Je me souviens de mon adolescence, j’en ai des images très précises. Dès 1986, et jusqu’en 1990, il suffisait de venir de Californie, de jouer un Hard Rock légèrement Sleaze et très mélodique, d’avoir une jolie permanente et des minois avenants pour décrocher un contrat et affoler le public. La vague Hair Metal de la fin des années 80 a enthousiasmé des millions de fans de par le monde, et était en quelque sorte devenue une norme, un label de pseudo qualité qu’il fallait à tout prix respecter, ce que les maisons de disques avaient très bien compris. Et la mode étant cyclique et se déplaçant selon l’air du temps, nous assistons peu ou prou au même phénomène dans les années 2010, via la horde de musiciens nordiques débarquant sur le marché avec des produits estampillés AOR, Hard-Fm, old-school ou Synth Hard. Il y a trente ans, la bataille faisait rage entre les WINGER, DANGER DANGER, BRITNY FOX, SLAUGHTER, et tous les acteurs de la scène locale, aujourd’hui, les noms ont changé, mais l’apparence et le principe sont les mêmes, et il devient aussi difficile de faire la différence entre les bons groupes et les simples suiveurs, qui profitent d’un effet de manche pour se propulser sur le devant de la scène. Certes, loin des majors, ces groupes se contentent souvent d’une distribution nationale, grâce au flair des acteurs indépendants, mais bénéficient aussi d’un coup de pouce nippon, nos amis japonais semblant avoir transféré leur affection pour les groupes US vers les groupes suédois, norvégiens et finlandais. Et un nouvel exemple de cette constatation nous a été donné au mois de mars dernier avec la sortie du second LP des finlandais de TEMPLE BALLS, qui avec un peu d’imagination (un tout petit peu suffit), incarne une nouvelle étape de la conquête du monde par l’Europe du Nord.

TEMPLE BALLS est quelque part une sorte de cliché vivant de tout ce que le Hard Rock du nord incarne depuis dix ans, et pourtant, reste éloigné des standards de production exigés par la réussite nationale. Ils se posent en directs héritiers de la vague californienne de 88/90, de leur look à leur musique, et nous font donc revivre une tranche de passé que nous n’avons jamais pu oublier. Jolis garçons, le cuir tanné mais brillant, l’attitude un brin méprisante, la moue boudeuse et les guitares en avant, ces cinq jeunes musiciens (Arde Teronen - chant, Jiri Paavonaho & Niko Vuorela - guitares/chœurs, Jimi Välikangas- basse/chœurs, Antti Hissa - batterie) originaires d’Oulu ont déjà connu une exposition non négligeable grâce à leur premier album Traded Dreams paru il y a deux ans. On y découvrait un combo sûr de son fait, parfaitement conscient de ses qualités, et prêt à défier les maîtres scandinaves et norvégiens sur leur propre terrain, tout en les narguant d’une virilité accrue nous ramenant à cette sempiternelle scène de Los Angeles. Difficile en effet de ne pas voir en ce quintet l’équivalent des groupes de la scène d’époque, tant ils s’évertuent à en recréer l’hédonisme grouillant au travers de tubes qui sentent bon les clubs US. Pas de synthés, pas d’arrangements faciles et d’inclinaisons commerciales pour appâter le chaland, mais des hymnes teenage, des vrais, qui soignent l’acné et les plaies du cœur, et donnent envie de ressortir son perfecto pour aller boire un verre dans une salle de concert et en profiter pour faire les yeux doux à une jolie hard-rockeuse. Produit par Jona Tee (H.E.A.T), et enregistré par Pasi Kauppinen (SONATA ARCTICA), Untamed est plus qu’une confirmation, c’est une épiphanie dont l’épicentre se situe en Finlande une fois de plus, le nouvel Eldorado des musiciens qui souhaitent éclater du jour au lendemain, non sans avoir travaillé leur copie. Et celle rendue par les TEMPLE BALLS est tellement parfaite qu’on se demande ce qui pourrait bien l’améliorer dans un futur plus ou moins proche.    

Sorti en 2019, ce second tome se fera remarquer par sa sauvagerie et sa morgue juvénile. Il deviendra une nouvelle pièce à ajouter la collection royale nordique, et une preuve supplémentaire du savoir-faire des instrumentistes et compositeurs venus du froid. Mais sorti en 1988 ou 89, il aurait défoncé le Billboard, ouvert grand les portes d’une première partie majeure, en lever de rideau du CRÜE, de POISON ou des CINDERELLA. Sans abuser des artifices Glam qui encombraient souvent les réalisations d’époque, cet Untamed prend justement par les balls, et ne vous lâche plus jusqu’à ce que vous chantiez en chœur ces hymnes à la jeunesse exubérante, et ce ne sont pas les références avouées du combo qui vont contredire cet état de fait. Certes, les cinq finlandais avouent évidemment une admiration obligatoire pour les plus grands, d’AC/DC aux ROLLING STONES, THIN LIZZY, RAINBOW, DEEP PURPLE, mais c’est plutôt du côté des influences mineures qu’il faut chercher la leur, en fouinant dans la tanière des D.A.D., de GUNS N’ROSES, mais aussi d’autres qu’ils ne nomment pas, dont celle des POODLES, des STAGE DOLLS, et évidemment, des FERRARI, SLAUGHTER, KEEL, QUIET RIOT, WIG WAM, H.E.A.T et autres HAREM SCAREM, soit un mélange détonnant entre high energy et mélodie, la véritable trademark des meilleurs représentants du cru et l’ADN incrusté dans chaque cellule nordique ces dernières années. Impossible de résister à des cris primaux de la trempe de « Hoist the Colours » qui dynamise le Hard-Rock de papa pour en faire le Nitro-Rock du gamin, gonflé de testostérone, d’envie d’en découdre avec le destin, et plus prosaïquement, de s’éclater un samedi soir avec quelques potes et des bières plus ou moins fraîches. Pas du genre bas du front ou assemblée de gentils blaireaux, les TEMPLE BALLS sont de vrais hard-rockeurs, dans le sens le plus initial du terme, des instrumentistes qui donnent de leur personne (et les soli lâchés par la paire Jiri Paavonaho & Niko Vuorela valent le coup d’oreille), et l’entame « Infinity », malgré ses claviers qui guident sur une fausse route le démontre en un peu plus de quatre minutes.

Up tempo frénétique, chœurs qui prennent de la place dès le départ, riffs méchamment aiguisés et refrain facile à mémoriser, c’est l’union sacrée des Etats-Unis et de la Finlande, avec un héritage qu’on pérennise fidèlement. Le chant d’Arde Teronen, puissant mais rauque catapulte les compositions au Walhalla des décibels jouissifs, tandis que la section rythmique pilonne sans relâcher, assurant l’assise dont ont besoin ce type de compositions pour vraiment exploser. On sent le groupe en totale osmose, et « Kill The Voice » d’enfoncer un peu plus le clou avec son intro bombastic à la BON JOVI qui soudain se transforme en monstre Groovy à la LOVE/HATE. Mais avec des chansons qui ne dépassent que très rarement les quatre minutes, le quintet finlandais a assuré ses arrières, et navigue à vue entre médium et énervé, dosant son effort comme on préparait un concert à la grand époque. C’est du grand art, qui a su rester suffisamment spontané dans son professionnalisme pour nous enchanter, et inutile de vous fier aux prénoms féminins pour craindre une ballade sirupeuse de rigueur, puisque même le doux « Pauline » n’est en fait qu’une coulée de lave Hard Sleaze aussi brûlante que le cuir d’un glammeur attendant depuis deux heures sur le trottoir du Sunset. Rien à jeter, tout à écouter et apprécier, Untamed est plus qu’un album, il est un salut adressé à une génération qui a tout inventé ou recyclé, et qui aujourd’hui encore, séduit la jeunesse pour la faire rocker (« Seven Seas Of Wonder », un morceau que Desmond Child aurait pu refourguer aux JACKYL). Je me souviens de mon adolescence, avec émotion et bonheur. Mais avec des groupes de la trempe de TEMPLE BALLS, elle ne s’éloignera sans doute jamais. Et c’est très bien comme ça.    

 

Titres de l'album :

                         01. Infinity

                         02. Kill The Voice

                         03. Distorted Emotions

                         04. Pauline

                         05. Ball And Chain

                         06. Leap Of Faith

                         07. Hoist the Colours

                         08. Seven Seas Of Wonder

                         09. Badlands

                         10. The End

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/05/2019 à 18:41
88 %    70

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)