Bionic Swarm

Cryptosis

26/03/2021

Century Media

Bionic Swarm est un album conceptuel constitué de huit histoires dystopiques qui prennent place en l’an 2149. Chaque titre forme une narration personnelle de certains progrès ou avancées technologiques qui sont vus par les yeux de ses habitants, à la fois humain et non-humain. 

 

Tout ça fait méchamment penser à des œuvres antérieures, et notamment à celles de VOÏVOD, qui très tôt s’est intéressé à l’avenir incertain de l’humanité. Mais après tout, la thématique est méchamment d’actualité, au moment où le monde semble râler de sa dernière agonie, et où les réserves naturelles s’épuisent à vitesse grand V. Fonte de la calotte glaciaire, réchauffement climatique, pollution des rivières, lacs, consumérisme de plus en plus galopant, monoculture intensive, et mépris des puissants envers le destin de leur peuple, les CRYPTOSIS nagent dans les eaux de leur triste époque, et nous proposent donc un constat avec leur premier album. Celui d’un monde incapable de trouver des solutions à moyen terme, et d’enrayer la machine de destruction que nous avons-nous-mêmes créée. Pour souligner ce concept somme toute classique depuis des années, le groupe hollandais a donc choisi l’un des créneaux les plus porteurs pour le thème, en s’adonnant aux joies d’un Death/Thrash éminemment progressif, teinté de dissonances, de riffs agressifs, de mélodies amères, et de cassures rythmiques très prononcées. A leur écoute, beaucoup de références viennent à l’esprit, et pas des moindres. Outre les VOÏVOD canadiens, on pense immanquablement au PESTILENCE de Patrick M, et pas seulement à cause des origines partagées, mais aussi aux américains d’ATHEIST, et à quelques autres influences que le trio pourrait revendiquer.

Ce trio est justement né il y a une seule année, en 2020 donc, en s’appuyant toutefois sur sept ans d’expérience sous le pavillon DISTILLATOR. DISTILLATOR avait eu le temps de sortir deux longue-durée, avant de jeter l’éponge en 2020 et d’aborder sa transition vers une orientation légèrement différente, celle justement exposée sur ce terrifiant (dans le bon sens du terme) Bionic Swarm.

Immédiatement, la créativité instrumentale saute aux tympans. Signé sur le gros indépendant Century Media, CRYPTOSIS joue dès son premier effort dans la cour des grands, et se devait de fait de signer une œuvre fondamentale et frappante. C’est chose faite, et malgré ses trente-sept petites minutes, Bionic Swarm marque durablement les esprits, et s’insinue dans la mémoire come un virus futuriste létal vous laissant appréhender la vilénie d’un destin à venir. La méthode du groupe n’a pourtant rien de révolutionnaire. Un savant équilibre trouvé entre Death très syncopé et Thrash très marqué, des compositions ambitieuses truffées de riffs déviants, et des musiciens au bagage solide. Déjà actifs au sein de nombreuses entités (on cite OMGEVING, AGGRO, BELLUM ANIMI, EXTREEM ECZEEM, GASOORLOG, PROFLIGATE, FACE THE FACT, GRASP OF SENSE, SAND CREEK MASSACRE pour Frank te Riet le bassiste, BLASPHEMY NIGHT, SLEDGEHAMMER NOSEJOB, OVERRULED, THE DUTCH DUKE pour Marco Prij le batteur, et PROFLIGATE, ou FACE THE FACT pour Laurens Houvast, guitariste/chanteur, en sus de DISTILLATOR dont ils ont évidemment fait tous trois partie), les trois compères n’ont donc eu aucun mal à trouver la cohésion nécessaire à l’élaboration de ce premier album sous nouveau nom, qui nous projette dans un futur dystopien assez inquiétant dans les faits, mais épanouissant artistiquement.

Dès « Overture 2149 » nous sommes plongés dans le bain en fusion de cette vision futuriste qui ne nous réserve rien de bon. L’ambiance est sombre, les harmonies étranges, les arrangements nombreux, et si la couleur générale nous renvoie à The New Order de TESTAMENT, « Decypher » a tôt fait d’emballer les débats après une entame dantesque maculée d’un riff noir comme l’horoscope d’un bélier. En quatre petites minutes ou presque, le trio déballe les arguments, laisse s’exprimer une rythmique débridée, et un chant hurlé comme à la grande époque du Thrash allemand. La cadence est soutenue, le propos dense, les cassures mélodiques nombreuse, et on ne peut s’empêcher de songer à une version light et plus technique de STRAPPING YOUNG LAD. La sensation est d’ailleurs très agréable, la partition semblant chargée de changements, de déviations, et les idées s’entrechoquent à une vitesse hallucinante de vaisseau spatial. « Death Technology » suggère quant à lui des affinités avec un VOÏVOD des années de transition entre la période Snake et l’ère Eric Forrest, mais cette basse proéminente, ce tempo presque Punk et cette attitude bravache permettent aux hollandais se s’éloigner des schémas trop établis, et de nous offrir une œuvre plus personnelle.

L’auditeur n’a guère le temps de se poser trop de questions, tant les informations semblent bombardées dans un câble à fibre optique. A ce moment-là des débats, le trio ressemble plus à un combo de Techno-Thrash vraiment exigeant qu’à une association progressive assumée, mais « Prospect Of Immortality » raccroche les wagons à la locomotive, en se laissant aller à décélérer le rythme, pour imposer des dissonances vraiment envoutantes. Contemporains de VEKTOR et de HAVOK, CRYPTOSIS joue la même carte de transcendance de la tradition, en insérant son expérience personnelle dans un contexte classique. Pas étonnant de constater que les trois originaires d’Enschede ont partagé des faces avec la référence VEKTOR, puisque les deux groupes partagent bien des points communs. La visite futuriste suit donc un pas de l’oie très cadencé, entre Thrash très prononcé aux saccades précises au millimètre (« Transcendence »), transitions intelligentes (« Perpetual Motion »), ou divagations harmoniques distordues et biscornues (« Mindscape »). Le concept est donc illustré avec brio, et on se croit immergé dans une époque lointaine privée de tout plaisir et de libre-arbitre.

Car s’il est facile d’accumuler les plans jusqu’à l’overdose, il est beaucoup plus complexe de les agencer pour leur donner du sens. C’est pourtant le défi relevé avec brio par Bionic Swarm, qui n’a cure des querelles de styles pour imposer le sien, souple, dur, impénétrable et pourtant fascinant et abordable. En un seul album (certes en prolongement des œuvres de DISTILLATOR), CRYPTOSIS nous éloigne des turpitudes ennuyeuses du vintage formaté, et signe un premier LP aussi intrigant qu’essentiel. Doté en sus d’une merveilleuse pochette signée par l’artiste Eliran Kantor (TESTAMENT, SOULFLY), enregistré par Olaf Skoreng, mixé par Fredrik Folkare (UNLEASHED, NECROPHOBIC) aux Chrome Studios et masterisé par Tony Lindgren (DIMMU BORGIR, SEPULTURA, OPETH) aux Fascination Street Studios, Bionic Swarm est une réussite totale aux ambitions claires, et la première étape sur un parcours qui risque de nous entraîner aux confins de l’univers. Album du mois, sinon du semestre, et qu’on risque de retrouver dans les tops de fin d’année. Si toutefois la fin d’année n’est pas la fin tout court.     

        

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Overture 2149

02. Decypher

03. Death Technology

04. Prospect Of Immortality

05. Transcendence

06. Perpetual Motion

07. Conjuring The Egoist

08. Game Of Souls

09. Mindscape

10. Flux Divergence


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/04/2021 à 15:14
90 %    521

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


metalrunner
@92.131.223.166
18/04/2021, 19:48:51

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée


Arioch91
membre enregistré
21/04/2021, 08:25:31

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.

Ca donne envie de s'y pencher !

Merci pour la chro :)

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41