Encore une reformation qu’on n’a pas vu venir, et qu’on n’attendait pas vraiment d’ailleurs…Non que le plaisir des retrouvailles ne soit pas partagé, mais en étant honnête, les JETBOY n’ont jamais fait partie de la première catégorie de rockeurs hirsutes de la fin des années 80, plutôt d’une seconde division joyeuse et fière de l’être, de ces seconds couteaux qui apparaissent sur le tard et surfent bien malgré eux sur une vague. Que cette vague soit d’ailleurs assimilée au raz-de-marée Hair Metal tel qu’on se plait à le nommer ne pose pas de problème particulier, puisque de toute façon, à la fin des années 80, tout ce qui sonnait un peu Rock et sexy et qui émanait d’une bande d’olibrius aux coiffures fixées à la laque/glue y était de facto affilié. C’est ainsi que nos amis californiens et leur mohawk passé à la postérité ont été immédiatement accolés au wagon POISON/FASTER PUSSYCAT/TIGERTAILZ et autres chantres d’un Hard Pop facile à assimiler, alors que justement, ils étaient autre chose, en tout cas un peu plus qu’une simple bande de clones bradés par une maison de disques par les dollars alléchée. Et d’ailleurs, lorsque vous abordez cette tranche d’histoire en société, peu sont les convives capables de citer ces cinq californiens autrement qu’en se souvenant de la pochette très kitsch and shoulders de leur premier album, que 1988 avait légèrement noyé de son flot ininterrompu de parutions du cru. Et oui, cette fameuse année fut plutôt fertile en albums majeurs, et c’est ainsi que nos potes soignés et lookés durent souvent se contenter d’un entrefilet, d’une notule ou d’un bas de page pour se faire remarquer, ce qui fut d’autant plus dommage que leur musique avait ce petit je-ne-sais-quoi de marginal au regard de la production standardisée de l’époque. Et deux ans et un album plus tard, nous restâmes sans nouvelles des JETBOY, qui jetèrent l’éponge après le très bon Damned Nation, toujours sur MCA, sans savoir ni espérer qu’un jour ensoleillé, un autre label très engagé allait leur tendre une perche pour les sortir des eaux usées…

Et nous pouvions compter sur la pugnacité et le sens de l’opportunité de ce bon vieux Serafino pour exhumer les musiciens du placard sentant la naphtaline dans lequel ils étaient enfermés depuis presque trois décennies. Et c’est sans surprise que nous retrouvons les originaire de San Francisco signés sur le label italien Frontiers, qui a toujours avoué un penchant très prononcé pour la nostalgie illuminée. D’ailleurs, les musiciens à ce sujet jouent la carte de l’honnêteté, en avouant n’avoir pas composé la moindre chanson avant d’avoir été approchés par la maison de disque, sans avoir pour autant abandonné la musique pendant tout ce temps. Et en parlant de musiciens, à quoi s’attendre d’une telle reformation ? Sachant que bien trop souvent, ces retours en fanfare sont uniquement célébrés par un ou deux fondateurs, celui des JETBOY se doit d’être apprécié et dégusté, puisque pas moins de trois membres originaux ont remis le couvert, soit la paire Fernie Rod/Billy Rowe aux guitares, et l’immanquable vocaliste Mickey Finn. On les retrouve aujourd’hui secondés par Al Serrato à la batterie et surtout, Eric Stacy à la basse, des FASTER PUSSYCAT, ce qui donne à ce retour des allures de fête de famille de l’époque, organisée sur la tard, mais qui ramène bien des souvenirs sur la table, et surtout, ceux d’un Hard Rock sans artifices, Sleaze juste ce qu’il faut, mais puissant aux entournures, un peu bitchy, légèrement fardé, mais finalement très proche des racines, et symptomatique du virage opéré par la vague Glam à l’orée des années 90, lorsque le Blues et le Rock originels étaient devenus les deux seules obsessions viables pour enregistrer un véritable album maison. Et de fait, ce Born To Fly incarne en quelque sorte ce fameux troisième album que les californiens n’ont jamais réussi à graver en temps et en heure, et une nouvelle étape un peu tardive, ne confirmant pas grand-chose niveau avenir, mais validant un présent que les fans du groupe sauront déguster dans l’instant.

Inutile de le nier, tout ce qui faisait le charme des JETBOY de 88/90 est encore là. Le feeling n’a pas été troqué par un opportunisme le confinant au jeunisme, et les boys n’ont pas changé de crédo, ni de méthode. D’ailleurs, les mecs affirment à qui veut bien l’entendre que la composition n’a pas posé le moindre problème, et que les textes ont tous été couchés en un temps record, ce qui confère à cet album une patine très raw et spontanée. La voix de Mickey, toujours aussi écorchée ne nous promet toujours pas un tour à Disneyland après la nuit, mais bien une virée dans des lieux interlopes, des soirées passées le verre à la main à écouter des groupes du coin, et des week-ends entre amis, à se raconter des anecdotes, et surtout à sortir des guitares pour impressionner les filles, et garder le teenage spirit alive. Et le tout sent encore l’adolescence, celle qu’on ressent parfois par intermittence une fois l’âge adulte franchi depuis longtemps, qui nous donne la chair de poule et l’envie de ressortir des vieux futals trop serrés et son perfecto un peu usé. Du Rock joué Hard, un peu dans la veine d’un AEROSMITH des grands jours, qui multiplie les allusions et nous fait tanguer à foison, entre deux riffs un peu polissons et une rythmique marteau-pilon. Oubliés donc les compilations un peu tristes des nineties parus sur Ferris Records, et bonjour le renouveau par le vieux, ou le ménage qui laisse un peu de poussière, ce que « Beating The Odds » et son aveu à mots entiers nous confirme de ses premières notes. Quatre minutes et une poignée de secondes pour remettre les pendules à l’heure du Roxy, et un burner overspeedé, mélange entre le MOTORHEAD le plus vitaminé et le VAN HALEN le moins emprunté, et vogue à nouveau la galère, entre binaire d’enfer et revanche à prendre sur hier, pour un refrain collégial qui fait du bien à l’âme.

Entre rage de circonstance et hits singles en transe, Born To Fly s’envole vers le paradis du Hard-Rock un peu greasy, mais propre aux entournures, et « Born To Fly » d’entériner la pertinence d’un comeback inopiné, avec ses coup de coudes appuyés aux STONES et à AC/DC. Restant concentrés sur un format compact et court, les JETBOY assurent les étapes du parcours et nous contaminent de leur groove, lâchant sans discontinuer des pelletées de gravier Rock pour bien enterrer le Glam dans la mémoire, et tout y passe, la wah-wah un peu crade et les guitares qui reluquent (« A Little Bit Easy »), l’up tempo mené tambour battant pour affoler le palpitant (« Old Dog, New Tricks » et son harmonicrade qui sent bon le Delta retranscrit dans un idiome californien), et le plombé/déhanché qui fait hurler les filles dans la queue une fois la nuit tombée (« Brokenhearted Daydream », le truc qui aurait fait trembler le Cathouse de Taime sans le faire s’écrouler). Pas de temps mort, pas de pause, pas de silence ni d’absence, les quarante minutes passent très vite, spécialement lorsqu’on pense aux D.A.D et à JACKYL (« She »), ou que la basse se la joue un peu salace sur fond de Blues rocky but punchy (« Smoky Ebony »). Et comme le quintet nous le dit lui-même, « Party Time ! », avec son point d’exclamation bien senti qui met l’emphase sur la sueur et les confettis, et qui conclut avec bonheur et ferveur un troisième album qui va remettre quelques pendules arrêtées à l’heure. Et alors que le monde commence à doucement se caresser d’une reformation annoncée des GUNS qui semblaient ne pas vraiment nous manquer, autant se concentrer sur des choses plus concrètes et enthousiasmées. Les JETBOY are back in town, et il serait franchement inconscient de les manquer. D’autant plus qu’ils ont toujours la pêche, et que leur musique a su s’adapter, tout en restant les cheveux en arrière du côté de la Californie de notre enfance…     


Titres de l’album :

                        1. Beating The Odds

                        2. Born To Fly

                        3. Old Dog, New Tricks

                        4. The Way That You Move Me

                        5. Brokenhearted Daydream

                        6. Inspiration From Desperation

                        7. All Over Again

                        8. She

                        9. A Little Bit Easy

                        10. Every Time I Go

                        11. Smoky Ebony

                        12. Party Time!

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/03/2019 à 17:59
85 %    132

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.