Lagu

Cainan Dawn

30/09/2022

Osmose Productions

La pochette invite à la contemplation, fait immanquablement penser au Grand Bleu de Besson avec cette gigantesque étendue d’eau qui rejoint horizon en un unisson bleuté. Contemplation donc, perdition, réflexion, zen, méditation, le ressac berçant les rêves et la mer entraînant dans ses fonds les voyageurs perdus si bien chantés par Nick Drake. Nick Drake dont la musique était admise comme la transposition des vagues, la nuit, éclairées à la lumière des phares. Mais celle de CAÏNAN DAWN, bien qu’emprunte de nostalgie reste d’une violence rare, annonçant des tempêtes énormes à venir, que nous essuierons tant bien que mal.           

CAÏNAN DAWN a désormais une carrière bien établie et un parcours exemplaire. De débuts un peu hésitants à chercher sa propre identité jusqu’à cet album charnière il y a cinq ans, le quatuor n’a eu de cesse d’explorer, d’expérimenter, de moduler son inspiration, pour proposer aujourd’hui un crossover imperfective balisé par les tombes du Black Metal. Mais un BM riche, aventureux, risqué, à la limite du Post parfois, aux accents Doom, qui justement épousent parfaitement le contour de cet océan qui nous défie de sa grandeur.

Keithan (basse), Heruforod (chant/guitare), Avgruun (guitare) et Kloct (batterie) reviennent donc après un long silence consécutif à la sortie de F.O.H.A.T. en 2017, et nous montrent quelques clichés musicaux pris dans cette tourmente créative qu’est l’accouchement d’un nouvel album. Lagu, de sa sublime pochette, accroche immédiatement l’œil. Ce bleu profond, capté d’un regard nocturne évoque la grandeur de la nature et la petitesse de l’homme face à elle, mais aussi le désir de dérive, d’affronter le géant des géant, et non d’apprivoiser l’océan, mais de se laisser happer par lui. Mort en naissance inversée, pour un disque aussi grand que son concept, qui repousse encore une fois les limites de l’imagination.

Contemple - les vagues infinies de ton âme qui se laisseront rattraper, un voyage où le ciel n’est plus qu’un souvenir. Plonge dans cette immensité et immerge-toi. Alors, il se révèlera, cet être de conscience des fonds. Bienvenue à la noyade, un glissement éternel où les profondeurs abyssales t’attendent pour l’éternité.

Tout ceci n’invite évidemment pas à la rêverie rassurante, mais bien à l’admission de notre caractère futile sur cette terre, noyée par les eaux, et qui un jour en sera recouverte. Pour parvenir à construire un décor idoine, les français n’ont pas regardé à la démesure, et ont convoqué EMPEROR et THE OCEAN aux agapes de l’océan, pour cinquante minutes de contemplation en apnée d’un univers liquide. La musique du quatuor n’a pas vraiment changé, mais s’est adaptée aux nouvelles exigences de perfection. Chaque riff semble être à sa place, chaque break parfaitement inséré, chaque ligne de chant porteuse de sens. Lagu, lagune onirique qui cache en fait une renonciation, une plongée dans les profondeurs de l’âme est en quelque sorte la bande-son d’un dernier voyage, pour que l’éternité ressurgisse des flots.

Impeccablement produit, truffé d’effets divers, ce quatrième album est un exemple d’équilibre entre puissance et nuance. Le plus parfait point équidistant du BM et du Post BM, et en convergence de tous les courants extrêmes noirs que l’on puisse connaitre. Il faut certes s’armer de patience pour en venir à bout, tout en sachant que ses secrets ne seront pas percés entièrement ou alors par pur hasard.

Il faut aussi être capable de contempler la mer et son cortège de vagues, et de comprendre leur message. Un message ambivalent, entre cruauté et générosité, comme le démontre « Atlantis », parfait déroulé qui synthétise tous les sentiments éprouvés : peur, attirance, pulsion de mort et envie de vivre une dernière fois avant de disparaître sous l’écume des jours.

Violent mais mélodique, CAÏNAN DAWN a désormais trouvé sa vitesse de croisière, en alternant le surplace contemplatif et l’avancée aveugle et désespérée. La rythmique, cassée et mouvante s’adapte aux thèmes développés et aux riffs plaqués ou saccadés, et le chant, toujours aussi âpre et cru de nous bercer de ses litanies pour nous faire accepter le roulis qui transporte nos pauvres carcasses vers leur dernière demeure (« Septima »).

Le voyage est donc difficile, parfois immobile, mais gratifiant. « Apnea » traduit avec beaucoup de maîtrise ce manque d’oxygène qui comprime nos poumons, tandis que le chaotique et orchestral « Profundum » se propose de nous guider vers les fonds marins, pour nous asseoir et accepter notre humble sort. Arrangements électroniques, ambiances multiples, couleurs de son, toutes dans des tons bleutés évidemment, Lagu est un cimetière caché sous les eaux, et un magnifique désespoir mélancolique.

Entre Post-Wave, Cold Wave, Doom et Black, CAÏNAN DAWN louvoie comme un requin, et finit par mordre la jambe de l’auditeur. Pas pour la croquer, mais pour l’attirer à lui, dans le silence sombre des vagues les plus profondes.     

    

         

Titres de l’album :

01. Nun

02. Myctophidae

03. Y'ha-Nthlei

04. Okeanos

05. Atlantis

06. Septima

07. Apnea

08. Lagu

09. Profundum


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/09/2022 à 17:42
82 %    119

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51