Quiétude Hostile

Demande à La Poussière

26/03/2021

My Kingdom Music

Vous connaissez tous cette expression, mordre la poussière. Mais savez-vous qu’elle date du dix-septième siècle et qu’elle concernait les combats de lutte qui se déroulaient dans le sable ou…la poussière ? Si tel n’est pas le cas, peu importe, puisque cette expression est passée depuis longtemps dans le langage courant, et désigne une sale envie d’en découdre et de mettre un adversaire à terre, pour laisser la poussière témoigner de la violence de l’altercation. Mordre la poussière, quelle étrange façon d’associer la violence et un nuage de fumée s’élevant du sol…Et comment fait-on ensuite pour connaître les tenants et aboutissants de l’algarade fatale ? Simple, il suffit de…demander à la poussière pour qu’elle raconte son histoire. Les français de DEMANDE A LA POUSSIERE ont bien compris ce principe, et interrogent les côtés les plus sombres de l’humanité pour obtenir les réponses à leurs questions, des questions évidemment basées sur la souffrance, la solitude, l’amertume, des questions focalisées sur les aspects les plus sombres de l’existence, pour bien coller à une éthique musicale qu’ils ont fait leur il y a quelques années. Fondé par des membres de THE GREAT OLD ONES, SPECTRALE, OMRADE et WÜRM, DEMANDE A LA POUSSIERE est l’archétype du groupe difficile - voire impossible - à classer, qui se repaît des sons les plus graves, des mélodies les plus létales, et des à-coups rythmiques les plus fatals. Et trois ans après son initial et éponyme début, le concept revient, sans avoir édulcoré son propos, bien au contraire.

Promu par l'Agence Singularités, DEMANDE A LA POUSSIERE se présente donc à nous en cette sombre année 2021 pour faire un état des lieux de l’extrême en France et en Europe. On retrouve au line-up les figures connues, avec Edgard Chevallier à la guitare, Neil Leveugle à la basse, Vincent Baglin à la batterie et bien évidemment Krys Fruit-denhez au chant, et la dichotomie offerte par ce titre en oxymore est assez claire en soi : Quiétude Hostile est donc tout sauf une quiétude, mais montre les dents, les veines saillantes et bleues, et pose sur la table des négociations des arguments bruitistes de taille.

En huit morceaux et cinquante minutes de musique, le groupe reprend les choses dans les ténèbres où elles étaient restées il y a trois ans, et pousse le vice jusqu’à accentuer ses côtés les plus emphatiques et agressifs. Entre Post Black, Black, Sludge et Doom, le quatuor repousse les limites, laissant le fantasque Krys Fruit-denhez hurler à pleins poumons comme un conteur néfaste revenu d’un séminaire d’écriture en Norvège, tout en acceptant qu’une rythmique volatile et volubile marque le tempo. On se sent comme chez soi dans cette home délabrée aux bois décatis, humant l’air d’un temps qui n’est guère plus euphorisant que « l’avant ». Il faut en avoir dans l’estomac pour encaisser les coups successifs portés par le groupe, mais la douleur en vaut la peine, et la lucidité fétide offerte par ces huit pistes nous permet de voir le monde tel qu’il est : hideux, sombre, laissant parfois passer de fins rais de lumière pour mieux nous tromper sur son caractère nihiliste et définitif.

Et sous cette pochette étrange, aux tons gris et au flou inquiétants, se cache donc un autre manifeste de violence, une violence hostile évidemment, mais aussi une violence sourde et insidieuse, qui se fraie un chemin chaque jour sous nos ongles et notre peau pour contaminer notre esprit perverti. Entre Sludge vraiment nauséeux et Black Metal personnel, le groupe joue encore une fois avec les codes, et signe une œuvre ambitieuse, qui peut parfois rappeler un mélange contre-nature entre REGARDE LES HOMMES TOMBER et NEUROSIS (« Perdu », qui justifie son titre de sa redondance cyclique oppressante). Mais la musique de DEMANDE A LA POUSSIERE est décidément trop personnelle pour supporter des comparaisons faciles. Elle est personnelle par son approche en teinte pleine, refusant les faux-semblants et les raccourcis faciles. On peut la trouver plus répétitive que réellement hypnotique, mais le décalage entre l’amertume de l’instrumental et le fiel des lignes vocales et l’un de ses aspects intéressants. Pour autant, le terme Post Black Metal me semble trop vulgaire pour en définir certains des contours. Et si les mots de Krys ne toucheront qu’une poignée de fans lettrés et affamés de juxtapositions provocantes, d’autres se concentreront sur le bruit sourd produit par les trois autres musiciens et qui portent le projet jusqu’à la frontière du tolérable.

Surtout ne pas interpréter,

Ne pas s’apercevoir que d’autres fomentent d’ineffables futurs tracas,

Par de là les sortilèges et les incantations.

N’y trouver que rage et

Torpeur Immobile

Les yeux ouverts sur un esprit divaguant,

Bouche close n’ayant plus la force de parler,   

 

Mais que fomentent réellement les DEMANDE A LA POUSSIERE, et surtout, fomentent-ils quelque chose ? Mis à part un style qu’ils perfectionnent à chaque sortie (« Bois de Justice » approche de la perfection malsaine avec son riff concentrique et son chant soudainement susurré), un style qui oppose la colère noire et la résignation d’un constat inévitable (« Léger Goût de Souffre » et ses références à la scène Black française des années 2000) : celui d’un monde à l’agonie qui empile les cadavres comme les âmes les espoirs perdus.

Je n’hésiterai pas à dire que la musique de Quiétude Hostile est souvent ignoble dans le fond et les intentions. La lourdeur est suffocante, et le propos aussi lapidaire qu’une condamnation à mort de l’humanité entière. Et sans vouloir lever le voile de mystère qui nimbe cet album, j’affirmerai que sa conclusion « Expiravit » fait partie des actes de méchanceté vils les plus répugnants que j’ai pu connaître ces dernières années. Avec sa longue intro inquiétante et perverse, sa reprise dans les graves éprouvante, ses constantes cassures, cet épilogue définit avec acuité les instincts les plus malsains d’un groupe qui ne vous veut que du mal. Et ce final au saxo est d’une perversion délicieuse.  

La souffrance heureuse. Le trauma cathartique. Utilisez toutes les oxymores que vous voudrez, aucune n’atteindra le niveau de vice de cette Quiétude Hostile.       

           

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Léger Goût de Souffre   

02. Morphème

03. Eréthisme

04. Quiétude Hostile             

05. Perdu       

06. Bois de Justice

07. l’Oubli du Contrasté

08. Expiravit


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/03/2021 à 15:02
88 %    116

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51