Sins n’avait suscité chez moi qu’une indifférence polie, me permettant d’affirmer avec un certain dédain que les italiens n’étaient pas maîtres en la cause Thrash, la faute à une approche trop primitive et linéaire qui les empêchait depuis toujours de rivaliser avec leurs cousins germains et américains. Il faut dire que cet album était loin de déclencher l’euphorie que l’on est toujours en droit d’attendre d’un album du cru, se contentant la plupart du temps de répéter des formules convenues, la plupart déjà énoncées par le groupe sur ses premiers albums que certains considéraient pourtant comme des classiques. N’ayant jamais vraiment posé genou à terre pour prêter allégeance aux chevaliers de la table ronde transalpine, mais reconnaissant des qualités débridées aux séminaux BULLDOZER, ce constat ne m’étonnait pas plus que ça, et c’est avec générosité que je lâchais un modeste six sur dix à cet album anecdotique. Cinq années plus tard, et ayant volontairement fait l’impasse sur un The Age Of Dead Christ que ne je jugeais pas digne de mon temps, c’est avec appréhension que je me décidais à rencontrer à nouveau ces originaires de Gênes, qui à peine un an après leur dernier effort décidaient de remettre le couvert. Ayant déjà préparé la poche de restes pour un doggy bag cheapos à refiler à des potes moins exigeants, j’acceptais d’écouter d’une oreille distraite ce Defragments of Insanity, qui me mettait quand même la puce à l’oreille de son titre en forme de clin d’œil. Sans avoir plus d’informations, j’y voyais une suite possible au second LP des italiens, ce Fragments of Insanity qui en 1989 avait agité la planète Thrash de ses soubresauts agressifs, me disant à tort que les italiens, conscients de ne rien proposer de très probant depuis les eighties avaient choisi la voie du classicisme en jetant sur la table une suite des évènements passés que je jugeais d’ors et déjà anecdotique.

Et mon instinct me trompa de très peu, puisque ces NECRODEATH chafouins ont en effet décidé de se tourner vers leur (moyennement) glorieux passé, non pour le pérenniser et y ajouter de nouveaux chapitres en continuant l’histoire initiale, mais pour en reprendre l’un des épisodes les plus notables, histoire de lui accorder un coup de jeune sous une lumière plus contemporaine. C’est ainsi que trente ans après la parution de ce que leurs fans considèrent comme son plus haut fait d’arme, le quatuor (Peso - batterie, Flegias - chant, Pier Gonella - guitare et GL - basse) nous offre une relecture moderne de Fragments of Insanity, qui non seulement tient largement la comparaison temporelle, et qui se permet même de transcender les influences d’origine en leur offrant un son à décorner les bœufs de Sicile. En acceptant que le line-up d’origine se limite aujourd’hui à la présence au kit de Peso, seul membre des primes années, on pourrait presque considérer ce Defragments of Insanity comme un nouvel album, si nous ne connaissions déjà ses morceaux qui en faisant preuve d’objectivité, représentent ce que le combo italien a pu produire de plus effectif depuis son émergence au milieu des années 80. Ridiculisant tous les jets originaux produits depuis, Defragments of Insanity rappelle qu’à une époque, NECRODEATH aurait pu jouer les premiers rôles de la scène Thrash européenne, si celle-ci ne glissait pas déjà sur la pente savonneuse du Death en 1989. Prouvant qu’ils avaient des armes efficaces sous la main, les quatre italiens nous refont un coup classique, celui du lifting qui permet de fêter un anniversaire à moindre frais, rejoignant donc les EXODUS, SODOM et autres cadors du Thrash mondial dans les rangs des nostalgiques de l’âge d’or. Sauf qu’en dépit de ce formalisme facile, autant admettre les choses, qui mènent à un constat plein d’ambivalence. En optant pour un travail d’exhumation/restauration, les italiens livrent leur meilleur travail depuis… Fragments of Insanity, ce qui peut se montrer aussi flagrant que gênant, considérant que depuis, le groupe a quand même publié pas moins de dix albums.

Ceci dit sans aucune méchanceté, puisque je n’ai pas grand-chose à reprocher à ce combo sympathique, quoique terriblement secondaire. Mais là où d’autres se sont méchamment vautrés en croyant pouvoir surmultiplier la puissance et la démence de leurs œuvres les plus mémorables, NECRODEATH réussit son pari, et fête trois décennies de parcours avec un faste de brutalité et de méchanceté instrumentale. Les originaux qui ne donnaient déjà pas dans la dentelle ne sont pas ramollis par le temps et le traitement contemporain, bien au contraire, et sonnent encore plus frais et déments qu’en 1989. Si l’on retrouve évidemment le charme des compositions initiales, qui au crépuscule d’eighties à l’agonie donnaient un coup de fouet au Thrash de papa en l’agrémentant d’un parfum Death très prononcé (école INCUBUS avec diplôme à la clef), le traitement 2019 apporte une nouvelle lumière de folie sur cette intensité qui ne s’est pas démentie, permettant au line-up le plus stable de la formation de frapper un grand coup et se replacer sous les feux des projecteurs. Totalement dans le contexte d’un mouvement nostalgique qui va certainement réserver à Defragments of Insanity l’accueil qu’il mérite, NECRODEATH rappelle qu’il était déjà là en même temps que toutes les autres références du genre, et qu’il a encore de quoi en remontrer aux nouvelles générations. Et dès le magique et foudroyant « Choose Your Death », la messe noire est dite, et le Thrash furieux replacé dans un contexte de crédibilité qu’une production énorme vient souligner de ses graves profonds et de ses médiums carton.

Pas de doute à avoir, les riffs sonnent plus tranchant qu’un saucisson coupé par Kerry King, et l’atmosphère générale se place en convergence des incendies déclenchés par Interstellar Experience d’ASSASSIN et Beyond The Unknown d’INCUBUS. Avec seulement trente-quatre minutes au compteur, Fragments of Insanity jouait la montre, et son digne successeur profite de cette brièveté pour donner quelques leçons aux nouvelles générations, accentuant les mid-tempi (« Thanatoid »), contraignant les mélodies à ventiler les segments les plus affolés (« Metempsychosis »), pour finalement rappeler à quel point SLAYER a représenté l’une des influences les plus marquantes de la scène italienne des années 80. Véritable plaisir même pas coupable, ce nouveau visage offert à une ancienne grimace de mort est un véritable bain de jouvence, d’autant plus que le LP original, réédité par deux fois en CD est devenu de plus en plus difficilement trouvable à des prix raisonnables. Voilà donc une bonne raison de vous jeter sur cette réactualisation d’un répertoire de saison, qui va peut-être donner aux  NECRODEATH l’impulsion indispensable pour renouveler leur répertoire plus contemporain.  


Titres de l’album :

                         1.Choose Your Death

                         2.Thanatoid

                         3.State of Progressive Annihilation

                         4.Metempsychosis

                         5.Fragments of Insanity

                         6.Enter My Subconscious

                         7.Stillbirth

                         8.Eucharistical Sacrifice

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/07/2019 à 17:34
88 %    190

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
03/07/2019 à 08:07:39
Un monument.

LeMoustre
@77.146.224.133
04/07/2019 à 20:41:53
Riff à la Voïvod vers 1'10", qui suit un autre qui rappelle par Slayer période Seasons, mais en fait non, ils avaient fait ça avant, héhé.
Si l'original est toujours préférable, voilà un second album, sans oublier le premier aussi excellent (Into the Macabre), qui nous rappelle que les Ritals étaient fort efficaces, avant leur split.

Ajouter un commentaire


Transit Method

Mother of Red Light

Hypnotic Drive

Road Rage

Vulcain

Studio Albums 1984 - 2013

Bloody Alchemy

Reign Of Apathy

Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Aaaaaaahhh !!!
L'un des rares groupes français qui me file la gaule sans tiquer sur le chant francophone !
J'ai une paire de vinyles de ce groupe essentiel, mais vu que je n'ai que leur première galette en CD, cela sera donc un achat obligatoire pour moi. Pis à ce prix là en plus... (...)


Avec CES basses massives mon brave... ... ..


Tu m'as ému mon ami (oui, comme tu m'as ému, je t'appelle mon ami).
Tu avoues ta malhonnêteté en assumant de ne pas parler des années post Vulcain (l'album) et tu fais bien... Pas la peine de parler des mauvais souvenirs quand on en a autant de bons et ça évite d’évoquer ces années (...)


C'est ce que j'ai fait quand vu çà hier soir... J'en avait presque oublié cet album, avec cette basse massive.

Par contre jamais été fan de soulskinner...


Tout bonnement un de mes groupes de référence en matière de Black Metal.
Enorme perte.
Foutez vous un p'tit "Crossing the fiery path" en son honneur bordel !


En effet Mr Bungle n'en sera pas, ce qui du coup rend l'affiche bien moins alléchante voire même sans réel intérêt notable (la plupart des groupes pouvant être vus ailleurs).


Normal ça, moi pas savoir me servir de la ponctuation !
Tu as écrit : "Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020"... et apparemment cela devrait être le cas de Mr Bungle.


Pour surfer sur la vague du film, qui bâcle l'après 1989.


J'ai lu la news.
J'ai ri.


Pathétique, mais pas étonnant de leur part. A mon avis tout cela était planifié de très longue date...


J'adore le groupe mais ces histoires de tournée d'adieu puis de tournée de retour sont tellement ridicules. Là, avec ces conneries de contrat en plus, on touche le fond.


Désolé Buck Dancer, mais j'ai rien compris à ta phrase...


Ah ah ah !
Qui l'eût cru hein ?!
Pis cette affiche… Manque plus que RATT pour me voir combler (SIC !!!).


Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouv(...)


Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...