Year of No Light + Pryapisme

Year Of No Light, Pryapisme

Black Sheep, Montpellier (France)

du 16/12/2016 au 16/12/2016

Usé par une semaine qui n'était pas finie, le ventre gonflé par un dîner excessif, je suis venu pour la première fois en tram au Black Sheep comme un petit vieux. Pour le – probable – dernier concert de l'année, c'était un rattrapage car les deux groupes étaient déjà passés en ces lieux hors de ma présence. Il était difficile pourtant de faire un plateau aussi dissemblable, en apparence.

Devant une affluence correcte, PRYAPISME semblait presque banal dans son instrumentation, ce ne sont pas trois petits synthés qui vont nous impressionner… Mais quand ça a démarré, l'ensemble dynamite, disperse et ventile. Le mélange entre Metal et BreakCore est très au point, les sonorités de Mario Kart survitaminé croisent des ponts Thrash ou Black énergiques à faire pâlir d'envie bien des trues. D'autant qu'une certaine noirceur dérangée se ressent de partout, si bien que le fameux titre en variation sur Moussorgski est d'une incontestable cohérence. Plus qu'à un Psykup au carré, c'est à la démarche de Mike Patton que l'on pensait immanquablement pour cela. L'intensité, l'imprévisibilité des titres est extrême même si le propos global sera largement cerné quand viendra la fin du set au bout d'une heure sans ennui. Cela vaudrait le coup de bien réviser les titres à l'avance pour laisser passer moins de subtilités et d'effets Manu Chao. Le jeu du bout des doigts des guitaristes sur certains plans est intéressant. En matière d'extrême et de technique, Pryapisme se pose bien.

Moi qui ne goûte guère l'humour dans le Metal je dois reconnaître m'être laissé charmer par l'humour vif du principal communicant, assez brillant pour un propos partiellement improvisé, le batteur fumeur en ayant une bonne couche aussi. L'occasion de rappeler la jeunesse Rock basque avec quelque membre de YONL (légende ou réalité ?), de casser le jeu de l'autre guitariste plus diverses plaisanteries envers Arbre ou les pires fans. Passons sur les intitulés comiques. Du chant gâcherait certainement l'ensemble. Foutraque mais léché, Pryapisme ne m'a pas déçu.


À la pause je me suis fait aborder à cause de mon t-shirt, cela faisait longtemps que ça ne m'était plus arrivé.


Après avoir pris son temps pour installer son riche matériel et vérifié des balances précises, obligeant notamment à placer le retour central dans ce qui tiendrait lieu de fosse à d'autres occasions, YEAR OF NO LIGHT s'est lancé peinard dans son set. Les Bordelais jouent bien fort une musique à présent bien en vogue, au croisement de multiples styles auxquels sont donnés une synergie improbable en théorie. Le volume sonore, par exemple, est autant propre au Shoegaze qu'au Drone. Ces riffs et ces structures rallongées peuvent être autant du Doom épuré que du Post-Rock bétonné. Certains passages légers et délicats rappelaient ouvertement Cure le mois dernier, alors que la froide noirceur irradiant de l'ensemble est incontestablement apparentée au Black le plus ouvert. Il n'est pas si courant d'avoir deux batteurs, qui ne se forcent pas mais dont les jeux se complètent (l'un des deux étant pigiste).

Une minorité du public s'était éclipsée dès le premier quart d'heure, mais je me suis coulé dedans très facilement tant ce soir une musique lourde et peu violente me convenait. Oui, je trouve ce genre de groupes aisés à écouter, sans vouloir vexer. Ce vaste mélange tient la route parce qu'au final c'est simple et facile à digérer. Un bon chanteur, de quelque scène qu'il provienne, apporterait dans ce cas une profondeur supplémentaire au tout ; mais c'est un choix artistique évidemment. Comme ces titres de morceaux à la Mogwaï francophone, pure écriture automatique, cohérente avec les émotions que le collectif transmet. Cette fois la communication se réduisit à quelques ots avant le dernier morceau, qui venaient du cœur, pour évoquer la longue histoire entre ces Bordelais et les plus anciens passionnés de notre scène Montpelliéraine. Le set s'achevant au bout d'une heure je n'ai pas traîné, devant encore me lever tôt.


par RBD le 20/12/2016 à 15:00
   563

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire


Hordecall
@92.167.80.99
21/12/2016, 15:43:36
Pryapisme c'était leur première fois au Black Sheep !

RBD
membre enregistré
21/12/2016, 20:28:12
Mais ils étaient déjà passés à Montpellier, j'en suis certain, et je les avais ratés. Ce n'était pas là ?

mazak
membre enregistré
22/12/2016, 13:08:15
Oui. Ils sont passés au Black Out il y'a quelques mois. C'était drôlement bien d'ailleurs.

RBD
membre enregistré
22/12/2016, 13:44:31
Eh bien voilà l'explication. J'ai confondu Black Sheep et Black Out... comme au moins un type tous les soirs depuis deux ans, parti retrouver ses amis à l'un alors qu'ils sont à l'autre !

mazak
membre enregistré
23/12/2016, 10:06:49
hahahaha ! ça sent le vécu !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Living Monstrosity

Alors là, itou ! je ne connaissais que de nom et de très loin.
Ca a l'air d'être vachement bien !!! :-O
Merci pour la chro et le lien youtube qui donnent bien faim, je vais écouter ça attentivement.

(et merci aussi pour les tuyaux, il existe effectivement dans le shop(...)

29/05/2020, 18:55

Lifting Catastrophy

Ah je confirme : l'expression "bouillie sonore" était encore faible.
Dès que le groupe a eu un peu de presse chez nous, les chroniques de concerts ont été très peu flatteuses, mais j'avais quand même tenu à juger sur pièce, eh bien ça m'a littéralement dégoûté de ce groupe. :-( (...)

29/05/2020, 18:46

Smashing Jewelry

YES ! Bourdal dou mardch, ça c'est de la niouze !!

Ca va distribuer des baffes, cette histoire !!
(quoi, j'ai dit une connerie ?)

29/05/2020, 18:38

LeMoustre

Excellente nouvelle !

29/05/2020, 18:34

Arioch91

C'est une excellente nouvelle. Après, sur la page Facebook, que le leader ait quelque chose à se reprocher vis-à-vis de sa compagne relève du privé, voire ici du pénal.

La musique prime !

29/05/2020, 18:27

Jus de cadavre

Je confirme pour avoir entre aperçu le groupe sur scène à 1 ou 2 reprises il y a quelques années : c’était une bouillie sonore imbuvable en live (et c'était systématique selon beaucoup). Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches...

29/05/2020, 17:23

Buck Dancer

J'attends cet album avec impatience. "Terminal redux" était, pour moi, l'abum de l'année 2016.

29/05/2020, 16:22

Buck Dancer

L'album le plus inquiétant de Morbid avec "Blessed are the sick" et un chef d'œuvre de plus dans leur discographie. Album magistral de puissance, de lourdeur et à l'ambiance unique, qui donne envie de croire que les Grands Anciens ont vraiment existés.

29/05/2020, 16:19

JérémBVL

@grinder, le groupe avait très mauvaise réputation à l'époque en live, sûrement pour ça.

29/05/2020, 14:43

Buck Dancer

C'est la fête des retours chez Obscura.

29/05/2020, 14:39

grinder92

"Et puis un jour, la connerie. MAIS LA CONNERIE : j'ai vu Cradle en concert...
Le mois suivant, mes CD étaient sur ebay," : pourquoi ?

29/05/2020, 13:34

Lifting Catastrophy

Ca sonnait nouveau à l'époque, en plus de l'album de Dimmu (enthroned darkness triumphant), et ça a apporté une certaine fraîcheur. J'ai quand même préféré l'album suivant, Cruelty and the beast, avec un son un peu plus rond. Tout ce qui sonnait un peu radical n'était pas déplaisant dans (...)

29/05/2020, 12:33

JérémBVL

Merci pour vos retours et anecdotes ! Ca fait plaisir de se savoir lu! ;)

29/05/2020, 10:15

Humungus

A mon sens le dernier bon album du groupe.
Et c'est vrai que ce putain de sampler Hard N' Heavy (quel zine bordel !) m'avait effectivement mis la salive aux babines. En même temps, le titre choisi était juste parfait pour ça : Ce cri du début… Mama !

PS : Je n'avais jamais f(...)

29/05/2020, 08:46

Gargan

Bon sang ! Je n’avais même pas vu qu’il s’étaient reformés depuis quelques années, j’en suis resté au Lp de 92 !

29/05/2020, 08:41

Humungus

Super album qui effectivement déroute d'entrée de jeu mais qui de fait à les couilles au cul de le faire. Je me souviens comme si c'était hier la première fois que j'ai écouté ce fameux "Achilles" : "Mais qu'est-ce qu'ils foutent là bordel ?!?!"... Ben ils avaient simplement réussi leur par(...)

29/05/2020, 08:39

Humungus

Au vu de la chronique et des précédents commentaires, j'ai donc jeté une oreille là-dessus.
Bah désolé, mais je suis plutôt de l'avis d'asqer...

29/05/2020, 08:31

asqer

La partie metal est plutot mauvaise. Du power sympho pompeux matiné de pseudo folk...

28/05/2020, 23:44

asqer

super originale la pochette

28/05/2020, 23:40

NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18