Lorsqu’un groupe décide de s’investir au-delà de toute attente dans l’enregistrement et l’élaboration d’un nouvel album, un journaliste peut-il s’arroger le droit de critiquer son travail sans paraître hors-contexte, voire complètement irrévérencieux ?

Beaucoup ne se posent pas la question et foncent dans le tas, arguant du fait que lorsqu’une œuvre est rendue publique, tout le monde devient critique potentiel, avec la caution du libre arbitre.

Cette problématique a souvent été évoquée, et semble toujours aussi pertinente dans le cas du cinquième album des superhéros danois de PYRAMAZE.

Comme l’ont souligné de nombreux homologues de colonnes étrangères, PYRAMAZE est le type même de groupe imprévisible, dont le poste de vocaliste ressemble fortement à un siège éjectable ayant déjà fait pas mal de victimes.

Alors, après un formidable Disciples Of The Sun qui avait presque fédéré la planète Metal entière, planète saluant l’arrivée de Terje Harøy avec toute la révérence qu’il méritait, à quelle sauce le quintette (Morten Gade Sørensen – batterie, Jonah Weingarten – claviers, Toke Skjønnemand – guitare, Jacob Hansen – guitare, basse, chœurs, et Terje Harøy – chant) allait-il nous manger pour confirmer toute le bien que leur menu précédent avait engendré?

Eh bien, une fois encore, le groupe n’aura pas choisi la facilité. Au contraire, et en misant sur les exemples de leurs aînés de DREAM THEATER, QUEENSRYCHE, SAVATAGE et consorts, ils ont osé le coup du concept-album, prise de risques artistique souvent synonyme de suicide ou du moins de possibilité de gamelle intersidérale…

Et il faut bien reconnaître que si les danois ne se retrouvent pas forcément les cinq fers en l’air, Contingent ne leur apporte pas plus de stabilité que d’habitude, les forçant à justement forcer le trait pour coller au script de leur grand-œuvre, qui finalement, se rapproche plus d’un blockbuster pour les oreilles que d’un album humblement pensé aux morceaux peaufinés.

Bonne nouvelle, Terje est toujours arrimé à son micro, et se sent de plus en plus à l’aise dans son rôle. Il faut dire que la production donne à sa voix des airs de phœnix aux ailes brulantes, le transformant en maître de cérémonie incontesté et incontestable, et « leader » naturel d’une formation qui a peut-être enfin trouvé son frontman.   

Plus précisément, quid de ce cinquième LP conceptuel, qui une fois encore, nous fait le coup du monde post-apocalyptique, sujet qui revient gravement à la mode ces temps-ci, un peu comme si les 80’s de Mad Max étaient de retour ?

Disons simplement en préambule qu’il entérine des principes édictés sur Disciples Of The Sun tout en changeant légèrement de cap, pour s’offrir une cinématique musicale emphatique, qui n’est pas toujours de très bon goût…

Il est évident que lorsqu’on suit à la lettre une ligne de conduite narrative, et qu’on situe son propos dans un futur par anticipation, il faut se donner les moyens de ses ambitions. Inutile de débarquer avec un pauvre moyen-métrage aux effets spéciaux en carton, sous peine de passer pour des réalisateurs de troisième zone. Assurément, tel n’est pas le cas ici, puisque Contingent brille de tous ses chromes, et plante un décor apocalyptique très crédible musicalement. Le groupe a choisi de truffer sa musique d’arrangements, ce qui permet aux claviers de prédominer, et de parfois prendre le pas sur des guitares qui elles, sont plus polies que déchaînées. Et c’est bien le reproche majeur que l’on peut formuler à l’encontre de PYRAMAZE, qui parfois se rapproche dangereusement de la zone de confort du DREAM THEATER le plus complaisant, sans pour autant leur piquer leurs plans les plus redondants.

Mais avouons tout de go que si Contingent se conçoit, il déçoit. Car à force de chercher l’effet choc qui vous en met plein les oreilles, les musiciens/compositeurs en ont oublié de travailler leur partition pour la rendre plus belle.

Ce qui donne des intermèdes instrumentaux qui auraient plus leur place dans la bande annonce d’un volume inédit de Divergente/Hunger Games (« Contingent - Part I : The Campaign »), mais aussi des morceaux qui semblent errer dans un futur désolé, sans vraiment savoir ni où aller ni où nous guider (« Obsession », qui reprend exactement les mêmes principes que les précédents, en les diluant dans des volutes de claviers assez indigestes).

Constat cruel ?

Non, simplement objectif, et bien évidemment exigeant, comme envers tous les groupes de talent.

Produit, mixé et masterisé par le guitariste/bassiste du groupe Jacob Hansen, Contingent se veut tellement larger than life (ce que son concept induit d’ailleurs tacitement) qu’il en oublie sa dimension humaine, et surtout, sa diversité. Il ressemble un peu à un futur dystopique, dans lequel les sentiments humains seraient uniformisés, et où nul ne pourrait sortir du cadre sans se faire déborder.

Ainsi, la violence est lissée (« 20 Second Century », pourtant l’un des plus agressifs de l’ensemble), l’oppression est nivelée (« Kingdom of Solace », qui ressemble quand même salement à un mélange d’AVATAR et de LANCE KING), et la sensibilité aseptisée (« The Tides That Won't Change », une partie vocale sublime, des chœurs superbes, mais des poils qui décidément ne veulent pas se hérisser, et encore moins les larmes perler…), pour un résultat qui certes devrait impressionner, mais qui finalement laisse un peu de marbre devant cet étalage de presque clichés un peu trop forcés…

Mais le bilan n’est heureusement pas si sombre qu’il n’y parait. Tout dépendra de votre sensibilité, mais il est vrai qu’on attendait beaucoup plus des danois, qui parfois se perdent dans un jeu ou les MURDER OF MY SWEET ont déjà truqué la partie.

Mais « Star Man » fonctionne vraiment de sa pesanteur pourtant aérienne, « Nemesis » se pose comme seul véritable hit de l’album, et « Land of Information » offre un tempo rebondissant qui oriente pourtant sur une fausse piste de danse, le reste des cadences étant plutôt bloqué sur un médium martelé.

Médium, voici un terme adéquat, tant Contingent tente de toutes ses forces de converger vers un consensus, qui finalement, ne satisfera presque personne. A trop vouloir aller plus loin, et plus haut, PYRAMAZE finit par faire de tous petits bonds, qui ne font nullement progresser l’aventure. Mais il est impossible en étant objectif d’accabler un album finalement réussi d’apparence, mais qui une fois disséqué, se montre trop plein d’évidences.

A vous de faire vos propres choix, mais on espérait sans doute un peu plus de « naturel » de la part d’un groupe qui justement, avait le don de nous prendre à revers.

Et qui en devenant prévisible rentre dans le rang de la norme.

Dommage, mais souhaitons tout de même aux danois un avenir plus radieux que celui qu’ils nous dépeignent.


Titres de l'album:

  1. Land Of Information
  2. Kingdom Of Solace
  3. Star Men
  4. A World Divided
  5. Nemesis
  6. Contingent - Part I: The Campaign
  7. 20 Second Century
  8. Obsession
  9. Heir Apparent
  10. Contingent - Part II: The Hammer Of Remnant
  11. Under Restraint
  12. The Tides That Won't Change
  13. Symphony Of Tears

Site officiel


par mortne2001 le 31/07/2017 à 14:29
68 %    225

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!