Praise The Fallen

Praise The Fallen

09/01/2017

Autoproduction

Et si nous revenions un peu vers nos racines, parce qu’après tout, c’est bien le Hard-Rock qui nous a mené là où nous en sommes aujourd’hui, non ?

On a beau faire les malins avec la dernière sensation Techno-Death progressive qui fait le buzz sur la toile, lorsque l’écran s’éteint et qu’on se colle un morceau entre les feuilles, il n’est pas rare qu’on puise dans nos souvenirs et qu’on se délecte d’un classique…

Qu’on ait commencé l’apprentissage par le SAB’, le ZEP, MAIDEN, SAXON ou bien KORN, on a tous notre album « Patient zéro », et finalement, on a beaucoup de mal à s’en détacher…

Certes, depuis les années 70, les années 80, le Hard-Rock dit « de base » - sans aucune connotation péjorative - a bien changé, et se veut aujourd’hui plus moderne, sans pour autant hésiter à piocher dans l’héritage des icônes. Mêmes guitares en riffs barbares, même rythmique de plomb, même chant d’airain aux intonations aigues et conquérantes…Le résultat est actualisé mais la méthode est la même…

Et ce ne sont certainement pas les Américains de PRAISE THE FALLEN qui vont venir me contredire avec leur premier album.

PRAISE THE FALLEN. Avec un nom pareil nous étions en droit de suspecter la dernière sensation Metalcore à la mode, ou un nouvel ersatz Post Metal apte à faire tressaillir les adolescentes rebelles, mais il n’en est heureusement rien.

Pour être honnête, ce quatuor (Jammie Bosstel – chant, Bryan Almaguer - guitare, Steven Moore – basse, Patrick Bayless – batterie) se veut trait d’union entre un passé Metal chargé et un présent alternatif assumé, et n’hésite pas à joindre les époques avec un flair indéniable, se reposant pour cela sur des riffs solides et efficaces, et sur des lignes de chant mélodiques et agressives qui s’entremêlent avec bonheur. Leur histoire n’est pas banale, et leur courte bio nous informe qu’à la base, ce groupe fut formé par Jammie Bosstel et Jon Ster (LILLIAN AXE) en 2010, avant que le pauvre Jon ne décède, laissant Jammie seul à la barre pour réactiver le groupe lors des funérailles de son ami.

Dès lors, animé de nouvelles intentions, le chanteur réunit un line-up solide pour travailler sur un répertoire digne d’un album, album que je chronique aujourd’hui et qui ma foi, est une très agréable surprise.

Si certains ont fait preuve d’un enthousiasme un peu trop débridé en comparant ce Praise The Fallen au Nevermind de NIRVANA, je me dois de rétablir la vérité en précisant que les points communs entre les deux œuvres sont quasiment inexistants. Même si la patine Pop-Rock de ce premier LP éponyme peut parfois rappeler la production lisse de Butch Vig, les styles sont aussi opposés que pouvaient l’être ceux de LILLIAN AXE et ALICE IN CHAINS, et je serais tenté de dire que c’est tant mieux, puisque personne n’a besoin d’un nouveau NIRVANA. Non, pour être précis et honnête, les PRAISE THE FALLEN jouent ce qu’on pourrait facilement appeler du Hard-Rock moderne, avec une subtile touche alternative, qui n’a pas pour autant oublié la magie des refrains radiophoniques des 80’s, lorsque le Hard-Rock trustait les premières places du Billboard.

Ni passéiste, ni moderniste à outrance, ce LP joue la carte de l’ambivalence temporelle, et se veut pont entre le passé et le présent, tout en soignant aux petits oignons harmoniques des chansons simples mais efficaces, en profitant de chœurs typiquement Classic Rock et de riffs de guitares délicatement subversifs.

C’est de l’excellent boulot, et si d’aventure vous cherchiez une union entre la vague Hard-Rock mélodique de la fin des années 80, et le musclé d’aujourd’hui, entre les STEELHEART (sans le chant suraigu, évidemment) et des FOO FIGHTERS un peu moins systématiquement Easy Rock qu’à l’habitude, vous l’avez trouvé, alors soyez satisfaits.

Les Américains citent d’ailleurs un bon paquet d’influences pour situer leur fragrance, des FOO FIGHTERS justement, en passant par THREE DAYS GRACE, les GOO GOO DOLLS, SHINEDOWN, ou FUEL, sans négliger le Hard-Rock contemporain qu’ils adaptent à leur sauce.

Tout ceci nous donne un joli festival de pépites Rock hargneuses et mélodiques, pour treize morceaux pouvant aisément passer en radio, sans pour autant se contenter d’un minimum syndical frustrant.

Chacun fera son choix au marché du Rock musclé mais tendre, de l’ouverture tonitruante et alternative de « Crossfire », au chaloupé syncopé de « Negative », en passant par la ballade amère et tendre « Stitches In The Dark », qui rappelle autant les moments de tendresse de SLAUGHTER que les hurlements bluesy de Layne Staley.

Notons d’ailleurs la très bonne performance au micro de Bosstel qui n’en fait pas trop, mais fait passer beaucoup d’émotion, tout en soulignant le travail d'un guitariste inspiré, aussi à l’aise dans l’intimisme écorché agrémenté de petits licks futés et de soli incendiés.

Le quatuor semble aussi nager comme un poisson dans l’eau salé lorsqu’il lâche quelques burners purement Hard sur son tracé, avec une furie AC/DC-BACKYARD BABIES exubérante et déchaînée, comme en témoignent les feux de joie « Ask Me If I Care » ou « Blame », qui trépigne d’un up tempo renforcé de couplets arrachés et d’un refrain plus heurté dopé aux lignes vocales superposées.

Plutôt courtes, les interventions durent parfois plus que de raison, notamment avec ce superbe « Silent Running », qui s’il ne développe pas la même claustrophobie du film du même nom, sait nous ramener à l’époque du meilleur THE CULT/DAD, avec ses guitares en écho et sa longue progression un peu sombre dans le fond.

Et après une ultime provocation fast’n’hard (« Not So Beautiful », encore une fois symptomatique de la scène Hard-Pop-Punk scandinave), on se regarde dans le miroir pour constater les cicatrices laissées (« Scars »), qui loin de nous défigurer, nous apportent la maturité d’un Hard-Rock purement 80’s qui a laissé les années passer sans les occulter.

Un peu LILLIAN AXE, un peu GREAT WHITE, un peu AOR qui détartre, c’est une conclusion très heureuse qui achève de nous convaincre du potentiel d’un premier album vraiment vendeur et professionnel.

Belle aventure que celle des PRAISE THE FALLEN qui jouent crânement la carte de la nostalgie tout en restant les deux guitares fermement accordées dans leur époque. Treize morceaux quasiment tous indispensables, suffisamment méchants et mélodiques pour séduire tous les fans d’un Rock mordant et coulant.

Je le disais, tout est parti de là, et tout y revient. Il suffit d’y croire et de tomber sur des artistes qui ont de la mémoire.

 Et du talent bien sûr.


Titres de l'album:

  1. Ignition
  2. crossfire
  3. Not About You
  4. Here's to the Heartache
  5. P.I.G.S.
  6. Negative
  7. Silent Running
  8. Ask Me If I Care
  9. Stitches in the Dark
  10. Blame
  11. Hide Yourself
  12. Not So Beautiful
  13. Scars

Site officiel


par mortne2001 le 24/01/2017 à 14:14
80 %    546

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50

Humungus

Futur achat !

02/12/2020, 08:46

RBD

Peut-être que les temps de jeu respectifs équilibreront cette hiérarchie étonnante suggérée par l'affiche, ça s'est vu par le passé. C'est dur à admettre mais pour la génération plus jeune moins(...)

02/12/2020, 00:17