Evil Strikes Again

Witchtrap

30/10/2020

Hells Headbangers Records

Pour faire un bon gros cake de Thrash old-school, épicé comme il faut et rustique comme la vieille mais solide Francine qui fauche encore le blé à l’ancienne, c’est simple. Vous prenez des ingrédients venant d’Allemagne, vous les mélangez avec amour de la haine, et vous préparez le tout à la colombienne, histoire de relever un peu le goût et le rendre plus personnel. C’est une méthode d’usage, et en tout cas, celle utilisée par les WITCHTRAP depuis le début de leur carrière de cuistots de l’extrême, et vous pouvez leur faire confiance, leur dosage est le plus fiable sur le marché. Et pour cause, puisque leur cuisine est en activité depuis le début des années 90, et qu’ils ont déjà publié quatre livres de recettes devenus depuis des best-sellers de l’underground sud-américain. Leur tarte aux rognons est désormais un classique des tables réputées de Medellin, et les guides Micheline de l’underground n’ont de cesse de vanter leurs mérites, mettant en avant leurs préparations comme étant les plus goulues du marché. D’ailleurs, les plus grandes références se battent pour les avoir dans leur catalogue, et leur cinquième tome, paru plus tôt sur leur propre label se voit aujourd’hui gratifié d’une réédition en trois formules par les esthètes de Hells Headbangers, qui n’ont pas hésité à jouer le grand jeu. Ainsi, publié en mars 2020 par leurs propres moyens, Evil Strikes Again se voit honoré d’une nouvelle sortie en CD, vinyle et cassette, ce qui en dit long sur sa qualité et l’admiration que porte cette maison de disques aux chefs colombiens. Fondé en 1992 par les frères Carlos et Hugo Uribe, aka Burning Axe Ripper et Witchhammer, WITCHTRAP est en quelque sorte la quintessence d’un Thrash à l’ancienne, et à l’allemande, revu et corrigé par la bestialité en vogue dans les années 80 au Brésil. Alors évidemment, en cinq albums, le trio n’a pas vraiment révolutionné les choses, mais a imprimé son empreinte dans le patrimoine national au point de devenir une légende locale.

Et avec le soutien de Hells Headbangers, ils vont pouvoir propager leur bonne parole bien au-delà de leurs frontières, en s’appuyant sur leur œuvre la plus solide et féroce à ce jour. Cinq ans après Trap the Witch, qui ne déviait en rien de la trajectoire initiale, les trois disciples du malin (Witchhammer - batterie, Burning Axe Ripper - chant/guitare, et Enforcer - basse, depuis 2003) continuent donc leurs messes noires en l’honneur du prince des ténèbres, invoquant les esprits de quelques groupes des années 80 qui procédaient peu ou prou de la même façon. Se basant sur des fondations solides à la DESTRUCTION, pour construire des étages à la RAZOR, les WITCHTRAP jouent classique, fiable, mais riffent comme des diablotins, et vocalisent comme de pauvres chrétiens possédés par Lucifer. Avec des pseudos pareils, il n’y a évidemment pas de place pour l’hésitation, et si le tout est à peu près aussi original qu’un Schmier reprenant pour la millième fois « Mad Butcher » en concert, ce nouvel album dégage une bonne humeur paillarde très contagieuse qui nous replonge dans les affres d’eighties à l’extrême naissant. Guitare circulaire à outrance, basse qui suit religieusement les mêmes lignes mélodiques, batterie stable qui évite les fills trop risqués, chant écorché mais pas trop et honorant l’influence éternelle de Mille Petrozza, Evil Strikes Again reste une solide affaire de tradition, et complète l’œuvre des colombiens sans faire tâche. Avec des titres de morceaux qui en disent long sur les convictions second degré, des dégaines de greasers en mal de virée en enfer, et une foi sans borne en une forme très légèrement blackisée de Thrash Metal original, les trois compères continuent donc leur chemin sans dévier d’un iota de leur philosophie primale. Bien sûr, avec les années, le groupe a gagné en concision et en précision, et il ne serait pas incongru de voir en ce cinquième jet la traduction 2020 d’Endless Pain, le classique de toujours qui semble gagner des fans avec les années.  

Le principal grief à formuler à l’encontre d’une telle réalisation est évidemment sa linéarité, avec des titres qui se suivent et se ressemblent, cavalant toujours sur le même tempo, et variant très légèrement les riffs pour ne pas sonner trop photocopié. Mais pas de doute à avoir, en neuf chansons plus une intro, les colombiens jouent le jeu de l’uniformité, accentuant parfois la pression grâce à des percussions plus marquées (« Death to False Metal »), mais gardant le même cap pendant quarante minutes. On s’amusera beaucoup de tous les clichés utilisés, de l’intro gentiment occulte et grouillant de zombies ruminant leur dalle, jusqu’au cri en début de titre qui se souvient de DESTRUCTION jusque dans la tombe, mais heureusement, ce cinquième n’est pas un jeu de dupes, et son caractère franc et joyeux nous permet de fermer les yeux sur les nombreuses facilités. Il est d’ailleurs impossible de ne pas craquer face à la fougue du hit d’entame « Midnight Rites », l’un des plus relevés du lot, et celui qui accepte le plus grand nombre de BPM. Alors, classique certes, mais joué avec conviction, et le meilleur Crossover entre KREATOR, DESTRUCTION, LIVING DEATH, et RAZOR disponible sur le marché actuellement. Mais avec bientôt trente ans de carrière, les WITCHTRAP connaissent leur boulot, et aménagent des breaks finauds, mélodiques comme il faut, avant de relancer la machine pour que le climat soit encore plus chaud. Quatre minutes par saillie est peut-être un peu trop ambitieux, spécialement lorsqu’on n’a qu’une idée ou deux pour les meubler, mais avec une poignée de mid-tempi (« Return to Hell » très VENOM qui mange proprement avec une fourchette), des aveux sympathiques de vente de son âme au diable (« Dealing with Satan ») et une attitude générale franche et sympathique, le trio colombien s’en sort avec plus que les horreurs, et propose à son public de dévoyés son meilleur LP à ce jour.

Inutile de tailler une croix renversée dans une branche de chêne, elle est fournie avec l’album, tout comme les clous et le patch KREATOR. Et sans être fondamental, Evil Strikes Again est assez symptomatique de la scène sud-américaine qui continue de faire revivre l’esprit des eighties avec force sortilèges et riffs de la mort.

                             

Titres de l’album:

01. Fatal Litanies

02. Midnight Rites

03. Evil Strikes Again

04. Return to Hell

05. The Devil's on the Loose

06. Dealing with Satan

07. Madness and Poison

08. Death to False Metal

09. Born to Kill

10. Rhyme of the Insane


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/10/2020 à 17:15
75 %    284

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Lyonel
@86.194.184.23
31/10/2020, 11:22:35

Sympathique, mais beaucoup trop convenu pour ne pas se noyer dans la masse.


Hipparion33
@83.194.10.132
31/10/2020, 20:12:15

La voix est moyenne , dommage .

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

"Pire que GUNS N' ROSES" ?!?!Tu pousses là Hoover hé hé hé...

21/04/2021, 10:10

Humungus

Oh mais je ne sais que trop bien que les premiers DIMMU sont typés "vrai"...(Une fois de plus, mon intervention précédente n'était en réalité que boutade chers amis)Mais même à l'époque de leurs sortie(...)

21/04/2021, 10:07

Humungus

Putain...Après la box "Paranoid" et "Vol 4", encore une qu'il va me falloir acheter...Font chier à en sortir autant bordel ! J'suis pas Crésus moi merde !PS : Par contre, j'comprends pas trop leur façon(...)

21/04/2021, 10:02

Hoover

Je ne comprendrai jamais l'intérêt pour ce groupe. Pour moi tout l'apport de Fear Factory tient en deux ou trois morceaux sur Demanufacture plutôt sympathiques en dépit d'une durée de vie très faible (vraiment le genre dont je me désin(...)

21/04/2021, 08:29

Arioch91

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.Ca donne envie de s'y pencher !Merci pour la chro :)

21/04/2021, 08:25

Hoover

Le black n'est certainement pas mort car il y a énormément de gens qui y sont extrêmement attachés et continuent à le faire vivre, et j'ai énormément de respect pour eux. Par contre pour quelqu'un comme moi dont les goûts dans l(...)

21/04/2021, 08:23

Hoover

L'album que j'aime le moins des 7 premiers Sabbath: c'est vraiment pas fait pour moi!

21/04/2021, 08:15

Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15