Le label italien Frontiers s’est fait une spécialité il y a quelques années (à l’instar de Magna Carta d’ailleurs), en choisissant de monter des supergroupes, piochant dans son réservoir quasi inépuisable de figures centrales du Heavy Metal et du Hard Rock pour alimenter son bestiaire fantastique. Si bien souvent, tout ceci relevait du plaisir egocentrique pur et simple de créer des all-star-casts de toute pièce, parfois, l’alchimie fonctionnait, et nous présentait de temps à autres les évènements auxquels nous étions en droit d’attendre. Mais à l’image des films chorale reposant sur la réputation de nombreuses têtes d’affiche, l’osmose n’était pas toujours tangible et le résultat redondant, voire complétement stérile. Mais s’il est un projet qui doit faire la fierté de Serafino, c’est bien celui de W.E.T., puisque dès 2009, le projet a enfilé les perles autour du collier de la qualité, ne démentant à aucun moment le talent de chacun de ses participants. Et excusez du peu, puisque ces initiales cachaient en effet dès le départ l’identité de musiciens au background célébré, du « W » de WORK OF ART de Robert Säll, au « T » de TALISMAN de l’immanquable Jeff Scott Soto, en passant par le « E » d’ECLIPSE du génial Erik Mårtensson. Entouré du guitariste Magnus Henriksson (ECLIPSE) et du batteur Robban Bäck (MUSTACH), le trio s’est constitué un répertoire splendide, évoluant autour de deux albums célébrés par la critique et acclamés par le public, le premier en 2009, et Rise Up, le second en 2013. Tous très occupés au sein de leur formation principale, et souvent dispersés dans des side-project parfois très ambitieux (SONS OF APOLLO pour Jeff, AMMUNITION pour Erik), les trois/cinq musiciens prennent toujours un plaisir certain à se retrouver pour composer sous la houlette du label italien, avide de sorties pour combler les attentes de fans de plus en plus nombreux et endurcis. C’est ainsi que depuis hier, le troisième album du projet est enfin sorti sur le marché, sous la forme de onze titres n’entachant en rien la réputation immaculée du concept.

On pouvait craindre que les années n’émoussent l’enthousiasme des principaux participants, mais cet Earthrage à la pochette délicatement bleutée prouve que la passion prend souvent le pas sur la raison. Sans s’éloigner de leur culture propre et des axes choisis lors des sessions précédentes, W.E.T. parvient une nouvelle fois à se renouveler dans la continuité, et franchit le virage serré du troisième album avec un panache à faire rougir les plus grandes formations établies. Produit, enregistré, mixé et masterisé par Mårtensson lui-même aux Blowout Productions studios, Earthrage n’est rien de moins qu’un condensé extraordinaire de tout ce que le Hard Rock mélodique peut proposer de meilleur depuis ses origines, adoptant une démarche contemporaine pour ne pas sonner trop passéiste. C’est donc avec un bonheur certain que nous retrouvons cette guitare mordante, ce chant passionné mais sincère et cette rythmique mouvante mais cognante, pour une nouvelle dose de tubes made in USA/Sweden, histoire de relier l’Amérique et l’Europe dans un même élan lyrique. Rien à jeter une fois de plus, pas de remplissage à craindre, d’autant que le trio de base a choisi avec beaucoup de flair de jouer la concision, en restant dans la mesure des quarante-cinq minutes règlementaires. Un seul titre passant la barre des cinq minutes, pour un défilé de savoir-faire de très grande classe, qui justifie le fait que les fans prennent souvent ce projet pour un groupe à part entière, ce qu’il n’est assurément pas. Et Jeff a été très clair là-dessus, leurs emplois du temps ne leur permettant pas de se consacrer corps et âme à l’aventure, beaucoup trop occupés à tourner avec leur groupe régulier, et à mettre sur pied de nouveaux concepts. Mais même en tant que side-project de luxe, W.E.T. dame toujours le pion avec une insolence crasse, et toise de sa superbe la production actuelle en ne faisant que ce qu’il sait faire de mieux. Une musique pleine, riche, variée, hautement mélodique, mais concrètement puissante.

On retrouve donc sur ce troisième volet tout ce qui a fait la gloire des deux premiers, cette classe internationale de cadors en pleine possession de leurs moyens, et surtout, cette capacité à débusquer des mélodies et harmonies séduisantes mais pas mièvres pour autant, et à synthétiser dans un même élan de créativité la hargne d’un Heavy vraiment durci, la fièvre d’un Hard-Rock que rien n’apaise, et la douceur d’approche d’un AOR ne cherchant jamais dans la Pop les excuses de ses faiblesses. Pourtant, certains morceaux s’apparentent toujours à des Pop-songs traduites dans un vocable Rock, à l’image de cet irrésistible « Dangerous », qui ose le refrain hautement radiophonique, mais ces instants sont irrémédiablement contrebalancés par des charges bourrues, ce que démontre sans ambages l’ouverture tonitruante « Watch The Fire », qui déclenche l’incendie en toute connaissance de cause. Et derrière cette énorme production se cache un travail d’orfèvres, qui cisèlent des titres aux contours travaillés, parfaits écrins pour la guitare volubile du suédois, et pour la voix toujours aussi chaude et veloutée de l’américain, qui semblent se tirer la bourre de piste en piste sans tirer la couverture à eux. S’il est évident que le maître d’œuvre de cette entreprise reste ce fantasque guitariste responsable des plus grandes réussites d’ECLIPSE, l’équilibre factuel entre la répartition des rôles témoigne d’une union tout à fait légitime et d’une parité incontestée, tant chaque intervenant dispose de l’espace nécessaire pour s’exprimer. Ce qui donne lieu à l’accouchement de pépites made in 80’s, dont le sautillant « Burn » et sa basse rutilante n’est pas le moindre exemple. Mais la qualité est si élevée qu’il en devient très difficile d’extirper une chanson plutôt qu’une autre, même si toutes ont leur cachet propre. Et de moments d’émotion contrôlés évoquant le parcours remarquable des trois musiciens (« Elegantly Wasted », qu’un PRETTY MAIDS inspiré aurait pu signer), en accès d’énergie débridée martelant un riff digne d’EXTREME en guise de mantra et pilonnant une rythmique swinguante sans perdre de son impact (« Urgent », pas du FOREIGNER, plutôt du GOTTHARD), le bilan est une fois de plus parfait, nous forçant même à nous interroger sur l’ascension sans interruption du groupe.

Comment parviendront-ils à surpasser ce nouvel album sans tomber dans la redite, ou connaître un petit moment de faiblesse ? C’est la question qu’on se pose à chaque nouveau LP de W.E.T. et Earthrage ne fait pas exception à cette règle. Pourtant, et on le sait de source sure, la réponse est évidente et se trouve cachée dans l’approche qu’ont les musiciens de cette aventure, la prenant pour un cadeau, et non une vérité établie. C’est cette sincérité et cette envie qui font les grands albums, et les grandes chansons que nous avons toujours le plaisir de découvrir de leur part, et si quelqu’un arrive à m’expliquer comment on peut composer des trucs aussi immédiats que réfléchis comme « Calling Out Your Name » ou « I Don't Wanna Play That Game », je comprendrai peut-être pourquoi BON JOVI n’est plus parvenu depuis des années à en atteindre le niveau…Il est toujours incroyable de constater qu’un disque ne contient aucun temps mort ni coup de mou, mais ce troisième chapitre de la saga des internationaux a de quoi laisser interloqué, tant on assiste médusé à une montée en puissance constante que rien ne semble pouvoir enrayer. Et s’il fallait en passer par un nombre conséquent de concepts pluriel imposés mais déjà usés par le label italien pour obtenir un W.E.T., alors le processus en valait la peine. Vraiment. Un disque qui rend heureux, et qui éclaire chaque journée qu’on pensait gâchée d’un soleil enflammé.


Titres de l'album:

  1. Watch The Fire 
  2. Burn
  3. Kings On Thunder Road
  4. Elegantly Wasted
  5. Urgent
  6. Dangerous
  7. Calling Out Your Name
  8. Heart Is On The Line
  9. I Don't Wanna Play That Game
  10. The Burning Pain Of Love
  11. The Never-Ending Retraceable Dream

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/04/2018 à 19:09
90 %    325

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Leaving Eden

The Agony of Affliction

Refused

War Music

Violentor

Putrid Stench

Hive

Most Vicious Animal

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

The Sisters of Mercy + A.A. Williams

RBD / 27/10/2019
Folk

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...


NecroKosmos, pareil pour moi. Même si, de mémoire, il y avait deux ou trois bons morceaux sur Amok. Mais le style de plus en plus heavy me convenait moins.


'North from here' est un de mes albums cultes !! Mais c'est le seul de Sentenced que j'aime.


Oui c'est bien les français !


Sortilège, c’est les français?
Si oui c’est cool pour eux


A l'époque, j'avais acheté l'album "North from here" de Sentenced et j'aimais beaucoup. Je ne connais pas KYPCK par contre et je vais écouter ça.

Le morceau de Sepult' a l'air sympa.


Toujours aussi mou du genou dans son choix éditorial.


Leur nouvel album est une bombe !! Dans mon top 5 de l'année !!


Effectivement...
Mais ce "plagiat" me va très, très bien à moi.


Bah merde...
Je ne connais que de très, très loin SENTENCED (je vais d'ailleurs remédier à ça d'ici peu je pense...), mais je ne savais absolument pas que deux de ses membres étaient les instigateurs de KYPCK.
Groupe effectivement exceptionnel dont le premier album (surtout !) m'av(...)


Carrément.


D'autant qu'il est très bien ce nouvel album, plus varié mais toujours intense. Les Vader Français !


Tant que ça Humungus ?


Dans la oï, il y a plein de trucs excellents. Et ce groupe en faisait partie.


Merci Gab pour ton travail. Je trouve encore des cassettes que tu as produites un peu partout à l'étranger, c'est un sacré boulot. Et merci de m'avoir fait découvrir Warning Fog il y a peu, devenu un des mes groupes de pur grind préféré.
Pour avoir très largement fréquenté cet underg(...)


Dans ma liste des meilleurs albums de l'année...


J'aime bien, en fait... :)


trop inspiré. limite plagiat


Si cet opus est plus complexe que le premier, alors il faudra de longs mois voire des années pour l'appréhender à sa juste valeur...


C'était une figure légendaire pour la vieille scène Punk du Midi. J'avais lu il y a quelques mois qu'il était très malade et que ça avait arrêté les divers projets qu'il avait. Malheureusement...