pas mal du tout! Du bon Heavy/Rock 70's avec un excellent chanteur!


Et bien la journée du samedi avec SATYRICON, SOLSTAFIR, UFOMAMMUT et ORANGE GOBLIN avait quand même une sacrée gueule pour moi. Sans parler d'autres sympathiques groupes comme MUNICIPAL WASTE ou ARMORED SAINT... vivement demain du coup !
Par contre, JérémBVL, as-tu entendu un peu THE QUIL(...)


On dirait bien oui! Tout une epoque


On dirait bien oui! Tout une epoque