Ghost

Fervence

27/03/2020

Autoproduction

Le Metal alternatif est un vaste débat. A vrai dire, le créneau sert surtout de fourre-tout lorsqu’on ne sait pas sur quelle étagère ranger un groupe, et finit au service des CDs trouvés, en attendant qu’un style précis le réclame. Avec les FERVENCE, le problème se pose encore, puisque ce groupe américain se place de lui-même dans la mouvance des années 90/2000 sans aucune gêne. Né il y a quelques années, ce groupe de Reno, Nevada, là même où Johnny Cash a buté un mec pour le voir crever, propose une musique beaucoup plus complexe que son auto-étiquetage ne le laisse deviner. Quatuor (Austin Bentley - chant, Trent Odneal - guitares, Josh Mathis - batterie, et Jon Daniels - basse), FERVENCE appartient à cette jeune génération qui ne souhaite pas se laisser apprivoiser par quelques qualificatifs écrits à la hâte, et qui se réclame avant qu’on lui demande d’une inspiration particulière, mais ouverte. Ainsi, les américains n’hésitent pas à citer SILENT PLANET, NORTHLANE, SAOSIN et quelques autres pour baliser sa démarche, et au final, cette pluralité de références définit assez bien le vague de leur inspiration, qui navigue entre Metal progressif moderne et Alt Rock des nineties. Avec ce premier longue-durée qui a quand même des allures d’EP avec sa demi-heure non atteinte, le quatuor ose des mélodies mélancoliques posées sur des structures évolutives, sorte de mélange entre un ARCHITECTS dépouillé de son intellectualisme forcé et un LINKIN PARK plus ambitieux. On retrouve donc ces fameux riffs dont le Metalcore s’est inspiré pour écrire son bréviaire de base, ce chant fluctuant mais toujours harmonieux, mais aussi de nombreuses cassures rythmiques et des enchaînements très travaillés. De quoi baliser un vaste terrain et ne pas se faire enfermer dans un enclos, au risque de ne plus pouvoir en sortir.

De Ghost, le groupe parle ainsi :

« Ghost is a dialogue on the greater thoughts of what lies beyond the pale, the idea of life again, and the tragic way of contemplating everything in between. The album also delves into the duality of personal value, relationships, toxicity, and what it feels like to be human »  

En gros, la vie, la mort, la renaissance, ce qui se passe entre les deux, mais aussi les affres de l’humanité, et la nécessité de traiter avec les valeurs personnelles, les relations toxiques, et tout ce qui fait d’un être humain ce qu’il est. Une réflexion qui méritait une bande-son à la hauteur de ses ambitions conceptuelles, ce que livre sans complexe ce groupe décidément très attachant. Entre violence ouverte assez moderne et contemplation mélodique ancienne, Ghost emprunte à RUSH, TOOL, UNDEROATH, AS I LAY DYING de quoi alimenter son bestiaire, et nous offre une partition complexe, mais limpide. Entre des riffs vraiment puissants, une section rythmique en constante représentation, et des accès d’émotion plus papables, ce premier album joue la carte de la diversité dans la cohérence, et profite d’une production et d’un mixage incroyablement clairs pour poser les jalons de sa philosophie. Bien sûr, rien de fondamentalement perturbant ni de bousculade de style, mais une assise solide, et une volonté d’aller dans une direction qui autorise tous les caps. Difficile dès lors de coller un label sur les jeunes épaules de ces quatre musiciens, qui dès « Beneath the Sleeping Earth » démontrent qu’ils ont atteint une maturité de composition assez impressionnante. Un peu Post sur les bords, un peu arty dans les constructions, Ghost ressemble à ces petits films indépendants tournés dans une ville de banlieue américaine anonyme, et qui dépeignent l’existence de personnages à la vie assez banale, qui se questionnent soudainement sur leur identité et leur destin. On s’attache donc très vite à ces mélodies typiquement 2K qui sont sublimées et densifiées par des prouesses rythmiques certaines, et on se laisse voguer sur un quotidien qui nous mène vers un autre jour, qu’on espère différent, mais qui finalement, ressemblera beaucoup à la veille.

Conscient de ses envies et en phase avec sa philosophie, FERVENCE navigue entre violence et sensibilité, et nous offre même un interlude troublant de pureté, comme un chant religieux placé en plein milieu de ce questionnement métaphysique, et qui nous renvoie au divin qui est en chacun de nous. Ainsi, « The Silent Wall » permet à Austin Bentley de faire montre d’un talent vocal incroyable, posant sa voix sans chercher les effets ou la tragédie faussée d’un falsetto déplacé ou d’un vibrato exagéré, ne s’appuyant que sur quelques notes de piano pour nous séduire de sa fragilité. Evidemment, la puissance revient vite au premier plan, mais la fin de l’album révèle un potentiel certain, avec une propension à accentuer la brutalité pour laisser les mélodies de côté (« Paxism »). Le title-track, très finement amené montre le visage le plus franc du groupe, avec encore une fois cette dualité entre émotion et colère, et une capacité à transcender les codes du Metal alternatif en le rendant plus humain, et moins mécanique. Jusqu’à la fin de son premier album, le groupe ne fait montre d’aucune faiblesse, et nous laisse sur une sensation de professionnalisme incroyable, en continuant d’explorer la fine limite qui sépare le Metalcore du Metal progressif et technique (« The Endless Black I Find »). Belle entrée en matière pour FERVENCE, qui risque fort de déclencher une foi fervente chez ses fans, grâce à sa capacité à accepter dans son église tous les fidèles au cœur assez pur pour tolérer d’autres vérités que les leurs.        

             

                                               

Titres de l’album:

01. Beneath the Sleeping Earth

02. Corrosion

03. The Silent Wall

04. Surrogate

05. Paxism

06. Ghost

07. The Endless Black I Find


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/09/2021 à 15:40
80 %    154

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23