Vous vous souvenez de cette photo de Lee AARON, publié dans un vieux Hard-Rock en double page centrale, qui se faisait un plaisir de décrire graphiquement l’entrejambes de la vocaliste, aux cuisses enserrées dans un flamboyant spandex rouge qui ne faisait aucun mystère de ses détails anatomiques ? La publication de ce cliché avait déclenché les foudres de la chanteuse canadienne, et avait valu au périodique de méchantes récriminations, tout à fait justifiées au demeurant. Mais cette photo, d’aussi mauvais goût fut-elle, eut le mérite d’introduire les lecteurs de ce magazine au concept encore inconnu du Camel Toe…Depuis, l’expression est passée dans les mœurs, et le retour soudain ces dernières années des fuseaux un peu trop serrés lui a d’ailleurs redonné ses lettres de noblesse. Mais très sincèrement, comment un groupe à vocation sérieuse peut-il opter pour un nom pareil sans passer pour de gentils provocateurs ou une assemblée de joyeux imbéciles, pas vraiment au fait du sens « profond » de leur patronyme ??? Le mystère reste entier, et seuls les principaux concernés pourront y répondre, au détour d’interviews qui n’éluderont certainement pas la question…Toujours est-il que musicalement, les CAMELTOE incarnent une vision beaucoup plus sérieuse de la musique, et que leur premier album Up Your Alley (et non pas Up Your Pants, histoire de pousser la boutade encore plus haut…hum…) est en tout point recommandable, pour peu que vous aimiez une certaine forme de Hard-Rock bien carré, tendant sur le Heavy Metal concentré, à la charnière des décennies 70’s et 80’s…Alors, autant faire abstraction de ce nom qui ne risque que d’attirer tous les voyeurs à deux sous, et se concentrer sur une musique savoureuse…

Fondé en 2013 du côté de Trondheim, Norvège, le projet CAMELTOE réunit au départ deux musiciens impliqués dans des cover-bands, soudainement plus prompts à jouer une musique personnelle. C’est ainsi que Tron S Aune (guitare) et Nils M Beitnes (basse) s’associèrent pour donner naissance à un ensemble porté par un amour inconditionnel en une musique rebelle, subtil mélange des sonorités encore décadentes des glorieuses seventies, et des accents gorgés de testostérone de la décennie suivante. Rapidement rejoints par le vocaliste Ben Rodgers (TELLUS REQUIEM), et le second guitariste Trond Bakken (PUP TO PUB), le quatuor fraichement assemblé connut quelques problèmes avec son batteur d’origine, vite et avantageusement remplacé par le solide Tobby Johansen. Donnant relativement peu de concerts, mais préparant son grand soir discographique, le quintette répéta donc de nouvelles idées sans relâche, avant de publier son premier EP, Handle With Care, puis d’élaborer ce premier LP que nous pouvons donc écouter depuis le mois de mars grâce au label australien Battlegod Productions. Up Your Alley confirme donc les options privilégiées par les musiciens, et offre une jolie démonstration de savoir-faire européen, se lovant au creux d’un Hard-Rock mélodique pour mieux tenter de violentes percées en terrain Heavy Metal, sans toutefois privilégier la puissance sur l’émotion. Mais en faisant montre d’un professionnalisme exacerbé, le quintette nous démontre toutes ses qualités, en osant la ballade purement seventies ou la saignée typiquement mid-80’s…Il faut dire que malgré le fait que ces cinq musiciens nous soient presque inconnus, ils ne sont pas nés de la dernière pluie, et ont joué aux côtés de valeurs sûres de la scène internationale…On retrouve donc leurs noms cités parmi les collaborateurs de légende ayant accompagné des artistes comme Diesel Dahl (TNT), Kee Marcello (EUROPE), Tore Moren (JORN, CARNIVORA), DAN REED, Jean Beauvoir, Tellus Requiem, Steve Harley & Cockney Rebel, Eric Sardina & Big motor, KAMELOT, CIRCUS MAXIMUS, Bryan Keeling (P!Nk, SHOOTER JENNINGS), XENTRIX, ou Uli Kusch (HELLOWEEN, GAMMA RAY), mais aussi ceux de leurs groupes respectifs en première partie de WHITESNAKE, THIN LIZZY, SLADE, TNT, JORN, SAGA, URIAH HEEP, DEF LEPPARD, EUROPE, MIKE TRAMP, DARE, DREAM POLICE ou TINDRUM. Tout ça nous pose donc de sérieux jalons, et pas étonnant dès lors de constater que les dix morceaux de ce premier album sont aussi sauvages que peaufinés, et aussi performants que spontanés.

Mixé et masterisé par le légendaire Tommy Hansen (HELLOWEEN, JORN, TNT, REDEMPTION, CIRCUS MAXIMUS, BEYOND TWILIGHT, PATHOSRAY, PRETTY MAIDS) aux Jailhouse Studios, Up Your Alley bénéficie donc d’un son ample, rond, aux aspérités gommées mais à la patine graineuse, et l’éventail de style dont il fait preuve le transforme en carte de visite impeccable. Difficile de ne pas sentir les influences disparates des RAINBOW, LED ZEPPELIN, U.F.O et autres légendes des seventies, alors même que le spectre musical du quintette couvre un panel de références assez large. Pas vraiment passéistes dans le fond ni dans la forme, et plus volontiers révérencieux, ces dix morceaux nous offrent le spectacle d’un groupe en pleine possession de ses moyens aussi à l’aise en terrain lourd et ambiance oppressante (« Twisted Fighter », qui ressemble à s’y méprendre à un mash-up entre LED ZEPPELIN et le « Fever Dog » des STILLWATER), qu’en embardées purement Hard N’Heavy aux contours mélodiques, à la DOKKEN (« Coming Home »). Si chacun à son poste est une référence, l’osmose collective permet aux norvégiens de taquiner le spectre d’un Hard-Rock mélodique tirant sur l’AOR méchamment musclé (« Screaming My Head Off »), tout comme le fantôme d’un Rock grandiloquent et Bluesy, unissant dans ses orgues et riffs les envolées d’ANGRA et les manifestations occultes de BLACK SABBATH (« Tank Commander »). Rien à jeter sur ces trois-quarts d’heure bien amenés, et surtout, de la variété dans le ton et l’émotion, qui transperce de morceaux aussi cristallins que « I Always Cared », à cent lieues des insipides bluettes que l’on nous inflige à longueur de temps. Les années passées à écumer les bars en s’appropriant un répertoire a permis aux instrumentistes de se forger un caractère et une personnalité, et surtout, d’être capables de tout jouer, sans paraître incongru ou déplacé. Les bougres se lancent même dans l’exercice Ô combien difficile de la power-ballad progressive, avec entame acoustique pour soudaine explosion électrique, et passent la rampe avec panache, aidés en cela par le timbre chaud et lyrique de Ben Rodgers (« Rocky Road »).

D’ailleurs, cette ambivalence leur sied à merveille, puisque l’album se termine par une dernière pirouette à cheval entre sentimentalisme et héroïsme, « Spread My Wings », qui nous laisse sur une formidable impression de plénitude et de puissance. Alors, certes, ce nom…ce nom qui risque de leur aliéner une partie du public qui pensera à une mauvaise blague ou à un groupe pastiche…Quel dommage. Mais après tout, le ramage ne s’accordant pas toujours au plumage, autant se concentrer sur la musique qui elle, n’a rien d’une fente involontairement offerte…


Titres de l'album:

  1. Delusional
  2. Screaming My Head Off
  3. Never What It Seems
  4. Tank Commander
  5. I Always Cared
  6. Twisted Fighter
  7. Coming Home
  8. Devil's Soul
  9. Rocky Road
  10. Spread My Wings

Facebook officiel

Site officiel


par mortne2001 le 04/05/2018 à 18:37
80 %    332

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.