Lorsqu’un groupe décide de s’investir au-delà de toute attente dans l’enregistrement et l’élaboration d’un nouvel album, un journaliste peut-il s’arroger le droit de critiquer son travail sans paraître hors-contexte, voire complètement irrévérencieux ?

Beaucoup ne se posent pas la question et foncent dans le tas, arguant du fait que lorsqu’une œuvre est rendue publique, tout le monde devient critique potentiel, avec la caution du libre arbitre.

Cette problématique a souvent été évoquée, et semble toujours aussi pertinente dans le cas du cinquième album des superhéros danois de PYRAMAZE.

Comme l’ont souligné de nombreux homologues de colonnes étrangères, PYRAMAZE est le type même de groupe imprévisible, dont le poste de vocaliste ressemble fortement à un siège éjectable ayant déjà fait pas mal de victimes.

Alors, après un formidable Disciples Of The Sun qui avait presque fédéré la planète Metal entière, planète saluant l’arrivée de Terje Harøy avec toute la révérence qu’il méritait, à quelle sauce le quintette (Morten Gade Sørensen – batterie, Jonah Weingarten – claviers, Toke Skjønnemand – guitare, Jacob Hansen – guitare, basse, chœurs, et Terje Harøy – chant) allait-il nous manger pour confirmer toute le bien que leur menu précédent avait engendré?

Eh bien, une fois encore, le groupe n’aura pas choisi la facilité. Au contraire, et en misant sur les exemples de leurs aînés de DREAM THEATER, QUEENSRYCHE, SAVATAGE et consorts, ils ont osé le coup du concept-album, prise de risques artistique souvent synonyme de suicide ou du moins de possibilité de gamelle intersidérale…

Et il faut bien reconnaître que si les danois ne se retrouvent pas forcément les cinq fers en l’air, Contingent ne leur apporte pas plus de stabilité que d’habitude, les forçant à justement forcer le trait pour coller au script de leur grand-œuvre, qui finalement, se rapproche plus d’un blockbuster pour les oreilles que d’un album humblement pensé aux morceaux peaufinés.

Bonne nouvelle, Terje est toujours arrimé à son micro, et se sent de plus en plus à l’aise dans son rôle. Il faut dire que la production donne à sa voix des airs de phœnix aux ailes brulantes, le transformant en maître de cérémonie incontesté et incontestable, et « leader » naturel d’une formation qui a peut-être enfin trouvé son frontman.   

Plus précisément, quid de ce cinquième LP conceptuel, qui une fois encore, nous fait le coup du monde post-apocalyptique, sujet qui revient gravement à la mode ces temps-ci, un peu comme si les 80’s de Mad Max étaient de retour ?

Disons simplement en préambule qu’il entérine des principes édictés sur Disciples Of The Sun tout en changeant légèrement de cap, pour s’offrir une cinématique musicale emphatique, qui n’est pas toujours de très bon goût…

Il est évident que lorsqu’on suit à la lettre une ligne de conduite narrative, et qu’on situe son propos dans un futur par anticipation, il faut se donner les moyens de ses ambitions. Inutile de débarquer avec un pauvre moyen-métrage aux effets spéciaux en carton, sous peine de passer pour des réalisateurs de troisième zone. Assurément, tel n’est pas le cas ici, puisque Contingent brille de tous ses chromes, et plante un décor apocalyptique très crédible musicalement. Le groupe a choisi de truffer sa musique d’arrangements, ce qui permet aux claviers de prédominer, et de parfois prendre le pas sur des guitares qui elles, sont plus polies que déchaînées. Et c’est bien le reproche majeur que l’on peut formuler à l’encontre de PYRAMAZE, qui parfois se rapproche dangereusement de la zone de confort du DREAM THEATER le plus complaisant, sans pour autant leur piquer leurs plans les plus redondants.

Mais avouons tout de go que si Contingent se conçoit, il déçoit. Car à force de chercher l’effet choc qui vous en met plein les oreilles, les musiciens/compositeurs en ont oublié de travailler leur partition pour la rendre plus belle.

Ce qui donne des intermèdes instrumentaux qui auraient plus leur place dans la bande annonce d’un volume inédit de Divergente/Hunger Games (« Contingent - Part I : The Campaign »), mais aussi des morceaux qui semblent errer dans un futur désolé, sans vraiment savoir ni où aller ni où nous guider (« Obsession », qui reprend exactement les mêmes principes que les précédents, en les diluant dans des volutes de claviers assez indigestes).

Constat cruel ?

Non, simplement objectif, et bien évidemment exigeant, comme envers tous les groupes de talent.

Produit, mixé et masterisé par le guitariste/bassiste du groupe Jacob Hansen, Contingent se veut tellement larger than life (ce que son concept induit d’ailleurs tacitement) qu’il en oublie sa dimension humaine, et surtout, sa diversité. Il ressemble un peu à un futur dystopique, dans lequel les sentiments humains seraient uniformisés, et où nul ne pourrait sortir du cadre sans se faire déborder.

Ainsi, la violence est lissée (« 20 Second Century », pourtant l’un des plus agressifs de l’ensemble), l’oppression est nivelée (« Kingdom of Solace », qui ressemble quand même salement à un mélange d’AVATAR et de LANCE KING), et la sensibilité aseptisée (« The Tides That Won't Change », une partie vocale sublime, des chœurs superbes, mais des poils qui décidément ne veulent pas se hérisser, et encore moins les larmes perler…), pour un résultat qui certes devrait impressionner, mais qui finalement laisse un peu de marbre devant cet étalage de presque clichés un peu trop forcés…

Mais le bilan n’est heureusement pas si sombre qu’il n’y parait. Tout dépendra de votre sensibilité, mais il est vrai qu’on attendait beaucoup plus des danois, qui parfois se perdent dans un jeu ou les MURDER OF MY SWEET ont déjà truqué la partie.

Mais « Star Man » fonctionne vraiment de sa pesanteur pourtant aérienne, « Nemesis » se pose comme seul véritable hit de l’album, et « Land of Information » offre un tempo rebondissant qui oriente pourtant sur une fausse piste de danse, le reste des cadences étant plutôt bloqué sur un médium martelé.

Médium, voici un terme adéquat, tant Contingent tente de toutes ses forces de converger vers un consensus, qui finalement, ne satisfera presque personne. A trop vouloir aller plus loin, et plus haut, PYRAMAZE finit par faire de tous petits bonds, qui ne font nullement progresser l’aventure. Mais il est impossible en étant objectif d’accabler un album finalement réussi d’apparence, mais qui une fois disséqué, se montre trop plein d’évidences.

A vous de faire vos propres choix, mais on espérait sans doute un peu plus de « naturel » de la part d’un groupe qui justement, avait le don de nous prendre à revers.

Et qui en devenant prévisible rentre dans le rang de la norme.

Dommage, mais souhaitons tout de même aux danois un avenir plus radieux que celui qu’ils nous dépeignent.


Titres de l'album:

  1. Land Of Information
  2. Kingdom Of Solace
  3. Star Men
  4. A World Divided
  5. Nemesis
  6. Contingent - Part I: The Campaign
  7. 20 Second Century
  8. Obsession
  9. Heir Apparent
  10. Contingent - Part II: The Hammer Of Remnant
  11. Under Restraint
  12. The Tides That Won't Change
  13. Symphony Of Tears

Site officiel


par mortne2001 le 31/07/2017 à 14:29
68 %    252

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)