Je vous rassure, cette bande d’allumés noisy de Brooklyn n’ont aucun rapport avec le golfeur James Hahn, ni l’acteur à la bonhommie rassurante Jesse Hahn, encore moins avec James Caan d’ailleurs…

Non, il faut sortir du contexte sportif ou cinématographique pour identifier leurs origines, et surtout, rester du côté de New-York et de Brooklyn pour savoir d’où ils tirent leur essence, en se souvenant des émanations urbaines nauséabondes mais lucides des UNSANE ou de HELMET.

Pire comme références. Certes, encore faut-il capitaliser dessus en faisant fructifier l’héritage, sans se contenter d’en piller les grandes lignes sans y insuffler sa patte personnelle.  

Ce que ces quatre individus ont fait, sans conteste, en proposant l’un des premiers EP les plus abrasifs qu’il m’ait été donné d’entendre depuis longtemps.

Bio. Les HAAN sont quatre (Chuck Berrett – chant, Jordan Melkin – guitare, Dave Maffei – basse et Christopher Enriquez – batterie), se sont formés en 2012 sous la bannière NO WAY, et sont rapidement devenus une des figures emblématiques du milieu au point d’incarner selon le très respectable Observer « le groupe new-yorkais underground à suivre », ce qui vous en conviendrez est une étiquette assez lourde à porter sur son blason.

Mais les mecs assument, et jouent crânement leur carte, qui sent bon la sueur et la peur des ruelles de NYC la nuit, celle qu’on ressent en traversant les mauvais quartiers à la mauvaise heure, en mauvaise compagnie.

La recette employée par les quatre bruitistes est traditionnelle. Elle s’inspire donc des grandes références déjà mentionnées, mais y insuffle des respirations moites héritées des bronches fatiguées de la vague No Wave de la même ville, sans tomber dans les stridences excessives et le feedback insistant. Pas de panne d’inspiration à traquer, puisque cet EP se contente de quatre morceaux, ce qui est largement suffisant pour juger du potentiel fielleux des HAAN.

Court, mais essentiel, et maladif. Telle pourrait être la conclusion lapidaire d’une chronique torchée un peu vite, mais il est évident que leur travail mérite plus d’attention.

Si évidemment la basse s’impose au premier plan, le chant de Chuck n’est pas à négliger pour autant, avec son lien tendu entre le gosier d’un Hamilton et d’un Chris Spencer, qui s’accorde très bien du tapis rythmique tissé par son duo guitare/batterie, en pleine osmose.

La lourdeur est omniprésente, mais si la plaquette promotionnelle fait une large allusion à une forme de Sludge assez dense, il est certain que le panel d’inspiration des HAAN, va plutôt s’étoffer du côté du Hardcore sale New-yorkais pour se placer de la bonne façon face à son public, en se souvenant des traumatismes qu’il a subi à l’écoute de certains méfaits des JESUS LIZARD et SWANS, dont l’hypnotique final « Pasture / Abuela » s’inspire largement dans son alternance de couplets sourds et de fulgurances lourdes.

Enregistré par Andrew Schneider (UNSANE, CAVE IN) et mixé par Carl Saff (YOUNG WIDOWS, BIG BUSINESS), Sing Praises chante en effet les louanges d’un Hardcore hautement chaotique et plombé, en s’appuyant sur un son massif et bien épais.

Démonstration de tout ce que la scène de NYC peut proposer de plus instable et psychopathe, ces lauriers déposés sur le front de héros d’antan respire la méchanceté et la malice par tous les pores, et ce, dès sa tonitruante ouverture « The Cutting » qui ne fait pas de détail dans la déstabilisation et l’outrage sonore.

Guitare et basse à l’unisson dans un MELVINS style, dissonances, pattern rythmique ondulant et trébuchant sur ligne brisée, et chant qui hurle son dégoût, c’est du UNSANE plus vrai que nature, avec une production moins sèche et rebutante.

La basse est surgonflée et fait trembler les membranes, tandis que Christopher Enriquez s’en donne à cœur joie sur sa caisse claire et sur ses toms pour se hisser à la hauteur déviante de ses camarades.

« Shake The Meat » fait monter la température et attise la fournaise dans un exercice de style typiquement HELMET/KILLING JOKE, et explose les degrés tout en restant d’une froideur Induscore rigide qui créé le paradoxe.

Break halluciné, mélodies maladives, la visite met mal à l’aise et pèse sur l’estomac, mais se veut cathartique.

« War Dance » va puiser sa source de vie dans l’histoire des Indiens d’Amérique, mis à part qu’elle est plus à même de faire pleuvoir le sang que la pluie.

On pense à DANZIG sur l’intro, à cause des intonations lyriques et traînantes de Chuck, mais la barre est vite redressée sur l’aventure contemporaine des YOUTH et SWANS, sans toutefois se départir d’une certaine décoloration typique des ALICE IN CHAINS dans cette manière de laisser planer les plans de façon un peu bluesy comateuse et déformée.

« Pasture / Abuela » termine donc ce premier chapitre en divaguant Core sur plus de huit minutes, ne nous épargnant aucun feedback, ni des vocaux dignes des GIRLS AGAINST BOYS qui s’accorderaient parfaitement d’une bande instrumentale tombée des archives d’UNSANE. On peut même à ce moment-là penser à une version condensée et resserrée de NEUROSIS, pour ces itérations perturbantes et ces plans qui restent fixes pendant de longues minutes, augmentant le volume sonore dans un crescendo bruitiste très étudié qui porte sur les nerfs tout en les stimulant.

Et qui bien sur explose de rage avant de revenir sur son thème principal…

Premier EP et coup violent porté à la face de la scène Hardcore par les HAAN qui font donc honneur à la légende de Brooklyn en assimilant tous ses aspects les plus sombres et sales. Sing Praises n’est pas le genre de recueil de cantiques dédiés au seigneur, plutôt quelques réflexions instantanées sur la vie de rue, ses dangers, ses dérives.

 Effrayant et séduisant à la fois, tout aussi hideux qu’il n’est fascinant, il marque le début d’une carrière que l’on prédit longue et douloureuse, mais qui risque de laisser des traces profondes dans l’histoire de cet underground local si exigeant envers les siens.


Titres de l'album:

  1. The Cutting
  2. Shake The Meat
  3. War Dance
  4. Pasture - Abuela

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/02/2017 à 17:42
80 %    320

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.