« Heidi, Heidi, petite fille des montagnes.

Heidi, Heidi, petite fée de nos campagnes.

Les bois, les monts, les vallées bleues, les prés, les fleurs

Heidi, Heidi, c'est là tout ton bonheur »


Tout ça paraît un peu simpliste, mais si vous jugez cette entame puérile et lénifiante, sachez que la région de Tromsø justifie de sa location géographique cette introduction. En effet, située dans la zone nord arctique de la Norvège, cette ville est entourée de montagnes, de verdure (enfin selon les saisons bien évidemment), et représente en quelque sorte un havre de paix créatif au sein duquel les esprits les plus artistiques peuvent laisser voguer leur inspiration pour la trouver. Et si vous ne voyez toujours pas le rapport entre Heidi et PRISTINE, c’est que vous ne connaissez ni le groupe, ni la musicienne, et là, les choses sont plus graves. Car PRISTINE dans les faits, est sans doute l’exportation musicale la plus importante venant de Norvège depuis l’émergence de la scène Black Metal nationale à l’orée des nineties. Et bien que les styles n’aient rien à voir, la comparaison est réfléchie et tout sauf anodine. Aux commandes de ce groupe qui en est un sans en être un, Heidi Solheim, une artiste comme on en rencontre une par décennie, qui non seulement s’épanouit dans la musique, mais qui gère aussi ses affaires d’une main de fer. Et depuis huit ans, la norvégienne se rappelle à notre bon souvenir très régulièrement, publiant des albums non seulement extraordinaires, mais révélateurs d’une ouverture d’esprit manifeste. Depuis 2011 et la sortie de Detoxing, Heidi continue son chemin sans se préoccuper des modes, et nous enivre d’un Rock à tendance Hard, bourré de Blues et transpirant de Soul, tout en exhalant un délicat parfum psychédélique qui n’empiète pas sur les platebandes des groupes de fumette spécialistes de la cause Stoner. Et après deux disques parus uniquement sur le territoire norvégien, la brune incendiaire a enfin réussi son pari d’invasion mondiale avec l’unique Reboot, avant de se voir distribuée mondialement par le géant Nuclear Blast, alléché par le Blues électrifié.

D’aucuns parleraient de revival, de nostalgie, de vague vintage, mais dans le cas précis de PRISTINE il n’en est rien. Nous parlons là de Rock, de vrai, qui n’use pas d’artifices et n’abuse pas de gimmicks pour prouver sa valeur, et qui ne compte que sur des compositions parfaites et entêtantes pour nous convertir à sa philosophie. Nous parlons là d’une artiste qui a su se construire son propre univers, avec ses propres codes, se servant de ses influences pour les transcender et y apporter sa touche personnelle, à base de nostalgie nordique et de sensibilité exacerbée. Et tout en suivant un cheminement de pensée logique, Heidi continue d’explorer ses sentiments et d’analyser le monde qui l’entoure en gardant cette patte qui fait d’elle l’une des auteurs/compositeurs/interprètes les plus précieuses au monde. La cohérence suit donc son chemin, et il n’est pas étrange de trouver des similitudes entre ce dernier né, Road Back to Ruin et ses deux aînés que le monde a pu apprécier, Ninja et Reboot. Car au-delà de son statut de nouveauté, Road Back to Ruin n’est rien de plus qu’une tranche de vie supplémentaire dans la carrière de Heidi, et un chef d’œuvre de plus venant enrichir sa discographie déjà bien étoffée de perles Rock nacrées. Né de la frustration, le titre-track de cette nouvelle livraison prend acte de la dégradation des conditions sociales et de la perte des valeurs. Il déplore la façon dont les puissants utilisent leurs pouvoirs pour faire plier le peuple et lui faire courber l’échine sous le poids des responsabilités et de la privation de liberté, mais une fois encore, malgré la profondeur des thèmes, leur illustration prend la forme d’une musique euphorique, certes perméable à l’émotion, mais toujours aussi énergique. C’est évidemment flagrant dès l’ouverture tonitruante de « Sinnerman », qui s’amuse beaucoup à combiner la rugosité du GRINDERMAN de Nick Cave et les propres travaux de Heidi sur Reboot et Ninja. Nous sommes donc cueillis à froid par cet up tempo véloce à rendre fou un fan de BLACK COUNTRY COMMUNION, enrobé dans un son épais et gras qui mâtifie la batterie pour laisser la guitare et l’orgue s’affronter dans une joute musicale signe du « Highway Star » de DEEP PURPLE. La rage est palpable, et les conditions d’enregistrement en live (toutes les bases ont été captées telles quelles) garantissent à ce cinquième album l’authenticité dont il avait besoin pour clore la trilogie internationale entamée avec Reboot.

En tentant des techniques différentes et en jouant avec les micros dans la pièce, Road Back to Ruin impose une profondeur qui manquait peut-être à Ninja, et permet de titiller la corde sensible des puristes des années 70. Il n’est pas incongru en effet de penser que le LED ZEPPELIN de IV aurait pu se satisfaire de « Road Back To Ruin », à l’exception près que Robert Plant n’aurait jamais pu la chanter comme Heidi. Avec son grain Rock et sa souplesse vocale, la chanteuse franchit un palier de plus dans le travail vocal, et se hisse à la hauteur des grands interprètes de la décennie d’âge d’or, celle qui a vu éclore les talents de Ian Gillan et Karen Carpenter, et qui a laissé s’éteindre ceux de Janis, Jim et tant d’autres. Le parfum 70’s est donc encore très prononcé, mais loin de copier bêtement les figures les plus imposées, PRISTINE combine et associe, étant capable au sein d’une même structure de sauter de la case ZEP à celle plus emphatique du SAB, pour un passage en revue de tout ce qui rend notre musique de prédilection unique. Mais aussi puissant soit ce nouvel effort, aussi gluant soit son groove terrifiant (« Bluebird », ça, même après une guérison d’acné et une Les Paul Custom signé de Jimmy, les Greta Van Fleet n’y arriveront jamais), l’émotion est toujours aussi présente, et prend la forme de longues digressions sublimes. Ainsi, « Aurora Skies » évoque les visions lumineuses de la Norvège du Nord, lorsque les aurores boréales transforment le ciel en peintures et les larmes en sculptures. Une fois encore, la faculté qu’a Heidi de moduler sa voix et de la contraindre à l’essentiel subjugue, et entre des cordes très discrètes et des textures sonores qui s’empilent comme les souvenirs, le tableau est saisissant et prend à la gorge, comme le ZEP de l’axe 69/71.

Emotion donc, mais surtout passion, et unisson entre des musiciens. Espen Elverum Jacobsen se hisse au niveau de sa magnifique vocaliste en tirant de sa guitare les riffs les plus plombés et les notes les plus pesées, nous enchantant parfois de solo suintant de Blues-Rock. Le pivot rythmique constitué du duo Gustav Eidsvik (basse) / Ottar Tøllefsen (batterie) est exemplaire de sobriété, et lorsque les quatre musiciens montent le ton, ça donne un « Blind Spot » d’anthologie, incarnant l’acmé d’un talent individuel magnifié par un collectif. Mais n’oublions pas que PRISTINE, ce sont aussi de merveilleux petits quickie boogie (« The Sober », qui donne clairement envie d’arrêter l’alcool pour savourer ça sobre), et des ouvertures sur la délicatesse Folk et Pop (« Your Song » délicieusement Jazzy à la Norah Jones meets Katie Melua dans un bar de Tromsø), pour mieux laisser l’auditeur sur une impression de plénitude avant de l’assommer d’un uppercut final (« Dead End » le « Bootie Call » version SWEET de Road Back to Ruin). Et au bout du compte, de l’écoute et de la nuit, on se dit qu’il devient pénible de devoir décerner la palme de l’excellence à chaque fois à Heidi, qui va bien finir un jour par se vautrer et sortir un album indigne. Mais visiblement, le mot « erreur » ne fait pas partie de son vocabulaire, à moins qu’il ne se traduise en norvégien par un autre mot imprononçable. Un cinquième album en forme de constat inévitable de sortie de route pour l’humanité, mais un nouveau virage négocié à l’épingle à cheveu pour un groupe que l’on aime jusqu’au fond des yeux.       


Titres de l'album :

                           1. Sinnerman

                           2. Road Back To Ruin

                           3. Bluebird

                           4. Landslide

                           5. Aurora Skies

                           6. Pioneer

                           7. Blind Spot

                           8. The Sober

                           9. Cause and Effect

                          10. Your Song

                           11. Dead End

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/04/2019 à 14:56
95 %    226

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


jpgil
@77.204.58.135
30/04/2019 à 22:54:21
J'ai découvert Pristine en 1ère partie de Blues Pills (en 2016 après la sortie de Reboot) et depuis je suis fan absolu de ce groupe. Ninja m'avait un peu moins emballé que les 3 premiers albums, mais là c'est reparti comme en 14 !!! Quelle putain de bon album, avec Sinnermann et Landslide au sommet de l'Everest.

NecroKosmos
@109.218.111.206
01/05/2019 à 08:35:16
Putain, je ne connaissais pas. C'est génial !!

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes