Rock and Roll Radio

Palace

04/12/2020

Frontiers Records

« Je suis de bonne bonne bonne bonne humeur ce matin, y’a des matins comme ça »

Merci à Tristan de m’avoir laissé emprunter le gimmick de sa plus célèbre chanson, qui correspond tout à fait à mon état d’esprit du matin. Il est rare que je sois aussi enjoué, mais j’ai une raison valable à cela. Les retrouvailles avec l’un de mes musiciens préférés, le suédois Michael Palace, petit chouchou des italiens de Frontiers depuis des années, et idole d’un public amoureux de ses mélodies subtiles et magiques. Deux ans pile ou presque après le majestueux Binary Music, Michael revient donc par la grande porte pour le troisième album de sa carrière, le fameux album de la maturité qui est si difficile à négocier et qui confirme comme infirme les plus grands espoirs. Mais avec le suédois, pas d’inquiétude à avoir, puisque son talent ne s’est pas évaporé en route, et que son don pour composer des morceaux purement eighties et sucrés comme des barbe-à-papa est toujours intact. Pour jouer les bios succinctes, je rappelle que le bonhomme a offert ses services non aux plus offrants, mais aux meilleurs, et qu’il a déjà collaboré avec FIRST SIGNAL (avec Harry Hess de HAREM SCAREM), CRY OF DAWN (et Goran Edman), KRYPTONITE (avec Jakob Samuel des THE POODLES), ou Toby HITCHCOCK, et pas mal de poulains de l’écurie Frontiers, et que depuis 2016 il a pris son envol en tant qu’artiste solo, via Master of the Universe, qui de son titre en disait long sur ses ambitions. Et si le poly-instrumentiste n’est pas encore assis sur le toit du monde, il domine quand même de sa créativité la scène AOR mondiale, mais aussi de sa classe et de son humilité dans la passion.

Passion qui l’a mené à produire, enregistrer et mixer cet album totalement seul, en sus de prendre en charge toute l’instrumentation et le chant. C’est donc un album 100% personnel que vous découvrirez en écoutant Rock and Roll Radio, qui s’il n’a rien à voir avec les RAMONES, n’en reste pas moins une tranche de vie eighties dans laquelle on mord à pleines oreilles. Fort de son expérience de producteur et d’ingénieur du son au service d’ADRENALINE RUSH, REACH, ERIKA, HOUSTON, FIND ME, GUTTERDÄMERUNG, BIG TIME ou Miljenko MATIJEVIC, Michael a donc choisi de se faire confiance pour mettre en son ses dernières compositions, qui ne trahissent aucunement le label de qualité imposé par les deux chapitres précédents. On retrouve donc en ces sillons la fougue et le romantisme de Binary Music, et si la musique du suédois est tout sauf binaire, empruntant au vocable Hard Rock, au langage AOR et au mode d’expression Melodic Rock, son attitude n’en est pas moins franche pour autant, le compositeur s’en remettant à cette euphorie à la suédoise qui transforme n’importe quel morceau en hit single que bien des américains pourraient envier.  

Mais du coup, puisque Michael a tout réalisé tout seul dans son coin, acceptant tout juste un coup de main de la part de Jordan Cox pour quelques chœurs sur « Castaway » et d’Oscar Bromvall pour un solo sur « Hot Steel », peu d’informations à vous prodiguer. Tout ce que je peux faire pour vous convaincre d’écouter cet album est de vous renvoyer à ma chronique de Binary Music dont les mots sont toujours autant d’actualité aujourd’hui. Je me sens donc un peu inutile, puisque les chansons parlent et chantent d’elles-mêmes, et qu’elles représentent la quintessence d’un art né à la fin des années 70, lorsque les artistes se rendaient compte qu’énergie Rock et séduction Pop n’étaient pas incompatibles, donnant naissance à ce fameux Arena Rock et à l’AOR popularisés par REO SPEEDWAGON, STYX, JOURNEY, STARSHIP, HONEYMOON SUITE, BON JOVI, Richard MARX et toute ces stars au parcours impeccable. Bien sûr, PALACE a une fois encore traduit le vocabulaire américain avec un charmant accent suédois, et parvient à nous embarquer dans un voyage au long-cours, nous ramenant aux heures si précieuses de notre jeunesse, lorsque nous roulions sur l’autoroute de la vie avec la musique à fond dans l’autoradio et dans le cœur. Il faut avoir une sensibilité mélodique pour se montrer perméable à cette approche délicate, qui ne manque pourtant pas de piquant. En témoigne le très énergique « Hot Steel », qui brûle le bitume et fait fondre la gomme des pneus de son riff incandescent et de son rythme affolant, qui contrebalance avec efficience la modulation émotionnelle de « Eleonora », qui aurait pu atteindre le sommet du Billboard chanté par CHICAGO.

Une fois encore, malgré un tracklisting fourni, Michael tutoie les cimes et délivre une copie impeccable, conférant à chaque chapitre une âme qui lui est propre. Si les claviers sont omniprésents, ils ne phagocytent pas l’espace sonore, et confèrent aux chansons une aura assez intime, presque mystique, qui nous renvoie aux néons des eighties qui éclairaient délicatement les rues aux baiser des amoureux de la nuit. On reste encore une fois méchamment admiratif du talent de composition du bonhomme qui accumule les hits, entre un « Cold Ones » au refrain totalement addictif, et un « Origin of Love » qui malgré son titre laisse exploser le Hard-Rock le plus traditionnel.

Michael est un orfèvre, il déborde de talent, le sait, mais n’en fait pas grand cas. Il se contente de composer ce qu’il ressent, et graver sur CD la musique qu’il aimerait écouter en tant que fan ce qui ne fait que renforcer le côté honnête et sincère de l’entreprise. Et comme les pistes ne dépassent que très rarement les trois minutes, l’efficacité est le maître mot de ce Rock and Roll Radio auquel il ne manque que quelques jingles pour justifier pleinement son titre. Mais même les rares incursions hors du temps imparti ne laissent pas place à la complaisance, et le plutôt Heavy « She’s so Original » de justifier les deux minutes supplémentaires de son déroulé de velours. Entre des chœurs vraiment pertinents, des arrangements sobres mais efficaces, et cette voix, pure et simple, ce troisième album est presque un miracle en soi, si l’on met de côté le génie évident de son géniteur. Aucune place à l’ennui, et même une radicalisation du son, plus dur et âpre, pour bien marquer le serment d’allégeance de PALACE au Rock radiophonique le moins corrompu.

Une réussite totale, un carton plein qui navigue à vue dans le dédale des radios US des années 80, qui multiplie les clins d’œil aux héros d’antan, et une vague de tubes qui déferle sur la plage de notre mémoire, avec cette joie qui transpire des harmonies (« Strictly by the Rules »). Alors, oui, je suis de bonne humeur ce matin, et je pense que je vais le rester toute la journée, quitte à réécouter encore le très poppy « When it’s Over ». C’est ça la magie de PALACE, nous emmener en virée pour la soirée de notre vie, une soirée cinq étoiles, où le passé brille de mille feux et où tous les espoirs sont permis.             

              

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Rock And Roll Radio

02. Castaway

03. Way Up Here

04. Cold Ones

05. Eleonora

06. Hot Steel

07. My Gray Cloud

08. Origin Of Love

09. She's So Original

10. Strictly By The Rules

11. When It's Over

12. Fight


Facebook officiel


par mortne2001 le 16/12/2020 à 14:37
90 %    664

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32

Simony

J'ai arrêté de suivre le groupe lors de la sortie de United Abominations que je trouve terriblement poussif pour arriver sur du bourrinage sans âme (tout comme le TESTAMENT, KREATOR, DEATH ANGEL, ajoutez ici n'importe quel nom d'un groupe de Thrash des '80s (...)

24/06/2022, 12:36

Chemikill

Super bon

24/06/2022, 12:24

Buck Dancer

Rien de nouveau sous les riffs ( Dystopia/Black Friday /Rust in Peace.... Whiplash, ah non, trompé de groupe) mais putain, comment ça envoie \m/ La seconde partie est vraiment énorme. Vivement la suite. 

24/06/2022, 10:55

Deathcotheque

Une tournée ou un évènement spécial pour les 20 ans du groupe ? Ca serait dommage d'en rester là après le dernier EP qui est tout bonnement excellent !

23/06/2022, 23:54

Arioch91

De prime abord, j'ai l'impression d'entendre toujours la même chanteuse sur les 5.Aucune ne se distingue de ses copines.Anneke n'est pas prête d'avoir une concurrente.Je passe mon tour.

23/06/2022, 20:42

Sphincter Desecrator

Moi j'aime MANOWAR!   J'aime leur attitude de trou du cul, et surtout j'adore leur musique.@ Sa(...)

23/06/2022, 20:11

RBD

Et dire que c'est le premier groupe que j'ai vu jouer à la reprise des concerts à la rentrée 2021. Je me demande si les collaborations avec Igorrr n'ont pas donné envie à J-B Le Bail de faire d'autres choses moins extrêmes dans l'a(...)

23/06/2022, 16:13

Satan

Manowar, le seul groupe à braquer tous les promoteurs de la planète. Avec un égo si surdoimensionné, rien d'étonnant dans le fond même si c'est aussi risible que leur musique.

23/06/2022, 13:01

Deathcotheque

Je l'ai senti venir avec le dernier album et les interviews données à l'époque. On sentait déjà que quelque chose n'était plus ou ne pourrait plus être.Heureusement qu'ils partent sur une note haute avec leur nouvel EP qui(...)

23/06/2022, 10:53

Jus de cadavre

Cancelowar.Quel indécence en tout cas. 

23/06/2022, 09:19

Buck Dancer

Je leur souhaite de bien profiter de ce dernier concert au Hellfest. Witnessing the Fall était vraiment un excellent album 

23/06/2022, 09:09

Humungus

Tout pareil.Même si moi c'était pour le GRASPOP, 4 jours de fest (5 en comptant la veille au camping), pour un quarantenaire, c'est duraille.Bon... En même temps, je disais déjà ça y'a 10 ans hein !

23/06/2022, 08:15

Humungus

L'histoire se répète... ... ...

23/06/2022, 08:08

Steelvore 666

Merdowar.

23/06/2022, 07:22

Steelvore 666

Y'a du bon là !!!!!!!!!

23/06/2022, 07:21