In De Kwelm

Kludde

24/05/2019

Consouling Sounds

Nous allons tout de suite éviter les blagues potaches liées à la nationalité de ces grands gaillards, l’amitié franco-belge étant un sujet sacré. Mais c’est un fait, les KLUDDE nous en viennent des Flandres de l’est, s’expriment donc dans leur idiome natal, et nous racontent de petites histoires liées à leur folklore, pas forcément les plus gaies, mais totalement en adéquation avec leur approche musicale. Formé il y a bientôt 20 ans, ce collectif (Cerulean - chant/guitare, Snoodaert - guitare, Basstaerd - basse/chœurs et Vellekläsjer - batterie) a donc légèrement évolué depuis sa conception, passant d’un Black Metal sans merci à une hybridation entre ce même style et un Sludge assez épais, créant de fait un alliage noir comme la nuit, et lourd comme le destin. Et c’est donc après plus de dix ans de silence et un line-up enfin consolidé que nous les retrouvons aujourd’hui, forts d’un second album faisant suite à In Den Vergetelheid, paru en 2008. Guère étonnant de les retrouver d’ailleurs sur le label national Consouling Sounds, assez friand de ce genre d’exactions, et c’est sous une pochette sobre mais gentiment morbide que se cache In De Kwelm, et ses huit morceaux prônant une philosophie extrême, mais finalement assez mesurée dans les faits. Enregistré et mixé par Cerulean lui-même, et masterisé par Frederik Dejong au Jerboa mastering, ce second album est pour ses géniteurs une sorte de retour aux sources, avec la maturité des années apportant le complément indispensable. Attendez-vous donc à un survol de la carrière des belges, pas vraiment décidés à ses ranger des voitures, et toujours aussi agressifs et violents.

Black Sludge, Blackened Sludge, ou Sludge Black ? Les trois votre honneur, même si la trame de base sert plus ou moins de schéma à tous les morceaux. On retrouve le son, ample mais assez rêche, les riffs rouillés mais compacts et conséquents, ce chant si particulier qui pourra agacer ceux dont les timbres éraillés sont la Némésis, cette rythmique qui se concentre sur la pluralité, et plus généralement, tout ce qui a toujours constitué l’ADN de ce groupe si particulier. Sept morceaux plutôt courts et concis, et un final tout en longueur, le métrage est raisonnable, mais les ambitions conséquentes. Et si les options choisies laissaient craindre d’une uniformité lassante, la variété des tempi, et les allusions aux différents genres permettent à KLUDDE d’éviter l‘écueil de la redondance trop prononcée, même si les tonalités de fond restent bloquées sur une gravité de circonstance. En gros, et pour cerner un peu les détails, on pourrait penser à une sorte de revue de presse de l’extrême classique façon Black Metal light, ce que « Schabouwelijke Praktijken I: De Rabouwen » appuie de sa violence larvée et de ses grognements étouffés. Une version très privée du CELTIC FROST le plus primaire (soit HELLHAMMER en gros), corrigée pour ne pas jouer le plagiat, mais qui se prend de passion pour l’occulte des années 80, avec en exergue ce monolithisme transcendé par des musiciens plus capables que leurs modèles. 

D’ailleurs, le quatuor a voulu son entame plutôt rapide, et « Kludde IV » / « Bloedkoesj » de jouer le jeu d’un Blackened Crust assez primaire, aux riffs toutefois suffisamment ludiques pour ne pas rester bloqués sur un motif trop sommaire. Cruels mais abordables, les belges varient et modulent, acceptant la lourdeur du Sludge le plus poisseux qu’ils agrémentent de fantaisies presque NOLA, sans décevoir les fans hardcore du chef d’œuvre Monotheist (« Schramoeille », qu’on imagine parfaitement chanté par le toujours bronzé Tom Warrior). Accélérations brutales, coups de rein, ralentissements excessifs mais bien amenés, la balade est agréable, et se complait dans les bas-fonds de la musicalité. Car malgré leur côté ours mal léchés, les instrumentistes n’en restent pas moins perméables aux mélodies héritées du BM scandinave («Kasteelke van Verdoemenis »), tout en revenant assez régulièrement vers ce rythme échevelé qui leur convient si bien (« Poesjkapelle »). Et lorsque les blasts parviennent à se tailler une petite place (« Schabouwelijke Praktijken II: De Commercant »), on réalise toute l’importance de l’intégration de Vellekläsjer, qui a visiblement réussi à se fondre dans le reste du groupe avec facilité. Globalement plus que satisfaisant, ce second album ne se termine pas en queue de poisson ou en litanie d’oraison, même si le long et funèbre « De Laatste Reis » nous remémore les processions du SAB tout comme les plaintes de NEUROSIS, offrant de fait à In De Kwelm une conclusion riche et ouverte sur un avenir prometteur. Après une très longue intro progressive, le groupe retombe dans les travers délicieux d’un BM sauvage et débridé, mettant le turbo et la pression pour nous achever d’un crescendo bruitiste fort à propos.

Niveau reproches, on pourra regretter le manque de modulations vocales de Cerulean, qui reste fidèle à sa gorge et à sa technique abrasive, et quelques rebondissements un peu attendus au nouveau des guitares. Mais ces griefs sont mineurs eut égard à la qualité de la vilénie de cette musique, aussi inconfortable qu’elle n’est délectable, et qui permet aux KLUDDE de revenir au premier plan d’une caverne dans laquelle ils se sentent finalement très bien. Et sans aller jusqu’à l’allégorie si chère à Platon, admettons parfois que les dangers visibles ne sont pas moins effrayants que ceux tapis dans la pénombre. Ce que cet album s’évertue à démontrer en moins de quarante minutes de lourdeur et de violence.       

 

Titres de l’album :

                         1.Schabouwelijke Praktijken I: De Rabouwen

                         2.Kludde IV

                         3.Bloedkoesj

                         4.Schramoeille

                         5.Kasteelke van Verdoemenis

                         6.Poesjkapelle

                         7.Schabouwelijke Praktijken II: De Commercant

                         8.De Laatste Reis

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/01/2020 à 14:24
80 %    462

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bizarre

Thanks for spreading the news. Just a minor correction...I live in Oslo, Norway (although the band started in Russia) 

06/03/2021, 20:50

Trooper666

J'ai en vinyl. Acheté sur la commune Cour-Cheverny en Loir et Cher, là ou les deux protagoniste se sont rencontrés. 

06/03/2021, 18:36

Jus de cadavre

Je trouve ça excellent en tout cas !

06/03/2021, 17:58

Gargan

Marrant, ça me fait penser par moments à du Hakuja, la thématique étant nipponne, ça colle.

06/03/2021, 13:20

Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07