Blitztank

Ghouls Come Knockin'

30/04/2020

Autoproduction

Affaire visiblement étrange et cas post-mortem, puisque ce second longue durée des GHOULS COME KNOCKIN' intervient après le split du groupe selon sa bio officielle. Si tel est le cas, c’est franchement dommage car ce concentré d’énergie laissait présager d’un avenir assez brillant pour ce trio autrichien. Son histoire est toutefois intéressante et mérite d’être développée. Fondé en 2006 sous le nom de GODFORSAKEN, en tant que quintet, l’ensemble pratiquait alors un Death/Thrash typiquement suédois, avant de changer de forme et de baptême au gré des musiciens entrant et sortant de la configuration. C’est donc en 2010 que le groupe commença à officier sous son identité (plus si) actuelle, et à proposer une sorte de Death n’Roll très efficace et symptomatique de la vague des HELLACOPTERS des nineties. Dans les faits, ce Blitztank a été enregistré il y a quelques années, deux ans après un premier long, Dead Beat Glory qui mit le feu aux poudres en 2013. A ce moment-là, le trio (Janis Hacek - basse/chant, Robert Leitl - guitare/chant et Sebastian Hübner - batterie) avait déjà effectué sa mue et se concentrait sur un mélange entre la rudesse virile de MOTORHEAD et la vélocité abrasive du D-beat/Crust suédois, pour proposer un mélange détonant de nitroglycérine Rock et de TNT Punk, pour construire des morceaux simples et relativement directs. L’énergie ne s’est donc pas démentie, et les douze titres de ce second LP sont autant d’hymnes à un Hard-Rock greasy, qui sent bon la graisse et la sueur, et les locaux de répétitions griffés de signatures iconoclastes et rebelles. On sent que les musiciens n’ont cure d’une quelconque sophistication, rappelant la magie musclée de ZODIAC MINDWARP passée au papier de verre autrichien, suggérant une affection pour l’époque la plus crue d’ENTOMBED. Avec une guitare qui mouline sans discontinuer, mais qui n’a pas oublié les petits licks les plus symptomatiques du Rock de papa (« Muffdiver »), une batterie qui cogne sans se préoccuper de quelconques finesses, et un chant aussi rauque qu’une logorrhée verbale de poivrot en fin de soirée, Blitztank est une sorte d’after party bien alcoolisée, où l’on parle de bécanes, de souvenirs de scène, et autre situation de samedi soir embrumé.

Doté d’un son sec et nerveux, ce deuxième et visiblement dernier chapitre de la saga GHOULS COME KNOCKIN' est un hymne au Hard-Rock crade et légèrement Hardcore sur les bords, une virée en moto trafiquée dans les bars interlopes, la liberté dans le rétro et les idées fixes. « Battle Cry » cale le son sur une attitude clairement garage, légèrement psycho sur les bords, sans atteindre les obsessions trash des CRAMPS. On sent le gasoil à des kilomètres, et on entend les jurons à travers les murs, un peu comme si feu le père Lemmy se faisait la Rickenbacker sur du Hardcore suédois juste pour le fun. Mais « Whiteliner » a tôt fait d’accélérer les débats, se rapprochant d’un Punk Hardcore hargneux et pugnace, avec toujours cet arrière-plan délibérément Rock et MOTORHEAD pour ne pas perdre la cadence. Furieux mais volubiles, belliqueux mais esthètes, les autrichiens ne s’abreuvent pas qu’au même fût de bière et gouttent à tous les alcools disponibles pour proposer un cocktail très chargé, qui laisse la gorge des tympans en feu. Très habiles lorsqu’il s’agit de trousser de petits hymnes à la débauche, et futés lorsqu’il faut laisser sur la route un refrain fédérateur, les trois lascars ne se prennent pas la tête mais explosent la nôtre de leur énergie de tous les diables. Pas la peine de se poser de question débile, lorsqu’il faut foncer, on fonce et on se souvient de TANK (« In the Wake of the Devil »), mais lorsqu’il faut chalouper, on Blues sale et stupre avec un déhanché un peu louche et des allusions très forcées au Blues le plus libidineux (« Blackout Blues »).

Belle recette pour un hangover salé, lorsqu’on s’enivre à Berlin et qu’on se réveille à Salzburg, Blitztank est sans doute le mélange vodka/jus de tomate/œuf/alka seltzer le plus efficace du marché, avec un « I Don't Care » qui en dit long sur les intentions de la journée. Plus qu’un album, c’est un mode de vie qui nous est offert sur un vieux plateau rouillé, mais pas de ceux qui laissent traîner une seringue et des grammes de poudre, non celui qui prône le jean, le cuir, et le whisky un peu frelaté. D’ailleurs, avec un aveu aussi franc que « Live Free or Die », pas de tromperie sur la marchandise, certainement tombée du camion. Beat « Overkill », chant toujours aussi râpeux, riff de basse énorme rendant hommage au Dieu Kilmister, pour une énorme claque derrière les oreilles. En trente-quatre minutes, le trio passe en revue tout ce que le Rock de bourrin peut proposer de plus efficace, avec des BPM qui s’affolent pour tripoter un peu les cuisses de la groupie Punk attifée comme l’as de pique (« Struck by Death »). Pas le temps de s’ennuyer, puisque les chansons sont jouées dans un contexte live avec un naturel désarmant, comme si le groupe installait son matos dans le salon pour vous fâcher définitivement avec vos voisins. On sent la maitrise des fondamentaux, la compréhension totale du Rock et de son extension Hard, et l’euphorie qui se dégage de cette rondelle numérique est tout bonnement torride, comme le démontre le démonique et terriblement boogie « No Dice ». Les dés sont donc jetés, et le drapeau noir flottant sur la plage pour empêcher les baigneurs d’aller se rafraichir, « Black Flag » faisant monter d’un cran la chaleur pour rapprocher le temps d’une fournaise de club scandinave. « Stench of War » termine l’épreuve avec un tempo lourd et une atmosphère moite, prouvant que les autrichiens, sous couvert de simplicité extrême, avaient quand même pas mal de choses à dire.

Une galette qu’on s’enfourne comme on avale un dixième shot, qui rend vite accro, et qui procure une sensation d’enivrement tout à fait délicieuse.              

             

Titres de l’album :

01. Battle Cry

02. Whiteliner

03. Blitztank

04. In the Wake of the Devil

05. Muffdiver

06. Blackout Blues

07. I Don't Care

08. Live Free or Die

09. Struck by Death

10. No Dice

11. Black Flag

12. Stench of War


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/11/2020 à 18:23
82 %    120

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Retour qui fait rudement plaisir en effet. On a l'impression de revenir en 1989 au gré de The Descending ou de quelques parties Forbiddenesques parsemées entre moshparts typiques. Et puis Flores n'a pas trop muté, y'a bon.

30/11/2020, 14:38

Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38