Il est certain que nous réfléchissons de moins en moins. Niveau apprentissage et logique d’abord, puisque ces putain de tablettes et d’applications le font à notre place.

Besoin d’une info, d’une analyse ? Une simple pression sur une icône et la réponse vous crève les yeux. Alors, nous apprenons moins.

Mais à l’école, le processus est similaire. On compacte, on simplifie, on apprend à apprendre et non plus à comprendre, si bien que les procédés d’analyse deviennent des astuces cognitives qui n’aident pas à assimiler les fondements et à reproduire le fonctionnement.

Air du temps, que fais-tu de nous ? Des robots ignares devenant incapables de comprendre dès lors qu’un blackout réduit notre appareillage au silence ?

Telle est la question, et il faudra bien un jour y chercher des réponses.

Ces réponses sont peut-être offertes sur un plateau rouillé par une bande de malades énervés, qui ont choisi la gravité pour soulever la problématique.

Et la réponse qu’apportent les GLACIAL TOMB n’est pas forcément des plus rassurantes, loin de là, je dirais même qu’elle fait vraiment froid dans le dos.

GLACIAL TOMB, le nom lui-même provoque des frissons dans la colonne. Il effraie parce qu’il est réaliste au possible. Le monde n’est plus qu’un gigantesque cimetière d’idées enterrées sous une épaisse couche de terre, elle-même plaqué d’un marbre aux reflets plus froids qu’une mort sans explication ou alternative. Et derrière ce patronyme qui sert admirablement bien la cause d’une musique aussi nihiliste que son image, se cachent des musiciens bien connus de l’underground qui ont regroupé leurs forces pour frapper encore plus fort justement.

Et ce, avec quatre titres, ni plus, ni moins.

On retrouve dans les rangs de ce combo originaire de Denver, Colorado, Ben Hutcherson (guitare/chant), soliste des KHEMMIS, Connor Woods (basse/chant) ex-ABIGAIL WILLIAMS et Mike Salazar (batterie) des CULT OF THE LOST CAUSE, ce qui en dit long sur leur pedigree et leurs intentions.

Quelles sont-elles ?

De tout détruire à grands coups de D-beat abrasif, de Darkcore à tendance Crust vraiment nuisible et d’assimiler la force de frappe à une gigantesque bombe à fragmentation qui explose juste au-dessus de vos têtes pour provoquer un déclic, une entame de processus de réflexion, si tant est que vous en soyez encore capables. Mais force fait loi, et celle déployée sur ce terrifiant Cognitive Erosion est suffisamment éloquente pour vous guider sur la bonne route. Celle de la lucidité qui refuse l’inéluctable et le combat peut-être, pour des lendemains sinon meilleurs, du moins un peu plus supportables.

Des références ?

Outre les leurs, à la pelle, et on passe au tamis les HIS HERO IS GONE, TRAP THEM, DEATHSPELL OMEGA, VOID OMNIA, DRAGGED INTO SUNLIGHT, DECAPITATED, ROTTEN SOUND, CONVERGE, MISERY INDEX, ASUNDER, CORRUPTED, PRIMITIVE MAN, OF FEATHER AND BONE, CALL OF THE VOID, pour offrir un panorama exhaustif de la cacophonie en 21ème siècle majeur qui vous attend pendant un peu moins d’un quart d’heure.

Mais on a beaucoup de mal à imaginer ce que le spectacle abominable de cruauté aurait pu donner s’il avait été étiré un peu plus.

Rien de bien nouveau en soi, mais de la noirceur, de l’opacité et de la brutalité, dans la veine des TRAP THEM, de NAILS, de PRIMITIVE MAN, avec cette sous-couche de Death scandinave des origines qui fait chuter les graves dans les abysses du mal le plus absolu.

Du Hardcore joué BM, du Death joué Crust, et beaucoup de vilénie, comme catharsis d’un manque de focalisation sur les aspects les plus glauques de notre existence. Et puis un son, de ceux qui vous assourdissent pour vous réveiller.

Et ça réveille, croyez-moi. Beaucoup plus qu’un lundi maussade qui place le radioréveil en tant que Dieu maléfique absolu.

Dans le fond, le trio assume des penchants Sludge et Black, et même Death, et rien sur ces quatre entrées ne viendra les contredire.

Et de l’ouverture tonitruante de « Black Hole White Teeth » et ses blasts typiquement Black ruinés par un chant raclé et maudit, à la clôture « Burial Shroud » qui démarre de la même façon en ajoutant un peu de fantaisie rythmique, l’intensité ne faiblit pas et n’éclaire pas un tableau qui se repaît d’ombre et de violence, ouverte et assumée.

On pense parfois à un groupe de Death égaré dans des arcanes Hardcore, un peu comme un musicien suédois déambulant dans les rues de New-York un soir d’hiver, spécialement lorsque « Of Flesh And Worship » tente une approche à la ENTOMBED/UNLEASHED, les graves en avant, et un duo basse/guitare en unisson écrasant.

Le chant schizophrène nous ramène pourtant sur des rivages Black découpés à la scie diabolique, mais les sifflantes à la UNSANE et les incertitudes menaçantes qui planent sont irrémédiablement Hardcore dans le fond, brutes et sèches comme une côte sur laquelle la mer ne vient plus s’échouer.

« Entropic Decay » ne change en rien la donne même pas faussée, et creuse un peu plus le BM pour l’enterrer sous des pelletées de Sludge maladif. Son gigantesque, fréquences respectées et double grosse caisse matraquée, c’est un aplatissement et un assainissement par le vide, et finalement, les neurones qui auraient dû se retrouver anesthésiés, voient leur connexion stimulée et ramenée à un état de conscience supérieur.

Et si le bruit et la fureur étaient les seules solutions pour éviter le naufrage en solitaire, la tablette à la main et l’attention au loin ?

Personne n’a envie de son vivant de s’imaginer abandonné sous une épaisse tombe glaciale sur laquelle les gens viennent déposer des roses déjà fanées. Personne.

Personne sauf les GLACIAL TOMB qui vous forcent à le faire.

Et la perspective n’est guère réjouissante. Alors, avant d’en arriver là, peut-être pourrions-nous nous rapprocher les uns des autres pour pousser un ultime cri de négation cathartique ?

C’est ce que semble proposer Cognitive Erosion, qui outre sa musique foncièrement brutale et ouverte à l’extrême, reste un message de la dernière chance.

Que vous écouterez, et comprendrez.

Ou pas.


Titres de l'album:

  1. Black Hole White Teeth
  2. Of Flesh and Worship
  3. Entropic Decay
  4. Burial Shroud

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/05/2017 à 17:29
80 %    280

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...


de plus en plus naïf et limite ridicule le pauvre DT...