Leech

Fleshdriver

31/07/2020

Autoproduction

Des américains qui jouent comme des suédois, tout en restant aussi glauques et peu avenants que des sudistes découvrant les joies du NOLA noyé dans une tempête de HM-2, je ne suis pas contre, et même mieux : je suis pour. C’est en tout cas de cette façon que j’ai envisagé l’écoute de ce premier EP/Démo des FLESHDRIVER, qui se présente sous des auspices cruels, et qui déborde pourtant de groove. Rien à signaler à propos du combo, qui se contente d’un Bandcamp, réfute les théories promotionnelles de Facebook, et ne prend même pas la peine d’indiquer quelques influences ou une quelconque bio. Alors imaginons les émergeant d’un marais près de Tallahassee en Floride, en train de filer à bouffer à un alligator de taille respectable, tout en faisant un barouf d’enfer lorsqu’ils ont cinq minutes. Car faute de groupe, c’est plutôt un duo auquel nous avons affaire, constitué de Tyler Denslow au chant et à la guitare, et de Quinn Riley à la batterie. Dans les faits, cette démo/EP s’est vu précédé de deux singles histoire de tâter le terrain, mais il n’était point besoin d’un enquête de marché pour savoir que ces cinq morceaux allaient faire la joie de tous les psychopathes Death de l’histoire, et pas seulement ceux biberonnés au gerbi floridien. Bien loin des premiers jets de bile de DEATH, OBITUARY et consorts, les FLESHDRIVER se rapprochent évidemment plus de la rigueur congelée des NIHILIST, ENTOMBED et GRAVE, sans pour autant renier la capacité américaine à transformer la mort imminente en danse de Saint-Guy se devant d’être groovy ET morbide à la fois.

En résulte un truc vachement court, mais à l’impact immédiat et énorme. La guitare ne fait pas semblant de planter ses riffs en congères dans les globes oculaires, et si la batterie est classique de sa frappe, elle reste d’une solidité à toute épreuve. Le tout est vilain, sale, méchant, et à de faux airs de séance de torture au soleil implacable de la culture Death des origines. D’ailleurs, « Leech » nous prend direct dans la face de son rythme pachydermique et de son riff redondant comme des travers de porc. Doté d’un son incroyablement clair et puissant pour ce genre de réalisation, Leech est un classique en devenir, et une entame de carrière sous les auspices du sadisme traditionnel le plus appréciable. Blindé d’arrangements, de sifflantes et de cris sourds en arrière-plan, cette petite BO pour flick slasher en manque de distributeur, le format déroule sa vilénie sans complexe, et propose en quelque sorte une adaptation US des standards en vogue dans la Scandinavie des années 90. On a parfois même le sentiment d’un split fondu entre DISMEMBER et EYEHATEGOD, tant les deux écoles confrontent leurs théories en permanence, et malgré l’insistance de quelques blasts et autres aplatissements de double grosse caisse, l’ambiance est malsaine comme un virus qui traine dans l’air suffocant, ou comme une armée de mouches à miel se posant sur un vieux bout de bœuf avarié. Le chant de Tyler Denslow est évidemment ignoble et méchamment enterré dans la boue d’un mix spécialement agencé pour coller les miquettes, et un morceau comme « Soul Thirst » reste probablement ce qui se fait de mieux dans l’underground actuel.

Aucune place n’est laissée au silence ou aux respirations, la guitare est omniprésente, simple et efficace, mais parfois vicieuse et de biais, et l’atmosphère dégueulasse qui émane des morceaux donne clairement envie de regarder un dessin-animé pour oublier toutes ces horreurs. Avec seulement un quart d’heure au compteur, les deux floridiens donnent un bon aperçu de tout ce qu’ils savent faire de plus crade et percutant, et chaque entrée à son importance, que la violence soit ouverte (« Kingdom of Rats »), ou plus nuancée pour adopter les contours du CARCASS le plus à cheval sur ses théories Heavy Metal (« Morte Agitur »). Moche comme un enterrement à la sauvette avec des fleurs piquées sur une autre tombe, méchant comme un mauvais coup anticipant la mort de tous les personnages dans d’atroces souffrances, Leech est un concentré de haine pure qui n’est pas sans rappeler les exactions les moins pardonnables d’ACID BATH et FETISH 69 (« The Golden Calf »), un truc qui laisse l’âme chargée et l’estomac un peu trop relevé au niveau du menton. En tout cas, qu’il soit démo ou EP, ce premier truc est hautement recommandable, et devrait être diffusé dans toutes les institutions mentales du pays. De quoi se passer une camisole psychologique pour ne pas devenir complètement flingué et canarder tout ce qui bouge, petites bêtes innocentes et vieilles dames incluses.           

  

Titres de l’album:

                      01. Leech

                      02. Soul Thirst

                      03. Kingdom of Rats

                      04. Morte Agitur

                      05. The Golden Calf


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/10/2021 à 17:39
80 %    70

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35

Humungus

Un pote vient de m'annoncer la chose ouais...Un putain de showman.Grand souvenir que la toute première fois où j'ai vu le groupe (que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam à l'époque) au FURYFEST... Claquasse.

20/11/2021, 16:49

Excellent groupe

Excellent groupe qui tient vraiment bien la scène 

20/11/2021, 13:41

Humungus

Superbe pochette...

19/11/2021, 04:06

Sylvanus

C te baffe

18/11/2021, 20:54