Nous allons tout de suite éviter les blagues potaches liées à la nationalité de ces grands gaillards, l’amitié franco-belge étant un sujet sacré. Mais c’est un fait, les KLUDDE nous en viennent des Flandres de l’est, s’expriment donc dans leur idiome natal, et nous racontent de petites histoires liées à leur folklore, pas forcément les plus gaies, mais totalement en adéquation avec leur approche musicale. Formé il y a bientôt 20 ans, ce collectif (Cerulean - chant/guitare, Snoodaert - guitare, Basstaerd - basse/chœurs et Vellekläsjer - batterie) a donc légèrement évolué depuis sa conception, passant d’un Black Metal sans merci à une hybridation entre ce même style et un Sludge assez épais, créant de fait un alliage noir comme la nuit, et lourd comme le destin. Et c’est donc après plus de dix ans de silence et un line-up enfin consolidé que nous les retrouvons aujourd’hui, forts d’un second album faisant suite à In Den Vergetelheid, paru en 2008. Guère étonnant de les retrouver d’ailleurs sur le label national Consouling Sounds, assez friand de ce genre d’exactions, et c’est sous une pochette sobre mais gentiment morbide que se cache In De Kwelm, et ses huit morceaux prônant une philosophie extrême, mais finalement assez mesurée dans les faits. Enregistré et mixé par Cerulean lui-même, et masterisé par Frederik Dejong au Jerboa mastering, ce second album est pour ses géniteurs une sorte de retour aux sources, avec la maturité des années apportant le complément indispensable. Attendez-vous donc à un survol de la carrière des belges, pas vraiment décidés à ses ranger des voitures, et toujours aussi agressifs et violents.

Black Sludge, Blackened Sludge, ou Sludge Black ? Les trois votre honneur, même si la trame de base sert plus ou moins de schéma à tous les morceaux. On retrouve le son, ample mais assez rêche, les riffs rouillés mais compacts et conséquents, ce chant si particulier qui pourra agacer ceux dont les timbres éraillés sont la Némésis, cette rythmique qui se concentre sur la pluralité, et plus généralement, tout ce qui a toujours constitué l’ADN de ce groupe si particulier. Sept morceaux plutôt courts et concis, et un final tout en longueur, le métrage est raisonnable, mais les ambitions conséquentes. Et si les options choisies laissaient craindre d’une uniformité lassante, la variété des tempi, et les allusions aux différents genres permettent à KLUDDE d’éviter l‘écueil de la redondance trop prononcée, même si les tonalités de fond restent bloquées sur une gravité de circonstance. En gros, et pour cerner un peu les détails, on pourrait penser à une sorte de revue de presse de l’extrême classique façon Black Metal light, ce que « Schabouwelijke Praktijken I: De Rabouwen » appuie de sa violence larvée et de ses grognements étouffés. Une version très privée du CELTIC FROST le plus primaire (soit HELLHAMMER en gros), corrigée pour ne pas jouer le plagiat, mais qui se prend de passion pour l’occulte des années 80, avec en exergue ce monolithisme transcendé par des musiciens plus capables que leurs modèles. 

D’ailleurs, le quatuor a voulu son entame plutôt rapide, et « Kludde IV » / « Bloedkoesj » de jouer le jeu d’un Blackened Crust assez primaire, aux riffs toutefois suffisamment ludiques pour ne pas rester bloqués sur un motif trop sommaire. Cruels mais abordables, les belges varient et modulent, acceptant la lourdeur du Sludge le plus poisseux qu’ils agrémentent de fantaisies presque NOLA, sans décevoir les fans hardcore du chef d’œuvre Monotheist (« Schramoeille », qu’on imagine parfaitement chanté par le toujours bronzé Tom Warrior). Accélérations brutales, coups de rein, ralentissements excessifs mais bien amenés, la balade est agréable, et se complait dans les bas-fonds de la musicalité. Car malgré leur côté ours mal léchés, les instrumentistes n’en restent pas moins perméables aux mélodies héritées du BM scandinave («Kasteelke van Verdoemenis »), tout en revenant assez régulièrement vers ce rythme échevelé qui leur convient si bien (« Poesjkapelle »). Et lorsque les blasts parviennent à se tailler une petite place (« Schabouwelijke Praktijken II: De Commercant »), on réalise toute l’importance de l’intégration de Vellekläsjer, qui a visiblement réussi à se fondre dans le reste du groupe avec facilité. Globalement plus que satisfaisant, ce second album ne se termine pas en queue de poisson ou en litanie d’oraison, même si le long et funèbre « De Laatste Reis » nous remémore les processions du SAB tout comme les plaintes de NEUROSIS, offrant de fait à In De Kwelm une conclusion riche et ouverte sur un avenir prometteur. Après une très longue intro progressive, le groupe retombe dans les travers délicieux d’un BM sauvage et débridé, mettant le turbo et la pression pour nous achever d’un crescendo bruitiste fort à propos.

Niveau reproches, on pourra regretter le manque de modulations vocales de Cerulean, qui reste fidèle à sa gorge et à sa technique abrasive, et quelques rebondissements un peu attendus au nouveau des guitares. Mais ces griefs sont mineurs eut égard à la qualité de la vilénie de cette musique, aussi inconfortable qu’elle n’est délectable, et qui permet aux KLUDDE de revenir au premier plan d’une caverne dans laquelle ils se sentent finalement très bien. Et sans aller jusqu’à l’allégorie si chère à Platon, admettons parfois que les dangers visibles ne sont pas moins effrayants que ceux tapis dans la pénombre. Ce que cet album s’évertue à démontrer en moins de quarante minutes de lourdeur et de violence.       

 

Titres de l’album :

                         1.Schabouwelijke Praktijken I: De Rabouwen

                         2.Kludde IV

                         3.Bloedkoesj

                         4.Schramoeille

                         5.Kasteelke van Verdoemenis

                         6.Poesjkapelle

                         7.Schabouwelijke Praktijken II: De Commercant

                         8.De Laatste Reis

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/01/2020 à 14:24
80 %    185

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)


Pas mieux, je fais aussi partie de ce fameux groupe depuis un certain album sorti en 1996. Je reste très fan de Schizophrenia, de Beneath et d'Arise et pas sur que, sur l'ensemble de Quadra, je sois vraiment friand du nouvel album du début à la fin.

Force est toutefois de reconnaitre(...)