Sinon, votre Death Metal, vous l’aimez comment ? Plutôt brutal, avec batterie compressée et riffs interchangeables ? Plutôt macabre, lancinant et aux obsessions d’outre-tombe ? A la suédoise, froid, glauque comme un cimetière oublié sans cadenas à l’entrée ? Ultra technique et bourré de finesses instrumentales, de quoi se fader quelques méchantes équations mentales ? Ricain et bourrin ? Anglais et frappé ? Un peu tout ça à la fois ? Moi, je l’aime old-school, ancienne école comme on dit chez nous, tel qu’il était pratiqué à sa conception, par les maîtres du genre de Floride ou d’ailleurs. Un peu plus tôt dans l’année le projet FREITOT mené de front par trois musiciens nationaux m’avait donc pris à revers de sa nostalgie mortifère, et aujourd’hui, c’est encore en France que je prends mon pied, par l’entremise du premier longue durée d’un quintette qui assume ses influences, et capitalise ses références. Quintet de Béthune et environs, IN PURULENCE ne cache aucunement de son nom des accointances sévères avec la frange la plus impitoyable du Death nostalgique, et nous sert encore saignants dix morceaux qui ont largement leur place sur la table des mets les plus séduisants. Ce tas de barbaque tartare, garantie sans nerfs ni bas morceaux est donc le reflet de leur fascination musicale, et s’articule autour de rythmiques écrasantes, de riffs baignant dans leur jus, et de vocaux ténus, le tout agencé avec beaucoup de spontanéité. Fondé en 2014, et articulé autour du line-up Aze : guitare rythmique, Kildengaard : chant, Hrothgar : guitare lead, Gravdal : batterie et BassTurd : basse, IN PURULENCE est un gigantesque furoncle exsudant un pus immonde, qui vous gicle à la face comme une évidence bestiale au visage d’un monde agonisant.

Sans prétendre révolutionner le genre (mais qui le peut encore ?), les frenchies pas vraiment chic jouent donc la carte de l’honnêteté et de la franchise, et bourrinnent comme des malades en rut, s’excitant devant le corps dénudé et putréfié d’une pauvre victime retrouvée morte en forêt. La leur doit d’ailleurs être méchamment profonde, et abriter les secrets les plus inavouables, tant cette première attaque longue-durée est d’une puissance effarante, évitant la complaisance pour délivrer un message Death parfaitement assimilé. Se réclamant du parrainage indirect de figures de légende comme ASPHYX, BOLT THROWER, OBITUARY ou SIX FEET UNDER, Putrid Valley s’inscrit dans une tradition de Death à l’américaine, aux coups de boutoir portés à vif, et ne s’embarrasse pas de questions inutiles. Dotés d’un niveau instrumental parfaitement respectable, mais préférant la violence à l’aisance, les IN PURULENCE sans sortir des sentiers battus d’un abattoir abandonné nous prennent à la gorge, et se montrent habiles compositeurs. Singeant les gestes précis d’un boucher psychopathe désossant le cadavre encore frais d’une pauvre bête sacrifiée, ces cinq musiciens nous permettent de humer le délicat parfum vintage du Death de l’orée des nineties, et y ajoutent même un grain de folie très personnel s’axant autour de chœurs véritablement possédés, nuancés par des mélodies à l’étouffée. On retrouve donc les atmosphères malicieusement macabres de l’AUTOPSY des premiers jours, mais aussi l’efficacité redoutable du SUFFOCATION le plus tolérable, et le massacre prend vite des airs de calibrage industriel.

Distribué par les commis nationaux de Great Dane records, spécialisés dans la viande de qualité, Putrid Valley est un disque qui empeste la mort à tous les sillons. Tout en collant à une éthique old-school, le quintet s’offre une production parfaitement contemporaine, qui réfute tout principe d’automatisme d’enregistrement (la batterie vit et respire, et dans ce style-là, le détail est important), et qui lui permet de tenter des choses un peu surprenantes au fur et à mesure de l’avancée du LP. Si leur fascination pour la première guerre mondiale ne fait aucun doute (« Verdun », « The Last Attack », « Butchery Of War », « Patriots »), elle nous permet une thématique moins usée que les exactions classiques à base de Gore cheap et de sadisme bon marché, et confère à ce premier essai une patine historique assez appréciable. Mais c’est surtout la musique qui mérite le respect, puisque tout l’album est construit sur une évolution redoutable d’intelligence. Abordant l’aspect progressif sans pour autant renier l’immédiateté d’un style facilement reconnaissable, les IN PURULENCE avancent tel un char d’assaut respectant un plan de bataille bien élaboré, tout en mutilant sévère au passage. Si les premiers morceaux ne semblent se concentrer que sur les détails les plus morbides de l’aventure, avec en ouverture un terrifiant « No Retreat » qui de ses blasts en coulée de lave ne laisse planer aucun doute, un morceau comme « Verdun » évoque à merveille cette bataille de l’enfer, dont l’horreur se voit retranscrite par une rythmique suffocante et des riffs gigantesques. Beaucoup plus pertinent qu’une simple blitzkrieg routinière, les titres des béthunois sont logiquement structurés, et permettent même quelques samples judicieusement placés qui en accentuent l’ambiance pesante, ce qui a le mérite de rendre les breaks fulgurants encore plus efficaces.

Alors on subit, mais consciemment. Et on adhère au principe comme on adore les préceptes, et entre une basse lourde comme un obus tombé du ciel (« The Last Attack »), et de soudaines montées de fièvre en sifflantes (« Patriots »), le plaisir est intégral, et la jouissance fatale. Véritable machine de guerre passée directement de prototype à produit viable Putrid Valley est beaucoup plus qu’un simple charnier retrouvé au détour de l’histoire, il est l’explication d’une tuerie sans pitié, démontrée par A+B, mais gardant toujours une part de mystère viscéral. Hymne à l’ultraviolence, mais manifeste de pertinence, ce premier LP des IN PURULENCE est plus qu’un galop d’essai, c’est un coup de maître qui résonne dans le patrimoine européen de la plus forte des manières, et qui se pose en nouveau jalon pour le Death Metal hexagonal. Bien plus précieux qu’un simple jet de bile foireux, bien plus estimable qu’une souillure sur les murs des chiottes de l’underground, ce premier LP est l’illustration sonore de la force et de l’horreur, et surtout, un écho fantastique au passé qui trouve ici un présent respecté. Semper fi les gars, et merci pour ça.                            

       

Titres de l'album:

                               1- No Retreat

                               2- The Beginning Nightmare

                               3- Flower and Corpse

                               4- Bloody Skin

                               5- Butchery of War

                               6- The Last Attack

                               7- Verdun

                               8- Marshall Haig

                               9- Patriots

                               10- Human Dismembering

Facebook officiel 


par mortne2001 le 16/07/2018 à 18:27
88 %    110

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Shed The Skin

We Of Scorn

Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Beyond Creation*


... ou alors 5 circle-pits simultanés au Wacken !! Ah non pardon, c'est interdit...


Avec plaisir! Et franchement si l'affiche de l'an prochain te botte n'hésite pas!


Prochain record : 500 bassistes qui jouent simultanément les parties de basse de "And Justice for All".


Bientôt ils vont faire 400 chanteurs en même temps qui chantent "Hammer Smashed Face"


Pour ma part j'en ai compté que 456 !


Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)