Feast at the Forbidden Tree

Black Mass

10/09/2021

Redefining Darkness Records

Sur ce coup-là, ça va être plutôt simple. Imaginez un EXCITER après une semaine passée à Prypiat à se manger des radiations VENOM et à écouter du DISCHARGE passé en 78 tours, sentez la température monter et le compteur Geiger s’affoler, et vous aurez un aperçu assez précis de ce qui vous attend au tournant avec les américains de BLACK MASS. BLACK MASS, c’est un nom assez courant pour une musique qui ne l’est pas tant que ça. Formé en 2012 à Boston, Massachusetts, ce trio infernal privilégie évidemment une optique passéiste et délicatement nostalgique, mais le fait en jouant le jeu à fond, et en faisant preuve d’un indéniable panache. Constitué de trois killers on the loose dont deux courent depuis le début de l’aventure (Cristian Azevedo – basse/chœurs, Brendan O'hare – guitare/chant) plus un  batteur ayant rejoint le sprint en route (Alex Fewell, SCAPHISM, VRAWSCHE, DESPOILMENT (live), FUMING MOUTH (live), PARASITIC EXTIRPATION, ex-FORCED ASPHYXIATION, ex-ABSTRUKTOR, ex-WHATCHAMACARCASS, TRUTHSEEKER, ex-INFERA BRUO (live), ex-LED TO THE GRAVE (live), ex-OBSIDIAN TONGUE (live), ex-SADISTIC RITUAL (live), ex-GOZU (live), ex-SACRELIGION (live)), ce groupe de têtes brulées n’envisage le Thrash que sous son aspect le plus blasphématoire et bestial. Pour autant, ces petits démons lâchés sur terre ne sont pas des manchots dans leur genre, et leur travail instrumental est assez remarquable.

Avec deux albums au palmarès de la sauvagerie (Ancient Scriptures en 2015 et Warlust en 2019), le trio connaît son boulot, et le fait de mieux en mieux. Car loin de se contenter d’une banale relecture des écritures anciennes, les marsouins se sont lancé corps et âme dans un lifting des vieilles peaux, pour offrir un cul lisse au destin. Adeptes de la rythmique en chien de fusil si prisée par les Punk et les Crust maniacs, les BLACK MASS parviennent encore à combiner la rage du Hardcore, la noirceur du Black primaire des années de découverte, et l’épaisseur du Thrash de première génération, celui développé en parallèle des bancs de la fac Bay-Area.

S’ancrant dans le mouvement old-school le plus brutal et viscéral de ces dernières années, Feast at the Forbidden Tree est encore un festival de riffs en moissonneuse-batteuse, refusant le sacro-saint principe du lick unique qui porte un morceau jusqu’à l’inévitable break. Ici, les thèmes s’enchaînement à une vitesse incroyable, le chant blindé d’écho domine les débats de son timbre rauque, mais les mélodies n’ont aucun mal à monter au front. C’est ce mélange détonant et étonnant qui fait le charme unique de ce groupe, capable d’évoquer la scène brésilienne, HELLHAMMER, RAZOR, LIVING DEATH, mais aussi la nouvelle génération des thrasheurs fous, admiratifs de leurs aînés.

Et c’est après une longue intro que les choses dégénèrent vraiment, lorsque la batterie commence son tir de barrage sur fond de moulinage de guitare aussi sévère qu’un claquement de règle sur les doigts d’un cancre. Loin de se planquer au fond de la classe de solfège pour que personne ne remarque qu’ils n’ont rien foutu depuis la rentrée, les trois trublions font montre d’une maîtrise incroyable en termes de composition, et les lignes concentriques et serpentines de Cristian Azevedo surprennent dans un tel contexte de débauche. Il faut entendre la musicalité d’un titre suintant le stupre comme « Nothing Is Sacred », sorte de poème noir proto-Black comme on aurait pu en enregistrer dans les années 80 en prenant appui sur MAYHEM, MERCYFUL FATE et SARCOFAGO, pour comprendre que ces musiciens ne sont pas des monomaniaques coincés dans leurs certitudes. L’ambiance instaurée par les trois américains est bouillante, mais aussi savante. Pas question de confondre vitesse et précipitation, et chaque idée est millimétrée pour ne pas empiéter sur la suivante.

Ainsi, malgré des titres assez longs et des structures évolutives rondement menées, l’album dégage une impression de pression et de folie constantes, et enthousiasme autant qu’il n’ébouriffe. C’est d’ailleurs le point fort de cette réalisation, parvenir à concilier hystérie d’ambiance et sophistication des idées. Et cette combinaison ne peut s’obtenir que lorsqu’on est un véritable amoureux d’un genre qui trouve ses racines dans les années 86/87, dans l’underground américain (nord et sud), et qu’on a appris à manipuler son instrument avec assez de flair.

Du début à son terme Feast at the Forbidden Tree s’agite comme un serpent qui vous offre non une pomme, mais qui distribue des pains comme Jésus après un stage de kickboxing chez un boulanger. Mais décidément plus futés que la moyenne, les musiciens aménagent des espaces plus aérés, des riffs plus posés, et des soli plus mélodieux, histoire de ne pas se contenter d’une attaque éclair. Ainsi, « They Speak in Tongues », Heavy/Thrash en diable, à de faux-airs d’exorcisme pratiqué sur une pauvre femme innocente qui n’a rien demandé, et qui se retrouve à poil, attachée sur un lit. On pourrait pointer du doigt quelques miracles accomplis par les BLACK MASS, mais c’est la cérémonie entière qui mérite toute l’attention, d’autant que le travail d’Alex Fewell est époustouflant, profitant d’un son cru et analogique en diable.

La fin de l’album, tout en continuant le travail de sape, propose une déviation intéressante sur l’hystérie générale, et avoue une fascination pour DESTRUCTION, mais aussi les VULCANO et autres chantres de la bestialité. Et « Blood Ritual » de terminer l’aventure nocturne en grandes pompes, toujours grâce à ces riffs incroyablement catchy et dissonants, propres à faire passer les VOÏVOD pour de simples artisans.

Voilà donc un petit précis à l’usage des nostalgiques qui ne supportent pas d’obtenir la moyenne en copiant sur leur voisin érudit. De la folie, patente à chaque seconde, de la créativité, de la précision dans la débauche, pour un troisième album qui fait honneur à son rang. Le premier évidemment.  

    

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Intro                     

02. Unholy Libations

03. Dead to the World          

04. A.S.H.E.S

05. A Path Beyond   

06. Nothing Is Sacred           

07. They Speak in Tongues   

08. Betrayal

09. Blood Ritual


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/04/2022 à 15:18
80 %    392

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

la vidéo du bidule : https://www.youtube.com/watch?v=t0K2EVnkhC0

19/07/2024, 08:12

Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19