On aurait tendance à croire (un peu à raison d’ailleurs), qu’à part KORN, et dans une moindre mesure ORGY et L.A.P.D. (la première fausse mouture de KORN, un plutôt bon et unique album, Who’s Laughing Now en 1991), nul groupe d’envergure n’est jamais sorti de Bakersfield, Californie.

C’est un peu vrai comme je le soulignais, et cette pauvre cité californienne n’est ni L.A, ni San Francisco, et niveau notoriété Metal, le baromètre frise la dépression, évitée de peu par le succès gigantesque des enfants du pays menés par Jon Davis.

Il est possible que cette situation change, pour peu que certains fans ouvrent leurs oreilles à la scène locale, qui après consultation de sites spécialisés, regorge de groupes valant le coup de tympan.

Un exemple ?

J’en ai un sous le clavier, d’où ma prose tardive du jour, en l’incarnation d’un trio venu nous livrer sa vision très personnelle d’un Thrash pas si vintage qu’il n’en a l’air.

T-MINUS (pas le producteur californien de Hip-hop, non) est donc un trio, constitué de Patrick Murphy (chant/basse), Tom Murphy (guitare) et Fernando Villagran (batterie), ayant vu le jour en 2013, et responsable depuis sa création d’un unique LP, celui dont je m’apprête à vous parler.

Pas de démo donc, encore moins de EP, c’est un plongeon direct dans le grand bain que les trois partenaires s’offrent en ce mois de mai, en totale autogestion, sans l’aide d’un label ou d’un support quelconque.

Les californiens tirent leur nom d’une expression consacrée qui selon le contexte, évoque un compte à rebours de nouvel an avant le bisou d’usage, l’impact d’une bombe (moins drôle), ou l’évacuation immédiate d’un surplus fécal coincé dans les intestins.

Gageons au jugé du titre de leur LP que la seconde interprétation est celle qui sied le mieux à la musique du trio, les deux autres étant légèrement hors contexte…

Certes, le choc provoqué par Bombscare est indéniable, mais ne vous attendez pas pour autant à une énième sortie de Thrash barbare et saccadé du mois. Le Thrash proposé par T-MINUS est indéniablement puissant, mais beaucoup plus nuancé que celui de leurs homologues plus portés sur la nostalgie que sur l’avancée d’un genre qui a su en permanence évoluer pour ne pas trop stagner.

Et finalement, leur crossover emprunte beaucoup d’éléments au Néo Thrash US des années 90 ainsi qu’au Hardcore, tout en gardant le lien ténu qui le relie à la mouvance de la Bay Area des 80’s. Pas mal pour un premier jet, et résolument original dans les faits.

La première référence à avoir effleuré ma mémoire fut celle des défunts et énigmatiques ACID BATH, pour cette façon étrange de traiter la rythmique, mais aussi à cause du chant très diffus et sous mixé de Patrick Murphy, qui présente bien des similarités avec les intonations de Dax Riggs. Bien évidemment, les T-MINUS jouent quand même un jeu beaucoup plus franc sur Bombscare que les ex-chantres d’un Sludgecore à tendance Nola de Louisiane, mais leur approche de biais possède des morceaux d’ADN communs, ne serait-ce que dans la pluralité des rythmiques, mais aussi dans le traitement des mid tempi, qui s’accompagnent souvent de motifs de guitare malsains et de poussées vocales bizarres.

Cette analogie n’est pas forcément palpable dès « Washout », le premier vrai morceau, qui joue le jeu d’un Thrash volontiers plus direct, au son toutefois terriblement particulier, très sec et nerveux, et dotant la basse d’une énorme dynamique Core à la BRUTAL TRUTH ou MUNICIPAL WASTE.

Mais les riffs annoncent assez tôt la couleur, et ne se contentent pas de suivre bêtement le fil rouge, en jouant la pesanteur et la dissonance, tandis que la voix traitée de Patrick se veut rauque et assez grinçante.

Le groupe joue donc l’ambivalence en gardant tout de même son Thrash au chaud, ce que confirment des breaks lapidaires qui cavalent à bonne vitesse.

Mais cette vitesse en globalité est plutôt médium, voire faible, puisque la majorité des titres sont plus Heavy que speed.

Mais c’est justement ce qui permet aux californiens de se démarquer de la masse des combos de revival Thrash qui turbinent tous à la chaîne comme à l’usine de la nostalgie.

« Sacrilege » confirme cette tendance, même si le volume sonore gagne en ampleur, et joue le jeu d’un tempo médium souvent brisé, qui sait rester accrocheur. On retrouve cette basse qui occupe les avant-postes aux côtés d’une guitare acide, le tout secondé et épaulé par une batterie solide qui refuse le statisme habituel. L’ambiance est sèche, et on pense même à une adaptation rachitique des TYPE O au sein d’un contexte Thrash du début des années 90, lorsque le mouvement cédait largement le pas et lâchait ses dernières cartouches intéressantes.

De fait, les T-MINUS refusent très intelligemment le passéisme d’un Metal agressif trop réchauffé, et « détemporalisent » leur Thrash pour le rendre unique. Option bien plus gratifiante ma foi qu’une sempiternelle resucée des grands classiques.

Les morceaux prennent le temps d’instaurer des tonalités, et laissent courir le compteur, atteignant parfois les six minutes comme sur ce « Dormancy », terriblement lourd et oppressant, qui est sans doute le titre qui valide le plus justement l’analogie avec les regrettés ACID BATH.

Mouvements d’humeur, ralentissements soudains, changements de son, d’orientation, racolage Core, oppression Post Hardcore, et toujours cette voix qui joue le rôle de troisième ligne rythmique, comme un ultime avertissement émanant de haut-parleurs saturés d’instructions.

 

Même le segment le plus bref est truffé de bonnes idées, et « The China Syndrome » joue encore une fois la roublardise de ses harmonies décalées et de son accélération centrale à la CARNIVORE.

Le final « Host » achève de nous laisser sur une excellente impression, en résumant le parcours accompli par une jeune formation à l’identité déjà très affirmée. En six minutes pile, le trio abat toutes ses cartes, et se permet même un break très intense à mi-parcours, qui se frotte à l’art dérangé des UNSANE et autres FETISH 69, tout en gardant le cap vers un Metal franchement fédérateur aux riffs accrocheurs.

Un sacré truc pour un trip intégral, qui risque de surprendre les plus conventionnels d’entre vous…

Mais quelle jolie surprise que ce Bombscare qui évite tous les pièges du Thrash old-school qui lui aussi commence à faiblir sous les coups de la redite. En ne choisissant d’autre camp que le leur, les T-MINUS ont relevé le pari très risqué de la différence, brillamment remporté d’un point de vue artistique, mais qui risque de les laisser sur le carreau en termes de popularité.

Un combo audacieux, que je n’hésiterai pas à comparer aux divinités intouchables de CORONER, sans toutefois leur accorder le même statut. Mais attention, une fois la sirène déclenchée, vous n’aurez que peu de temps pour vous protéger de la déflagration annoncée.


Titres de l'album:

  1. T-minus
  2. Washout
  3. Sacrilege
  4. Dormancy
  5. Icon Of Sin
  6. Psykillogy
  7. The China Syndrome
  8. Host

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/06/2017 à 14:54
78 %    287

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)


Sympa. A voir. Mais je m'attends tout de même au pire. Ca risque d'être dans la lignée de l'album 'Independant' et pour moi, ce disque était le début de la fin.


Ils traversent l'Atlantique pour donner des concerts, certains fans viennent de loin, de TRES loin.
Il n'y a donc pour moi aucun contentieux (technique ou autre) qui ne puisse se régler avec diplomatie, équilibre et intelligence avec les équipes des Fest, surtout lorsque des gens ont payé (...)


Ouais, enfin, je vais faire mon fanboy de Manowar, mais on ne connaît encore une fois ni les tenants ni les aboutissants du problème. La Manowar bashing est un peu facile, je trouve.
Ils annulent, c'est dommage pour ceux qui voulaient les voir. D'autant plus qu'ils avaient un concert déceva(...)


C'est plus Manowar c'est Manaurevoir.


Alors c'est ça, les autoproclamés Rois du Metal ?