Reprenons donc le cours de choses. Lequel ? Celui de la brutalité compacte et de l’attaque de masse, en replongeant la tête la première dans le marigot des exactions Thrash, qui n’en finissent plus de recréer la magie des sacro-saintes 80’s.

Le but aujourd’hui étant de voyager pour rencontrer une nouvelle bande de nostalgiques du riff trapu, qui se cachent à Monterrey, dans l’état de Nuevo Leon, Mexique, et qui pratiquent un genre de Thrash atypique, assez touffu dans le rendu, au son un peu étouffé, mais à l’allant retrouvé.

En parlant d’allant, ces quatre-là semblent en déborder, puisque ce Virtual Existence est leur deuxième réalisation longue durée de l’année, après un Radioactive Extermination, sorti un peu plus tôt…au même mois de décembre…

Deux albums en une trentaine de jours ? On connaissait la fréquence pour les frappés du Grind et les tarés de l’expérimental, mais la chose est assez nouvelle dans le cas de la rythmique qui frappe, et je dois reconnaître que si les gus continuent à ce rythme, ils vont devenir les Zappa du Thrash en fracas.

Mais jugeons donc la pièce sans son antécédent, que de toute façon, je n’ai pas encore eu le temps d’écouter.

D’ailleurs, Virtual Existence tient debout seul et sans tuteur, même si la musique présente en ses sillons est assez étrange, et pas vraiment franche. Une production assez colmatée, qui semble étouffer les fréquences pour mieux les brider, ce qui produit un rendu un peu « cotonneux », assez symptomatique des séries B les plus handicapées d’il y a une trentaine d’années.

Les TOXIC THRILL s’articulent donc autour de Donovan Chen (guitare/chant), Isaac Attack (guitare), Freddy Olguin (basse) et Betrayer Mtz (batterie), mais les origines du groupe remontent à 2009 avec une formation tout à fait différente, qui dut affronter les sempiternelles « divergences d’opinion » pour finalement éclater et se recentrer autour de nouvelles collaborations.

Il aura donc fallu à ces entêtés plus de sept ans pour enfin sortir de leur camp et proposer une sortie digne de ce nom, mais gageons que ces années ne furent pas perdues, puisqu’ils en ont profité pour affiner leur démarche et se rapprocher de certains OS bien connus du milieu.

Inutile donc d’attendre les inévitables références et les comparaisons d’usage avec METALLICA, SLAYER et consorts, puisque les goûts de ces mexicains semblent plus volontiers se porter sur l’underground et quelques formations de second plan, comme FORBIDDEN, EXUMER, et quelques moshers de la scène New-yorkaise. On ne trouve pas pour autant de traces d’ANTHRAX dans leur Thrash en saccade, qui peut se targuer de bénéficier d’interventions en solo tout à fait brillantes, qui dynamisent des couches de riffs en superposition latente.

A la rigueur, et après quelques écoutes, le nom de BLIND ILLUSION m’est aussi venu à l’esprit, pour cette façon de traiter le Thrash avec une approche un peu vintage et Rock, bien que les TOXIC THRILL soient plus percutants que la bande à Mark H. Biedermann.

Du Thrash donc, assez enjoué, avec une solide base Heavy développée, qui permet au quatuor de se lancer dans la composition de morceaux aux durées assez honorables. Une grosse pelletée d’hymnes qui dépassent la plupart du temps les cinq minutes, mais qui osent caler un maximum de plans pour ne pas lasser.

Certes, certains d’entre eux sont assez calqués les uns sur les autres, les breaks sont parfois un poil téléphonés, mais l’ambiance générale est à la créativité, et de ce côté-là, les mecs savent mettre en avant leurs qualités.

L’inspiration des garçons semble se situer aux alentours de 87/88, avec une petite touche de Techno-Thrash, et une place laissée à l’instrumentation assez importante.

N’attendez pas les coups de boutoir habituels comme autant de portés de bélier sur un pont-levis, les TT sont adeptes de la stratégie élaborée, et avancent patiemment, les armes en avant, et la rythmique à la vélocité modérée.

Ils imposent d’ailleurs leur modus operandi sans attendre, puisque « Virtual Existence » et ses sept minutes et quelques rappelle le meilleur KUBLAI KHAN et le HOLY TERROR le plus épique, avec une jolie touche technique à la CORONER, qui affirme mais ne flambe pas dans le vide.

Des riffs tricotés avec minutie, un mid tempo efficace et précis, et surtout, des parties qui s’imbriquent avec logique pour une optique technique pas trop démonstrative, mais intelligente dans le suivi.

Un soliste qui connaît son boulot, et une section basse/batterie à chaud, pour une valse Thrash entre les poteaux qui rappelle le meilleur de la seconde division de l’époque. Un chant assez étrange, à cheval entre FORBIDDEN et EXCITER, aigu mais pas trop, et quelques chœurs qui complètent le tableau, pour une peinture globale aux détails qu’on remarque.

Un léger feeling Hardcore pour épicer l’ensemble, et quelques saillies un peu plus radicales que le reste, avec un « Tornado Mosh » diablement efficace quoique pas forcément plus rapide que la moyenne, mais qui fait la part belle à une incarnation vocale et une atmosphère d’ensemble digne du Cause For Alarm des AGNOSTIC FRONT.

Mais comme décidément les pistoléros semblent privilégier la nuance, ils nous offrent un épilogue à l’émotion palpable, qui semble se replonger dans les instants les plus posés du TESTAMENT le plus emprunté, avec un « Apocalyptic Nightmare…The Day After » qui se lance dans une intro d’arpèges caressés par un solo bien repassé.

La machine s’emballe évidemment, mais garde toujours cette mélodie amère en arrière-plan pour se hisser à la hauteur d’un HEATHEN très inspiré, même si le mixage un peu trop nivelé empêche toujours la folie de vraiment s’embraser.

Mais ces gars semblent avoir le feu sacré qui réchauffent leur Metal saccadé, et finalement, malgré une production un peu gâchée, Virtual Existence reste un bel exercice de Thrash feutré, qui n’hésite pas à mélanger fioritures techniques et accélérations typiques, pour un résultat biscornu, mais efficace d’entrée.

Souhaitons juste qu’ils ne se laissent pas déborder par leur enthousiasme en multipliant les sorties qui risquent de devenir trop redondantes.

D’ici là, rien ne vous empêche de savourer leur deux albums qui valent largement le détour.     


Titres de l'album:

  1. Into The Web
  2. Virtual Existence
  3. Lethal Exposure
  4. iFrenzy
  5. Dead Alive
  6. Killer Drones
  7. Tornado Mosh
  8. Apocalyptic Nightmare... The Day After

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/01/2017 à 14:14
70 %    353

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Thrassher
@201.166.203.202
28/01/2017 à 16:16:12
Thanks for the review!!!!

Ajouter un commentaire


Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?