Sur ce coup-là, on ne peut pas dire que les mecs jouent au plus fin. Pochette en coup de poing de cranes riant sarcastiquement, nom qui évoque une jolie filiation bâtarde entre Overkill de MOTORHEAD et DISCHARGE, et titre d’album qui ne laisse que peu de place à l’interprétation subjective…

Ces Italiens seraient donc des maniaques de la vitesse ? C’est une certitude, puisque leur premier LP sorti il y a deux ans vous conseillait d’accélérer, nous restons donc dans la même thématique de vie menée tambour battant, les deux pieds sur la pédale d’accélérateur, et le frein réduit à l’état de simple décoration de plancher.

Pied au plancher évidemment, Metal subtilement teinté de Punk et de Hardcore malmenés, nous sommes en véhicule connu, qui brûle le bitume des autoroutes sans se retourner.

Mais qui sont donc ces OVERCHARGE qui abusent de l’overdrive et qui ne comprennent pas le sens des mots « ralentir » et « modérer » ? Encore moins celui de « nuancer » ?

OVERCHARGE nous vient donc de Varese, province de Lombardie, Italie, pays qui les a vus naître aux alentours de 2012, et qui a vu éclater leur talent bordélique un an plus tard avec la parution de leur démo éponyme.

Depuis, des concerts évidemment, un répertoire rodé, et une philosophie qui n’a pas changé d’un iota. Le quota est le même et les influences aussi, MOTORHEAD donc, mais aussi DISCHARGE, WARFARE, un brin d’EXTREME NOISE TERROR pour gonfler le moteur, et quelques allusions au Metal/Thrash de série B des 80s, avec de fréquentes accélérations genre BULLDOZER ou TANK. En gros, du très bon qui huile les pistons et permet de monter la côte sans faire cramer les tours.

Certes, tout ça n’est ni novateur ni très fin, et ressemble comme deux gouttes d’eau à une virée sur le macadam transalpin en compagnie de Lemmy, particulièrement agacé qu’un abruti ait fini la dernière bière.

Speedsick, c’est un titre qui révèle tout. Avec un petit ajustement de line-up et l’intégration de Marcio à la basse et au chant, OVERCHARGE a gagné en puissance et ronronne au démarrage avant de faire crisser ses pneus Punk sur l’asphalte.

La conduite est assez fluide bien que très rapide, et se base sur des changements de vitesse/riffs assez convenus mais efficaces, et les poussées d’adrénaline d’une rythmique qui se permet quand même quelques accalmies en terrain plat (« Wasteland Rust », gros mid tempo ravageur qui fait peur aux abrutis qui ne traversent pas dans les clous).

Mais ces instants sont plutôt rares, et les trois conducteurs foncent bille en tête, sans se poser trop de questions. Inutile de chercher à savoir si les chauffeurs et passagers sont plus Hardcore que Metal, plus Punk que Crust, ici, c’est la défonce qui prime, et on en profite pour faire le plein à la nitro en respirant quelques effluves.

Pour faire plus clair et nettoyer le pare-brise, prenez le rythme de base d’un hymne de DISCHARGE, ajoutez-y un chant digne de Ac.Wild de BULLDOZER, et jouez le tout à la façon d’un MOTORHEAD qui taquinerait le Punk Hardcore Anglais du début des années 80, et vous obtiendrez les chromes et la mécanique de ce Speedsick, qui n’a pas non plus oublié comment « Fast « Eddie Clarke torchait ses soli.

C’est efficace, ça cogne, mais c’est évidemment très linéaire et sans aucune surprise, quant à savoir si c’est vraiment ce qu’on attend de ce genre de réalisation, la question n’est pas à l’ordre du jour.

Sur les dix tours de piste de ce circuit de l’enfer, neuf affolent le compteur, ce qui nous laisse avec ce fameux « Wasteland Rust » dont je vous ai déjà parlé.

Le reste cavale et avale la route, sans faire mine de calmer le jeu, et les Italiens d’OVERCHARGE se permettent même de se frotter aux courses passées d’ANTI CIMEX, via une cover assez bien sentie de « Only In Dreams » qui passe justement comme dans un cauchemar.

En résumé donc, et en bon commentateur de faux grand prix qui se respecte, de « Downtown Inferno » à « Demons », le pot d’échappement suinte d’huile et de carbone, la cadence est diabolique et le Punk/Hardcore/Crust/Metal des Varésiens est une mécanique bien huilée et pas du tout rouillée, bien ancrée dans les processus de fabrication d’il y a trente ans, sans pour autant paumer le lubrifiant en route.

Celle-ci a intérêt d’ailleurs à être bien dégagée lorsque vous collerez le CD dans votre autoradio, parce que vous n’aurez pas trop le temps d’éviter les obstacles, ni de respecter les limitations.

Speedsick n’en tolère aucune, et fonctionne comme une grosse éclate urbaine. Donc, les mots c’est bien gentil, mais la musique suffit.

Lancez-vous dans la speed race et attachez bien vos ceintures. Le moindre nid de poule risque de vous faire faire pas mal de tonneaux.

 De bière évidemment.


Titres de l'album:

  1. Downtown Inferno
  2. Speedsick
  3. Warbeat
  4. Ride As One
  5. Wrong Pain
  6. Wasteland Rust
  7. Out Of The Lockup
  8. Only In Dreams (Anti Cimex cover)
  9. Fuck Them
  10. Demons

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 30/10/2016 à 10:13
68 %    442

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Ende + Gorgon + Neptrecus

14/12 : La Brat Cave, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Et grève est un mot à la mode par les temps qui courent ^^


Oh putain la boulette! Merci JTPD de ton attention, voici l'erreur corrigée....Ça prouve au moins que les chroniques sont lues...Et oui, d'accord pour le clip, mais comme toujours avec les groupes mélodiques/Aor, c'est l'inverse de Shakira la bolivienne en fait, il vaut mieux écouter que regarde(...)


Aaaaah aaaaah, bien vu poybe, c'est effectivement Grèce ! Même si fût un temps Grève et Grèce étaient deux mots intimement liés...


Black Metal, Grève ... c'est un lapsus ? ^^


6 ans, les salauds...
En tout cas content de voir que je ne suis pas le seul à attendre cet album.


Excellent groupe, découvert très récemment grace au podcast de Métalorgie, YCKM.


C'est une EXCELLENTE nouvelle !!! Parce que bon, même pour une échelle de temps doomesque, 6 ans ça commence quand même à faire long ! :-)


Aïe aïe aïe, grave erreur mon cher mortne2001...Shakira, cette fameuse artiste connue pour avoir inventé le concept de musique à regarder, est...colombienne ! :-D
Sinon, côté musique, rien à dire, c'est tout comme t'as dit. Par contre le clip de "One Circumstance" pique sévèrement l(...)


Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.