Chair Liquide

Liquid Flesh

18/09/2020

Metal Is The Law

Même en faisant preuve de mauvaise foi, je ne vois pas comment on pourrait résister à une pochette pareille. Matez-moi ce graphisme dégoulinant qui nous rappelle les meilleures heures gluantes de SOCIETY, BASKET CASE, STREET TRASH et autres friandises goûtues que nous avons dévorées dans les années 80, au ciné ou face au magnétoscope de papa. Un groupe qui part avec de telles références marque des points avec moi, et je remercie Luc Messina aka Gastric Luke de faire preuve d’autant de dextérité fluide au moment de nous plonger dans l’univers singulier de son groupe. Car l’homme à l’alias cocasse ne se contente pas de manier le graphisme, puisqu’il se charge aussi des parties de guitare et de la composition au sein de LIQUID FLESH, l’un des groupes les plus sympathiques et accrocheurs que j’ai pu écouter cette année. Pourtant, en vendant leur truc comme du Death nostalgique, les mecs ne mettaient pas tous les atouts de leur côté. En citant AUTOPSY, CARCASS & ENTOMBED, UNDERGANG, CELTIC FROST non plus, la concurrence étant rude dans le domaine, et la saturation manifeste en ces temps de disette créative. Mais les LIQUID FLESH ne sont décidément pas comme les autres, et font les choses à leur façon, en étanchant la soif de leur passion, qui mélange dans une même inspiration le cinéma noir, d’horreur et de science-fiction et le Death groovy et catchy, dégueulant de riffs par tous les pores, et propulsé par une rythmique impeccable et élastique. Je ne voudrais pas me la jouer chauvin, mais ces grenoblois ont quelque chose de plus que les autres, ceux qui se contentent d’effleurer la richesse de la nostalgie pour se satisfaire de quelques gimmicks. Ici, la musique est traitée de façon très personnelle, et les morceaux s’avèrent tous aussi séduisants les uns que les autres, un peu à la manière d’une partie de bite-volley sur une plage contaminée par des déchets radioactifs.

LIQUID FLESH, c’est d’abord un trio monté en 2014 par Gastric Luke (basse jusqu’en 2016, puis guitare, et un peu de chant aussi) et Glaviar (batterie), ensuite rejoints par Putrid Bruce (basse/chant), une fois le projet remis sur les rails en 2018. Déjà responsable d’un premier LP, Spontaneous Liquefaction, paru en 2016, le groupe représente en quelque sorte la revanche musicale de Melvin, le Toxic Avenger armé de sa serpillière qui prend son pied à trucider ses anciens tortionnaires. Avec des textes signés par Putrid Bruce aka Paul Brousse, qui connaît son bréviaire cinématographique sur le bout des moignons, et une musique signée de Gastric Luke, qui n’est jamais avare d’un reflux groovy, le groupe se repose sur des bases solides, et adopte sans crainte le chant en français pour nous narrer ses exactions. Alors pour être honnête, Chair Liquide est effectivement un hommage au Death d’antan, mais il est à l’image des jeux Mattel, un truc très intelligent qui rend les fans de macabre plus futés sans frustrer leur plaisir sadique. Un machin qui ne se contente pas de piquer les pièces d’un puzzle déjà fait pour les mélanger à nouveau, mais qui créé son propre monde, et son propre univers morbide. Je suis reconnaissant aux grenoblois d’avoir tenté quelque chose de différent, et de nous avoir offert un album avec…une âme, une vraie, pas juste un exercice de style pour prouver que les mecs ont tout compris à Tom Warrior et ENTOMBED. Parce que tout le monde à tout compris depuis longtemps, alors pas la peine de nous l’expliquer avec d’autres mots. Et c’est exactement ce que Chair Liquide ne fait pas. Il joue son truc sans complexes, nous trousse des morceaux aux allures de BO impossibles (l’instrumental et transition « Twin Freaks » est formidable de Jazz louche qui n’annonce rien de bon pour la suite), mais propose quelque chose d’un tant soit peu neuf pour ne pas nous faire tomber encore une fois dans le piège old-school trop facile.

J’adore ce putain de disque, et je n’hésite pas à le dire haut et fort. Il représente ce que quatre-vingt pour cent de la concurrence n’incarnera jamais, un effort créatif et ludique sur un thème usé jusqu’à la corde. Au lieu de nous refourguer à la croche près des plans déjà connus depuis les premières mesures de Left Hand Path, Severed Survival ou Symphonies of Sickness, les trois grenoblois brodent sur des canevas personnels (même si certains licks rappellent méchamment CARCASS, il faut l’avouer), s’approchent du Gore pour mieux taquiner le groove, et nous hypnotisent dès « Vide-Ordures », qui en six minutes bien tassées résume à merveille leur optique syncopée. Après une longue intro qui sent le camion d’éboueurs à deux rues à la ronde, les riffs s’entrechoquent, la dualité vocale se met en place, et vogue la non-galère qui nous entraîne dans un monde d’immondices, de puanteur, de découvertes macabres et de chair qui fond comme les petites marionnettes. Equivalent des efforts de Jim Muro, de Peter Jackson et de la Troma, ce second long de LIQUID FLESH est un monstre surhumain de groove et de saccades finement placées, qui ne joue pas la nostalgie bête et méchante en piquant à untel ou minitel ses idées les plus brillantes et classiques. Truffé de breaks qui tombent pile, méchant mais amusant, ce second LP fait preuve d’une maîtrise incroyable et se pose en private joke la plus finaude de la mouvance vintage. Des morceaux qui s’accordent donc au merveilleux de cette pochette qu’on regarde pendant des heures, et qui nous ramène à la découverte de perles d’horreur durant notre adolescence, qu’on partageait entre initiés.

Si tous les titres répondent au même besoin de faire danser l’auditeur avec ses propres tripes (on imagine bien la scène finale d’Anthropophagous avec un George Eastman twister avec son intestin d’un air goguenard en écoutant « Chair Liquide »), si les accélérations sont toutes judicieusement collées, si la production globale est énorme, c’est surtout la frivolité dans l’abomination qui retient l’attention, cette faculté qu’à le trio de synthétiser le meilleur de CARCASS et de PUNGENT STENCH pour nous trousser comme des catins mortes au son désarticulé de « Necroville », hit impossible de l’extrême qu’on écoute dix, vingt, trente fois sans jamais s’en lasser. Et des exemples comme ça, Chair Liquide en est rempli, et en déborde de tous les côtés. Un peu Gore, un peu médical amateur sur les bords, ce second album est une perle de bile cachée dans un marigot de glaviots, et mérite toute l’attention perverse que vous pourrez lui consacrer. LE truc à mettre sur sa liste de fournitures pour la rentrée. Ah, et évidemment, j’exige un t-shirt. Soyons logique.                                            

                             

Titres de l’album:

01. Vide-Ordures

02. Chair Liquide

03. Necroville

04. Toxic Blues

05. Angoisse

06. Twin Freaks

07. Pluie Acide

08. Morbide Divination


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/09/2020 à 17:43
90 %    225

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16

Jus de cadavre

C'est bien qu'il y ai de temps en temps des albums qui rappellent aux gens ce que c'est le Black Metal. Comment c'est sensé sonner. Sans compromis, nihiliste, violent, sombre et dérangeant.Une autre tuerie de 2020 (oubliée dans mon top tiens !). Et (...)

14/01/2021, 20:33

Jus de cadavre

Une des baffes de 2020. Y a pas à chier la scène Death Metal nord-américaine a su se renouveler et nous propose des trucs de plus en plus sauvages et violents tout en gardant les pieds dans la tradition. Et ça moi ça me plait !Excellent.

14/01/2021, 20:21

Saddam Mustaine

Peter Tagtgren pour le remplacer j'avais pensé, ça serait un delire c'est sur.

14/01/2021, 18:58

Saddam Mustaine

Clairement, on oublie presque qu'il est arrivé qu'en 2001 apres 3 albums de Nightwish, il était encré dans le groupe.

14/01/2021, 18:57

metalrunner

Un très bon groupe l Angelcorpsemorbidangel Français 

14/01/2021, 17:48

Steelvore 666

Génial !!!!!!!

14/01/2021, 12:25

Chemikill

Ça le fait ! 

14/01/2021, 11:09

JTDP

@jus : hmm...je suis à la fois d'accord et pas d'accord avec toi. D'accord parce que oui, là son message, ça sent clairement le mec qui va pas bien. Je pense aussi que lorsque les choses se seront tassées il reviendra. Mais de toute faç(...)

13/01/2021, 23:42

Jus de cadavre

"Je suis le seul à n'avoir pas tout compris à son message ? J'ai relu l'original en anglais et c'est pareil, on dirait un remake de Kamoulox..."Oui le message d'origine en anglais est chelou, c'est pour ça que je pense q(...)

13/01/2021, 18:41

Bones

Show business.5% show.95 % business.Les groupes nous apportent passion, art, divertissement... mais il ne faut pas se voiler la face, autour d'eux gravite un business et une industrie qui souhaitent se gaver, comme autour de n'importe quelle activité humaine.(...)

13/01/2021, 18:11

Hoover

Je viens de voir que le mec avait gagné l'édition finlandaise de Masked singer. Quand t'en arrives là tu as quand même un léger déficit d'amour propre...

13/01/2021, 17:26

Hoover

Il était plus que temps d'arrêter la blague... Nightwish ça aurait pu être un truc rafraichissant sur 1 ou 2 albums du temps de Tarja, là ça fait longtemps que la date de péremption est passée.

13/01/2021, 17:16

Arioch91

Le documentaire d'ANVIL montrait bien les choses justement, sur ce point là.

13/01/2021, 16:26

Simony

La situation actuelle accentue les mauvais côté du music business car les musiciens cherchent des sources de revenus qui leur reviennent justement. Je suis assez d'accord sur le gavage de mecs peu scrupuleux et surtout chez les tourneurs. Combien de groupes ont reçu une p(...)

13/01/2021, 15:57