On dit souvent que le troisième album est un virage en épingle très difficile à négocier. Généralement, le premier album dévoile, le second confirme (ou détruit), mais le troisième est celui qui affirme les identités pour de bon, ou celui qui ouvre des voies possibles. Les exemples sont légion, et ce postulat n’a rien d’une légende, il suffit pour cela de se pencher à nouveau sur des disques aussi essentiels que Master of Puppets, Reign In Blood, ou Among The Living (pour rester dans le même domaine de prédilection) pour comprendre que les groupes dits « majeurs », ont besoin de trois tentatives pour prendre leur envol définitif, ou se planter comme des vautours fatigués. Alors, comment aborder un troisième chapitre avec cette notion en tête, sans pour autant la laisser diriger les débats ? Simple, en l’oubliant totalement, et en se concentrant sur son art sans réfléchir aux conséquences possibles. C’est certainement la façon la plus saine de procéder, sous peine de perdre la tête et de se la jouer Axl en tergiversant plus de vingt ans pour enfin oser avancer. Les allemands d’ASCENSION l’ont sans doute très bien compris, eux qui avec Under Ether nous sortent leur fameuse troisième carte du chapeau, confirmant ainsi tout le bien que l’on pensait d’eux, sans tomber dans la redite ni se planter le nez dans l’arbre. Découvert il y a quelques années via le monumental Consolamentum, publié en 2010, le quintette au line-up mystérieux enregistra par la suite The Dead Of The World qui laissa des impressions plus mitigées, avant de disparaître pendant quatre ans pour revenir plus affuté, et doté d’un son à décorner Satan lui-même. Car plus qu’une nouvelle étape, Under Ether se veut synthèse des deux premières tout autant qu’une projection vers un avenir qu’on pressent aussi sombre pour la musique que radieux envers les musiciens.

Toujours aussi Black qu’on puisse l’être, ASCENSION est parvenu enfin à saisir en un instantané de vie tous les aspects de son caractère farouchement nihiliste, en synthétisant sa colère juvénile (Consolamentum), dans l’ADN de ses velléités de décalage adolescentes (The Dead Of The World), pour offrir l’image d’un groupe adulte parfaitement conscient de ses énormes possibilités. Doté d’une production qui écrase tout sur son passage, ce nouvel album est une démonstration de force comme seule l’école allemande peut en produire, et ose les huit longues pistes pour nous démontrer que le mieux n’est pas forcément l’ennemi du bien, mais que le « ça suffit » est certainement plus efficace que le « plus j’en fais, mieux je me porte ». Ainsi, le groupe a fait le tri parmi ses idées pour ne garder que les plus pertinentes, et nous offre un festival d’intelligence de composition, reposant sur l’utilisation de riffs vraiment mémorisables, de parties de chant efficientes et éparses, et de structures mouvantes mais cohérentes. Sans se départir de sa misanthropie de fond, l’ensemble saisit la moindre opportunité, ne refusant jamais de calmer le jeu sans se disperser pour développer des thématiques amples et majestueuses, reposant la plupart du temps sur un ou deux axes largement suffisants (« Pulsating Nought »). Mixant allègrement les mélodies les plus pures aux accès de rage les plus intenses, ASCENSION poursuit la sienne vers les sommets du BM moderne qui en refuse les contraintes, et qui ne rechigne pas à adopter les contours d’un Heavy Metal lyrique et majestueux, sans rien perdre de son impact ou de sa vilénie. D’ailleurs, « Ever Staring Eyes » en témoigne après la courte intro « Garmonbozia », nous écrasant de son riff énorme et de son emphase sans ambages, avant de céder à une mise en place presque opératique nous renvoyant au premier effort du combo. Pourtant, et aussi patentes soient-elles par instant, les traces de Consolamentum s’estompent de plus en plus dans la forme, même si ce premier volet témoignera à jamais de l’émergence d’un groupe résolument à part. Mais les concessions observées par The Dead Of The World ne sont pas plus évidentes, puisque l’austérité à fait place à une euphorie de violence et d’harmonie, incarnée au travers de soli vraiment travaillés et de parties mélodiques ciselées parfaites de précision. La puissance et la délicatesse, tel est donc le mélange proposé par un LP aux atours précieux et uniques, qui confirme la prédominance de la machine anonyme sur sa concurrence directe.

Et si les sites référence osent le jeu de la comparaison multiple, rapprochant le groupe d’une kyrielle d’autres ensembles (ORLOG, KATHARSIS, ORDER OF ORIAS, WATAIN, DEVOURING STAR, DEATHSPELL OMEGA, ATRAMENTUM ou DODSENGEL pour les plus connus), autant avouer que le quintette germain n’a pas besoin de parrainage célèbre pour exister par lui-même. Et si chaque morceau apporte sa pierre au mausolée de dimensions dantesques, frappant du sceau de la majesté le rythme lourd hérité de BATHORY (« Ecclesia »), ou jouant des coudes rythmiques pour avancer plus rapidement et efficacement que la moyenne (« Thalassophobia »), tout le monde s’accordera sur l’importance des deux derniers segments, développant à eux deux plus d’un quart d’heure de musique. De « Stars To Dust » et ses accents acides déteignant une aura noire comme le jais, et osant des saccades purement Metal, à « Vela Dare » et ses effets déments qui permettent une intrusion volontaire dans le modèle opératique, ce final en feu d’artifice d’enfers torrides reste la plus belle conclusion qui soit, et rattache le groupe aux plus grandes références sans pour autant les coincer dans une petite case trop restrictive. Sur ce dernier titre aux allures d’au-revoir implacable, les allemands nous laissent sur une impression de plénitude, en catapultant leur BM dans une dimension occulte prenante et troublante, justifiant de fait cette si longue absence qui fut à n’en point douter indispensable à la gestation d’une telle œuvre. Mais en parvenant à trouver le juste équilibre entre ambition, efficacité, liberté et concision, ASCENSION nous prouve que sa marge de manœuvre était encore énorme, et laisse augurer d’un avenir où tout est encore possible. On se demande d’ailleurs jusqu’où ces musiciens pourront aller, tant Under Ether nous offre un éventail de talent qu’on ne sent que partiellement déployé, et qui pourrait transformer la bête en monstre sous nos oreilles.

Mais si le cap du troisième album est toujours un palier redoutable, il semblerait qu’on puisse le franchir avec une aisance déconcertante. C’est en tout cas la leçon à tirer aujourd’hui, en sus du plaisir apporté par un disque de Black Metal aussi riche et séduisant qu’il n’est revêche et violent.


Titres de l'album:

  1. Garmonbozia
  2. Ever Staring Eyes
  3. Dreaming In Death
  4. Ecclesia
  5. Pulsating Nought
  6. Thalassophobia
  7. Stars To Dust
  8. Vela Dare

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/04/2018 à 14:54
88 %    192

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Last Autumn's Dream

Secret Treasure

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !


sympa l'interview ! hate de lire les suivantes car c'est un sujet super interressant rarement exposé


Super démarche de votre part que cette nouvelle série d'interviews, et super cool entretien, très enrichissant ! Merci à vous !


Je précise que le "tu" utilisé plus haut ne se voulait pas personnel mais bien général. Le "on" aurait été de ce fait, plus approprié. ;-)


@ Jus de Cadavre : héhé ouais, je sais. Et ce n'est peut-être pas dans les coms d'une news sur Shining qu'il est le plus approprié d'en parler... Mais ça me paraissait important à soulever comme question, sur le moment.
A titre perso, il me semble qu'acheter, partager, diffuser, aller vo(...)