Defragments Of Insanity

Necrodeath

05/04/2019

Scarlet Records

Sins n’avait suscité chez moi qu’une indifférence polie, me permettant d’affirmer avec un certain dédain que les italiens n’étaient pas maîtres en la cause Thrash, la faute à une approche trop primitive et linéaire qui les empêchait depuis toujours de rivaliser avec leurs cousins germains et américains. Il faut dire que cet album était loin de déclencher l’euphorie que l’on est toujours en droit d’attendre d’un album du cru, se contentant la plupart du temps de répéter des formules convenues, la plupart déjà énoncées par le groupe sur ses premiers albums que certains considéraient pourtant comme des classiques. N’ayant jamais vraiment posé genou à terre pour prêter allégeance aux chevaliers de la table ronde transalpine, mais reconnaissant des qualités débridées aux séminaux BULLDOZER, ce constat ne m’étonnait pas plus que ça, et c’est avec générosité que je lâchais un modeste six sur dix à cet album anecdotique. Cinq années plus tard, et ayant volontairement fait l’impasse sur un The Age Of Dead Christ que ne je jugeais pas digne de mon temps, c’est avec appréhension que je me décidais à rencontrer à nouveau ces originaires de Gênes, qui à peine un an après leur dernier effort décidaient de remettre le couvert. Ayant déjà préparé la poche de restes pour un doggy bag cheapos à refiler à des potes moins exigeants, j’acceptais d’écouter d’une oreille distraite ce Defragments of Insanity, qui me mettait quand même la puce à l’oreille de son titre en forme de clin d’œil. Sans avoir plus d’informations, j’y voyais une suite possible au second LP des italiens, ce Fragments of Insanity qui en 1989 avait agité la planète Thrash de ses soubresauts agressifs, me disant à tort que les italiens, conscients de ne rien proposer de très probant depuis les eighties avaient choisi la voie du classicisme en jetant sur la table une suite des évènements passés que je jugeais d’ors et déjà anecdotique.

Et mon instinct me trompa de très peu, puisque ces NECRODEATH chafouins ont en effet décidé de se tourner vers leur (moyennement) glorieux passé, non pour le pérenniser et y ajouter de nouveaux chapitres en continuant l’histoire initiale, mais pour en reprendre l’un des épisodes les plus notables, histoire de lui accorder un coup de jeune sous une lumière plus contemporaine. C’est ainsi que trente ans après la parution de ce que leurs fans considèrent comme son plus haut fait d’arme, le quatuor (Peso - batterie, Flegias - chant, Pier Gonella - guitare et GL - basse) nous offre une relecture moderne de Fragments of Insanity, qui non seulement tient largement la comparaison temporelle, et qui se permet même de transcender les influences d’origine en leur offrant un son à décorner les bœufs de Sicile. En acceptant que le line-up d’origine se limite aujourd’hui à la présence au kit de Peso, seul membre des primes années, on pourrait presque considérer ce Defragments of Insanity comme un nouvel album, si nous ne connaissions déjà ses morceaux qui en faisant preuve d’objectivité, représentent ce que le combo italien a pu produire de plus effectif depuis son émergence au milieu des années 80. Ridiculisant tous les jets originaux produits depuis, Defragments of Insanity rappelle qu’à une époque, NECRODEATH aurait pu jouer les premiers rôles de la scène Thrash européenne, si celle-ci ne glissait pas déjà sur la pente savonneuse du Death en 1989. Prouvant qu’ils avaient des armes efficaces sous la main, les quatre italiens nous refont un coup classique, celui du lifting qui permet de fêter un anniversaire à moindre frais, rejoignant donc les EXODUS, SODOM et autres cadors du Thrash mondial dans les rangs des nostalgiques de l’âge d’or. Sauf qu’en dépit de ce formalisme facile, autant admettre les choses, qui mènent à un constat plein d’ambivalence. En optant pour un travail d’exhumation/restauration, les italiens livrent leur meilleur travail depuis… Fragments of Insanity, ce qui peut se montrer aussi flagrant que gênant, considérant que depuis, le groupe a quand même publié pas moins de dix albums.

Ceci dit sans aucune méchanceté, puisque je n’ai pas grand-chose à reprocher à ce combo sympathique, quoique terriblement secondaire. Mais là où d’autres se sont méchamment vautrés en croyant pouvoir surmultiplier la puissance et la démence de leurs œuvres les plus mémorables, NECRODEATH réussit son pari, et fête trois décennies de parcours avec un faste de brutalité et de méchanceté instrumentale. Les originaux qui ne donnaient déjà pas dans la dentelle ne sont pas ramollis par le temps et le traitement contemporain, bien au contraire, et sonnent encore plus frais et déments qu’en 1989. Si l’on retrouve évidemment le charme des compositions initiales, qui au crépuscule d’eighties à l’agonie donnaient un coup de fouet au Thrash de papa en l’agrémentant d’un parfum Death très prononcé (école INCUBUS avec diplôme à la clef), le traitement 2019 apporte une nouvelle lumière de folie sur cette intensité qui ne s’est pas démentie, permettant au line-up le plus stable de la formation de frapper un grand coup et se replacer sous les feux des projecteurs. Totalement dans le contexte d’un mouvement nostalgique qui va certainement réserver à Defragments of Insanity l’accueil qu’il mérite, NECRODEATH rappelle qu’il était déjà là en même temps que toutes les autres références du genre, et qu’il a encore de quoi en remontrer aux nouvelles générations. Et dès le magique et foudroyant « Choose Your Death », la messe noire est dite, et le Thrash furieux replacé dans un contexte de crédibilité qu’une production énorme vient souligner de ses graves profonds et de ses médiums carton.

Pas de doute à avoir, les riffs sonnent plus tranchant qu’un saucisson coupé par Kerry King, et l’atmosphère générale se place en convergence des incendies déclenchés par Interstellar Experience d’ASSASSIN et Beyond The Unknown d’INCUBUS. Avec seulement trente-quatre minutes au compteur, Fragments of Insanity jouait la montre, et son digne successeur profite de cette brièveté pour donner quelques leçons aux nouvelles générations, accentuant les mid-tempi (« Thanatoid »), contraignant les mélodies à ventiler les segments les plus affolés (« Metempsychosis »), pour finalement rappeler à quel point SLAYER a représenté l’une des influences les plus marquantes de la scène italienne des années 80. Véritable plaisir même pas coupable, ce nouveau visage offert à une ancienne grimace de mort est un véritable bain de jouvence, d’autant plus que le LP original, réédité par deux fois en CD est devenu de plus en plus difficilement trouvable à des prix raisonnables. Voilà donc une bonne raison de vous jeter sur cette réactualisation d’un répertoire de saison, qui va peut-être donner aux  NECRODEATH l’impulsion indispensable pour renouveler leur répertoire plus contemporain.  


Titres de l’album :

                         1.Choose Your Death

                         2.Thanatoid

                         3.State of Progressive Annihilation

                         4.Metempsychosis

                         5.Fragments of Insanity

                         6.Enter My Subconscious

                         7.Stillbirth

                         8.Eucharistical Sacrifice

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/07/2019 à 17:34
88 %    389

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
03/07/2019, 08:07:39
Un monument.

LeMoustre
@77.146.224.133
04/07/2019, 20:41:53
Riff à la Voïvod vers 1'10", qui suit un autre qui rappelle par Slayer période Seasons, mais en fait non, ils avaient fait ça avant, héhé.
Si l'original est toujours préférable, voilà un second album, sans oublier le premier aussi excellent (Into the Macabre), qui nous rappelle que les Ritals étaient fort efficaces, avant leur split.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

A écouter ce morceau, j'ai tous les poils du corps qui me flagellent ! Je crois que ma crinière et cette musique ont une mauvaise influence sur eux !

20/01/2021, 01:20

Moshimosher

What a beautiful corpse! Franchement, du son putréfié comme je l'aime ! Achat sanctionné de mon sang corrompu ! Faites rouler le cercueil !

20/01/2021, 00:22

Adolf benssoussan

Ça sent la tôle tous ses chefs d’accusation, il a a au moins les couilles de défendre ses idées pas comme ici ou c’est devenu tarlouze land. 

19/01/2021, 22:35

LeMoustre

Comme KKing dit, il a fait une connerie, ben il assume, basta. Irreconcilables, ces deux Ameriques, en effet. Bah, lui il fera un peu de taule ou qques semaines d'intérêt general. Et franchement, les thèmes du groupe et cette connerie, je vois moye(...)

19/01/2021, 19:23

Kerry King

L'idée du test a l'entrée est la meilleure idée.48/72 heures avant, et comme on dit "l'amour du risque".

19/01/2021, 18:32

Gargan

 "no present for christmas" pour  Bones 

19/01/2021, 18:23

Kerry King

Iced Earth c'est Jon Schaffer est rien d'autre actuellement on ne va pas se mentir, la formation actuel est loin de la glorieuse de l'époque et les membres sont tous arrivé il y a moins d'une décennie, sauf le batteur qui le suit depuis pas mal d'ann&(...)

19/01/2021, 18:18

Bones

Bien vu pour le Deicide. :-)... ou un petit "Slaughter in the Vatican".  Cathartique.  :-)

19/01/2021, 17:45

Jus de cadavre

Assez d'accord avec Moshi concernant la réaction des autres membres du groupe. Personnes ne pouvait s'être préparer à une telle situation

19/01/2021, 17:23

poybe

Sérieusement, quand on s'intéresse un peu aux thèmes développés par le groupe ... et donc leur leader, ça n'a rien de très surprenant de le retrouver là dedans. Il a choisi de se rendre et d'assumer les conséquences de (...)

19/01/2021, 17:15

Moshimosher

Perso, qu'ils partagent ou non ses idées, je comprends la réaction des autres membres du groupe... Il font tranquillement leur musique, sans embêter personne (enfin, je crois), et, tout d'un coup (ou pas) en voilà un (et le leader en plus !) qui se met à(...)

19/01/2021, 16:26

Laurent

Qu'ils rouvrent déjà les cafés concert, les concerts devant un écran géant il n'y a pas urgence

19/01/2021, 15:38

Buck Dancer

Message coupé que je continue...Écoute toi un petit Deicide ça ira mieux   

19/01/2021, 15:34

Buck Dancer

Bones, dans ces conditions je comprends mieux

19/01/2021, 15:32

RBD

La différence de traitement entre Noël et le 31 décembre m'a également surpris. J'y vois d'abord une justification sanitaire (discutable) : le soir de Noël les familles ce sont plutôt les familles qui se rassemblent tandis que le 31 ce sont plut(...)

19/01/2021, 15:21

Bones

Désolé, je suis un peu raide sur la question mais j’ai été traumatisé par une famille trèèèès portée sur la religion. Depuis je bouffe un peu du curé et je vois des calotins partout, ne m’en voulez pas. :-)

19/01/2021, 15:15

Buck Dancer

Bones, peut-être parce que Noël se fête traditionnellement en famille et à la maison, alors que le 31 tout le monde est dehors à faire la fête ( et les cons)? Noël, ouvertement catho ? Pas dans mon monde moi, désolé.... 

19/01/2021, 14:47

Humungus

Je rejoins forcément totalement mon coreligionnaire du dessus !L'ajout de vidéos d'antan, c'est juste génial !PS : "Voyage au centre de la scène - Les 30 ans de CYTTYOLP !"...Putain, David, t'as fait tr&egra(...)

19/01/2021, 14:03

Humungus

Pas mal du tout VAISSEAU.Classique dans l'ensemble mais bien torché.Par contre, L'Apache, je ne vois pas ce que cela à de Doom... Hormis la pochette bien sûr (superbe au demeurant).

19/01/2021, 13:26

JTDP

J'avoue. Ecouté distraitement il y a quelques jours, je suis pressé de me replonger dedans, tant il m'avait déjà bien accroché !

19/01/2021, 12:39