Contingent

Pyramaze

28/04/2017

Inner Wound Recordings

Lorsqu’un groupe décide de s’investir au-delà de toute attente dans l’enregistrement et l’élaboration d’un nouvel album, un journaliste peut-il s’arroger le droit de critiquer son travail sans paraître hors-contexte, voire complètement irrévérencieux ?

Beaucoup ne se posent pas la question et foncent dans le tas, arguant du fait que lorsqu’une œuvre est rendue publique, tout le monde devient critique potentiel, avec la caution du libre arbitre.

Cette problématique a souvent été évoquée, et semble toujours aussi pertinente dans le cas du cinquième album des superhéros danois de PYRAMAZE.

Comme l’ont souligné de nombreux homologues de colonnes étrangères, PYRAMAZE est le type même de groupe imprévisible, dont le poste de vocaliste ressemble fortement à un siège éjectable ayant déjà fait pas mal de victimes.

Alors, après un formidable Disciples Of The Sun qui avait presque fédéré la planète Metal entière, planète saluant l’arrivée de Terje Harøy avec toute la révérence qu’il méritait, à quelle sauce le quintette (Morten Gade Sørensen – batterie, Jonah Weingarten – claviers, Toke Skjønnemand – guitare, Jacob Hansen – guitare, basse, chœurs, et Terje Harøy – chant) allait-il nous manger pour confirmer toute le bien que leur menu précédent avait engendré?

Eh bien, une fois encore, le groupe n’aura pas choisi la facilité. Au contraire, et en misant sur les exemples de leurs aînés de DREAM THEATER, QUEENSRYCHE, SAVATAGE et consorts, ils ont osé le coup du concept-album, prise de risques artistique souvent synonyme de suicide ou du moins de possibilité de gamelle intersidérale…

Et il faut bien reconnaître que si les danois ne se retrouvent pas forcément les cinq fers en l’air, Contingent ne leur apporte pas plus de stabilité que d’habitude, les forçant à justement forcer le trait pour coller au script de leur grand-œuvre, qui finalement, se rapproche plus d’un blockbuster pour les oreilles que d’un album humblement pensé aux morceaux peaufinés.

Bonne nouvelle, Terje est toujours arrimé à son micro, et se sent de plus en plus à l’aise dans son rôle. Il faut dire que la production donne à sa voix des airs de phœnix aux ailes brulantes, le transformant en maître de cérémonie incontesté et incontestable, et « leader » naturel d’une formation qui a peut-être enfin trouvé son frontman.   

Plus précisément, quid de ce cinquième LP conceptuel, qui une fois encore, nous fait le coup du monde post-apocalyptique, sujet qui revient gravement à la mode ces temps-ci, un peu comme si les 80’s de Mad Max étaient de retour ?

Disons simplement en préambule qu’il entérine des principes édictés sur Disciples Of The Sun tout en changeant légèrement de cap, pour s’offrir une cinématique musicale emphatique, qui n’est pas toujours de très bon goût…

Il est évident que lorsqu’on suit à la lettre une ligne de conduite narrative, et qu’on situe son propos dans un futur par anticipation, il faut se donner les moyens de ses ambitions. Inutile de débarquer avec un pauvre moyen-métrage aux effets spéciaux en carton, sous peine de passer pour des réalisateurs de troisième zone. Assurément, tel n’est pas le cas ici, puisque Contingent brille de tous ses chromes, et plante un décor apocalyptique très crédible musicalement. Le groupe a choisi de truffer sa musique d’arrangements, ce qui permet aux claviers de prédominer, et de parfois prendre le pas sur des guitares qui elles, sont plus polies que déchaînées. Et c’est bien le reproche majeur que l’on peut formuler à l’encontre de PYRAMAZE, qui parfois se rapproche dangereusement de la zone de confort du DREAM THEATER le plus complaisant, sans pour autant leur piquer leurs plans les plus redondants.

Mais avouons tout de go que si Contingent se conçoit, il déçoit. Car à force de chercher l’effet choc qui vous en met plein les oreilles, les musiciens/compositeurs en ont oublié de travailler leur partition pour la rendre plus belle.

Ce qui donne des intermèdes instrumentaux qui auraient plus leur place dans la bande annonce d’un volume inédit de Divergente/Hunger Games (« Contingent - Part I : The Campaign »), mais aussi des morceaux qui semblent errer dans un futur désolé, sans vraiment savoir ni où aller ni où nous guider (« Obsession », qui reprend exactement les mêmes principes que les précédents, en les diluant dans des volutes de claviers assez indigestes).

Constat cruel ?

Non, simplement objectif, et bien évidemment exigeant, comme envers tous les groupes de talent.

Produit, mixé et masterisé par le guitariste/bassiste du groupe Jacob Hansen, Contingent se veut tellement larger than life (ce que son concept induit d’ailleurs tacitement) qu’il en oublie sa dimension humaine, et surtout, sa diversité. Il ressemble un peu à un futur dystopique, dans lequel les sentiments humains seraient uniformisés, et où nul ne pourrait sortir du cadre sans se faire déborder.

Ainsi, la violence est lissée (« 20 Second Century », pourtant l’un des plus agressifs de l’ensemble), l’oppression est nivelée (« Kingdom of Solace », qui ressemble quand même salement à un mélange d’AVATAR et de LANCE KING), et la sensibilité aseptisée (« The Tides That Won't Change », une partie vocale sublime, des chœurs superbes, mais des poils qui décidément ne veulent pas se hérisser, et encore moins les larmes perler…), pour un résultat qui certes devrait impressionner, mais qui finalement laisse un peu de marbre devant cet étalage de presque clichés un peu trop forcés…

Mais le bilan n’est heureusement pas si sombre qu’il n’y parait. Tout dépendra de votre sensibilité, mais il est vrai qu’on attendait beaucoup plus des danois, qui parfois se perdent dans un jeu ou les MURDER OF MY SWEET ont déjà truqué la partie.

Mais « Star Man » fonctionne vraiment de sa pesanteur pourtant aérienne, « Nemesis » se pose comme seul véritable hit de l’album, et « Land of Information » offre un tempo rebondissant qui oriente pourtant sur une fausse piste de danse, le reste des cadences étant plutôt bloqué sur un médium martelé.

Médium, voici un terme adéquat, tant Contingent tente de toutes ses forces de converger vers un consensus, qui finalement, ne satisfera presque personne. A trop vouloir aller plus loin, et plus haut, PYRAMAZE finit par faire de tous petits bonds, qui ne font nullement progresser l’aventure. Mais il est impossible en étant objectif d’accabler un album finalement réussi d’apparence, mais qui une fois disséqué, se montre trop plein d’évidences.

A vous de faire vos propres choix, mais on espérait sans doute un peu plus de « naturel » de la part d’un groupe qui justement, avait le don de nous prendre à revers.

Et qui en devenant prévisible rentre dans le rang de la norme.

Dommage, mais souhaitons tout de même aux danois un avenir plus radieux que celui qu’ils nous dépeignent.


Titres de l'album:

  1. Land Of Information
  2. Kingdom Of Solace
  3. Star Men
  4. A World Divided
  5. Nemesis
  6. Contingent - Part I: The Campaign
  7. 20 Second Century
  8. Obsession
  9. Heir Apparent
  10. Contingent - Part II: The Hammer Of Remnant
  11. Under Restraint
  12. The Tides That Won't Change
  13. Symphony Of Tears

Site officiel


par mortne2001 le 31/07/2017 à 14:29
68 %    661

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52