Il est certain que nous réfléchissons de moins en moins. Niveau apprentissage et logique d’abord, puisque ces putain de tablettes et d’applications le font à notre place.

Besoin d’une info, d’une analyse ? Une simple pression sur une icône et la réponse vous crève les yeux. Alors, nous apprenons moins.

Mais à l’école, le processus est similaire. On compacte, on simplifie, on apprend à apprendre et non plus à comprendre, si bien que les procédés d’analyse deviennent des astuces cognitives qui n’aident pas à assimiler les fondements et à reproduire le fonctionnement.

Air du temps, que fais-tu de nous ? Des robots ignares devenant incapables de comprendre dès lors qu’un blackout réduit notre appareillage au silence ?

Telle est la question, et il faudra bien un jour y chercher des réponses.

Ces réponses sont peut-être offertes sur un plateau rouillé par une bande de malades énervés, qui ont choisi la gravité pour soulever la problématique.

Et la réponse qu’apportent les GLACIAL TOMB n’est pas forcément des plus rassurantes, loin de là, je dirais même qu’elle fait vraiment froid dans le dos.

GLACIAL TOMB, le nom lui-même provoque des frissons dans la colonne. Il effraie parce qu’il est réaliste au possible. Le monde n’est plus qu’un gigantesque cimetière d’idées enterrées sous une épaisse couche de terre, elle-même plaqué d’un marbre aux reflets plus froids qu’une mort sans explication ou alternative. Et derrière ce patronyme qui sert admirablement bien la cause d’une musique aussi nihiliste que son image, se cachent des musiciens bien connus de l’underground qui ont regroupé leurs forces pour frapper encore plus fort justement.

Et ce, avec quatre titres, ni plus, ni moins.

On retrouve dans les rangs de ce combo originaire de Denver, Colorado, Ben Hutcherson (guitare/chant), soliste des KHEMMIS, Connor Woods (basse/chant) ex-ABIGAIL WILLIAMS et Mike Salazar (batterie) des CULT OF THE LOST CAUSE, ce qui en dit long sur leur pedigree et leurs intentions.

Quelles sont-elles ?

De tout détruire à grands coups de D-beat abrasif, de Darkcore à tendance Crust vraiment nuisible et d’assimiler la force de frappe à une gigantesque bombe à fragmentation qui explose juste au-dessus de vos têtes pour provoquer un déclic, une entame de processus de réflexion, si tant est que vous en soyez encore capables. Mais force fait loi, et celle déployée sur ce terrifiant Cognitive Erosion est suffisamment éloquente pour vous guider sur la bonne route. Celle de la lucidité qui refuse l’inéluctable et le combat peut-être, pour des lendemains sinon meilleurs, du moins un peu plus supportables.

Des références ?

Outre les leurs, à la pelle, et on passe au tamis les HIS HERO IS GONE, TRAP THEM, DEATHSPELL OMEGA, VOID OMNIA, DRAGGED INTO SUNLIGHT, DECAPITATED, ROTTEN SOUND, CONVERGE, MISERY INDEX, ASUNDER, CORRUPTED, PRIMITIVE MAN, OF FEATHER AND BONE, CALL OF THE VOID, pour offrir un panorama exhaustif de la cacophonie en 21ème siècle majeur qui vous attend pendant un peu moins d’un quart d’heure.

Mais on a beaucoup de mal à imaginer ce que le spectacle abominable de cruauté aurait pu donner s’il avait été étiré un peu plus.

Rien de bien nouveau en soi, mais de la noirceur, de l’opacité et de la brutalité, dans la veine des TRAP THEM, de NAILS, de PRIMITIVE MAN, avec cette sous-couche de Death scandinave des origines qui fait chuter les graves dans les abysses du mal le plus absolu.

Du Hardcore joué BM, du Death joué Crust, et beaucoup de vilénie, comme catharsis d’un manque de focalisation sur les aspects les plus glauques de notre existence. Et puis un son, de ceux qui vous assourdissent pour vous réveiller.

Et ça réveille, croyez-moi. Beaucoup plus qu’un lundi maussade qui place le radioréveil en tant que Dieu maléfique absolu.

Dans le fond, le trio assume des penchants Sludge et Black, et même Death, et rien sur ces quatre entrées ne viendra les contredire.

Et de l’ouverture tonitruante de « Black Hole White Teeth » et ses blasts typiquement Black ruinés par un chant raclé et maudit, à la clôture « Burial Shroud » qui démarre de la même façon en ajoutant un peu de fantaisie rythmique, l’intensité ne faiblit pas et n’éclaire pas un tableau qui se repaît d’ombre et de violence, ouverte et assumée.

On pense parfois à un groupe de Death égaré dans des arcanes Hardcore, un peu comme un musicien suédois déambulant dans les rues de New-York un soir d’hiver, spécialement lorsque « Of Flesh And Worship » tente une approche à la ENTOMBED/UNLEASHED, les graves en avant, et un duo basse/guitare en unisson écrasant.

Le chant schizophrène nous ramène pourtant sur des rivages Black découpés à la scie diabolique, mais les sifflantes à la UNSANE et les incertitudes menaçantes qui planent sont irrémédiablement Hardcore dans le fond, brutes et sèches comme une côte sur laquelle la mer ne vient plus s’échouer.

« Entropic Decay » ne change en rien la donne même pas faussée, et creuse un peu plus le BM pour l’enterrer sous des pelletées de Sludge maladif. Son gigantesque, fréquences respectées et double grosse caisse matraquée, c’est un aplatissement et un assainissement par le vide, et finalement, les neurones qui auraient dû se retrouver anesthésiés, voient leur connexion stimulée et ramenée à un état de conscience supérieur.

Et si le bruit et la fureur étaient les seules solutions pour éviter le naufrage en solitaire, la tablette à la main et l’attention au loin ?

Personne n’a envie de son vivant de s’imaginer abandonné sous une épaisse tombe glaciale sur laquelle les gens viennent déposer des roses déjà fanées. Personne.

Personne sauf les GLACIAL TOMB qui vous forcent à le faire.

Et la perspective n’est guère réjouissante. Alors, avant d’en arriver là, peut-être pourrions-nous nous rapprocher les uns des autres pour pousser un ultime cri de négation cathartique ?

C’est ce que semble proposer Cognitive Erosion, qui outre sa musique foncièrement brutale et ouverte à l’extrême, reste un message de la dernière chance.

Que vous écouterez, et comprendrez.

Ou pas.


Titres de l'album:

  1. Black Hole White Teeth
  2. Of Flesh and Worship
  3. Entropic Decay
  4. Burial Shroud

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/05/2017 à 17:29
80 %    239

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Septic Tank

Sturmpanzer

Devil Worshipper

Music For The Endtimes

Jt Ripper

Gathering of the Insane

Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Grave Digger + Burning Witches

28/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Vus en effet à Toulouse, les Allemands sont de vrais showmen et enfilent les tubes tout du long. Salle comble et vrai plaisir de jouer, bref, excellente soirée, seul le choix de Amaranthe en première partie, groupe insipide, est à revoir.


@ Humungus, oui lors de leur interview, ils disaient vouloir battre le record de commentaires, et l'objectif était largement atteint !


145 vues.


Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour pouvoir assister à ça...


Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...